Accueil > Sommeil > Sylvie Royant-Parola « Le manque de sommeil nous tue à petit feu ».

Sylvie Royant-Parola « Le manque de sommeil nous tue à petit feu ».

Le manque de sommeil provoque notamment des cancers et accidents cardio-vasculaires.

 

Spécialiste du sommeil, Sylvie Royant-Parola, nous explique sur France Info les dangers du manque de sommeil.

 

L’impact du sommeil sur la santé.

Comme on vous le rabâche régulièrement sur comment mieux dormir, le sommeil sert au corps à récupérer, à se reconstruire aussi bien au plan physique qu’intellectuel, impossible de laisser passer cette interview réalisée sur la radio France Info qui nous expose les conséquences du manque de sommeil sur notre santé. Cette psychiatre française, spécialiste du sommeil, nous révèle même les dangers que nous encourons en ne dormant pas assez.

Quelles sont les conséquences du manque de sommeil ?

Tout d’abord, on pense tout de suite à la hausse du risque d’avoir un accident. Mais très vite, l’insuffisance de sommeil provoque des risques plus directs sur notre santé ou notre vie. Selon le docteur Royant-Parola les principaux dangers du manque de sommeil sont :

  • L’accidentologie, moins concentrés, nous sommes donc moins vigilants et donc plus exposés aux risques d’accidents, qu’ils soient routiers, domestiques ou même au travail.
  • Les troubles cardiovasculaires, avec l’hypertension,
  • Les accidents vasculaires cérébraux,
  • Les infarctus du myocarde,
  • Les troubles métaboliques, qui créent une plus grande sensibilité au diabète et à la prise de poids,
  • Une plus grande sensibilité aux microbes, l’organisme attrapera plus facilement les microbes qui traînent,
  • Le cancer, eh oui le mot est prononcé, le manque de sommeil favorise la survenue de cancers du sein ou de la prostate par exemple,
  • La dépression, ne pas dormir suffisamment, un peu chaque jour, augmente de manière substantielle le risque dépressif.

Les enfants ont perdu 20 minutes de sommeil.

Un adulte sur 3 souffre de troubles du sommeil. Mais le problème frappe aussi nos enfants. En moyenne, les enfants de 3 à 5 ans dorment 20 minutes de moins qu’avant, ce qui est un vrai souci car dormir aide l’enfant à se construire, ce qui provoque des troubles de l’apprentissage et un plus grand risque d’obésité infantile selon notre spécialiste du sommeil.

Les conseils pour mieux dormir de Sylvie Royant-Parola :

  • Régularité des horaires de lever : nous sommes souvent focalisés sur notre horaire de coucher. En fait l’idéal serait de se lever à heure régulière, ce qui permet de régler notre horloge biologique et en écoutant notre organisme, l’heure de coucher en découlera.
  • Avoir une activité physique dans la journée : cela favorisera le sommeil profond.
  • Se faire un sas avant d’aller se coucher : d’une durée d’à peu près 1 heure, il faut se ménager une période où l’on fait des choses plaisantes, en fuyant les ordinateurs, mobiles et autres tablettes. Il n’est pas interdit de regarder un film qui favorisera la décompression et plus idéalement écouter de la musique ou lire. Avant toute chose, l’important est de déconnecter du travail, essayer d’oublier le stress.

Pour voir l’intégralité de l’interview de la radio France Info [cliquez ici].

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks