Archive

Archives pour la catégorie ‘Autour du lit’

Le silence est une nécessité

05/02/2018
Le silence est une nécessité.

Le silence est-il encore possible ?

 

Le silence si nécessaire à notre bien-être, semble avoir disparu et nous semblons le fuir par peur.

 

Faites du bruit !

Etant moi-même, une citadine bavarde, tant sur le Net avec le blog comment mieux dormir que dans la vie quotidienne, je m’interroge sur le silence et l’inquiétude qu’il peut provoquer. En effet, dans une journée, je comptabilise le flux des appels téléphoniques, les mails, les informations sur les réseaux sociaux, à la télévision et au poste de radio. C’est fou ! ça ne s’arrête jamais, alors est-ce que le silence est normal ?

A quoi sert le silence ?

Eh bien, à « retrouver son équilibre intérieur » selon le Professeur Le Breton, auteur « Du silence ». C’est le silence qui nous permet d’écouter, de reprendre son souffle avant de répondre, c’est donc un temps de notre attention que nous octroyons à l’autre. Car nous le savons tous, le temps nous échappe. Il est difficile d’être silencieux. De nos jours, nous avons le devoir de parler pour paraître positifs et proactifs. On attend de nous des réponses à tout et à rien et nous échangeons ainsi même si parfois, un temps de répit dans la communication serait faste à plus de recul et de réflexion. Aussi, les gens qui ne s’expriment pas sont rapidement laissés pour compte, rangés dans une case parmi les gens réfléchis ou posés ou encore, angoissants.

Les bienfaits du silence.

Pourtant, être silencieux démontre que nous n’avons pas besoin d’être rassurés par le bruit. Au contraire, nous avançons mieux car nous nous recentrons sur nous-mêmes. Nous apprécions mieux une situation ou même un lieu et ce, naturellement et sans appel à aucune croyance. Nous pouvons ainsi mieux développer notre fort intérieur et l’écouter, ce qui correspond à l’inaudible pour les autres. Or, je m’écoute, alors je pense, donc je suis et j’existe.

Faire accepter le silence aux autres.

S’affirmer en tant que tel n’est pas si compliqué. En fait, il faut comprendre que l’autre est déstabilisé, il s’interroge sur le pourquoi et peut être stressé par un échange bref voire inexistant. Ce qui le renvoie à lui-même. Simplement et avec assertivité, il est nécessaire de faire comprendre à l’autre qu’il n’est pas rejeté, qu’il existe aussi mais que nous n’avons pas réponse spontanée à tout, tout le temps.

Il est donc bien normal de se taire sinon on va finir par parler en dormant, ou bien « parler pour ne rien dire » de Raymond Devos. 😉

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

La vidéo de L’INA du sketch « parler pour ne rien dire » de Raymond Devos.

 

Autour du lit

Comment vivre avec un radin ?

15/01/2018
la vie de couple au quotidien du radin

Quel bonheur de vivre avec un radin !

 

Nous savons bien qu’on ne compte pas quand il s’agit d’amour, or la gestion de l’argent dans le couple est importante. Qu’en advient-il lorsque l’autre se comporte de façon répétitive, comme un écureuil économe au point de refuser un achat-plaisir ou une sortie.

 

La prise de conscience de l’avarice.

D’abord, c’est difficile d’accepter que l’autre est radin. Il est particulièrement désagréable de se rendre finalement compte que successivement, les actions de son conjoint tendant à décortiquer les notes au restaurant, à diviser les factures diverses deviennent agaçantes à la longue. Nous pensons vivre avec un économe, plein de bon sens quant à la gestion des finances. Puis nous nous apercevons qu’il s’agit plutôt d’avarice qui devient grinçante. Soyez tranquilles, notre blog est là pour vous aider.

L’avarice est une pathologie.

Il s’agit d’user de prudence avec l’avare. Il n’est pas rare qu’il demande un ticket à la boulangère et pour tous autres achats courants. Toute dépense est considérée comme un péché voire comme un danger, selon la psychanalyste Marie-Claude François-Laugier. Alors, tout achat lui paraît sans intérêt sauf l’achat utile absolu, qu’il considère entrer dans un usage d’obligations et de gestion personnelle, comme un agenda par exemple. Il ne faut donc pas s’attendre à ce qu’il fasse plaisir et encore moins des cadeaux.

Pour le radin offrir est une angoisse.

En effet, il s’agit d’une situation d’insécurité qui génère un manque et une peur de s’auto-suffire. En ne dépensant pas, il a ainsi le sentiment de s’octroyer un certain pouvoir. A savoir que généralement, le public concerné est masculin.

Les conséquences du radinisme sur le couple.

Lourdes sont les conséquences allant même jusqu’au conflit et au divorce. Le partage est inenvisageable ou peu, la construction du couple également. Malheureusement, certaines femmes se trouvent coincées par une situation financière dans laquelle elles se sont engagées et ne peuvent franchir le pas de la séparation par manque d’indépendance. C’est l’enfer de l’enfermement qui devient alors un dilemme pour elles.

La situation connaît-elle des solutions ?

Des solutions, pas vraiment selon la psychanalyste. Il faut engager la discussion sur le sujet de l’argent avant la vie en commun. Avant de passer à l’acte, il serait intéressant de projeter un achat à deux. Cette action devrait lui démontrer qu’il y a un enjeu de bien-être plus fort que celui du mal-être qui pourrait le ronger. Là, s’il réagit positivement, il devrait comprendre peu à peu que des achats simples ne le mettent absolument pas en danger mais lui apportent du bonheur, ainsi qu’à son entourage.

Nos conseils pour éveiller le radin :

  • échanger sur sa vision de l’avenir et ses ambitions,
  • oser fermement lui parler de son comportement, avec bienveillance,
  • le remercier des moindres gestes ou attention qu’il porte,
  • lui expliquer qu’un petit cadeau donne un sourire gratuit et sincère en échange,
  • lui proposer une sortie au moins une fois par mois pour s’accorder du plaisir à deux ou en famille.

Toutefois, le meilleur conseil est de conserver son autonomie financière si vous vous engagez bel et bien avec cette personne. Elle permettra d’éviter bien des conflits de couple.

Des radins qui s’assument.

Avec désarroi, peut-on dire que l’argent pourrait faire leur bonheur ? Quoi qu’il en soit, sachez que des radins s’assument à travers des sites tels que www.radins.com et n’hésitent pas à clamer leurs bons plans et à les conseiller naturellement aux autres. A leur décharge, n’oubliez pas qu’il y a des dépensiers qui ne savent se raisonner et mettent également leur vie de famille en péril. Pour vous aider, je vous invite à consulter « L’argent dans le couple et la Famille » de Marie-Claude François-Laugier.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Bonne année 2018 !

01/01/2018
Le bain de Noël

Photo de Timothy Meinberg : les plaisirs de la baignade de Noël

 

Que doit-on faire le 1er janvier 2018 ?

 

Souhaiter une bonne année.

Sur le blog comment mieux dormir nous n’allons pas faire preuve d’originalité en vous souhaitant tous nos meilleurs vœux en cette nouvelle année, santé, bonheur et donc de bien dormir.

Autour du lit

Que vais-je offrir à une phobique des cadeaux ?

23/11/2017
La phobie des cadeaux

Capitellophobie, la phobie des cadeaux

 

Les fêtes de Noël approchent avec son flot de cadeaux. Eh bien, pour certains, la seule idée de recevoir un cadeau provoque une angoisse. Imaginez-vous vouloir faire plaisir et finalement vous provoquez un malaise.

 

La définition de la Capitellophobie.

La capitellophobie est la phobie de se voir offrir un cadeau. Eh oui, saviez-vous que contrairement à ce que nous pourrions penser, il y a parmi nous des gens qui ont horreur des cadeaux et qui ressentent de l’angoisse à l’idée de voir Noël approcher. En fait, les surprises les effraient au plus haut point, car se sentant trop regardés, ils ou elles perdent leur stabilité émotionnelle. Les personnes qui en souffrent, peuvent cependant adorer en offrir, rien à voir avec l’avarice par exemple. Alors, c’est là que je me pose une question philosophique : Imaginez le malaise réciproque de celui qui offre à un catellophobe… et pour aller plus loin, pour faire plaisir à un phobique qui m’a fait plaisir avec un présent, dois-je donc ne rien lui offrir ?

Les cadeaux adressent des messages.

Inconscientes ou non, nos intentions sont interprétées par le catellophobe. Bons ou mauvais ressentis, ces présents impliquent de donner après avoir reçu. Ce qui sort d’une logique naturelle pour la personne, car quand elle reçoit, elle risque de se sous-estimer et se dévaloriser par rapport au choix du cadeau qu’elle doit faire. L’idée d’offrir à son tour est un drôle de tourment.

Un sourire, un compliment, même topo.

Il n’y a pas que le cadeau qui crée ce malaise à cette personne, il ressent la même chose avec un sourire ou bien un compliment. Toutes ces attentions créent une situation gênante pour la personne qui n’a pas été habituée à ce qu’on lui offre ou donne quelque chose, cela remonterait jusqu’à l’enfance avec le biberon par exemple. La méfiance peut alors s’installer car l’offrant aurait des intentions dites alors douteuses, engendrant maintes questions sur le pourquoi car c’est un sentiment parfois douloureux qui remonte. De surcroît, en plus d’être suspicieuse, la personne doit contrôler ses émotions et lever une partie du voile sur elle. Elle se sent donc désarmée.

Oh ! il ne fallait vraiment pas.

C’est exactement ce qu’un phobique du cadeau va éprouver et exprimer avec beaucoup de sincérité alors qu’il ne s’agit qu’une expression très commune que nous rétorquons avant de remercier. Insatisfaites et déçues, ces personnes décrivent à l’avance ce qui leur ferait vraiment plaisir ou ce dont elles auraient vraiment besoin avant le prochain passage à l’acte de leur offrir quelque chose d’autre.

Comment faire plaisir à un phobique des cadeaux ?

La tentation serait de dire que bien évidemment, il suffit de ne rien lui offrir. Mais vous vous doutez que dans l’esprit de notre blog, j’ai envie de voir les choses de manière plus complexe :

  1. Ne surtout pas lui faire de surprise : le principe de base est d’être prévenant, laisser le temps au phobique de se préparer à l’idée de ce qui va lui arriver,
  2. Être très très rassurant : redoubler d’efforts pour expliquer vos intentions, insister sans imites sur leurs bienveillances et sur votre sincérité.
  3. Ne pas insister lourdement : si après toutes vos précautions, votre capitellophobe préféré reste tendu, et n’insister pas, il ne faut pas oublier qu’offrir un cadeau doit être fait pour le plaisir de ce qui celui ou celle qui le reçoit.

Les fêtes de fin d’années approchent à grands pas, profitez-en bien et n’oubliez pas qu’elles sont l’occasion de partager, de faire et se faire plaisir. Nul besoin de fioritures et si nous allions juste à l’essentiel. Remarquez si l’on fait abstraction de la souffrance, c’est bien d’être ami avec un capitellophobe, c’est bon pour le porte-monnaie et plus écologique.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Quand bien s’alimenter rime avec santé.

05/10/2017
Bien se nourrir à l'automne.

Le point sur ma nutrition.

 

Je prépare l’automne.
L’automne est arrivé, au revoir les glaces en cornets et granitas. La rentrée rythme notre vie, il est important de bien se nourrir et de faire le point sur notre alimentation.

Que faut-il manger ?
Selon les dernières préconisations du Plan national nutrition santé (PNNS), nous savons depuis des années qu’il faut 5 fruits et légumes et 3 produits laitiers par jour. Une étude menée par l’Anses va plus loin pour notre santé. La viande et la charcuterie demeurent recommandées mais en quantité restreinte.

Des solutions et repères
Le poisson doit figurer à nos menus plus fréquemment et ce, dans notre intérêt. Tout comme les légumineuses, par exemple, lentilles, haricots et pois chiches ; qui sont riches de protéines, de minéraux et vitamines. Ces derniers permettent donc de pallier les besoins et envies en viandes. Il est à noter que le sucre est présent dans nombreuses préparations tels que les sauces, plats préparés et je passe la liste de tout ce que nous pouvons consommer en sucre, souvent à notre insu. Très très important et essentiel : l’eau ! ne la boudez pas, elle est indispensable à notre équilibre naturel.

Le plaisir n’est pas interdit
Evidemment, il est difficile de suivre à la lettre tous ces conseils. Je recommande pour ma part, de les suivre au mieux et de s’accorder un bon repas par semaine, arrosé d’un ou deux verres de vin. Des sélections sérieuses sont proposées par les magasins de produits bio tant pour bien manger que pour bien accompagner le repas d’un breuvage alcoolisé ou non.

Questions d’habitude
Il s’agit-là de se réapproprier notre santé et de bonnes habitudes. Le choix ne tient qu’à soi, il suffit d’en prendre conscience et ainsi de comprendre ce qu’il nous faut pour bien vivre et l’art de se nourrir. N’hésitez pas à demander conseils, vous découvrirez plein d’astuces pour vous régaler. Je vous laisse prendre le temps de choisir et de vous informer sur vos prochains menus, je file faire rissoler mes steaks de betteraves, un délice !

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Je vieillis bien et alors ?

04/09/2017
Comment mieux vieillir

Je vie pour mieux vieillir

 

Les magazines me rappellent que je vieillis.
Etant moi-même également concernée par le sujet, la quarantaine assumée, je me suis penchée sur la question de : « comment améliorer mon quotidien pour vivre mieux dans le temps ». Je sais qu’il faut prendre en considération la ménopause, l’arthrose, ostéoporose, … et qu’il y a mille et une notions accessibles en ligne et magazines divers qui vous donnent la bonne parole. Certes, toutes ces informations ne manquent pas de justesse et j’en prends note.

Mes propres remèdes miracles.
Poudre de perlimpinpin et j’en passe… Finalement, je ne cherche pas le remède-miracle que j’utiliserai le moment venu ; non, je penche pour un confort basé sur des règles de vie que j’instaure dès maintenant afin de réguler et prévenir l’avenir.

  1. De l’exercice : forcément, j’allais passer par cette case-là ! Moins de télé et de tablette, je vais prendre l’air. Allez 20 minutes de marche en plein air et par jour, musique dans les oreilles, vont me stimuler. D’autant qu’il est préconisé de prendre la luminosité naturelle au moins pour cette durée, quotidiennement. C’est top ! un 2 en 1.
  2. Moins de tabac : amatrice de cigares, j’avoue que réduire ma consommation est indispensable pour ma santé globale, ma respiration et pour éviter le jaunissement des dents, signe de l’âge lui-aussi. Tiens ! un 3 en 1, ça devient très intéressant ! je vais aussi réduire mes visites chez le dentiste du coup … 😀
  3. Mieux m’alimenter : je suis la tendance Vegan, non seulement je me sens moins coupable de la maltraitance animale et en plus, je me fais du bien. J’ai testé petit à petit l’intégration de tofu, soja et dérivés… Certes, ça change fortement les habitudes. Or, j’apprends peu à peu à les cuisiner et pour le moment, je suis assez satisfaite bien que pas convaincue du tout du tout fût quelque temps. En bonne voie donc.
  4. Les vitamines : perlimpinpin et compagnie : je redis Stop ! je ne prends plus de compléments vitaminés, non ! je prends des fruits et des légumes que je transforme en Smoothie et / ou en salades, à mon gré. Voilà ! Je ne me fournis plus que le samedi matin, auprès de mon maraîcher bio sur le marché situé Place Voltaire. Je vais vaincre ce que la Nature me réserve par le Naturel. Super, en plus ma boutique de thé préférée est à quelques pas. Je mérite bien une dégustation accompagné d’un petit chocolat et du sourire adorable de la patronne.

Sur ces bons conseils, vieillir apporte la sagesse. La preuve étant car il y a encore quelque temps, je n’étais pas de l’avis des lignes que je vous ai écrites. 😉

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit , , ,

Quelles sont vos bonnes résolutions pour la rentrée ?

28/08/2017
Les bonnes résolutions pour la rentrée

Une rentrée plus heureuse.

 

Comment mieux vivre la rentrée ?
Les vacances font partie des périodes les plus propices aux questionnements personnels et aux bonnes résolutions. Même si l’une de leurs particularités est de ne pas résister à la rentrée. Nous avons eu envie de lister celles liées au sommeil, au stress et de vous interroger dans un petit sondage pour connaître vos « bonnes résolutions ».

5 bonnes résolutions pour être plus zen :

  1. Mieux dormir : bon vieux conseil, les vacances sont l’occasion rêvée de faire le point sur son sommeil. Alors, objectif premier de la rentrée : comment mieux dormir à la rentrée. Suivre beaucoup plus nos cycles naturels. Évitez les écrans le soir avant de dormir. Dormir sur une literie adaptée et dans une chambre vouée au sommeil, désencombrée, avec des couleurs froides et pas trop chaudes, par exemple.
  2. Mieux gérer mon temps : courir après le temps est une véritable source de stress. Vous savez, ces retards qui s’amplifient tout au long de la journée et qui rendent incertaine l’heure de retour chez soi. Et bien sachez que ce manque de rigueur fait que l’amplitude de présence au travail est plus grande, pour pas plus de productivité. Voilà une bonne résolution essentielle, pour son bien-être, d’autant que pour une bonne part de ces retards, nous pouvons être acteurs, avec un peu de réflexion. Je sens qu’il y a là un thème pour un prochain article de notre blog.
  3. Faire du sport : Nous tenons là, une des résolutions les plus populaires. Qui ne s’est pas dit au retour des vacances, je fais du sport ? Les plus courageux sont même allés jusqu’à s’inscrire à une salle de gym, mais l’histoire ne dit pas combien ont persévéré. Sans partir dans l’excès, s’accorder un peu de temps pour au moins marcher est déjà un beau départ.
  4. Arrêter les excès : effectivement, il ne faut pas culpabiliser de prendre du plaisir, mais ce qui est mauvais c’est d’être excessif et ce à plus forte raison si il s’agit de sucreries, ou pire de tabac ou d’alcool.
  5. Se faire respecter : ras le bol de se faire marcher dessus au travail, de passer à coté des promotions, parce que certains collègues, n’hésitent pas à quémander. Bien que cela me semble parfaitement détestable, je dois oser demander à ma direction ce que je veux. Il est tout de même triste qu’ils ne voient pas d’eux-mêmes les compétences.

Et vous quels sont vos bonnes résolutions pour la rentrée ?
Merci de participer à notre enquête sur les bonnes résolutions de rentrée. Il est évident que que plusieurs des propositions peuvent vous concerner ; nous vous proposons de nous donner la plus importante de toutes vos résolutions en cette rentrée.

 

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Les vacances aident à retrouver les plaisirs du lit.

14/08/2017

Le plaisir de se retrouver pendant les vacances.

 

En vacances, on dort mieux et on prend plus de plaisir.
Comme nous vous en avons régulièrement parlé, les vacances sont l’occasion de mieux dormir. Débarrassés du stress et bénéficiant de plus de temps, il est plus facile de s’endormir et surtout de bien récupérer. D’ailleurs nombreux sont ceux d’entre nous qui s’adonnent même à la sieste pendant cette période. Et bien une étude menée par un célèbre voyagiste révèle que fort de cela, pendant les vacances notre activité sexuelle est plus abondante.

Pendant les vacances nous faisons plus l’amour.
L’étude réalisée sur un échantillon représentatif de 8000 vacanciers européens (Français, Espagnols, Britanniques, Italiens) révèle que nous sommes 37% à faire plus souvent l’amour pendant les vacances. Autre point à souligner, pendant cette période estivale, ils déclarent avoir en moyenne plus de quatre fois des rapports sexuels. Si il est évident qu’être plus détendu et dans un cadre qui casse la routine est meilleur pour le désir et le passage à l’acte, j’avoue être un peu surpris par le fait que les européens avouent si peu de rapports sexuels.

Quel est le lieu idéal pour faire l’amour ?
Un point auquel nous sommes très sensibles sur ce blog, pour 39% des européens interrogées, le lieu idéal pour faire l’amour est le lit. Ils ont une préférence pour la literie king size, qui visiblement est plus fonctionnelle mais aussi probablement plus érotisée. Pour compléter l’information, nos sondés placent en deuxième position loin derrière, le jacuzzi avec 14% et la plage avec 10%. Comme quoi les vacances sont synonymes de bien-être et de plaisir, mais pas forcement de folie.

Source Top Santé et enquête lasminute.com.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit , , ,

Vacances : comment mieux se reposer à la montagne ?

07/08/2017
Vacances à la montagne

Le plaisir des vacances à la montagne

 

5 bonnes raisons de préférer les vacances à la montagne :
Nous sommes nombreux à penser mer à la moindre évocation des vacances d’été. Mais même sans neige, la montagne a ses charmes. Disons que si l’on aime se distinguer, être tranquille et la nature, il y a en montagne de vraies raisons d’être heureux :

  1. Trouver le calme et une ambiance zen : la montagne est tout d’abord l’occasion de s’oxygéner, de prendre l’air, pour ceux d’entre nous qui travaillons enfermés. Il s’agit aussi d’un théâtre exceptionnel pour le calme, la déconnexion. Quelle belle occasion de poser le portable.
  2. Faire des balades et admirer l’immensité : marcher pendant des heures en montagne est certes sportif, mais aussi reposant, ce qui permet encore une fois de s’oxygéner. Et puis avouez qu’au fur et à mesure des pas découvrir des paysages comme celui de la photo 2, c’est juste magique.
  3. Bien manger : véritable art de vivre, la montagne nous offre un choix exceptionnel de mets. Oui, je sais vous allez me dire que ce n’est pas forcement diététique. Mais il n’est pas mauvais de se faire plaisir pendant les vacances. sans allez jusqu’à la raclette en plein mois d’août, pourquoi se refuser un bon Comté ?
  4. Pratiquer des sports originaux : sans allez jusqu’à un saut en basejump, ce saut que l’on fait vêtu d’une combinaison de « chauve souris’, reconnaissez qu’il y a des sports sur fabuleux à pratiquer plus spécifiquement en montagne. Le saut en parachute est une activité où l’on peut éprouver des sensations fortes tout en maîtrisant le risque, ou bien encore de l’escalade comme sur la photo 4.
  5. Voir des exposition originales : pour les amateurs de culture,  je vous recommande deux exemples proposés par le Jura. Tout d’abord la visite de la maison de la Vache qui rit à Lons le Saulnier, au delà de la découverte de l’histoire de cette marque chère aux enfants que nous avons été, en 2017 tout un espace est prévu pour amuser les enfants. Encore plus surprenant, une expo d’art contemporain dans un minuscule village de montagne. A Le Vaudioux, dans une ferme jurassienne, Françoise Sablons propose dans sa galerie Biz’art Biz’art, sa sélection d’oeuvre contemporaine et minimalistes, variées, cosmopolites et pointues.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

Mon album de mes photos de vacances…. ou presque.

une balade en montagne pou mieux dormir

Photo 2 : Le belvédère des 4 lacs dans le Jura.

 

partager une bonne tartiflette

Photo 3 : Le plaisir de la table montagnarde.

 

Sport montagne

Photo 4 : L’escalade un des plaisirs de la montagne.

 

maison de la vache qui rit

Photo 5 : mur végétal de la maison de la vache qui rit.

 

Autour du lit ,

Comment vivre hygge, même pendant les vacances ?

17/07/2017
Hygge même pendant les vacances

Les vacances hygge.

 

Femininin.com nous donne des idées pour vivre hygge l’été.
Il y a quelques temps, je vous parlais du phénomène hygge, venu du Danemark. Cet art de vivre consiste à aimer rester chez soi, d’autre termes, il s’agit d’une philosophie qui transforme les choses du quotidien en bonheur et en plaisir de les partager. Le magazine fémininbio nous livre 10 idées pour vivre avec ce principe en été. Je vous ai fait subjectivement mon bestof de ces conseils pratiques. Bien que je ne sois pas hygge pour un sou, j’ai trouvé qu’il y a des points à vraiment méditer pour notre bien-être.

Conseils pratiques pour des vacances hygge :

  • Savoir apprécier ce que l’on a : nous courrons toujours après de nombreux objectifs, mais sommes nous conscient de ce que nous avons. Sommes nous capables, de nous poser pour nous questionner sur la chance de ce et ceux qui nous entoure(nt). A mon sens, une bonne question à se poser est de savoir si l’on sait profiter de l’instant présent.
  • Prendre l’air, profiter du soleil : le beau temps est là, sortir sur la terrasse ou dans le jardin pour partager un apéro ou un barbecue, voilà encore une base du hygge.
  • Déconnecter : c’est une belle occasion de lutter contre nos tendances à la nomophobie, quittons un temps les portables, ordinateurs et autres tablettes.
  • Gastronomie à la hygge : en d’autre termes, c’est partager chez soi entre amis les plaisirs de la table à la française. Je pense notamment aux plaisirs des soirées vins organisées avec mes amis d’OlivetThome.
  • Mission cocoonning : bien sûr en été, on sort de sous la couette, mais l’idée de de s’occuper de soi et pourquoi pas de se livrer à l’art de la sieste.
  • Etre responsable : visiblement être hygge, c’est le contraire de l’égoïsme, c’est penser aux autres, être bienveillant. Pour être plus clair, ce n’est pas râler parce que quelqu’un jette un papier par terre, mais ramasser le papier et le mettre à la poubelle.

Source Femininbio.com et je vous recommande de lire l’intégralité de l’article.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit , , ,