Déco, 3 conseils pour une chambre à coucher idéale pour le sommeil.

16/10/2017
Bien dormir dans sa chambre

Conseils pratiques pour bien dormir dans sa chambre

 

Une chambre est un lieu personnel et intime voué à la détente et au sommeil.
C’est pourquoi on doit s’y sentir bien et la soigner, comme nous vous l’expliquions au mois de mars dernier « Comment mieux dormir dans sa chambre ?« . Aujourd’hui je vous propose en s’inspirant des conseils du docteur Maslo, de nous attarder sur trois points importants de la décoration de notre chambre à coucher :

  1. Pour l’aménagement, privilégiez la sobriété : La décoration doit bien sûr toujours correspondre à vos goûts. Tout bon architecte ou architecte d’intérieur partira toujours de vous et de ce que vous aimez. N’oubliez pas que le but est d’aménager un espace ou vous vous sentirez bien pour mieux y dormir. Contemporain ou plus classique, c’est à vous de décider. Je répéterai que ce n’est pas parce que nous sommes très peu à entrer dans ce lieu intime, que ce n’est pas pour cela que la chambre doit être le parent pauvre de la déco. Un élément de base à privilégier est la sobriété. Cette pièce ne doit pas être encombrée, car elle deviendrait oppressante.
  2. Choisir une couleur adaptée au sommeil : les couleurs froides qui sont réputées apaisantes sont donc à privilégier. Et oui, nous dormirons mieux avec un environnement bleu ou vert par exemple. En parlant d’exemples, au mois de juin dernier, nous vous présentions un certain nombre d’exemples sympas de chambres aux styles variés qui donnent envie de dormir : « Déco chambre à coucher : Quelles couleurs choisir pour mieux dormir ?« .
  3. Une chambre bien rangée : le bordel est l’ennemi du sommeil. L’espace est nécessaire pour se sentir bien, pour se détendre, combien de fois devrais-je dire qu’une chambre ne doit pas être encombrée et oppressante, d’où l’objet également de « Une chambre pour bien dormir : le bordel ennemi du sommeil. ».

Source notamment le livre « Dormir enfin » de Marie Borel et Philippe Maslo.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil , , ,

Couettes, pourquoi les matières naturelles sont plus chaudes ?

09/10/2017
Couettes, les matières naturelles sont plus chaudes

Couette naturelle, dormir dans la nature.

 

Quels sont les avantages des matériaux naturels dans une couette ?
Nous avons tous eu l’impression de chaleur avec une couette en duvets ou une couverture en laine. Rappelons que ces matières ne produisent pas de chaleur, mais sont en fait très isolantes. Prenons également le temps de regarder les autres avantages de ces éléments naturels.

Les couettes naturelles sont plus agréables.
Les matières naturelles rendent les couettes plus isolantes. Nous avons tous connu la sensation que notre couette amplifiait la sensation de froid l’hiver et faisait transpirer en période de chaleur. D’une part les matériaux naturels permettent de conserver la chaleur du corps, c’est le plaisir de se sentir dans un cocon si agréable et rassurant. C’est là le côté isolant de matières comme le duvet, la laine ou le lin pour ne citer que ces exemples. Mais en plus l’air circule mieux dans ce type de couettes, ce qui les rend d’autant plus agréables et saines. Car une couette qui respire plus élimine mieux l’humidité et donc réduit considérablement le développement des acariens. Moralité la naturalité n’est pas qu’une lubie d’utopistes, mais cela a une vraie utilité vis à vis de notre bien-être et notre santé.

Les couettes naturelles sont plus saines.
Pour aller plus loin, choisir pour sa couette des matières naturelles issues de l’agriculture biologique, sera meilleure pour notre santé que cela soit de manière directe mais également indirecte. Je vous explique ma pensée. Il est tout d’abord évident que la couette, comme les draps font partie des éléments de literie les plus au contact de notre corps. Ce qui peut donc provoquer de réactions directes aux substances nocives que le synthétique ou Le non bio peut contenir. Mais second effet, Le non bio pollue notre environnement, ce qui par effets induit de finir par avoir des conséquences sur notre santé. D’où la nécessité d’avoir une vision globale.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Literie , , ,

Quand bien s’alimenter rime avec santé.

05/10/2017
Bien se nourrir à l'automne.

Le point sur ma nutrition.

 

Je prépare l’automne.
L’automne est arrivé, au revoir les glaces en cornets et granitas. La rentrée rythme notre vie, il est important de bien se nourrir et de faire le point sur notre alimentation.

Que faut-il manger ?
Selon les dernières préconisations du Plan national nutrition santé (PNNS), nous savons depuis des années qu’il faut 5 fruits et légumes et 3 produits laitiers par jour. Une étude menée par l’Anses va plus loin pour notre santé. La viande et la charcuterie demeurent recommandées mais en quantité restreinte.

Des solutions et repères
Le poisson doit figurer à nos menus plus fréquemment et ce, dans notre intérêt. Tout comme les légumineuses, par exemple, lentilles, haricots et pois chiches ; qui sont riches de protéines, de minéraux et vitamines. Ces derniers permettent donc de pallier les besoins et envies en viandes. Il est à noter que le sucre est présent dans nombreuses préparations tels que les sauces, plats préparés et je passe la liste de tout ce que nous pouvons consommer en sucre, souvent à notre insu. Très très important et essentiel : l’eau ! ne la boudez pas, elle est indispensable à notre équilibre naturel.

Le plaisir n’est pas interdit
Evidemment, il est difficile de suivre à la lettre tous ces conseils. Je recommande pour ma part, de les suivre au mieux et de s’accorder un bon repas par semaine, arrosé d’un ou deux verres de vin. Des sélections sérieuses sont proposées par les magasins de produits bio tant pour bien manger que pour bien accompagner le repas d’un breuvage alcoolisé ou non.

Questions d’habitude
Il s’agit-là de se réapproprier notre santé et de bonnes habitudes. Le choix ne tient qu’à soi, il suffit d’en prendre conscience et ainsi de comprendre ce qu’il nous faut pour bien vivre et l’art de se nourrir. N’hésitez pas à demander conseils, vous découvrirez plein d’astuces pour vous régaler. Je vous laisse prendre le temps de choisir et de vous informer sur vos prochains menus, je file faire rissoler mes steaks de betteraves, un délice !

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Santé et sommeil, les bienfaits de se laver avant d’aller au lit.

02/10/2017
se laver pour mieux dormir

La toilette du soir pour mieux dormir.

 

Une bonne douche pour se relaxer.
Dire qu’il est vivement conseillé de se laver avant de se coucher, est bien sûr une lapalissade, car l’hygiene corporelle est importante pour préserver celle du lit. Mais allons plus loin car se laver a aussi de nombreuses autres vertus sur notre sommeil, détente, bien-être par exemple.

Le sommeil sera plus facile à trouver.
En prenant une douche, idéalement froide, ou du moins plus fraîche, la température corporelle s’abaissera et en s’approchant de celle que nous avons lors du sommeil, il sera plus facile de s’endormir. Par ailleurs pour ceux d’entre nous concernés par la ménopause ou l’andropause, cela repoussera les premières bouffées de chaleur de la nuit. De plus, sous la douche, le corps se détend et il est souvent plus facile de se vider la tête.

La nudité sera plus agréable.
Pour ceux qui dorment nus, ou ceux qui souhaitent faire l’apprentissage du sommeil dans le plus simple appareil, le contact avec les draps sera plus agréable et souvent la douche désinhibe. Plus à l’aise avec son corps, le contact avec les draps sera encore plus agréable. Sans compter que si l’on est pas seul dans le lit, être plus à l’aise avec soi-même permettra d’être mieux avec l’autre.

La santé sera préservée.
Revenons sur le côté purement hygiénique qui a également son importance sur notre santé. S’ il est évident que la toilette du soir évitera de salir les draps notamment de sueur, mais soulignons que particulièrement si l’on dort nu nous pourrons contaminer les draps de bien d’autres choses. Je citerai un article récent du blog de Noctea sur une étude scientifique qui a démontré que même si les draps étaient en apparence propres, bien souvent ils contenaient de l’urine ou pire des matières fécales. Une bonne toilette avant de se coucher et des draps lavés toutes les semaines sont la solution pour une bonne santé préservée.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Tips et conseils pratiques , , , ,

Consommer bio, comment éviter les erreurs en voulant bien faire ?

25/09/2017
L'art de consommer bio

Consommer bio et bien.

 

Le bio doit faire réfléchir.
Comme je l’ai déjà dit, par exemple avec « La méconnaissance du bio, terreau d’abus » et « L’excès de bio est mauvais pour la santé« , notre comportement d’achat, en particulier vis à vis du bio, doit faire preuve de quelques questionnements personnels. Vouloir consommer sain et responsable, cela s’apprend et nécessite quelques règles et quelques réflexions. L’idée de cet article nous est venue à la vue d’un billet d’humeur sur Facebook, d’Agnès Devillières, coach, dont les travaux nous inspirent régulièrement.

Plus sain, mais à quel prix ?
Avant d’aller plus loin, commençons par partager les propos d’Agnès : « Je m’interroge sur un truc qui m’échappe : manger sain doit-il nécessairement rimer avec des aliments venus d’autres continents, de contrées lointaines ? La mode des graines de Chia par exemple, ou des amandes californiennes qui ruinent l’écologie locale mais qui font un lait végétal « plus sain » que le lait de vache .. Gourmande que je suis j’adore découvrir des plats ‘exotiques’ pour autant, les repas du quotidien, les habitudes alimentaires ne devraient-elles pas être plus « raccord’ avec notre lieu de vie ? Manger local ça a du sens quand même ».

Consommer bio doit s’inscrire dans une démarche plus globale.
Le préalable est poser la question, que veut dire consommer bio pour vous ou pour moi bien sûr :

  • Consommer bio dans des réseaux de distribution qui font venir des tomates de pays éloignés et qui ne respectent pas les revenus des producteurs est il suffisant ?
  • Consommer bio, avec des aliments conditionnés dans du plastique et en gaspillant, est-il judicieux ?

Le lexique d’une consommation plus responsable et vision globale.
Pour apporter des réponses plus pertinentes, prenons le temps de faire le point sur la définition de certains termes liés à nos questionnement sur la consommation :

  • Le développement durable : il s’agit d’une démarche qui allie le développement économique au développement social et au respect de l’environnement. Ce qui signifie que pour vivre nous avons besoin certes d’argent, de bonheur et de vivre dans un environnement sain.
  • Le commerce équitable : Il s’agit d’une partie et seulement d’une partie du développement durable. dans ce cas on allie développement économique et social. En d’autres termes, il faut payer de manière juste les gens qui produisent, qu’il s’agisse des fournisseurs, comme des employés.
  • Le produit bio : il s’agit d’un produit cultivé dans le cadre de l’agriculture biologique et qui a fait l’objet d’une certification. En France, le ministère de l’agriculture a défini les règles à respecter, notamment l’élimination des pesticides.
  • Le locavorisme : il s’agit de gens, les locavores, qui s’inscrivent dans un mouvement qui prône la consommation de nourriture produite dans un rayon allant de 100 à 250 kilomètres maximum autour de son domicile.
  • L’Ecodesign ou l’Eco conception : il s’agit d’une démarche qui consiste a introduire la responsabilité environnementale, dès la création et la conception d’un produit. C’est à dire, considérer l’impact du produit ou du service, tout au long du cycle de vie du produit, de sa conception à sa destruction. Dans cette démarche, la communication et les termes employés répondent également a une norme très précise, afin d’éviter toute ambiguïté vis à vis du consommateur. Un des outils incontournables de l’éco conception est l’ACV (l’analyse du cycle de vie).

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne , , , ,

Comment aider son enfant à se coucher ?

21/09/2017
Comment mieux endormir un enfant

Conseils pratiques pour coucher un enfant.

 

Pour que dormir devienne un plaisir.
Il y a quelques jours, nous vous parlions de l’étude sur le sommeil des enfants, réalisée par 3 chercheurs de l’Université d’Orléans et de Tours, qui concluaient à une perte sensible du temps de sommeil de nos enfants avec des conséquences notables sur leur comportement et leur apprentissage. Comme notre but n’est pas d’être anxiogène, mais de vous expliquer concrètement comment mieux dormir, voici quelques tips pour mieux appréhender vos soirées.

4 conseils pratiques pour aider son enfant à mieux dormir.
Comme vous le savez, dormir cela s’apprend et à plus forte raison quand il s’agit d’un enfant. C’est pourquoi il faut respecter quelques règles pour notamment rassurer un enfant qui peut vivre le fait d’aller comme une séparation de ses parents.

  • Ne pas servir de dîner trop lourd : plus le processus de digestion sera important plus le sommeil sera difficile. C’est pourquoi, il faudra privilégier un repas plus léger à base de glucides et de protéines. Les lourdeurs d’estomac rendraient l’endormissement plus compliqué et pourraient provoquer des réveils au cours de la nuit. Il faut également éviter les excitants comme les sodas.
  • Mettre en place des rituels : les enfants ont besoin d’être rassurés, car le moment d’aller dormir marque pour l’enfant la séparation d’avec ses parents. Une excellente méthode est de mettre en place des rituels, « ces habitudes qui sont reproduites chaque soir au moment du coucher, dans un ordre immuable » souligne la journaliste. A chacun ses habitudes, mais par exemple, on peut enchaîner chaque soir à heures fixes, la toilette, le bisou à toute la famille, la petite histoire et le câlin au lit. La transition est bien là et le calme s’instaure progressivement.
  • Bannir les écrans dans la chambre : je ne me lasserai jamais de vous répéter que les écrans (télévision, téléphone, tablette) émettent une lumière qui s’apparente à celle du jour et qui a tendance à repousser le sommeil. Ajoutons à cela que certains programmes violents, pourront perturber l’enfant, voire provoquer des cauchemars. Parfois même, certains enfants déploient une imagination sans limites pour rester éveillés, la télé servant de prétexte à certains petits malins.
  • Ne pas trop chauffer la chambre : pour un bon sommeil, la température de la chambre doit être entre 16 et 18 degrés Celcius. Il vaut mieux une chambre plus fraîche et mieux couvrir son enfant.

Source Le Parisien du 15 septembre 2017.

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil , , ,

Nos enfants ne dorment plus assez !

18/09/2017
Etude sur le sommeil des enfants

Article paru dans Le Parisien le 15 septembre 2017

 

Une étude démontre que nos enfants manquent de sommeil.
Une étude universitaire, relayée par le journal le Parisien daté du 15 octobre 2017, met en avant que les écoliers français manquent de sommeil et pire, que leur temps de sommeil se réduit de plus en plus depuis quelques décennies. Par exemple, en 30 ans un enfant a perdu en moyenne 40 minutes de sommeil. Ce qui n’est pas sans conséquences sur le comportement à l’école et sur l’apprentissage. Pourquoi les enfants dorment de moins en moins ? combien de temps devraient-ils dormir et quelles sont les conséquences à l’école ? Voilà quelques questions qui nous intéressent tout particulièrement.

Pourquoi les enfants dorment de moins en moins ?
Pour compléter, ajoutons qu’en un siècle, en France, les moins de 18 ans ont perdu 1 heure de récupération et qu’un enfant en âge d’aller en maternelle a perdu entre 15 et 20 minutes de sommeil en 15 ans. Cette perte de récupération, s’explique par différents facteurs :

  • La méconnaissance du temps de sommeil dont ont besoin nos enfants. Nos trois chercheurs ont constaté une différence allant de 30 à 50 minutes entre le besoin réel des enfants et le temps estimé par les parents.
  • Les rythmes de travail des adultes qui bousculent les dîners et les activités en famille,
  • L’omniprésence des écrans qui, du fait de la lumière bleue (apparentée à la lumière du jour) repousse le sommeil. Non seulement les tablettes et la télé sont très présents dans la vie des enfants, 19% des écoliers de grande section de maternelle ont un ordinateur ou une télévision dans leur chambre.

Combien de temps doit dormir un enfant ?
Il s’agit bien sûr d’une moyenne, mais un enfant selon son âge a un besoin minimum de récupération qui évolue en grandissant :

  • à 5 ans, un enfant doit dormir 11h30,
  • à 8 ans, il a besoin de 10h30,
  • à 10 ans, le sommeil doit-être de 10h en moyenne.

Quelles sont les conséquences du manque de sommeil sur l’école ?
Les enseignants constatent, que cette perte de sommeil, a des conséquences sur l’apprentissage. Ils sont de plus en plus en présence d’enfants qui ont des difficultés de concentration. Et pire que cela, d’autres sont victimes de changements de comportement, qui se matérialisent selon les cas par une certaine apathie ou par une agitation à l’extrême.

Source le parisien/Aujourd’hui en France, basé sur une étude de Christine Moutier, Nadine Le Floch et Réné Clarisse, chercheurs à l’université d’Orléans et Tours à la demande du ministère de l’éducation nationale.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil , , , , ,

Sommes-nous faits pour dormir à deux ?

14/09/2017
Résumé de d'émission William à midi sur le sommeil

William à midi : dormir à deux nuit au sommeil.

 

Dormir à deux est mauvais pour le sommeil.
Dans sa nouvelle émission sur C8, William Leymergie parlait mardi dernier de sommeil. Au programme une question régulièrement posée : est-il bon de dormir à deux ? Je ne ménagerai pas le suspens plus longtemps, la conclusion de William à midi (c’est le nom de l’émission) était sans appel, dormir à deux n’est pas bon pour le sommeil et c’est scientifiquement prouvé. J’ai l’impression qu’il y a bien longtemps qu’on le sait, mais on essaie de trouver tout les prétextes pour se convaincre que c’est bon. Je vous propose un résumé des principales informations à retenir de cette émission sur le sommeil.

Pourquoi avons nous l’habitude de dormir à deux ?
Saviez-vous que dormir ensemble n’a rien de naturel, c’est la religion catholique qui a instauré cela, afin d’inciter les femmes à remplir leur devoir conjugal. Majoritairement, les femmes préfèrent dormir seules, mais n’osent pas le demander, nous révèle Véronique Mounier.

La culture des couples qui font chambre à part.
20% des couples américains font chambre à part, alors que ce n’est le cas de seulement 8% des français. De plus, il faut également noter que les latins sont plus réticents à rompre l’idée de lit conjugal.

Dormir à deux provoque des éveils intra-sommeil.
Pour le besoin de l’émission un couple s’est livré à une expérience, une nuit à deux et une nuit chacun de son coté, avec l’analyse d’un chercheur en neuroscience. Parmi les réjouissances, lors de la nuit commune, madame a eu des pertes de qualité de sommeil au moment des mouvements de son conjoint, pas besoin de ronfler pour déranger la récupération de l’autre.

Comment mieux dormir à deux ?
Combien de fois faudra-t-il vous dire que le mieux, c’est chacun sont lit ? A défaut, il vaut mieux choisir une literie plus large et idéalement en deux parties, avec deux matelas de 90 cm minimum, pour que chacun puisse bouger comme il le souhaite. Afin de ne pas se découvrir mutuellement, l’idéal serait d’avoir chacun sa couette comme en Allemagne. Sur ces bons mots, je vous souhaite de bonnes nuits.

Source William à midi sur C8, avec les conseils de Maxime Elbaz, chercheur en neuroscience et Sylvie Royant Parola, psychiatre et medecin spécialiste du sommeil.

Voir la séquence de l’émission William à midi sur C8

 Si vous avez dix minutes, regardez le sujet [en cliquant ici].

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil , , , , ,

Dysanie : comment ne plus traîner au lit ?

11/09/2017
Qu'est ce que la dysanie ?

La dysanie.

 

Qu’est ce que la dysanie ?
Je suis content de partager ce mot que je viens d’apprendre. Il s’agit en fait de retarder en permanence le moment de se lever, notamment en repousser sans cesse la sonnerie du réveil. Autant vous dire que cela n’est pas bon, puisqu’il relance à chaque fois un cycle de sommeil, qui sera immanquablement interrompu.

Se lever naturellement quand on a fait le plein de sommeil.
Par opposition à la dysanie, il nous est à tous arrivé de nous réveiller avant la sonnerie du réveil. En se levant aussitôt, on se sent étonnamment très bien. Cela signifie juste que l’on a respecter son besoin naturel de sommeil et plus précisément le rythme des cycles du sommeil.

Conseils pratiques pour mieux se lever.

