Comment mieux dormir le blog des dormeurs engagés

Un lit a-t’ il une connotation sexuelle ?

18/02/2018
faites vous l'amour au lit

La literie est le lieu où les français font le plus l’amour.

 

Le lit est le lieu incontournable de nos vies, mais quel sens lui donnons-nous, écrin pour bien dormir ou théâtre de nos ébats amoureux ?

 

Difficile de parler sommeil, sans parler plaisir.

Traitant du sommeil, du bien-être et de la literie, c’est très naturellement que sur comment mieux dormir nous parlons de temps en temps de sexe. Je suis toujours amusé des réactions dichotomiques que l’on nous fait. Les trois à quatre fois par an où nous abordons ce sujet, soit on entend « vous parlez encore de sexe », soit « ah pour une fois vous osez aborder le fait que le lit ne sert pas qu’à dormir. »

Pour ou contre le sexe ?

Je crois qu’il est difficile de dissocier le lit du sommeil et de l’intimité du couple. Chaque année, des études confirment que malgré tous nos fantasmes, c’est dans un lit que les français font le plus souvent l’amour. J’ai l’impression qu’à une époque où le sexe semble être partout, certaines personnes sont gênées d’en parler. Il va de soi que le sujet reste personnel et que pour moi le premier, il ne s’agit pas d’une chose que j’aime aborder avec tout le monde et en tout temps.

À quoi vous fait penser votre lit ?

Si penser au sommeil est évident quand on parle de literie, penser au sexe est moins facilement admis. Mais ne faites pas vos mijauré(e)s, je suis certain que literie vous fait aussi penser à sexe, que vous ne vous l’avouiez ou pas. Théâtre de la vie intime des couples légitimes, ou pas d’ailleurs, le lit fait partie des lieux les plus confortables pour s’abandonner au plaisir et permettre le plus grand éventail de figures. Ceci dit, si pour bon nombre de couples, le lit est bien l’écrin privilégié pour à la fois dormir et faire l’amour, vous savez cette notion communément admise du lit conjugal ; d’autres schémas sont également possibles, prenons quelques instants pour faire en faire un tour d’horizon.

Le lit point de rendez-vous du couple.

Le schéma le plus souvent admis est celui du lit conjugal. Le lieu ou le couple se retrouve après une journée effrénée et seul moment d’intimité pour le couple parent. C’est en cet instant privilégié que s’abordent les sujets importants de la famille. Que s’effectuent les mises aux points au sein du couple. C’est là aussi que l’on se détend avant de s’endormir.

No sex in the bed.

A prime abord, on peut penser, qu’il s’agit de couples pleins d’imagination, qui ne choisissent que des lieux originaux pour s’adonner au plaisir. Mais il faut bien admettre que majoritairement, il s’agit de couples qui se retrouvent au lit pour dormir et qui ont fait le choix de l’abstinence. Que cela soit assumé ou pas, que ce choix se soit installé dans le couple pour des raisons religieuses ou spirituelles, pour des causes médicales ou plus simplement par usure du couple, de nombreux individus vivent ensemble en ayant abandonné les choses du sexe.

Le lit théâtre du plaisir dans le couple.

Pour de plus en plus de couples, le lit est un lieu d’intimité où l’on ne dort pas ensemble. Avoir chacun son matelas et idéalement chacun sa chambre, ce qui peut être un luxe au prix de l’immobilier, permet de soigner le sommeil, notamment en cas de ronfleur(s) et le désir en cultivant une certaine distance.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Literie

Pourquoi le coton non bio peut-être une catastrophe ?

15/02/2018
Le travail du coton non bio par les enfants

Le travail polluant du coton non bio rend malade les enfants

 

Un tiers de la production mondiale de coton est produite à bas coûts avec des conséquences écologiques et sanitaires dramatiques.

 

Quand les prix bas du coton rendent le café amer.

Samedi à l’heure où je me pose pour prendre un café avant de retourner au boulot, que je suis tombé sur une émission de France 2 consacrée à « la face cachée des petits prix ». Et moi qui connaissais déjà de nombreuses conséquences de la culture intensive du coton sur la planète et la santé, cela ne m’a pas empêché d’être secoué. Je vous promets que mon café a eu un goût amer et je ne résiste pas au fait de vous livrer sur ce blog quelques points concrets de ce qui n’est autre qu’une catastrophe écologique et sanitaire, pollution, exploitation d’enfants, maladies graves et mortelles pour la population et plus particulièrement pour les enfants.

Le Pendjab victime de la culture intensive de coton ?

Cet état d’Inde s’est spécialisé dans la production de coton à très bas coût. Il représente aujourd’hui environ un tiers de la production mondiale de coton. Une production qui a été multipliée par trois en 15 ans. Vous avez donc compris que nous avons là les deux piliers du drame qui se nouent là-bas. Une production déraisonnée et un manque de moyens pour rémunérer les petits cultivateurs qui ne leur permet pas de vivre décemment et surtout de se protéger.

22 000 litres d’eau pour produire 1 kg de coton.

Véritable fléau écologique, ce coton a besoin d’une quantité astronomique d’eau pour être produit, d’où la nécessité d’irriguer de manière intensive. Pour être concret, selon France 2, le coton d’un seul T-shirt représente en moyenne 27 000 litres d’eau. De plus, des pesticides interdits en Europe, par exemple, sont utilisés avec des conséquences médicales dramatiques dont nous parlerons plus en détail ci-dessous. Autre étape polluante, la teinture du tissu, où les les stations d’épuration sous-dimensionnées et en panne par manque de moyens, rejettent les eaux souillées notamment de métaux lourds tels que du chrome et du plomb, dans les cours d’eau.

La teinture du coton serait la cause d’autismes.

Un drame sanitaire se joue, car qui dit pollution dit problème de santé. Pour commencer, dans l’exemple de l’émission « Tout compte fait », la faible rémunération du kilogramme de ce coton low cost, ne permet pas au petit producteur de rémunérer ses employés et d’envoyer ses enfants à l’école. Donc c’est la famille, dont ses 2 enfants, qui est mise à contribution pour travailler. Il n’a pas les moyens non plus d’acheter des masques et des gants pour se protéger des pesticides qu’il pulvérise généreusement. Des substances qui contiennent de l’Ethion qui cause des dommages au foie et de l’Imidaclopride qui est un neuro toxique. La multiplication de la production par 3 de coton au Pendjab fait que quasi toutes les familles des communes agricoles sont touchées par la maladie où la mort. Notre cultivateur du reportage va perdre son fils atteint au foie dans un pays où il n’y a pas de système de sécurité sociale et où une greffe coûte 37 000€. De plus, ce pays vit une explosion des cas d’autisme, selon certains scientifiques cela serait dû à la présence de métaux lourds dans les eaux, souvenez-vous des eaux rejetées par les teintureries de tissus.

Comment lutter contre ce drame sanitaire et écologique ?

Comme disait Coluche : « pour que cela ne se vende pas, il suffirait qu’on ne l’achète pas ». Effectivement à vouloir toujours acheter moins cher cela à forcement un coût social et environnemental. Il est urgent d’ouvrir les yeux en achetant et acheter plus cher ne veut pas forcément dire dépenser plus. Pour cela, il faut accepter de garder plus longtemps nos objets et en particulier nos vêtements, ce qui signifie plus de confort, moins de risques pour notre santé et moins de production de déchets. Comment pouvons-nous accepter d’oublier ces enfants qui souffrent (et leurs parents parents bien sûr), sans compter que cela se fait aux dépends de nos emplois, puisque ce coton est utilisé pour confectionner des vêtements copies du luxe.

Source France 2, émission Tout compte fait présentée par Julian Bugier.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

Le cauchemar est un mauvais rêve

12/02/2018
Le sommeil et le cauchemar

Chercher le sommeil malgré la peur de s’endormir

 

Environ 5% d’entre nous dorment mal car ils font des cauchemars durant leur sommeil telle une pathologie. Ces mauvais rêves sont handicapants à terme car ils sont subis, sauf si nous agissons pour y remédier.

 

Nous rêvons cinq heures par nuit.

Nous rêvons environ durant deux tiers de notre sommeil. Pendant ce temps-là, nous divaguons. Deux paradoxes à cela, d’abord, nous ne nous en souvenons peu ou guère malgré ce paquet d’heures consacrées pendant qu’on dort ; ensuite, nos mauvais rêves nocturnes, bien que désagréables, nous rendent plus forts le jour. D’après le Professeur Isabelle Arnulf, neurologue et chef de service des pathologies du sommeil à l’hôpital parisien La Pitié-Salpêtrière, cette errance mentale durant le sommeil est souvent mal vécue et inconfortable, or ces aspects négatifs sont fastes à la dégradation de nos émotions négatives.

La souffrance des songes négatifs.

Un rêveur peut être conscient et avoir l’impression que l’action est réelle, alors c’est l’excitation nerveuse qui le sort du sommeil. Il arrive, mais très rarement, que l’individu qui rêve puisse être maître et décider de lui-même de se réveiller, pour sortir du cauchemar. Quoi qu’il en soit et bien malheureusement, le cauchemar intervient dans les dernières phases de sommeil avant le réveil et alors là, nous nous en souvenons mieux et c’est l’effroi.

La maladie du cauchemar.

Peu avant, je précisais sur la pathologie des 5% de personnes qui cauchemardent excessivement, c’est-à-dire quotidiennement, de façon récurrente et dont le réveil est triste et émotionnellement difficile. Le cauchemar est alors problématique, plus qu’un symptôme, il nécessite une prise en charge, selon le Dr Elisabeth Groos, psychiatre à La Pitié-Salpêtrière.

La peur de se coucher.

Au risque de vivre le cauchemar, ces personnes concernées se privent volontairement de dormir, deviennent insomniaques voire, développent une phobie d’aller trouver le sommeil. D’où des troubles répétitifs qui, généralement, concernent les sujets présentant une nature anxieuse. Certains suivent des traitements médicamenteux qui amplifient les problèmes ; aussi, les causes n’existent pas forcément. Le cauchemar relève donc d’un problème de santé et non d’un symptôme.

Nos conseils commentmieuxdormir pour vous aider :

  • Noter ses rêves dans un carnet,
  • Relire ses notes plus tard pour bien réaliser qu’il s’agit du passé irréel et révolu,
  • Les jeux de mémoire et de concentration sont préconisés pour stimuler le cognitif.

Il est bon de faire effectuer un diagnostic auprès de votre généraliste en cas de troubles du sommeil particulièrement persistants. En attendant, n’hésitez pas à utiliser ce temps durant lequel vous ne dormez pas, à des loisirs, des activités qui vous passionnent pour prendre le dessus sur cette souffrance et ce qui vous mine, telle une revanche à bon escient.

 

Les articles déjà parus sur ce thème:

Sommeil

Chaussettes au lit tue l’amour ?

08/02/2018
Avec ou sans chaussettes, l'amour n'attend pas.

Les chaussettes au lit. Photo de Tom Pumford

 

Dormir avec ses chaussettes fait partie des tue-l’amour les plus cités, mais quelle influence les chaussettes ont-elles sur le sommeil et la sexualité ?

 

Les hommes gardent plus leurs chaussettes au lit.

Selon ces dames, il s’agirait d’un phénomène très masculin. L’homme une fois rassuré d’avoir séduit, serait plus facilement enclin à se laisser-aller et à oublier de retirer l’objet du délit, véritable tue-l’amour de l’avis expert de ces dames. Et ce, même quand les chaussettes ne puent pas. Je ne m’étendrai pas sur le sujet, par contre il ne faut peut-être pas négliger également que certains messieurs puissent être complexés par leurs pieds (pas beaux ou tout simplement mal entretenus) et souhaitent les cacher.

L’endormissement est meilleur en chaussettes.

Avoir les pieds au chaud permet de s’endormir plus rapidement. Effectivement les chaussettes font monter la température de nos petons, ce qui permet de dilater des vaisseaux sanguins, ce qui favorise l’endormissement. Ajoutons que plus on avance dans l’âge, plus trouver le sommeil est compliqué; pourtant il est scientifiquement prouvé qu’après 50 ans il faut dormir au moins 7 à 8 heures pour que le cerveau reste à son maximum, ce qui permet de lutter contre le déclin cognitif (mémoire, raisonnement, prises de décision notamment) et de se protéger contre de nombreuses maladies qui y sont liées. Pour ceux et surtout celles qui se diraient à ce stade de l’article, en somme il s’agit de faire le choix entre qualité de sommeil et épanouissement sexuel, la suite va remettre en cause vos certitudes.

Les femmes atteignent mieux l’orgasme en chaussettes.

Selon un chercheur Allemand, garder les chaussettes au lit et plus particulièrement pendant l’amour permet de mieux se laisser-aller et donc de mieux éprouver du plaisir. Tout cela est en fait dû à la sensation de chaleur et de confort qu’apporteraient nos tue-l’amour favoris. Pour être plus scientifique, les chaussettes permettent de calmer l’amygdale et le cortex préfrontal, les parties du cerveau responsables de l’anxiété et de la peur. Il paraît donc plus évident que débarrassée de ces sentiments, la femme puisse jouir plus facilement puisqu’elle se libère notamment de ses inhibitions.

Sources Medisite, Cosmopolitan et Magamour.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

Le silence est une nécessité

05/02/2018
Le silence est une nécessité.

Le silence est-il encore possible ?

 

Le silence si nécessaire à notre bien-être, semble avoir disparu et nous semblons le fuir par peur.

 

Faites du bruit !

Etant moi-même, une citadine bavarde, tant sur le Net avec le blog comment mieux dormir que dans la vie quotidienne, je m’interroge sur le silence et l’inquiétude qu’il peut provoquer. En effet, dans une journée, je comptabilise le flux des appels téléphoniques, les mails, les informations sur les réseaux sociaux, à la télévision et au poste de radio. C’est fou ! ça ne s’arrête jamais, alors est-ce que le silence est normal ?

A quoi sert le silence ?

Eh bien, à « retrouver son équilibre intérieur » selon le Professeur Le Breton, auteur « Du silence ». C’est le silence qui nous permet d’écouter, de reprendre son souffle avant de répondre, c’est donc un temps de notre attention que nous octroyons à l’autre. Car nous le savons tous, le temps nous échappe. Il est difficile d’être silencieux. De nos jours, nous avons le devoir de parler pour paraître positifs et proactifs. On attend de nous des réponses à tout et à rien et nous échangeons ainsi même si parfois, un temps de répit dans la communication serait faste à plus de recul et de réflexion. Aussi, les gens qui ne s’expriment pas sont rapidement laissés pour compte, rangés dans une case parmi les gens réfléchis ou posés ou encore, angoissants.

Les bienfaits du silence.

Pourtant, être silencieux démontre que nous n’avons pas besoin d’être rassurés par le bruit. Au contraire, nous avançons mieux car nous nous recentrons sur nous-mêmes. Nous apprécions mieux une situation ou même un lieu et ce, naturellement et sans appel à aucune croyance. Nous pouvons ainsi mieux développer notre fort intérieur et l’écouter, ce qui correspond à l’inaudible pour les autres. Or, je m’écoute, alors je pense, donc je suis et j’existe.

Faire accepter le silence aux autres.

S’affirmer en tant que tel n’est pas si compliqué. En fait, il faut comprendre que l’autre est déstabilisé, il s’interroge sur le pourquoi et peut être stressé par un échange bref voire inexistant. Ce qui le renvoie à lui-même. Simplement et avec assertivité, il est nécessaire de faire comprendre à l’autre qu’il n’est pas rejeté, qu’il existe aussi mais que nous n’avons pas réponse spontanée à tout, tout le temps.

Il est donc bien normal de se taire sinon on va finir par parler en dormant, ou bien « parler pour ne rien dire » de Raymond Devos. 😉

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

La vidéo de L’INA du sketch « parler pour ne rien dire » de Raymond Devos.

 

Autour du lit

4 recettes faciles de soupes pour mieux dormir.

02/02/2018
recettes de soupes simples à réaliser

La soupe une bonne idée de diner – Photo de Monika Grabkowska

 

Pour mieux dormir, le repas du soir est une étape très importante, menubymenu nous donne des recettes de soupes originales bonnes et simples à cuisiner.

 

4 soupes pour mieux dormir.

Sur comment mieux dormir, nous passons notre temps à expliquer que pour bien s’endormir et bien dormir, le sommeil se prépare. Il faut baisser le rythme, se détendre et bien sûr soigner tout particulièrement notre alimentation du soir. Le dîner doit être un repas plus léger, sans alcool, qui fait la part belle aux sucres et évite les protéines. a une importance toute particulière. Le sucre (glucides) permet la libération d’insuline qui favorise l’entrée de certains acides aminés dans les cellules des organes comme le cœur ou le foie par exemple. Ce qui facilitera la production de sérotonine, donc la somnolence et l’endormissement. A contrario on évite les protéines, qui peuvent nuire au sommeil car certains acides aminés qu’elles renferment comme la tyrosine ont pour effet d’augmenter la vigilance. Mais cette fois-ci, nous avons décidé d’être très pratiques en vous donnant 4 recettes simples pour réaliser des soupes, marque de fabrique de nos partenaires de menubymenu.com.

L’art de la soupe faite maison.

Je ne sais pas si cela vient de souvenirs de cantines et d’enfance, mais bien souvent la soupe a une très mauvaise image, à l’exception de quelques briques et quelques sachets lyophilisés. Pourtant, à l’heure du home made et du manger bio, il n’est, forcément, plus compliqué de faire une soupe maison, par contre cela est toujours moins coûteux et meilleur. Alors, place aux soupes de Delphine et Dorothée qui sont avant tout des mamans qui courent après la simplification des repas.

La soupe pesto poulet :

recette de soupe

Soupe de pesto Poulet – CP menu by menu

 

Prendre idéalement des restes du poulet fermier de dimanche, avouez que c’est malin plutôt que de les laisser sécher dans le frigo.

  • Couper en petits morceaux le poulet
  • Les faire chauffer dans du bouillon du poulet fait préalablement avec la carcasse, ou réalisé à base d’un cube pour les plus fainéants d’entre nous,
  • Égoutter les haricots blancs et les ajouter avec le pesto, quand le bouillon est à ébullition,
  • Mélanger et réduire le feu, laisser cuire 2-3 min. à couvert.
  • Juste avant de servir ajouter les épinards, mélanger,
  • Ajuster l’assaisonnement selon votre goût (point trop n’en faut),
  • Servir très chaud avec le parmesan à part.

Consulter l’ensemble de la recette et des ingrédients.

La soupe Lohikeitto :

recette de soupes pour bien dormir

Lohikeitto Soupe au Saumon – CP menu by menu

 

En cette période hivernale, osons une recette qui nous vient du froid avec cette soupe traditionnelle finlandaise.

  • Laver et émincer l’oignon (sans oublier de l’éplucher) et le poireau,
  • Chauffer le bouillon de poisson avec l’oignon et le poireau.
  • Éplucher et couper les pommes de terre en petits cubes, pas trop gros afin de pouvoir aisément les manger avec une cuillère. Les verser dans le bouillon, et laisser cuire 10 min.
  • Retirer la peau du saumon, le couper en cubes et l’ajouter au bouillon. Laisser cuire encore 5-10 min. (en fonction de la taille des morceaux).
  • Ciseler l’aneth et l’ajouter au mélange avec la crème et les baies roses.

Consulter l’ensemble de la recette et des ingrédients.

La soupe des bergers :

recette de cuisine

Soupe des Bergers – CP menu by menu

 

Une soupe originale, traditionnelle et généreuse, qui sonne bon la montagne. Une soupe à ne pas abuser pour bien dormir.

  • Laver, éplucher les pommes de terre et les couper en cubes.
  • Peler et émincer les oignons,
  • Laver et équeuter les épinards.
  • Dans une cocotte, faire fondre le beurre, y mettre les oignons et les lardons. Et les faire revenir pendant 5 minutes.
  • Ajouter les pommes de terre, laisser cuire à feu doux pendant 10 minutes.
  • Verser le lait, l’eau, le laurier, le thym, porter à ébullition, baisser le feu et laisser mijoter à couvert 50 minutes.
  • N’ajouter les épinards que 15 minutes avant la fin de la cuisson.
  • Retirer du feu et ajouter le fromage râpé.
  • Servir bien chaud.

Consulter l’ensemble de la recette et des ingrédients.

La soupe tomates farcies :

Soupe de tomates farcies – CP menu by menu

 

On retrouve la tomate farcie de nos grand-mères dans une soupe simple à réaliser.

  • Éplucher et hacher l’oignon et l’ail.
  • Les cuire avec la chair à saucisse dans une casserole.
  • Quand les oignons sont translucides et la chair à saucisse dorée : ajouter les tomates, le bouillon, le sucre et assaisonner.
  • Porter à ébullition et servir.

Consulter l’ensemble de la recette et des ingrédients.

Source « 4 idées pour le dîner : une soupe et au lit ! » de menu by blog. Je vous recommande vivement de consulter la fiche recette de notre partenaire avant de vous lancer, notamment pour la liste exhaustive des ingrédients.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Tips et conseils pratiques

Qu’est ce que le coutil d’un matelas ?

29/01/2018
Définition du coutil matelas

Le coutil d’un matelas est le tissu de recouvrement.

 

Dans le jargon professionnel des litiers et des tapissiers, vous avez certainement entendu parler du coutil, qui désigne le tissu de recouvrement..

 

Coutil matelas – Définition.

Pour un matelas ou une literie, le coutil est tout simplement le tissu de recouvrement, appelé également, il y a bien longtemps toile à matelas. Il s’agit bien sûr d’un jargon purement professionnel, utilisé entre tapissiers, matelassiers ou autres litiers, pour communiquer avec les tisseurs ou les distributeurs. Mais rien de mieux et de plus clair que de dire qu’il s’agit du tissu de la literie. Ceci dit le tissu est utilisé certes sur le matelas, mais également sur les sommiers tapissiers, vous savez ces sommiers recouverts qui en déco reviennent en force.

Quelles qualités doit avoir un coutil de matelas ?

Je sais que vous seriez déçus si sur comment mieux dormir nous ne vous donnions pas quelques conseils plus pratiques sur l’utilisation de ce fameux coutil. Le tissu du matelas en particulier, oui maintenant nous ne disons plus coutil entre nous, a une vraie incidence sur le confort et la longévité du matelas. Alors détaillons les trois qualités essentielles d’un bon tissu de matelas :

  • robuste : le tissu est bien sûr le premier contact avec le matelas. Il subit, certes les salissures et taches, mais surtout les frottements des lattes ou des tissus de protection ou des draps. Ce qui peut occasionner des usures prématurées, d’où l’importance d’un tissu de qualité. Ici, nous aimons les matières naturelles, mais en plus ces matières doivent être choisies avec une haute qualité de fibre et densité de tissage.
  • respirant : le coutil (Ah j’ai rechuté) doit bien laisser passer l’air, afin de bien réguler la température du matelas et surtout du corps du dormeur. La conjonction de matières comme le coton ou le lin par exemple, du tissu et du garnissage des faces été et hiver sont la clé de la bonne respiration du matelas et permettent qu’en dormant nous n’éprouvions pas des effets de transpirations dûes à de mauvaises matières comme la mousse de polyéther par exemple.
  • élastique : plus la surface d’un matelas est rigide, plus s’exercera une pression contre le corps qui rendra moins facile la circulation sanguine. C’est pourquoi il est recommandé que le coutil soit tissé de manière élastique. Un point qui est souvent réalisé avec une adjonction d’une fibre synthétique comme l’élasthanne. Dans le domaine de la literie naturelle, cela paraît un peu plus compliqué mais loin d’être impossible. Par exemple, pour réaliser un tissu de matelas élastique en 100% coton bio, on joue sur la maille. Il s’agit en fait d’une technique plus proche du tricot que de tissage classique. Tous les articles. C’est le cas du coutil que vous pouvez voir sur la photo ci-dessus.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Literie

Manquons-nous d’empathie ?

25/01/2018
L'être humain est empathique par nature.

L’empathie ou l’aptitude à se mettre à la place de l’autre.

 

Etre empathique est à la portée de tous, mais nous y sommes sensibles peu ou prou. Preuve de bienveillance, elle a pour effet une meilleure compréhension de l’autre.

 

Parlons un peu de psychologie.

Depuis notre naissance, sachez que nous en sommes tous dotés naturellement de cette fameuse empathie, vous savez ce truc qui consiste à se mettre à la place de l’autre pour mieux le comprendre et le soutenir. Ensuite, en grandissant, nous développons cette aptitude émotionnelle envers l’autre ou pas.

L’éducation y est pour quelque chose.

Nos parents n’ont peut-être pas forcément démontré des comportements en ce sens et nous n’y sommes pas forcément déterminés même si certains d’entre nous y sont plus facilement disposés et particulièrement, ceux qui ont pu et su évoluer dans un contexte familial « aimant », d’après Jacques Lecomte, Docteur en psychologie.

Comprendre ainsi le comportement des autres.

Il est plus facile d’appréhender et de renverser une situation désagréable générée par quelqu’un si nous cherchons à réfléchir aux raisons de ses actions, comme si nous voulions nous positionner pour nous mettre partiellement à sa place afin d’apporter au moins un début de solution. Apaiser les maux. De par nos propres expériences douloureuses, nous avons plus ou moins souffert, été en colère pendant un temps. Cette force nous permet ultérieurement, avec du recul, de mieux capter ce que l’autre peut ressentir puisque nous l’avons vécu, probablement sous une autre forme, mais nous avons bien traversé des phases communes.

La fin des conflits.

Il est préconisé en cas de litige de s’efforcer à questionner l’autre par de simples interrogations du type « que voulais-tu dire ? ». En effet, l’interprétation que nous pouvons avoir en premier lieu peut être complètement différente de la signification des mots et des actes de notre interlocuteur. Il est donc plus simple de prendre du recul et ne pas traiter de façon brute l’information qui nous parvient.

L’action est positive et bienveillante.

Même si nous ne sommes pas en mesure d’accepter, nous pouvons au moins utiliser l’outil empathie pour comprendre. Il ne s’agit pas de faire éponge, attention à ne pas transférer le mal-être sur soi car il n’est pas le nôtre et cela ne rendrait finalement service à personne. Il est question d’apaisement et de soulagement avec rationalité et altruisme. Je vous conseille donc d’écouter activement l’autre, c’est devenu très important dans notre ère où nous sommes dépassés par l’excès de communication passive et son manque de justifications.

Parlons peu mais bien.

Source : La bonté humaine, Jacques Lecomte.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

Topponcino, le matelas bébé de la pédagogie Montessori.

22/01/2018
Le topponcino, matelas post-naissance

Le topponcino, matelas transitionnel pour bébé – Photo de Tim Bish

 

Le topponcino est un matelas naturel et transitionnel post-naissance. Véritable succès en Italie, il est de plus en plus utilisé en France.

 

Qu’est-ce qu’un topponcino ?

Le topponcino est un matelas bébé transitionnel. Inspiré de la pensée de Maria Montessori, il rappelle les limites du ventre de Maman au bébé qui vient de naître. La composition de ses matériaux en font un moelleux, doux et souple matelas. Ce matelas bébé est conçu pour continuer à rappeler au tout-petit que sa mère est présente, toujours aussi bienveillante à son égard, telle une transition pour le nouveau-né, ce qui signifie aussi pour lui sécurité et confort.

Ses fonctionnalités.

Il est vraiment très pratique pour déplacer Bébé. Je le laisse dessus et je l’emporte délicatement puis le pose dans son landau ou son berceau s’il dort, ce petit matelas permet de ne pas le réveiller et ainsi le laisser se reposer avant d’appréhender son environnement et tout ce qu’il s’y passe. Je l’emporte ainsi avec moi un peu partout grâce à son ergonomie.

Comment se présente le topponcino ?

Ce matelas pour bébé est plat et aux coins arrondis, le maintien permanent qu’il apporte à mon enfant me rassure, d’autant plus quand son jeune cousin veut le prendre dans ses bras, toujours avec délicatesse. Le coton naturel 100% biologique conserve sa chaleur mais aussi son odeur. Il évolue progressivement et sereinement dans ce monde tout nouveau pour lui. Tout doucement, Bébé est manipulé avec le plus grand soin, comme l’entendait Madame Montessori.

Confortable, bio et pratique.

Autre avantage et non des moindres, le topponcino est recouvert d’une housse que je peux laver et remplacer par une autre housse d’un coloris de teinte biologique tout autre tel que le bleu, le rose ou l’écru. Très facile à entretenir, les housses passent en machine jusqu’à 60 °C et demandent un essorage normal. Je les laisse sécher à l’air libre et j’évite le sèche-linge pour ne pas abîmer les fibres.

Oui! La belle vie !

Cette naissance demeure un enchantement qui perdure avec l’utilisation quotidienne de ce petit matelas ingénieux et à la fois que j’utilise avec la plus grande simplicité. Recommandé à travers le monde, ce matelas est pour moi un outil indispensable pour me faciliter ma nouvelle vie de Maman et je sais que mon enfant s’y trouve bien et évolue pour le mieux.  En somme, mon enfant et moi sommes déjà très proches et partageons le même art de vivre.
 

Le topponcino, matelas post-naissance

Un topponcino est un matelas 100% naturel, fabriqué en France.

 
 
Les articles déjà parus sur ce thème :

Literie

Faire la sieste rend-il plus beau ?

18/01/2018
Les bienfaits de sieste au travail

La sieste au travail.

 

Le livre « faire dodo rend-il beau ? », nous a donné envie d’appliquer la réflexion aux bienfaits de la sieste.

 

La sieste est-elle la voie du progrès ?

Parmi les livres de la bibliothèque de commentmieuxdormir.com, qui commence d’ailleurs à être bien fournie, nous avons acheté en septembre dernier un petit livre rigolo « Faire dodo rend-il plus beau ? ». Son jeu de questions réponses étonnantes permet d’aborder le sommeil sous un autre angle. Et puis avouez qu’un auteur qui commence sa rubrique sur la sieste avec ces mots « quel que soit votre métier, on suppose qu’il n’est pas très bien vu de s’accorder trop de pauses » ne peut qu’avoir mon oreille. Je suis sûr que vous avez déjà deviné que ce livre nous inspire déjà de nombreux billets sur le sommeil.

La culpabilité de la sieste.

Nous ne répéterons jamais assez que, de nos jours, l’image de la sieste est négative. Que tout commence généralement par la culpabilisation des gens qui pourraient en avoir envie. Nous payons toujours la vision du travail des années 80, qui consistait à bosser comme des fous sans se préoccuper du bien-être. Un bon employé était celui qui était submergé, parfois même aux dépends de sa vie privée. Aujourd’hui avec le burn out, de nombreux spécialistes réhabilitent la sieste. Mais pour ceux qui en ressentent le besoin, l’assumer et affronter les aprioris des autres, n’est pas si simple. Romina Rinaldi, parle d’une étude scientifique qui révèle que la sieste après le repas relance nos fonctions cognitives.

Une étude scientifique sur la sieste.

L’étude réalisée sur des sujets adultes, par des chercheurs belges, met en avant que ceux qui ont fait la sieste n’ont pas manifesté un déclin à la tâche de flexibilité mentale après le repas. En d’autres termes, ceux qui on fait une vraie pause, présentent une plus grande capacité d’adaptation à l’imprévu.

Voilà pourquoi il faut faire la sieste ?

En d’autres termes, études après études, c’est scientifique, la pause et plus particulièrement la récupération après le repas de midi est une nécessité. Se poser pour faire une sieste de 20 à 30 minutes, acte de lâcher prise, permet de repartir sur les chapeaux de roues et d’être plus performants tout au long de l’après midi. L’étude belge révèle également que l’exposition à la lumière du jour, revigore vivement. Faire une pause, sortir du bureau ou de l’atelier pour s’exposer à la lumière du jour, a les mêmes effets que la sieste. Permettez-moi d’aller plus loin en disant que l’idéal serait de faire une sieste et de sortir prendre l’air. A moins que l’idéal soit de faire la sieste dehors.

Source le livre « Faire dodo rend-il beau ? » de Romina Rinaldi aux éditions In psycho Véritas by Mardaga éditions.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil