Comment mieux dormir le blog des dormeurs engagés

Enfants malades, quand le cinéma se déplace à l’hôpital.

14/12/2017
Association Rêve de Cinéma

L’association Rêve de Cinéma organise des projections de films

 

Afin d’égayer le quotidien des enfants hospitalisés, l’association Rêve de cinéma diffuse des projections cinématographiques à l’hôpital.

 

Rêve de cinéma.

C’est une association, créée en 1997 sous le nom d’origine « Les Toiles Enchantées » dont le Président d’Honneur est Lambert Wilson. Rêve de cinéma permet aux enfants malades l’accès au divertissement et à la culture cinématographique. Son but est de rendre le quotidien des enfants malades, plus supportable et d’agir contre l’isolement afin de les encourager à surmonter les épreuves médicales parfois longues. Soutenue par des particuliers, distributeurs et entreprises, l’association peut alors offrir lors de son passage, des affiches, articles promotionnels, jeux et jouets.

Une initiative pour les enfants.

Aujourd’hui, près de 9 000 enfants entrent quotidiennement à l’hôpital, pour quelques jours ou pour plus longtemps afin d’y suivre des traitements lourds et très difficiles tant sur le plan moral que physique. Séparés de leur famille et amis, le cinéma vient les réconforter.

Comment se passe une tournée.

L’équipe installe le matériel et diffuse sur un mois des films sélectionnés, dans des hôpitaux à Paris mais aussi en Province. Dans ces établissements, des salles sont mises à disposition et parfois mêmes des salles de réunion, par exemple, se transforment alors en salles de cinéma.

La réaction des enfants.

Elle est positive d’autant que pour certains, ils n’ont jamais pu se rendre au cinéma. Quelle joie ! Quelle magie ! dans leurs yeux et dans leur tête. Pour un temps, ils oublient leurs douleurs, la solitude et la monotonie. Des professionnels et artistes viennent même vers eux pour leur parler de leur métier et de la fabuleuse technique du cinéma.

Un personnel soignant ravi.

Enthousiaste, l’encadrement hospitalier constate les conséquences positives sur les enfants. Les peines qu’ils partagent avec les enfants sont allégées, pour un temps court certes, mais efficace car le dialogue avec les enfants s’installe à nouveau en discutant de ce qu’ils ont vu et de ce qui leur a plu. Ensuite, ils refusent moins leurs traitements. Plus qu’une prestation de services, elle permet d’effacer la réalité pendant cette concentration festive.

Soutien à l’initiative associative.

Nous pouvons tous participer par un don, par une action sur le projet Ulule. Sachant que l’association a déjà obtenu à ce jour le soutien croissant de la profession cinématographique tels que les producteurs, comédiens et le Centre National de la Cinématographie entre autres. A l’occasion de Noël qui approche, toute l’équipe du blog comment mieux dormir, se joint à moi pour vous inviter à consulter le site de l’association revedecinema.com.

Vive la magie de Noël et celle du 7e Art. Merci à Les Toiles Enchantées qui a créé le projet il y a 20 ans et à Rêve de cinéma qui continue de le promouvoir.

 

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

Sylvie Royant-Parola « Le manque de sommeil nous tue à petit feu ».

11/12/2017

Le manque de sommeil provoque notamment des cancers et accidents cardio-vasculaires.

 

Spécialiste du sommeil, Sylvie Royant-Parola, nous explique sur France Info les dangers du manque de sommeil.

 

L’impact du sommeil sur la santé.

Comme on vous le rabâche régulièrement sur comment mieux dormir, le sommeil sert au corps à récupérer, à se reconstruire aussi bien au plan physique qu’intellectuel, impossible de laisser passer cette interview réalisée sur la radio France Info qui nous expose les conséquences du manque de sommeil sur notre santé. Cette psychiatre française, spécialiste du sommeil, nous révèle même les dangers que nous encourons en ne dormant pas assez.

Quelles sont les conséquences du manque de sommeil ?

Tout d’abord, on pense tout de suite à la hausse du risque d’avoir un accident. Mais très vite, l’insuffisance de sommeil provoque des risques plus directs sur notre santé ou notre vie. Selon le docteur Royant-Parola les principaux dangers du manque de sommeil sont :

  • L’accidentologie, moins concentrés, nous sommes donc moins vigilants et donc plus exposés aux risques d’accidents, qu’ils soient routiers, domestiques ou même au travail.
  • Les troubles cardiovasculaires, avec l’hypertension,
  • Les accidents vasculaires cérébraux,
  • Les infarctus du myocarde,
  • Les troubles métaboliques, qui créent une plus grande sensibilité au diabète et à la prise de poids,
  • Une plus grande sensibilité aux microbes, l’organisme attrapera plus facilement les microbes qui traînent,
  • Le cancer, eh oui le mot est prononcé, le manque de sommeil favorise la survenue de cancers du sein ou de la prostate par exemple,
  • La dépression, ne pas dormir suffisamment, un peu chaque jour, augmente de manière substantielle le risque dépressif.

Les enfants ont perdu 20 minutes de sommeil.

Un adulte sur 3 souffre de troubles du sommeil. Mais le problème frappe aussi nos enfants. En moyenne, les enfants de 3 à 5 ans dorment 20 minutes de moins qu’avant, ce qui est un vrai souci car dormir aide l’enfant à se construire, ce qui provoque des troubles de l’apprentissage et un plus grand risque d’obésité infantile selon notre spécialiste du sommeil.

Les conseils pour mieux dormir de Sylvie Royant-Parola :

  • Régularité des horaires de lever : nous sommes souvent focalisés sur notre horaire de coucher. En fait l’idéal serait de se lever à heure régulière, ce qui permet de régler notre horloge biologique et en écoutant notre organisme, l’heure de coucher en découlera.
  • Avoir une activité physique dans la journée : cela favorisera le sommeil profond.
  • Se faire un sas avant d’aller se coucher : d’une durée d’à peu près 1 heure, il faut se ménager une période où l’on fait des choses plaisantes, en fuyant les ordinateurs, mobiles et autres tablettes. Il n’est pas interdit de regarder un film qui favorisera la décompression et plus idéalement écouter de la musique ou lire. Avant toute chose, l’important est de déconnecter du travail, essayer d’oublier le stress.

Pour voir l’intégralité de l’interview de la radio France Info [cliquez ici].

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

Les somnambules dorment-ils bien?

07/12/2017
la nuit vécue par le somnambule

Notre perception du somnambulisme

 

Le somnambulisme concerne particulièrement nos ados, lesquels ont particulièrement besoin de sommeil. Selon les clichés,tout va bien mais il s’agit d’une réalité toute autre.

 

Somnambulisme, une situation moins drôle qu’il n’y paraît.

Le père d’un ami était somnambule et, alors que je dormais chez eux, une nuit, je l’ai entendu dans la maison marcher et faire un peu de bruit. J’ai pensé qu’il se rendait aux commodités tout simplement. Peut-être mais pas seulement. En fait sa femme et mon ami m’ont dit qu’il avait l’habitude de vaquer à ses occupations d’entrepreneur pendant son sommeil, comme si c’était le jour et qu’il ne fallait pas y prêter attention.

Qu’est-ce que le somnambulisme ?

C’est une pathologie d’ordre neurologique, car en effet les structures de notre cerveau sont dissociées, une partie est en veille pendant le sommeil alors que l’autre dite motrice fonctionne. Nous ne savons pas l’expliquer mais ce serait visible à l’IRM selon de Dr Vecchierini.

Les pré-adolescents sont les plus concernés.

Eh bien ce sont les enfants jusqu’à la pré-adolescence, qui représentent fortement la population qui « dort debout » pour la simple raison que leur sommeil est perturbé par le quotidien mais aussi leur cerveau est naturellement et physiologiquement en-cours de maturation jusqu’à l’adolescence révolue; c’est à dire que le cerveau subit des modifications et transformations qui ont un impact sur d’innombrables connections en son sein-même. Puis la pathologie du somnambulisme peut resurgir une fois adultes, particulièrement en raison de situations et périodes stressantes. Il est également démontré que la transmission se ferait aussi au niveau génétique, c’est à dire qu’un enfant atteint de la pathologie propre au sommeil peut en avoir hérité par un des parents.

Somnambule malgré moi.

Il peut arriver que nous puissions nous-mêmes nous surprendre à des tâches ménagères ou stylo à la main alors qu’il fait nuit et que nous nous réveillions stupéfaits de ne savoir qui nous a amené là. Nous sortons alors du sommeil profond qui est une des phases partielles du sommeil. Généralement, cela dure de quelques secondes jusqu’à trente minutes mais pas systématiquement. Il faut savoir que les somnambules accomplissent même, avec les yeux ouverts comme s’ils étaient réveillés,  des actes pouvant paraître plutôt anodins qui , finalement, pourraient conduire à de graves conséquences tels que prendre le volant ou couper du bois, là ils mettent sérieusement en danger leur vie et indirectement celle des autres. Sachez que, malheureusement, bien qu’ils paraissent totalement conscients, ils ne se souviennent ensuite d’absolument rien.

Les bons gestes.

Il est conseillé de ne pas réveiller la personne qui dort, en fait, car cela peut générer encore plus de stress pouvant aller jusqu’à la violence. L’idéal est de l’accompagner avec douceur jusqu’à sa chambre, sauf si elle refuse, alors munissez-vous de patience et bienveillance. Oui, il faut la réveiller si la situation devient risquée pour elle-même et son environnement. Pour aller plus loin, il est recommandé de consulter à minima son médecin généraliste, ou aller carrément s’orienter vers un centre du sommeil. La priorité pour le professionnel sera d’établir les causes. Selon les causes, certains se tourneront vers l’hypnose, voire vers une prescription médicamenteuse.

Conseils pour réduire les risques de devenir somnambule.

  • Proscrire drogues et alcool
  • Faire un bilan psychologique
  • Se détendre à travers un loisir voire pratiquer la relaxation

Finalement, les somnambules dorment et vivent plutôt bien à condition d’évoluer dans un environnement sain et d’être entourés de proches informés et compréhensifs.

Pour en savoir plus, je vous invite à consulter l’INSV (Institut National du Sommeil et Vigilance).

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

L’arbre à latex des literies est l’hévéa.

04/12/2017
L'Hevea brasiliensis est l'arbre à latex.

L’Hevea brasiliensis est l’arbre à latex pour la fabrication de matelas naturels.

 

De quel arbre est issu le latex naturel utilisé pour faire les matelas ?

 

L’hévéa, l’arbre à latex.

Le latex utilisé dans les matelas en latex naturel est une substance issue d’un arbre appelé l’Hévéa, et plus scientifiquement l’Hevea brasiliensis, l’hévéa du Brésil dans le texte. Il s’agit d’une espèce d’arbres, du genre Hévéa de la famille des Euphorbiaceae. Originaire du Brésil, cette plante est cultivée plus généralement en Amérique du sud et en Asie (Brésil, Guatemala, Kerala, Malaisie ou Sri Lanka par exemple).

Qu’est ce que le latex ?

Le latex utilisé dans les matelas ou les oreillers, est une substance liquide épaisse et collante, un peu comme un lait très très dense. Il est extrait de l’arbre à latex, par de petites saignées comme sur la photo ci-dessous. Le latex n’est pas la sève de l’arbre mais plutôt son système immunitaire.

Le latex est très utilisé dans la fabrication de literies.

Le latex travaillé par un procédé de polymérisation, c’est à dire par cuisson, devient une mousse naturelle aux propriétés mécaniques très appréciées dans la literie. Effectivement la matière obtenue est très résiliente, tout ce dont on a besoin pour bien dormir.

Latex naturel – Définition.

La législation française prévoit que pour employer le qualificatif de naturel, le produit doit être composé de minimum 85% de matière naturelle. En literie, les matelas latex naturel sont donc composés de minimum 85% de latex, de 3% de produits de vulcanisation permettant la substance de devenir un bloc de mousse, qui sont généralement de l’oxyde de zinc. Alors là vous allez me dire que le compte n’y est pas, effectivement les blocs de latex naturels présents sur le marché français contiennent :

  • soit 97% de latex et 3% de produits de vulcanisation, une formulation plutôt rare en France, utilisée dans certaines marques de matelas haut de gamme,
  • soit 85% de latex, 3% de produits de vulcanisation et 12% de produits de charge, il s’agit du latex naturel très présent dans les literies françaises. Les produits de charge sont en fait des produits de synthèse, c’est à dire les mêmes composantes que dans le polyuréthane, à savoir des produits dérivés du pétrole. Ces substances, comme leur nom l’indique, permettent de charger la matière afin d’économiser du latex. Il ne servent à rien, ils ne renforcent en aucun cas la longévité du bloc, ils permettent juste de faire baisser le prix en faisant une concession sur la naturalité.

Comment voir si un matelas 100% latex naturel contient 85% ou 97% de latex ?

Sur le matelas, la mention 100% latex naturel ou 100% latex d’origine naturel, vous garantit qu’il y a 85% de latex dans le bloc. Fabriquer des matelas avec un taux de latex de 97% coûte tellement plus cher, que les marques comme Noctéa qui le font, le mettent en avant et avouent qu’ils n’ont aucun intérêt de la cacher.

Qu’apporte le latex au confort du matelas?

Le latex naturel a la particularité, d’être très élastique, ce qui est une véritable qualité pour un matelas ou un oreiller puisque cela permet de bien épouser la forme du corps pour garder la colonne vertébrale la plus droite possible, tout en ayant un maintien constant. Pour mieux comprendre, je vous recommande notre article cité ci-dessous sur la résilience d’un matelas.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Literie

Le teaser vidéo du Startup Weekend de Châteauroux.

30/11/2017
Startup weekend de Châteauroux

Photo prise lors de l’after su 1er startup Weekend de Châteauroux.

 

Le Startup weekend, 54 heures pour vivre une expérience extraordinaire et voir le monde sous un autre angle.

 

Le startup Weekend encore une belle occasion de voir le monde sous un œil nouveau.

Il y a un mois nous vous parlions du TEDx d’Orléans, fabuleux évènement où des conférenciers donnent leur autre vision du monde sur un thème donné, et bien dans la même veine, les StartUp Weekend sont l’occasion de sortir de notre zone de confort pour défendre une idée d’entreprise et en 54 heures lui permettre de devenir un projet de StartUp innovante. Alors que les éditions d’Orléans et de Tours se terminent tout juste, la préparation de la 2ème édition du StartUp Weekend de Châteauroux (celui du Berry), bat son plein. Je vous présente la vidéo du teaser de cet événement qui se tiendra sur le site de Balsan, que la mairie de Châteauroux ambitionne de faire devenir le lieu totem du numérique dans le Département de l’Indre.

La vidéo de présentation du StartUp Weekend de Châteauroux.

Qu’est ce qu’un Startup Weekend ?

Le temps d’un weekend, des gens de tous horizons, de tous âges et de tous niveaux, qui ne se connaissent pas, se rencontrent autour d’un pitch d’entreprise disruptive le vendredi soir et planchent 54 heures, pour rendre le dimanche soir un projet concret. Les meilleurs sont primés et accompagnés pour la suite de l’aventure de créateurs. Certes, des codeurs, des marketeurs et autres profils évidents sont présents, mais aussi des gens qui ont tout simplement envie d’éprouver une idée nouvelle ou tout simplement de sortir de leur zone de confort. Il n’y a pas de perdant, mais à minima une expérience humaine, qui permet d’oser penser grand et d’apprendre à s’intégrer dans un collectif.

Le startup weekend Chateauroux 2018

Le Startup weekend se tiendra Site Balsan (Site notamment HEI) à Châteauroux,
les 26, 27 et 28 janvier 2018
cet évènement est ouvert à tous en tant que participants.
L’inscription doit être faite à l’avance
(le Weekend n’est pas ouvert au plublic).
Pour information, contacter : Elodie startupweekendchtx@gmail.com

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

Le développement durable dès l’école.

27/11/2017
le développement durable dès l'école

Le développement durable s’apprend aussi à l’école.

 

Le développement durable doit s’apprendre dès le plus jeune âge, tant à la maison qu’à l’école. A Metz, une école a pris ses responsabilités avec une très belle initiative.

 

Mieux vivre s’acquiert depuis l’enfance.

L’autre jour, alors que je consultais sur mon fil d’actualités Facebook, une information sur de nouvelles fabrications biodégradables de nos emballages. A mon sens une piste très très intéressante. Un internaute faisait remarqué qu’en terme d’écologie et de démarche responsable, il fallait s’adresser aux enfants plus réceptifs à la nouveauté. C’est de là que m’est venue la curiosité de de voir ce qui se faisait pour éduquer les enfants en matière de développement durable. Et à ma grande surprise, l’école est déjà bien engagée, reste plus qu’aux parents à prendre encore plus leurs responsabilités.

L’éco-responsabilité familiale et scolaire.

J’ai parcouru un article sur le tri des déchets, la santé et le gaspillage impliquant des projets scolaires d’une école à Metz. Ces travaux de réflexion sont effectués depuis la maternelle et les enseignants et parents d’élèves y participent activement jusqu’à obtenir des labels « éco-écoles » qui auront des répercussions sur la vie des collégiens et lycéens.

Quelles actions ont été menées par cette école de Metz ?

Sur le thème de la santé, ils abordent avec des supports vidéos et des affiches, par exemple, les thèmes de l’hygiène des mains, du sommeil, du brossage des dents. Evidemment, le tri des déchets, les gestes éco-citoyens sont appliqués depuis des années comme des habitudes. Mais leurs études vont encore plus loin, des diagnostics acoustiques ont été effectués dans le réfectoire sur le thème de l’audition.

Les résultats positifs de cette éducation responsable.

Ces projets écologiques et l’enseignement scolaire se relient. Ils aboutissent à des « comptes-rendus » par les élèves dans ce cadre éducatif. D’autres avancées sont attendues par l’instauration de méthodes d’apprentissage différentes telle que, par exemple, la relaxation.

La motivation et l’engagement.

Parents et élèves sont fiers de leurs travaux et actions. Les parents considèrent avoir « vécu sur le dos de la planète » et que les nouvelles générations vont la sauver. Tous ces changements ont mis en place un nouveau fonctionnement très encourageant. Les enfants en parlent aux autres enfants. Ce bouche à oreilles marche. Finalement, il est vrai que notre devoir d’adultes actifs est d’aider, d’informer et de communiquer avec nos enfants. Les erreurs doivent être rectifiées ensembles pour des solutions pérennes au fil des prochaines générations. Je vous invite à consulter le site eco-ecole.org.

Source Familles et éducation.

 

Les articles déjà parus :

Attitude citoyenne

Que vais-je offrir à une phobique des cadeaux ?

23/11/2017
La phobie des cadeaux

Capitellophobie, la phobie des cadeaux

 

Les fêtes de Noël approchent avec son flot de cadeaux. Eh bien, pour certains, la seule idée de recevoir un cadeau provoque une angoisse. Imaginez-vous vouloir faire plaisir et finalement vous provoquez un malaise.

 

La définition de la Capitellophobie.

La capitellophobie est la phobie de se voir offrir un cadeau. Eh oui, saviez-vous que contrairement à ce que nous pourrions penser, il y a parmi nous des gens qui ont horreur des cadeaux et qui ressentent de l’angoisse à l’idée de voir Noël approcher. En fait, les surprises les effraient au plus haut point, car se sentant trop regardés, ils ou elles perdent leur stabilité émotionnelle. Les personnes qui en souffrent, peuvent cependant adorer en offrir, rien à voir avec l’avarice par exemple. Alors, c’est là que je me pose une question philosophique : Imaginez le malaise réciproque de celui qui offre à un catellophobe… et pour aller plus loin, pour faire plaisir à un phobique qui m’a fait plaisir avec un présent, dois-je donc ne rien lui offrir ?

Les cadeaux adressent des messages.

Inconscientes ou non, nos intentions sont interprétées par le catellophobe. Bons ou mauvais ressentis, ces présents impliquent de donner après avoir reçu. Ce qui sort d’une logique naturelle pour la personne, car quand elle reçoit, elle risque de se sous-estimer et se dévaloriser par rapport au choix du cadeau qu’elle doit faire. L’idée d’offrir à son tour est un drôle de tourment.

Un sourire, un compliment, même topo.

Il n’y a pas que le cadeau qui crée ce malaise à cette personne, il ressent la même chose avec un sourire ou bien un compliment. Toutes ces attentions créent une situation gênante pour la personne qui n’a pas été habituée à ce qu’on lui offre ou donne quelque chose, cela remonterait jusqu’à l’enfance avec le biberon par exemple. La méfiance peut alors s’installer car l’offrant aurait des intentions dites alors douteuses, engendrant maintes questions sur le pourquoi car c’est un sentiment parfois douloureux qui remonte. De surcroît, en plus d’être suspicieuse, la personne doit contrôler ses émotions et lever une partie du voile sur elle. Elle se sent donc désarmée.

Oh ! il ne fallait vraiment pas.

C’est exactement ce qu’un phobique du cadeau va éprouver et exprimer avec beaucoup de sincérité alors qu’il ne s’agit qu’une expression très commune que nous rétorquons avant de remercier. Insatisfaites et déçues, ces personnes décrivent à l’avance ce qui leur ferait vraiment plaisir ou ce dont elles auraient vraiment besoin avant le prochain passage à l’acte de leur offrir quelque chose d’autre.

Comment faire plaisir à un phobique des cadeaux ?

La tentation serait de dire que bien évidemment, il suffit de ne rien lui offrir. Mais vous vous doutez que dans l’esprit de notre blog, j’ai envie de voir les choses de manière plus complexe :

  1. Ne surtout pas lui faire de surprise : le principe de base est d’être prévenant, laisser le temps au phobique de se préparer à l’idée de ce qui va lui arriver,
  2. Être très très rassurant : redoubler d’efforts pour expliquer vos intentions, insister sans imites sur leurs bienveillances et sur votre sincérité.
  3. Ne pas insister lourdement : si après toutes vos précautions, votre capitellophobe préféré reste tendu, et n’insister pas, il ne faut pas oublier qu’offrir un cadeau doit être fait pour le plaisir de ce qui celui ou celle qui le reçoit.

Les fêtes de fin d’années approchent à grands pas, profitez-en bien et n’oubliez pas qu’elles sont l’occasion de partager, de faire et se faire plaisir. Nul besoin de fioritures et si nous allions juste à l’essentiel. Remarquez si l’on fait abstraction de la souffrance, c’est bien d’être ami avec un capitellophobe, c’est bon pour le porte-monnaie et plus écologique.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

4 Français sur 10 font au moins une sieste par semaine.

20/11/2017
L'importance de la sieste

L’été un excellent moment pour apprendre la sieste.

 

La sieste revient en grâce, selon une étude de l’INSV, de plus en plus de français avouent faire le sieste. Et si elle devenait tendance en bien-être.

 

Les révélations d’une étude sur le sommeil.

Vous connaissez mon attachement pour la cause de la sieste et ses bienfaits pour la santé, ce qui explique cet article motivé par un constat fait dans une étude récente de l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance. Plus des deux tiers des français reconnaissent faire la sieste au moins une fois par semaine.

La sieste avance ?

Cette étude réalisée, à l’occasion de la journée du sommeil de mars 2017, sur mille et une personne, révèle que 39% des personnes interrogées déclarent faire la sieste au moins une fois par semaine. Avec 26% des sondés qui déclarent faire une à deux siestes par semaine. On peut donc penser qu’il s’agit de séances de récupération lors du weekend, mais là c’est moi qui interprète. Toujours est-il que la sieste qui a parfois mauvaise presse, quoi que l’expression n’est plus très juste, car si les dormeurs ont souvent tendance à culpabiliser à l’idée de penser faire une sieste, la presse, surtout spécialisée, a tendance a parler très positivement de la sieste. Ceci dit pour les partisans, les rames sont sorties, et il reste encore beaucoup de boulot. J’ai personnellement, le sentiment que les choses avancent positivement, dixit le bar à sieste parisien qui existe depuis de nombreuses années et le fauteuil de sieste de Noctéa, par exemple.

13% des français font régulièrement la sieste.

Soulignons que les siesteurs plus réguliers, 13% des dormeurs selon l’étude, sont des gens plus âgés, généralement ne travaillant plus, comme les retraités par exemple. Et surtout ce sont des personnes ayant un sommeil plus faible que la moyenne. C’est encore une fois le manque de sommeil qui pousse à la sieste. N’oublions pas que là est l’objet de la journée du sommeil organisée pour l’INSV, sensibiliser aux troubles du sommeil et leurs incidences sur la santé, afin de les traiter.

Source enquête INSV MGEN réalisée par Opinion Way pour la journée du sommeil 2017. Pour consulter l’ensemble de l’enquête [cliquez ici].

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

Les troubles du sommeil facteurs aggravants de la maladie d’Alzheimer.

16/11/2017
maladie d'Alzheimer

La qualité de sommeil influe sur les risques d’Alzheimer.

 

Une étude française de l’Inserm révèle que la qualité du sommeil et de l’endormissement a un impact sur le développement de la maladie d’Alzheimer.

 

Selon des chercheurs Français, le sommeil influe sur la maladie d’Alzheimer.

Avec plus de 900 000 cas, la France est un des pays les plus touchés par cette maladie. Après l’alimentation, l’exercice physique, une étude française met en avant l’importance du sommeil sur la maladie d’Alzheimer. En fait dormir permettrait l’accumulation de plaques dans certaines zones du cerveau qui sont impliquées dans le développement de la maladie.

L’endormissement et le sommeil deux armes contre Alzheimer.

Une étude menée par Géraldine Roche, chercheuse à l’Inserm de Caen montre plus particulièrement que c’est l’endormissement, plus que le temps de sommeil qui a une influence sur la maladie. Ce qui pourrait vouloir dire que cela aurait un lien avec l’anxiété ou des états dépressifs. Ce que soulignent les chercheurs, c’est que le sommeil servirait notamment à faire un nettoyage du cerveau des déchets accumulés tout au long de la journée. Cela se ferait principalement lors du sommeil lent profond, celui que nous avons en début de nuit. Il permettrait d’éviter d’accumuler dans certaines parties du cerveaux des déchets ou de protéines, réputés favoriser cette maladie. En vieillissant les phénomènes d’apnée du sommeil augmentent et en fractionnant notre sommeil, cela va perturber la qualité de ce nettoyage.

Mieux passer de l’éveil au sommeil.

Il faut se ménager du temps pour bien faire une transition, pour mieux passer de la phase d’éveil au sommeil. Il faut éviter les choses stressantes, comme la lecture des mails professionnels par exemple. Et fuir les écrans dont la lumière bleue qui s’apparente à celle du jour perturbe la sécrétion de mélatonine (hormone du sommeil), ce qui a pour effet de retarder l’endormissement. L’étude rapporte que les gens qui témoignent de difficultés récurrentes à s’endormir (30 à 50 minutes, voir plus), vont avoir plus de lésions qui sont caractéristiques de l’Alzheimer.

Le sommeil s’apprend dès l’enfance.

L’étude montre également que l’adulte qui a eu un sommeil perturbé à l’enfance a beaucoup plus de chance d’avoir des troubles du sommeil à l’âge adulte.

Alzheimer : alimentation, sport et sommeil.

Nous ne cessons de vous rappeler sur commentmieuxdormir.com que le sommeil a une importance cruciale sur notre santé, et désormais nous savons qu’il est un facteur important de la maladie dAlzheimer au même titre que l’alimentation et l’exercice physique. Et bien selon la chargée de recherche Géraldine Roche, il serait de ces trois facteurs celui qui a la plus d’impact sur la maladie.

Source émission Télématin sur France 2 diffusée le 13 novembre 2017.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

Santé, il est urgent de réhabiliter les fruits et légumes.

13/11/2017
Le manque de vitamines C provoque le scorbut

Les ustensiles de cuisine pour la cuisson des légumes.

 

Le scorbut, dû au manque de vitamine C, a fait son retour en France. Pour éviter cette maladie, il suffit de manger des légumes et des fruits régulièrement.

 

Le scorbut est de retour en France.

Certains français mangent tellement peu de légumes, qu’en 2017 la France a compté quelques cas de Scorbut. Il s’agit d’une très vieille maladie que l’on pensait éradiquée depuis bien longtemps. Elle est dûe au manque de vitamine C. Cette dernière est très présente dans les fruits et légumes frais et doit être apportée à notre corps très régulièrement et idéalement de façon quotidienne. Notre culture qui relègue le légume au mieux à une décoration d’assiette, au pire à un aliment chiant que nous impose le médecin. Quand à ceux qui ont pris le pli d’en manger, ils s’empressent de les bouillir pour les transformer en choses sans goût comme pour réduire le supplice. Tout l’art de manger des fruits et des légumes.

Un légume trop cuit perd ses vitamines C et donc ne sert à rien pour se prémunir du scorbut et de manière plus générale à la nutrition. Pour être plus concret et pratique, il est recommandé d’acheter des légumes de qualité, vous savez pas ces trucs devenus sans intérêt à cause d’un rendement excessif et gavés de pesticides.

  1. Bien sélectionner ses fruits et légumes : il ne faut pas oublier que le choix des légumes achetés est important pour le goût et la santé. Privilégiez, poireaux, carottes issus de l’agriculture biologique, ou de votre jardin à condition de le préserver de glyphosate et autres substances de ce genre.
  2. Ne pas les conserver trop longtemps : plus les légumes sont frais plus ils sont bons, car la plupart, perdent leurs propriétés nutritionnelles après quelques jours.
  3. Manger les légumes crus ou pas trop cuits : Les légumes ne sont pas méchants donc rien ne sert de les cuire à grandes eaux, les légumes bouillis sont difficiles à manger, sans goût et sans autre intérêt. Le crudivorisme, plaisir de les manger crus, peut être appliqué à beaucoup de légumes (betteraves rouges par exemple). Certaines méthodes de cuissons préservent tous les atouts de légumes, alors prenons le temps de détailler une recette simple qui peut être appliquée à la plupart des joyaux de nos jardins et qui en plus est très rapide. Rapide et bon, avouez que l’on aime.

Comment bien cuire les légumes ?

Voici la recette que j’appelle « la cuisson des légumes à petites eaux ». Tout d’abord, l’outil génial est tout simplement une sauteuse, à laquelle on peut adjoindre un économe, une planche et un couteau à légumes (éminceur ou un santoku), comme indiqué sur notre photo ci-dessus.

  1. Épluchez les légumes si nécessaire : si vous êtes sûr que vos légumes n’ont pas été pesticidés, il est souvent intéressant de garder la peau, comme les courgettes par exemple. Et ce surtout pour les légumes jeunes et pas trop gros.
  2. Émincez les légumes : faites-vous plaisir, peu importe la forme, c’est à vous de jouer. Ceci dit, plus les morceaux seront fins, plus ils cuiront vite.
  3. Faites fondre un peu de beurre : une belle noix suffira. S’il n’est pas forcément nécessaire d’en mettre des tonnes. Ceci dit, si vous abusez un peu, sachez que le résultat sera toujours moins gras que si vous faisiez revenir des légumes déjà cuits au beurre.
  4. Faites revenir les légumes dans le beurre : remuez les légumes pour les imprégner de beurre.
  5. Si nécessaire, ajoutez un PEU d’eau et couvrez : selon la teneur en eau du légume, ajoutez ou pas de l’eau puis mettez un couvert sur la sauteuse et laissez cuire à feu doux. Par exemple pour cuire une carotte il faudra rajouter un peu d’eau, alors que pour une courgette cela ne sera pas nécessaire. Attention, le secret de cette recette de cuisine est de ne pas mettre trop d’eau, alors si vous n’êtes pas sûr de vous, le conseil est d’en mettre un peu et de surveiller en goûtant régulièrement, et en rajoutant de l’eau au fur et à mesure si besoin.

N’hésitez pas à laisser les légumes un peu croquant, vous verrez cela a également son charme. Les légumes auront plus de goût. Et puis, si vous avez mis un peu trop d’eau, surtout ne jetez pas ce jus car il s’agit d’un bouillon concentrant pleins de saveurs.

Bon appétit.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Santé & mal de dos