  • Se coucher et dormir à temps : je sais, vous allez me dire qu’il s’agit d’une lapalissade, mais se coucher plus tôt et dormir suffisamment, facilite le réveil et le lever. Sans oublier de rappeler que le cumul de déficit de sommeil n’a rien de bon.
  • Placez votre réveil à une distance réglementaire : afin d’éviter l’arrêt réflexe du réveil, discipline dans laquelle vous excellez, placer le à l’autre bout de la pièce. L’idée est de vous obliger à vous lever pour l’éteindre.
  • Utilisez un réveil lumineux : Le recours à la luminothérapie, Philips ou Nokia (ex Withings), est une méthode plus douce basée sur les cycles naturels. Le réveil éclaire progressivement la pièce, ceci est plus agréable et efficace. Attention, il ne vous virera tout de même pas du lit.
  • Démarrer la journée par une action positive : la crainte d’une activité stressante, notamment un problème au travail, peut faire que l’envie de fuir ne favorise pas le lever. C’est pourquoi, imposez-vous à commencer la journée par la réalisation de quelque chose que vous aimez. Vous savez ce bon vieux principe, qui consiste à se lever plus tôt, afin d’avoir du temps pour soi. Si le problème persiste au travail, attention au burn out, il peut être recommandé d’en parler à un professionnel.

Précisons que si la dysanie est la difficulté à sortir du lit le matin, pousser plus loin le désir irrépressible de rester au lit que l’on appelle la clinomanie est une pathologie. Là encore, le conseil est de consulter son généraliste ou un centre du sommeil.

Pour rappel quels sont les cycles du sommeil ?
Notre sommeil est rythmé et régulé par le cerveau qui contient de véritables horloges situées dans l’hypothalamus. Naturellement la régularité est la règle de notre sommeil, qui est régi par une succession de cycles et de phases, comme indiqué sur le schéma ci-dessous et je vous recommande de lire les explications détaillées du réseau Morphée [cliquez ici].

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil ,

Je vieillis bien et alors ?

04/09/2017
Comment mieux vieillir

Je vie pour mieux vieillir

 

Les magazines me rappellent que je vieillis.
Etant moi-même également concernée par le sujet, la quarantaine assumée, je me suis penchée sur la question de : « comment améliorer mon quotidien pour vivre mieux dans le temps ». Je sais qu’il faut prendre en considération la ménopause, l’arthrose, ostéoporose, … et qu’il y a mille et une notions accessibles en ligne et magazines divers qui vous donnent la bonne parole. Certes, toutes ces informations ne manquent pas de justesse et j’en prends note.

Mes propres remèdes miracles.
Poudre de perlimpinpin et j’en passe… Finalement, je ne cherche pas le remède-miracle que j’utiliserai le moment venu ; non, je penche pour un confort basé sur des règles de vie que j’instaure dès maintenant afin de réguler et prévenir l’avenir.

  1. De l’exercice : forcément, j’allais passer par cette case-là ! Moins de télé et de tablette, je vais prendre l’air. Allez 20 minutes de marche en plein air et par jour, musique dans les oreilles, vont me stimuler. D’autant qu’il est préconisé de prendre la luminosité naturelle au moins pour cette durée, quotidiennement. C’est top ! un 2 en 1.
  2. Moins de tabac : amatrice de cigares, j’avoue que réduire ma consommation est indispensable pour ma santé globale, ma respiration et pour éviter le jaunissement des dents, signe de l’âge lui-aussi. Tiens ! un 3 en 1, ça devient très intéressant ! je vais aussi réduire mes visites chez le dentiste du coup … 😀
  3. Mieux m’alimenter : je suis la tendance Vegan, non seulement je me sens moins coupable de la maltraitance animale et en plus, je me fais du bien. J’ai testé petit à petit l’intégration de tofu, soja et dérivés… Certes, ça change fortement les habitudes. Or, j’apprends peu à peu à les cuisiner et pour le moment, je suis assez satisfaite bien que pas convaincue du tout du tout fût quelque temps. En bonne voie donc.
  4. Les vitamines : perlimpinpin et compagnie : je redis Stop ! je ne prends plus de compléments vitaminés, non ! je prends des fruits et des légumes que je transforme en Smoothie et / ou en salades, à mon gré. Voilà ! Je ne me fournis plus que le samedi matin, auprès de mon maraîcher bio sur le marché situé Place Voltaire. Je vais vaincre ce que la Nature me réserve par le Naturel. Super, en plus ma boutique de thé préférée est à quelques pas. Je mérite bien une dégustation accompagné d’un petit chocolat et du sourire adorable de la patronne.

Sur ces bons conseils, vieillir apporte la sagesse. La preuve étant car il y a encore quelque temps, je n’étais pas de l’avis des lignes que je vous ai écrites. 😉

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit , , ,