Accueil > Autour du lit > Que vais-je offrir à une phobique des cadeaux ?

Que vais-je offrir à une phobique des cadeaux ?

La phobie des cadeaux

Capitellophobie, la phobie des cadeaux

 

Les fêtes de Noël approchent avec son flot de cadeaux. Eh bien, pour certains, la seule idée de recevoir un cadeau provoque une angoisse. Imaginez-vous vouloir faire plaisir et finalement vous provoquez un malaise.

 

La définition de la Capitellophobie.

La capitellophobie est la phobie de se voir offrir un cadeau. Eh oui, saviez-vous que contrairement à ce que nous pourrions penser, il y a parmi nous des gens qui ont horreur des cadeaux et qui ressentent de l’angoisse à l’idée de voir Noël approcher. En fait, les surprises les effraient au plus haut point, car se sentant trop regardés, ils ou elles perdent leur stabilité émotionnelle. Les personnes qui en souffrent, peuvent cependant adorer en offrir, rien à voir avec l’avarice par exemple. Alors, c’est là que je me pose une question philosophique : Imaginez le malaise réciproque de celui qui offre à un catellophobe… et pour aller plus loin, pour faire plaisir à un phobique qui m’a fait plaisir avec un présent, dois-je donc ne rien lui offrir ?

Les cadeaux adressent des messages.

Inconscientes ou non, nos intentions sont interprétées par le catellophobe. Bons ou mauvais ressentis, ces présents impliquent de donner après avoir reçu. Ce qui sort d’une logique naturelle pour la personne, car quand elle reçoit, elle risque de se sous-estimer et se dévaloriser par rapport au choix du cadeau qu’elle doit faire. L’idée d’offrir à son tour est un drôle de tourment.

Un sourire, un compliment, même topo.

Il n’y a pas que le cadeau qui crée ce malaise à cette personne, il ressent la même chose avec un sourire ou bien un compliment. Toutes ces attentions créent une situation gênante pour la personne qui n’a pas été habituée à ce qu’on lui offre ou donne quelque chose, cela remonterait jusqu’à l’enfance avec le biberon par exemple. La méfiance peut alors s’installer car l’offrant aurait des intentions dites alors douteuses, engendrant maintes questions sur le pourquoi car c’est un sentiment parfois douloureux qui remonte. De surcroît, en plus d’être suspicieuse, la personne doit contrôler ses émotions et lever une partie du voile sur elle. Elle se sent donc désarmée.

Oh ! il ne fallait vraiment pas.

C’est exactement ce qu’un phobique du cadeau va éprouver et exprimer avec beaucoup de sincérité alors qu’il ne s’agit qu’une expression très commune que nous rétorquons avant de remercier. Insatisfaites et déçues, ces personnes décrivent à l’avance ce qui leur ferait vraiment plaisir ou ce dont elles auraient vraiment besoin avant le prochain passage à l’acte de leur offrir quelque chose d’autre.

Comment faire plaisir à un phobique des cadeaux ?

La tentation serait de dire que bien évidemment, il suffit de ne rien lui offrir. Mais vous vous doutez que dans l’esprit de notre blog, j’ai envie de voir les choses de manière plus complexe :

  1. Ne surtout pas lui faire de surprise : le principe de base est d’être prévenant, laisser le temps au phobique de se préparer à l’idée de ce qui va lui arriver,
  2. Être très très rassurant : redoubler d’efforts pour expliquer vos intentions, insister sans imites sur leurs bienveillances et sur votre sincérité.
  3. Ne pas insister lourdement : si après toutes vos précautions, votre capitellophobe préféré reste tendu, et n’insister pas, il ne faut pas oublier qu’offrir un cadeau doit être fait pour le plaisir de ce qui celui ou celle qui le reçoit.

Les fêtes de fin d’années approchent à grands pas, profitez-en bien et n’oubliez pas qu’elles sont l’occasion de partager, de faire et se faire plaisir. Nul besoin de fioritures et si nous allions juste à l’essentiel. Remarquez si l’on fait abstraction de la souffrance, c’est bien d’être ami avec un capitellophobe, c’est bon pour le porte-monnaie et plus écologique.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

  1. Pas encore de commentaire