Archive

Archives de l'auteur

Comment vivre hygge, même pendant les vacances ?

17/07/2017
Hygge même pendant les vacances

Les vacances hygge.

 

Femininin.com nous donne des idées pour vivre hygge l’été.
Il y a quelques temps, je vous parlais du phénomène hygge, venu du Danemark. Cet art de vivre consiste à aimer rester chez soi, d’autre termes, il s’agit d’une philosophie qui transforme les choses du quotidien en bonheur et en plaisir de les partager. Le magazine fémininbio nous livre 10 idées pour vivre avec ce principe en été. Je vous ai fait subjectivement mon bestof de ces conseils pratiques. Bien que je ne sois pas hygge pour un sou, j’ai trouvé qu’il y a des points à vraiment méditer pour notre bien-être.

Conseils pratiques pour des vacances hygge :

  • Savoir apprécier ce que l’on a : nous courrons toujours après de nombreux objectifs, mais sommes nous conscient de ce que nous avons. Sommes nous capables, de nous poser pour nous questionner sur la chance de ce et ceux qui nous entoure(nt). A mon sens, une bonne question à se poser est de savoir si l’on sait profiter de l’instant présent.
  • Prendre l’air, profiter du soleil : le beau temps est là, sortir sur la terrasse ou dans le jardin pour partager un apéro ou un barbecue, voilà encore une base du hygge.
  • Déconnecter : c’est une belle occasion de lutter contre nos tendances à la nomophobie, quittons un temps les portables, ordinateurs et autres tablettes.
  • Gastronomie à la hygge : en d’autre termes, c’est partager chez soi entre amis les plaisirs de la table à la française. Je pense notamment aux plaisirs des soirées vins organisées avec mes amis d’OlivetThome.
  • Mission cocoonning : bien sûr en été, on sort de sous la couette, mais l’idée de de s’occuper de soi et pourquoi pas de se livrer à l’art de la sieste.
  • Etre responsable : visiblement être hygge, c’est le contraire de l’égoïsme, c’est penser aux autres, être bienveillant. Pour être plus clair, ce n’est pas râler parce que quelqu’un jette un papier par terre, mais ramasser le papier et le mettre à la poubelle.

Source Femininbio.com et je vous recommande de lire l’intégralité de l’article.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit , , ,

Comment occuper les enfants pendant les vacances ?

10/07/2017
Comment occuper un enfant pendant les vacances

L’art du château de sable.

 

Et si les enfants aimaient les choses simples ?
Bonne nouvelle, les vacances arrivent et le soleil est bien là. Enfin tout du moins les vacances scolaires commencent. Il va falloir occuper nos chers têtes blondes, veiller à ce qu’ils ne s’ennuient pas ou qu’ils je restent pas scotchés devant le dernier jeu vidéo à la mode. Alors que faire ? Rappelons-nous, nous avons tous étés interloqués un jour ou l’autre par le fait qu’un enfant abandonne le dernier jouet à la mode pour jouer avec la boite ou quelques bouts de bois sur un tas de sable . Et si tout simplement nos enfants n’avaient pas besoin qu’on les occupe, mais plutôt que l’on s’occupe d’eux. L’expérience vécue avec ses parents est toujours celle que l’on retient. Alors comment passer du temps de manière originale avec ces pots de colle ?

5 idées d’activités simples et originales à faire avec ses enfant pendant l’été :

  1. Faire un château de sable sur la plage : oui, c’est tout bête, mais cela amuse tous les enfants, même les plus grands. J’avoue personnellement cela m’amuse toujours. Mesdames vous avez là, la solution pour occuper les enfants et monsieur pendant que vous vous faites bronzer au bord de la mer.
  2. Faire des graffitis de mousse végétale : voilà une belle manière de décorer les murs de la maison avec des graffitis réversibles et écologiques. Alors si vous ne me croyez pas ou si tout simplement vous voulez passer à l’action, je vous livre l’article qui donne la recette pour faire pousser cette mousse végétale.
  3. Faire une initiation à la nature : le respect de la nature s’apprend et plus cela commence tôt plus l’éducation sera efficace. Alors comment faire ? Parmi les sempiternelles promenades en forêt ou séance de jardinage en famille, Wedemain a relevé au Maker Faire de Paris l’idée du totem magique Botaki qui est un concept d’objet connecté pour enfant, pour les sensibiliser à la nature et au jardinage.
  4. Faire un gâteau : une classique séance de cuisine aura toujours sont effet et si vous n’êtes pas forcement fan de la cuisine immaculée de farine ou de chocolat, reconnaissez vous vous marrerez forcement à la vue de la petite bouche pleine de chocolat.
  5. Faire une bonne sieste : cela permettra de ne pas avoir à lutter pour convaincre le petit monstre de s’endormir et à nous de nous réconcilier avec notre sommeil pendant les vacances.

Kit à radoter, je vous souhaite d’excellentes vacances.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Tips et conseils pratiques , , , ,

Sommeil, l’été et les vacances arrivent ?

03/07/2017
Conseils pratiques pour mieux dormir

Comment mieux dormir en été ?

 

L’été un autre regard sur le sommeil.
Avec l’arrivée de l’été arrive sur commentmieuxdormir.com, une série d’articles plus pratiques et axés sur les problématiques de la période estivale, qui rime avec vacances pour certains, mais n’oublions bien sûr pas le sommeil des autres. L’été le sommeil n’est pas toujours bien mené, avec notamment l’heure qui présente un gros décalage avec les rythmes naturels, et notre besoin de détente, qui finit souvent par un dérèglement. Pour être plus positif, c’est aussi l’occasion de récupérer, de prendre le temps de se retrouver et d’essayer de remédier à certains problèmes de sommeil. Pour commencer, je vous propose de faire un tour d’horizon des sujets abordés ensemble lors des étés précédents.

Sommeil, quels sont les dangers de l’été ?

  • L’heure d’été : la première difficulté est l’heure d’été, qui retire une heure de nuit par rapport à l’hiver (2 heures de décalage avec le soleil), ce qui n’est pas sans influence sur notre rythme biologique. De plus, en voulant fuir les contraintes de l’année, en vacances nous n’avons parfois plus aucune règle. Ce décalage et ce laisser-aller sont parfois très dangereux pour notre sommeil et pour notre réadaptation à la rentrée.
  • La chaleur : autre ennemi du sommeil pendant les vacances, la chaleur. Quand on sait que notre cerveau a besoin d’être dans un environnement entre 16 et 18 degrés Celsius pour parfaitement récupérer. D’où l’importance de bien réguler la chaleur de la chambre, au delà de la clim’, voilà « comment mieux dormir l’été » un article de 2015. Une occasion de rappeler que pour dormir, il faut prendre une douche froide ou une douche chaude ?
  • Le barbecue et le rosé : bien souvent pour cause de grasse matinée et de plage, le repas de midi est négligé au profit du dîner. Manger riche le soir est idéal pour ne pas dormir. Ajoutons à cela le plaisir du mojito ou du rosé, facteurs comme tous les alcools de micro-réveils : le cocktail est détonnant.

Les vacances, une occasion de soigner son sommeil.

  • Faire le point sur son sommeil : premier conseil pratique, avec l’article « Les vacances l’occasion de faire le point sur son sommeil » qui recommande de commencer par calculer le temps sommeil dont nous avons besoin. Et oui, car ce besoin est très personnel. Puis, une fois doté de notre temps de sommeil idéal, il est bon de récupérer, en essayant de réapprivoiser le sommeil, pour ceux qui sont en indélicatesse avec celui-ci.
  • Évacuer la pression : se coucher sans la pression du travail le lendemain est déjà un bon élément. La deuxième étape est d’apprendre à se débarrasser des soucis qui sont souvent la cause de problèmes d’endormissement. découvrez la technique du carnet sur le chevet.
  • Garder ou retrouver le rythme : je peux aussi vous recommander, d’essayer de retrouver un rythme et enfin, si vraiment cela est une souffrance est d’aller consulter un centre du sommeil.
  • Apprendre la sieste : autre point à apprivoiser : la sieste. Tout d’abord celle de bébé,  avec « 5 conseils pratiques pour habituer mon bébé à faire la sieste à l’extérieur ?« . Puis enfin la nôtre car elle est une étape importante de notre récupération, d’autant plus importante que notre vie est trépidante. D’où l’intérêt de conseils pratiques de notre article « Comment réussir sa première sieste ?« . La sieste n’est pas du temps perdu ou un truc de faignants, le sieste est une nécessité.

Toute l’équipe du blog comment mieux dormir vous souhaite d’excellentes vacances.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil , , ,

En route, vers une consommation plus responsable.

26/06/2017
comment mieux réfléchir ses achats

Comment mieux consommer ?

 

Comment consommer responsable en été ?
l’été arrive et c’est une période où notre carte bleue, chauffe tout particulièrement. D’une part, avec les vacances, période de relâche où nombre de commerçants en profitent, plus particulièrement sur nos lieux de villégiature. D’autre avec les soldes d’été, nous sommes plus avides de bonnes affaires. Alors comme un consommateur averti en vaut deux, prenons le temps de réfléchir aux précautions à prendre afin de ne pas se faire avoir. Puis profitons-en pour aller plus loin et penser responsable dans nos achats.

Le top 4 des conseils pratiques pour être un consommateur malin :

  1. méfions nous des promesses trop belles : il ne faut pas perdre la valeur des choses, à une époque où internet nous permet de tout comparer, fuyons les promesses trop mirifiques. Par exemple, il n’est pas possible de trouver un produit bio, made in France qui respecte les principes du commerce équitable, deux fois moins cher qu’un produit d’importation. Osons douter de nos premières impressions.
  2. sachons lire les étiquettes : certaines étiquettes sont très imprécises et d’autres jouent avec la ligne jaune. Effectivement, en France, 100% naturel ou made in France ne veut pas forcément dire qu’il s’agit de choses entièrement constituées de matières naturelles ou fabriquées en France.
  3. évitons le gaspillage : bien que cela soit évident, n’achetons que ce que nous pouvons consommer. Le gaspillage est le sport favori de nos sociétés développées, n’oublions jamais que nous croulons sous les déchets. Le gaspillage a certes un enjeu écologique vital, mais aussi un impact sur notre pouvoir d’achat. Ce qu’il faut méditer, notamment en matière d’alimentation, ne vaut-il pas mieux consommer des aliments de meilleure qualité en quantité nécessaire que céder aux meilleures offres quantitatives à moindre coût, dont une bonne partie finira à la poubelle ?
  4. connaitre la législation des soldes : effectivement cette période tant attendue par les consommateurs et les commerçants, répond à des règles très précises. Stock, étiquetage, garantie,… revenons sur un de nos articles qui détaillait tous les points importants : Comment préparer les soldes.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne , ,

Déco chambre à coucher : Quelles couleurs choisir pour mieux dormir ?

19/06/2017
Une chambre verte permet de mieux domir

Chambre verte pour mieux dormir – CP Designmag

 

Chaque couleur a une influence plutôt tonifiante ou apaisante.
La couleur dominante de la chambre a son importance sur la qualité du sommeil. Autant une couleur chaude excitera, qu’une couleur froide apaisera. La chambre, bien trop souvent le parent pauvre de la maison, est pourtant un lieu essentiel dédié à notre bien-être et à la détente. C’est non sans émotion que j’aborde ce sujet car il y a huit ans, il s’agissait du thème d’un des tout premiers articles que j’ai fait pour le blog « comment mieux dormir ».

Pourquoi les couleurs froides aident à mieux dormir ?
Marie Borrel et le docteur Philippe Maslo, nous expliquent que chaque couleur a une onde électromagnétique particulière qui aura une influence sur notre sommeil. Les couleurs chaudes comme le rouge, par exemple, ont des vertus tonifiantes. C’est pourquoi pour la chambre, nous privilégierons les couleurs froides (bleu, vert,… ) ou plus neutres (gris, beige clair,…). Ci-dessous, je me suis amusé à faire une sélection, sur les réseaux sociaux, de décorations de chambres à coucher qui mettent en oeuvre les conseils couleurs. J’ai volontairement choisi d’une part, des chambres d’exception qui font rêver et d’autre part, des chambres plus faciles à mettre en oeuvre avec un budget minuscule.

Harmoniser les couleurs de la déco.
Comme vous pouvez le voir dans le Portfolio, l’idée est d’avoir une vision globale de la couleur. Il va de soi qu’il est vivement recommandé d’harmoniser les couleurs, notamment, du sol et des murs, mais aussi des éléments de décoration comme les rideaux, les draps ou couvre-lit, ou bien les lampes. Rappelons que l’éclairage est toujours un élément de base d’une déco réussie.

Choisir des peintures écologiques.
Juste un petit rappel : attention à bien sélectionner des peintures écologiques dépourvues de substances toxiques et allergènes. Soulignons que certaines peintures, fort heureusement de plus rares, émettent des COV (composantes organiques volatiles) mauvaises pour la santé.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

Le portfolio de chambres qui donnent envie de dormir.

une chambre sobre pour mieux dormir

Le chambre libre pour dormir selon Design-Dautore

La quasi absence de couleurs et la sobriété en fait une chambre agréable à la déco originale et facile à mettre en place, à condition d’avoir un peu d’espace.

Chambre bleue

Une chambre bleue – Source designmag

La chambre bleue, un exemple d’application stricte d’une couleur vouée au sommeil. ici le choix a été fait d’une déco beaucoup plus classique. L’dée doit toujours être de faire ce que l’on aime, afin de se sentir bien.

Une chambre déco made in Berry Guillaume Verret

Une réalisation de Guillaume Verret, designer et architecte d’intérieur dans le Berry.

Encore une fois beaucoup de sobriété pour la déco de cette chambre réalisée par l’architecte d’intérieur berrichon, Guillaume Verret. Le violet relève la déco tout en participant au côté apaisant de la chambre.

Autour du lit , , , , ,

Cop 21, j’ai envie d’être optimiste pour la planète.

12/06/2017
Cop 21 - photo Donald Trump

Donald Trump – CP Libération

 

Trump, retire l’Amérique de l’accord de la Cop 21.
Le 1er juin dernier Donald Trump, président des Etats-Unis a tenu une de ses promesses de campagne électorale, en annonçant le retrait de son pays des engagements pris lors de la COP 21 qui s’est tenue en décembre 2015 à Paris. Si l’on se souvient que déjà en décembre 2015, nous étions nombreux à penser que l’accord de Paris, n’était pas assez ambitieux et que comme le confirme l’article de Wedemain paru le 2 juin, les états-Unis sont le deuxième pollueur au monde, derrière la Chine, la douche est très très froide.

Est-ce que notre planète redeviendra grande ?
Mais comme vous le savez, j’aime bien ne pas me contenter d’une vision manichéenne et avoir un sens critique de ma pensée. Vous savez ce bon vieux principe qui consiste à tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Premier constat l’Europe (Allemagne, Italie et France), à l’unisson semble tenir tête à la première puissance mondiale, vite rejoints par la Chine. Ces derniers sont parfaitement conscients d’une part que la population chinoise souffre de plus en plus de la pollution et que d’autre part il y a dans l’économie verte un relais de croissance et des emplois à créer. Ajoutons à cela que l’Inde se propose de ratifier l’accord de la COP 21 et que surtout des gouverneurs, maires et chefs d’entreprises américains déclarent déjà s’opposer à la décision de Donald Trump. Il semblerait que chaque état ait le pouvoir de faire appliquer les engagements écologiques si ils le souhaitent. Ces Américains craignent également de rater le coche de l’économie verte, en laissant filer la recherche à l’étranger, notamment en Europe.

Les conséquences de l’écologie sur le géopolitique et l’économie.
Il est évident que respecter la nature de notre planète est essentiel pour la garder vivable. Il en va entre autres de la santé de la population mondiale, de la survie de certains (catastrophes écologiques) et bien sûr de la paix. Et oui que ferons nous des réfugiés politiques de plus en plus nombreux à une époque où en Europe par exemple, il y a une tendance au repli sur soi. Le pire n’est pas une fatalité, mais il est temps de bien réfléchir et surtout d’agir sans plus tarder. Aux vues des réactions anti-Trump, j’ai envie d’espérer. Je sais que rien n’est gagné, mais l’espoir est permis, ce qui permettrait à bon nombre d’entre nous de mieux dormir et surtout aux générations qui nous suivent de mieux dormir.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne , ,

Sommeil, les différentes formes de co-sleeping ?

05/06/2017
Dormir à deux nuit au sommeil.

Co-sleeping, les différentes situations.

 

Dormir à deux.
Quand on évoque le fait de dormir à deux, on pense tout de suite au couple. Mais il ne faut pas oublier le cododo ou médore qui prend ses aises. Peut-être même que dans certaines familles, on trouve dans le lit parental, le couple, l’enfant et le chien ; bonjour le sommeil. Dans l’étude de l’INSV, sur les incidences du fait de dormir à deux sur notre sommeil, on trouve ces autres formes qui ne sont pas non plus sans conséquences sur nos nuits. Je vous propose de prendre le temps d’en faire l’inventaire.

  1. Le co-sleeping entre adultes : dormir à plusieurs entre adultes est visiblement la situation la plus répandue. Dans ce cas ce que les auteurs de l’étude englobent visiblement le cadre du couple ou la co-location entre étudiants notamment. Notons que « la moitié des Français dorment avec un autre adulte, très généralement dans un seul lit ». Bien que la co-location soit de plus en plus présente à notre époque, dormir à deux se fait dans la majorité des cas dans le cadre de la vie de couple. Il ne faut pas oublier que l’alternative, n’est pas forcément lit commun ou chambre à part, certains couples dorment dans la même chambre avec chacun leur lit.
  2. Le cododo ou co-sleeping avec un enfant : que cela s’effectue dans le cadre d’une démarche réfléchie de co-dodo ou au contraire de manière plus subie du fait de manque de place dans le logement, ou pour avoir la paix, l’étude révèle que « 12% des Français dorment avec un enfant dans leur chambre ». Ce phénomène a surtout lieu de 2 à 5 ans, mais peut parfois se prolonger jusqu’à 10 ans. Bon nombre de parents et plus particulièrement de mamans souffrent de cela.
  3. Le co-sleeping avec un animal : les animaux sont très présents dans nos foyers. l’étude met en avant que « au moins un animal domestique présent dans 1 foyer sur 2 » et que « pour un tiers des Français ayant un animal, celui-ci est présent dans la chambre toutes les nuits ou presque ». Ce qui m’a frappé, c’est que 26% des personnes interrogés déclarent que cela perturbe leur sommeil et 13% que cela améliore leur sommeil.

Source enquête INSV MGEN réalisée par Opinion Way pour la journée du sommeil 2017. Pour consulter l’ensemble de l’enquête [cliquez ici].

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil , , ,

Art de vivre : le plaisir du petit déjeuner au lit.

29/05/2017
L'art du petit déjeuner au lit

Le p’tit dèj au lit, le plaisir du dimanche matin.

 

Les adeptes du p’tit dèj au lit.
Je sais, il y a les adeptes et les autres. Pour ceux qui n’aiment pas la perspectives des miettes qui grattent dans le lit, levez-vous et débrouillez-vous. Pour les autres, arrêtons nous d’une part sur cette attention très appréciée, notamment par les femmes et sur quelques principes de base pour un bon petit déjeuner.

Pourquoi un petit déjeuner au lit ?
La raison que j’avancerais, est le besoin d’être dorloter. Car avons qu’il est quand même plus confortable de déguster son café croissant sur une table. Un exemple de petit dèj au lit réussi, est le plateau apporté par son amoureux le dimanche matin, après une bonne nuit. Ceci dit à chacun d’écrire sa propre histoire, certains parents seront aussi comblés d’être réveillés par des tartines préparées par leurs enfants.

Et si on parlait de petit déjeuner bio ?
Le but est de faire le plein d’énergie, c’est pourquoi on privilégiera de glucides qui sont un des principaux carburants de l’organisme, de vitamines et des protéines pour être rassasié

Un exemple de petit déjeuner simple, diététique et peu coûteux :

  • 60 grammes de baguette (2 tartines) : pour les glucides, je préfère la baguette tradition, meilleure que le pain blanc, avec du beurre. Attention modérément, on ne met pas la plaquette de beurre sur le pain. Ceci dit l’apport de matière grasse est utile, du fait de la présence en son sein d’acides gras qui permettent d’éliminer le mauvais cholestérol.
  • Un bol de chocolat au lait : il hydrate et apporte des protéines qui ont pour vertus de rassasier. Il est parfois remplacé par du thé ou du café. parce que le lait est parfois difficile à digérer. Un petit rappel le lait est régulièrement remplacé par le lait, car il est parfois difficile à digérer ou considéré comme trop riche. Ajoutons, que le café au lait est malsain et chez certaines personnes le café à jeun provoque des brûlures d’estomac.
  • des fruits : pour la vitamine, l’idéal est un fruit frais de saison, quand la saison le permet. Sinon salade de fruits ou jus de fruits peuvent faire l’affaire.

Comment rendre le p’tit dèj confortable ?
Il faut admettre que si ce moment est sympa, le lit n’est pas forcement conçu pour manger et il n’ est pas rare d’y chopper quelques douleurs pendant le petit déjeuner. Il est clair que les heureux propriétaires d’un lit à tête relevable sont privilégiés. Pour les autres le mieux est de s’asseoir carrément dans le lit et/ou se caler à l’aide de 2 gros oreillers dans le dos. Il n’est pas toujours facile, dans nos habitats urbains parfois restreins d’avoir des oreillers spécialement dédiés aux dimanches matins ou aux séances de lecture ou aux soirées télé.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit , , ,

Les légumes bio plus chers et moins beaux ?

22/05/2017
Ma vision des légumes bio

Légumes bio, made in Berry.

 

Manger une semaine pour seulement 13€.
Quand ranger les légumes dans son frigo donne envie de faire une photo et quand publier cette photo sur les réseaux sociaux me donne envie de partager une expérience, cet article naît. Je sais c’est bête, mais tout est venu du fait de poser sur la table les légumes au retour de la ruche qui dit oui. Tout d’abord le flash, j’ai trouvé ces légumes très beaux d’où la photos. Sans compter que le goût des premiers radis, que je n’ai pas résisté à croquer, sont sans ce goût d’eau qu’ont les légumes de supermarchés. Sans oublier que pouvoir manger les fanes de carottes et de radis, parce qu’ils ne sont pas pesticidés, c’est une belle arme anti-gaspillage et c’est tout simplement bon.

Des repas simples à cuisiner.
Alors pour seulement 13 euros, comme vous pouvez le voir sur la photo, j’avais dans mon sac de courses :

  • du fromage frais de chèvre (pour les berrichons la valeur d’une demi faisselle de valençay) avec du sel, du poivre et un filet d’huile d’olive, j’adore. C’est très bon aussi avec les radis.
  • une botte de carottes, dont j’ai cuisiné les fanes (comme celle des radis d’ailleurs) en les faisant revenir dans du beurre, avec 2 pommes de terres. ensuite j’ai ajouté le l’eau et j’ai mixé quand le tout a été cuit. Chaud ou froid, ce potage est excellent. Et pour ceux qui pensent que ce n’est pas la saison, il suffit de le congeler, pour avoir un potage rapidement prêt cet hiver.
  • des bettes cardes, ciselées en prenant soin de bien garder l’ensemble de la feuille, je les ai fais revenir dans du beurre, pour enfin les mouiller modérément avant de couvrir la sauteuse pour finir la cuisson. Une belle technique pour préserver les saveurs.
  • une batavia, bon là je ne vous fais pas de dessin ; ah si, je peux vous donner ma dernière lubie, je rajoute un peu de miel dans la vinaigrette.
  • une botte de radis multicolores, ils ont été parfaits juste avec du beurre et de la fleur de sel…. et avec le fromage de chèvre bien sûr.
  • des navets, comme ils étaient petits, je les ai cuit à petites eaux (revenus au beurre dans une sauteuse, puis j’ai ajouté un peu d’eau et j’ai couvert). je sais j’abuse de cette technique, mais elle est simple, rapide et on garde toutes les qualités gustatives.

Ma recette pour ne plus gaspiller la nourriture.
Nous nous sommes tous surpris à gaspiller des aliments, en particuliers les légumes qui rapidement s’abîment. Ma première résolution est d’en acheter moins, c’est là le coté sympa de la ruche qui dit oui, où il n’y a pas d’obligation de quantité. Si pour des légumes issus de l’agriculture conventionnelle, il est déconseillé de manger les fanes, grâce au bio on peut en abuser, conséquence moins de déchets et une belle économie, on gagne un repas ou deux.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne , , , , ,

Sommeil de votre enfant, débarrassez-vous de votre culpabilité !

15/05/2017
éducation des enfants comment déculpabiliser

L’éducation des parents

 

Ne pas écouter les propos culpabilisant.
Le mois dernier, je vous ai parlé d’Anne Bacus, docteur en psychologie et psychothérapeute, dans l’article sur le sommeil des enfants. Et bien rebelote, car j’ai eu envie de partager le chapitre sur la culpabilité des parents. Il est vrai qu’il est naturel de culpabiliser du fait que son enfant ait du mal à dormir. Pêle-mêle, les parents les plus gentils ont plus tendance à se sentir coupables, car ils ne veulent surtout pas contrarier. Ajoutons à cela que des langues bien pendues et peu habituées à réfléchir avant de parler se chargent d’en remettre une couche. Rien de mieux pour des parents inquiets et en manque de sommeil de s’entendre dire « si c’était moi ça ne se passerait pas comme ça ».

Comment mettre fin à la culpabilité ?
Le principe de base des conseils de la thérapeute est de passer à l’action pour lutter contre la culpabilité. « Voyez si les bonnes raisons que vous avez d’intervenir pour que votre enfant dorme mieux pèsent plus lourd que votre culpabilité. » Il faut être confiant dans ce que l’on met en place, face au petit monstre, la bonne attitude est de montrer de la conviction, plus nous montrons de l’assurance, moins la culpabilité aura de prise sur nous. Je vous entends déjà dire que c’est bien tout cela, mais que changer d’attitude n’est pas si simple. Effectivement, il faudrait bien des articles, pour répondre à toutes les questions de parents, mais l’idée de ce jour est déjà de sensibiliser à ce problème. La prise de conscience est la première étape avant l’action. Entre autre, je ne peux que vous recommander les ouvrages d’Anne Bacus. Pour asséner le coup de grâce une dernière citation : « ne pas enseigner à son enfant à bien dormir c’est le laisser se faire du tort. »

Source Anne Bacus dans son livre « 100 façons de faire dormir son enfant » aux éditions Marabout.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil , ,