Archive

Articles taggués ‘bio’

Consommer bio, comment éviter les erreurs en voulant bien faire ?

25/09/2017
L'art de consommer bio

Consommer bio et bien.

 

Le bio doit faire réfléchir.
Comme je l’ai déjà dit, par exemple avec « La méconnaissance du bio, terreau d’abus » et « L’excès de bio est mauvais pour la santé« , notre comportement d’achat, en particulier vis à vis du bio, doit faire preuve de quelques questionnements personnels. Vouloir consommer sain et responsable, cela s’apprend et nécessite quelques règles et quelques réflexions. L’idée de cet article nous est venue à la vue d’un billet d’humeur sur Facebook, d’Agnès Devillières, coach, dont les travaux nous inspirent régulièrement.

Plus sain, mais à quel prix ?
Avant d’aller plus loin, commençons par partager les propos d’Agnès : « Je m’interroge sur un truc qui m’échappe : manger sain doit-il nécessairement rimer avec des aliments venus d’autres continents, de contrées lointaines ? La mode des graines de Chia par exemple, ou des amandes californiennes qui ruinent l’écologie locale mais qui font un lait végétal « plus sain » que le lait de vache .. Gourmande que je suis j’adore découvrir des plats ‘exotiques’ pour autant, les repas du quotidien, les habitudes alimentaires ne devraient-elles pas être plus « raccord’ avec notre lieu de vie ? Manger local ça a du sens quand même ».

Consommer bio doit s’inscrire dans une démarche plus globale.
Le préalable est poser la question, que veut dire consommer bio pour vous ou pour moi bien sûr :

  • Consommer bio dans des réseaux de distribution qui font venir des tomates de pays éloignés et qui ne respectent pas les revenus des producteurs est il suffisant ?
  • Consommer bio, avec des aliments conditionnés dans du plastique et en gaspillant, est-il judicieux ?

Le lexique d’une consommation plus responsable et vision globale.
Pour apporter des réponses plus pertinentes, prenons le temps de faire le point sur la définition de certains termes liés à nos questionnement sur la consommation :

  • Le développement durable : il s’agit d’une démarche qui allie le développement économique au développement social et au respect de l’environnement. Ce qui signifie que pour vivre nous avons besoin certes d’argent, de bonheur et de vivre dans un environnement sain.
  • Le commerce équitable : Il s’agit d’une partie et seulement d’une partie du développement durable. dans ce cas on allie développement économique et social. En d’autres termes, il faut payer de manière juste les gens qui produisent, qu’il s’agisse des fournisseurs, comme des employés.
  • Le produit bio : il s’agit d’un produit cultivé dans le cadre de l’agriculture biologique et qui a fait l’objet d’une certification. En France, le ministère de l’agriculture a défini les règles à respecter, notamment l’élimination des pesticides.
  • Le locavorisme : il s’agit de gens, les locavores, qui s’inscrivent dans un mouvement qui prône la consommation de nourriture produite dans un rayon allant de 100 à 250 kilomètres maximum autour de son domicile.
  • L’Ecodesign ou l’Eco conception : il s’agit d’une démarche qui consiste a introduire la responsabilité environnementale, dès la création et la conception d’un produit. C’est à dire, considérer l’impact du produit ou du service, tout au long du cycle de vie du produit, de sa conception à sa destruction. Dans cette démarche, la communication et les termes employés répondent également a une norme très précise, afin d’éviter toute ambiguïté vis à vis du consommateur. Un des outils incontournables de l’éco conception est l’ACV (l’analyse du cycle de vie).

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne , , , ,

Le bio une affaire de prix ou de convictions ?

23/01/2017

Une étude du ministère de l’environnement.

 

Le bio pas plus cher que le non bio.
Je m’interroge sur cette idée que l’on on entend de plus en plus souvent et qui me fait bondir à chaque fois. Effectivement avec la démocratisation du bio, il est évident que les prix vont baisser. Mais je ne voudrais surtout pas que cela se fasse au delà du seuil de la qualité et de l’éthique. N’oublions que pour l’essentiel de nos produits pas cher, comme de trop nombreux produits alimentaires par exemple, le niveau de prix est du à une production intensive qui se fait aux détriment de notre santé, de l’environnement et de la rémunération notamment des agriculteurs. C’est pourquoi j’espère vivement que les produits bio resteront toujours plus chers que les produits conventionnels et toujours plus responsables.

Une étude qui casse les idées reçues sur l’achat vert.
La vue de l’article du journal Les Echos me rassure : « Consommer «vert» est plus une affaire de convictions que de pouvoir d’achat« . Car si on ne retient comme toujours ceux qui parlent plus que ceux qui agissent ; les eco-septiques ne sont que 14% de la population selon une étude du Commissariat général au développement durable (CGDD). Alors que les gens désireux de consommer responsables sont beaucoup plus nombreux qu’on ne le pense. Je vous recommande tout particulièrement de lire l’article basé sur une étude réalisée par le ministère de l’environnement. Nous retiendrons notamment que si le niveau de revenu influe sur nos achats, c’est avant tout notre sensibilité et notre engagement qui a le plus d’impact et qui fait que l’on accepte de payer plus cher un produit bio. Je suis heureux de constater que ma conception du bio est partagée.

Source Les Échos.

 

Les articles déjà traités sur ce thème :

Attitude citoyenne , ,

N’en perdez pas une miette !

25/07/2013

Laissez-vous envoûter par la douceur chaleur du gîte de l’Ancienne Boulangerie.

 

Découvertes et explorations,

que se soit pour des visites touristiques ou bien simplement passer un délicieux week-end. Le gîte situé dans le petit village de Chavagnes ne manque pas d’opportunités.

Si vous souhaiter mettre la main à la pâte, des séjours gourmands vous permettrons de créer et déguster des confiseries, pâtisseries et bien plus encore.

Un réveil croustillant vous attend, avec le petit déjeuner « Gourmand » qui vous propose des viennoiseries et autre délices, servis dans l’ancienne boutique encore bercé dans le parfum suave du pain chaud.

Le choix du confort,

pour satisfaire votre bon goût, la chambre des Douceurs vous apportera le confort idéal pour vos rêveries, avec des matelas respectueux de l’environnement en latex naturel et coton bio.

 

Rassurer vous, personne ne sera roulé dans la farine car ce gîte est pétri de bonnes intentions.

A consommer sans modération.

 

Pour en savoir plus, consultez le guide hôtel de Noctéa [cliquez ici]

Autour du lit , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Des séjours créatifs à la campagne

09/06/2013

 

Un plein de créativité …

découvrez ou perfectionnez votre technique de croquis et dessins de paysages, avec l’un des nombreux stages proposés par le gîte de la Tour d’Auzay. C’est aussi bien un lieu pour apprendre, que pour se détendre. Un lieu qui permet de se ressourcer.

…. en accords avec la nature,

un stage de création dans la nature vous permettra laisser libre court à votre créativité en créant une œuvre éphémère à partir des matériaux trouvés en place : feuilles, herbes, branches, s’inscrivant harmonieusement dans son cadre naturel.
Le travail en extérieur permettra de vous faire découvrir les nombreux paysages du bocage Argentonnais.

 

Par respect envers la nature, le choix d’une literie écologique en latex naturel et coton bio est apparue important pour le gîte. Permettant de prolongé l’immersion en pleine nature.

Pour en savoir plus sur le gîte de la Tour d’Auzay [cliquez ici]

Autour du lit , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

L’hôtel les Dryades (Berry)

05/05/2013

« La quiétude dans un écrin de verdure »

L’hôtel 4 étoiles les Dryades se situe au cœur de la France à 10 km de la Châtre et 40 km de Châteauroux.

Les 80 chambres et suites bénéficient de tout le confort nécessaire : télévision à écran plat, téléphone, wifi gratuit coffre-fort,…  et une majorité s’ouvrent sur un terrasse, offrant une magnifique vue sur le golf.

De nombreux sentiers de randonnées vous permettront de découvrir les magnifiques paysages de la Vallée Noire, que ce soit à pied, à vélo ou bien encore à cheval.

 

L’hôtel dispose d’un Spa comprenant un sauna, un jacuzzi, un solarium, un bassin d’eau salée, piscine couverte et une deuxième découverte. Et vous propose de nombreux soin pour vous détendre et prendre soin de vous.

 

 

 

Son golf 18 trous ravira aussi bien les novices que les vétérans du green.

 

 

 

 

 

Découvrez la cuisine gastronomique du chef Joël EMERY et de son équipe. Empreinte du terroir et mêlant un savant mélange de saveurs et de senteurs.

 

Pour consultez le site des Dryades [cliquez ici]

Autour du lit , , , , , , , , , , , , , , , ,

J’ai du mal à m’y retrouver !

20/08/2010

une question ?

une question ?

 

 

 

 

Produits bio, produits équitables, produits durables, je finis par avoir du mal à m’y retrouver. Je nage dans un océan de confusion dont certains requins, non sans scrupules, n’hésitent pas à exploiter. Certains installent des panneaux solaires mal installés, qui n’ont aucun rendement, d’autres n’hésitent pas à vanter les vertus de la mousse ou du polyuréthane bio, à croire que la chimie bio éxiste.

Je vous propose de mettre au point une définition officielle de la literie développement durable, dans l’esprit de celle du développement durable.

Tous à nos stylos et à nos propositions…

Consulter la définition du développement durable : [cliquez ici]

Attitude citoyenne , , , ,

Vert ou bio, faut-il choisir ?

30/06/2009

Vert ou bio faut-il choisir ?

C’est en feuilletant le magazine « psychologie » du mois de juin 2009, que mon attention a été captée par cette question.

plantes-vertes-blog

Après, avoir attendu des produits qui tiennent leurs promesses fonctionnelles (hydratants, tonifiants, anti-âges), pour les produits de beauté, comme abordé dans le magazine, mais aussi nourrissants pour les produits alimentaires et sans restrictions de quantité. Le consommateur y a ajouté des préoccupations environnementales. Nous voulions des produits plus naturels, plus sains, d’où l’avènement du « vert ».
Enfin, une troisième étape vient d’être franchie, nous voulons que les produits soient plus responsables, qu’ils ne détruisent  cette nature dans laquelle nous vivons.

Vert et bio, notre choix !
Effectivement, exploitée à outrance la nature n’apporte pas toujours les effets escomptés. Si pour consommer naturel, vert en d’autres termes, il faut mettre en danger certaines espèces animales ou gaver les sols de pesticides, le vert peu avoir ses limites. C’est pourquoi, il nous semble primordial d’ajouter à cela la raison, d’où la notion de consommation responsable. Le vert oui, mais le vert bio, c’est mieux, ces deux notions doivent même être indissociables.
Une bonne manière de mieux dormir

vert-ou-bio3

Attitude citoyenne , , , ,

Etes vous sensible au développement durable quand vous achetez une literie ?

29/03/2009

A l’approche de la semaine du développement durable, nous avons cédé à la facilité de vous poser une question réunissant nos deux raisons d’être : le sommeil et le développement durable.

Alors tous à vos plumes !

Avis et enquêtes , , ,