Archive

Articles taggués ‘journée du sommeil’

4 Français sur 10 font au moins une sieste par semaine.

20/11/2017
L'importance de la sieste

L’été un excellent moment pour apprendre la sieste.

 

La sieste revient en grâce, selon une étude de l’INSV, de plus en plus de français avouent faire le sieste. Et si elle devenait tendance en bien-être.

 

Les révélations d’une étude sur le sommeil.

Vous connaissez mon attachement pour la cause de la sieste et ses bienfaits pour la santé, ce qui explique cet article motivé par un constat fait dans une étude récente de l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance. Plus des deux tiers des français reconnaissent faire la sieste au moins une fois par semaine.

La sieste avance ?

Cette étude réalisée, à l’occasion de la journée du sommeil de mars 2017, sur mille et une personne, révèle que 39% des personnes interrogées déclarent faire la sieste au moins une fois par semaine. Avec 26% des sondés qui déclarent faire une à deux siestes par semaine. On peut donc penser qu’il s’agit de séances de récupération lors du weekend, mais là c’est moi qui interprète. Toujours est-il que la sieste qui a parfois mauvaise presse, quoi que l’expression n’est plus très juste, car si les dormeurs ont souvent tendance à culpabiliser à l’idée de penser faire une sieste, la presse, surtout spécialisée, a tendance a parler très positivement de la sieste. Ceci dit pour les partisans, les rames sont sorties, et il reste encore beaucoup de boulot. J’ai personnellement, le sentiment que les choses avancent positivement, dixit le bar à sieste parisien qui existe depuis de nombreuses années et le fauteuil de sieste de Noctéa, par exemple.

13% des français font régulièrement la sieste.

Soulignons que les siesteurs plus réguliers, 13% des dormeurs selon l’étude, sont des gens plus âgés, généralement ne travaillant plus, comme les retraités par exemple. Et surtout ce sont des personnes ayant un sommeil plus faible que la moyenne. C’est encore une fois le manque de sommeil qui pousse à la sieste. N’oublions pas que là est l’objet de la journée du sommeil organisée pour l’INSV, sensibiliser aux troubles du sommeil et leurs incidences sur la santé, afin de les traiter.

Source enquête INSV MGEN réalisée par Opinion Way pour la journée du sommeil 2017. Pour consulter l’ensemble de l’enquête [cliquez ici].

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil , , , ,

Dormir à 2, le top 5 des raisons qui pourraient vous faire changer d’avis !

08/05/2017
Dormir à deux

Dormir à deux : quelle impact sur le sommeil ?

 

Dormir seul ou pas: quel impact sur le sommeil ?
Chaque année au mois de mars se tient la journée du sommeil. Organisée par l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance, des professionnels de la santé et du sommeil, se mobilisent pour promouvoir l’importance du sommeil et l’incidence de ses troubles sur la santé. Chaque année un thème est retenu afin de faciliter la communication et de trouver un angle concret basé sur une enquête. Cette année c’est « Dormir seul ou pas: quel impact sur le sommeil ? » qui a été retenu et travaillé à l’aide d’une enquête réalisée auprès de 1000 personnes de 18 à 65 ans. Et bilan, bien que cela ne soit pas une surprise pour beaucoup d’entre nous, le fait de partager son lit n’est pas neutre sur notre récupération. Je me suis amusé à librement interpréter les résultats de ce sondage?

Dormir seul ou pas : quel choix faire ?

dormir à deux

Les raisons de ne pas dormir à deux

 

Les 5 raisons qui plaident pour faire chambre à part :

  1. Le ronflement : Nous sommes 35% à ronfler régulièrement. Cette proportion passe à 44% chez les 45 à 54 ans et à 55% sur les 55 à 65 ans. 50% des personnes déclarent être dérangées par le ronflement de l’autre.
  2. Le mouvement : 58% des dormeurs déclarent être gênés par les mouvements de leur conjoints.
  3. Les différences d’horaires : soit parce que le rythme de sommeil n’est pas le même ou plus simplement parce que l’un des deux travaille de nuit, le décalage des horaires de couchage ou de levé, perturbe le sommeil de l’autre. 29% déclarent être perturbés par ce phénomène.
  4. La chaleur du corps : 18% des dormeurs déclarent être dérangés par la chaleur du corps de l’autre.
  5. Les allées et venues pendant la nuit : 13% déclarent subir les allées venues de leur conjoint pendant le nuit. L’insomnie de l’un nuit au bon sommeil de l’autre.
les bonnes raisons de dormir à deux

Le plaisir de dormir à deux

 

Les 5 raisons qui plaident pour dormir à deux :

  1. Cela fait plaisir : 49% des gens qui dorment ensemble, pensent qu’ils le font pour le plaisir.
  2. Cela rassure : c’est l’avis de 28% des femmes.
  3. Cela tient chaud : avis partagé par 25% des femmes de 18 à 24 ans.
  4. Cela entretien le désir : l’enquête n’aborde pas ce point, mais nous sommes nombreux à penser que « ça fait plaisir » et que partager l’intimité de l’autre entretient le désir sexuel. Dans la pratique, dormir à deux ou seul pour préserver le désir, ça se discute selon les professionnels.
  5. Cela favorise la communication : l’intimité du lit avant de dormir, crée une proximité, où le couple parent, se retrouve et peut échanger.

Source enquête INSV MGEN réalisée par Opinion Way pour la journée du sommeil 2017. Pour consulter l’ensemble de l’enquête [cliquez ici].

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil , , , ,

Une journée du sommeil, pour soigner le sommeil.

14/03/2016

Le 18 mars 2016 c’est la journée du sommeil.

 

Le sommeil est important pour la santé et peut-être une souffrance.
Tout au long de l’année, nous vous parlons de sommeil et vous donnons des conseils pratiques pour mieux dormir. Il ne faut surtout pas oublier que le manque de sommeil nuit à la santé. sans compter qu’un trouble du sommeil est une véritable souffrance pour les dormeurs qui en sont victime. C’est pourquoi, il est important d’être sensibilisé àces troubles afin de mieux les soigner.

L’objectif de la journée du sommeil.
L’INSV (institut national du sommeil et de la vigilance) a créé cette journée pour nous alerter sur l’importance du sommeil et l’influence de ses troubles sur notre bien-être. Une tache préalable pour apporter des solutions, il faut savoir que de nombreux centres du sommeil existent en France, afin de soigner, car c’est bien de problèmes médicaux dont ils s’agit. Je pense à l’exemple d’un copain qui a 40 ans une centre du sommeil parisien lui a diagnostiqué l’année dernière des apnées du sommeils tels que sa vie était gravement en danger si rien n’était fait. A aujourd’hui sa vie est sauvée et son confort de vie est sans commune mesure; promis je ne fais le mauvais jeu de mots c’est le jour et la nuit.

La journée du sommeil 2016 est le 18 mars. Pour consulter le site de l’INSV [cliquez ici].

 

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil , , , , ,

Pourquoi la journée du sommeil ?

26/03/2015

Les troubles du sommeil.

 

Le 27 mars 2015, c’est la journée du sommeil.
La journée du sommeil a été instaurée par l’institut national du sommeil et de la vigilance INSV, car le sommeil est un besoin vital et que mal dormir est une véritable souffrance. le manque de sommeil cause de nombreux problèmes de santé. Depuis 15 ans, cette journée a pour objectif de sensibiliser les dormeurs aux troubles du sommeil et de leurs conséquences, ainsi que dépister ces problèmes trop souvent ignorés du dormeur.

Il est bon de noter que beaucoup de problèmes de sommeils, sont très bien soignés de nos jours, notamment par les centres du sommeil présents dans de nombreux grands hôpitaux de France.

Le sommeil et la nutrition.
Quand on dort mal, on mange plus et donc on s’expose plus à l’obésité, c’est pourquoi l’INSV a choisi cette année le thème du « sommeil et de la nutrition ». Pour en savoir plus [cliquez ici].

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil , ,

Retour sur la journée du sommeil 2011

25/03/2011
Retour sur l’événement avec une synthèse de l’opération et une revue de presse

Retour sur l’événement avec une synthèse de l’opération et une revue de presse

Qu’est-ce que la journée nationale du sommeil ?

Un jour de la semaine où l’on peut faire une grasse mat’ sans culpabiliser ? Un jour dans l’année où la sieste au bureau est autorisée ?

Non, cet événement annuel organisé par l’INSV (Institut National du Sommeil et de la Vigilance) a pour but de sensibiliser le grand public aux troubles du sommeil. La thématique de cette 11ème édition (le 18 mars) était « La Somnolence au quotidien« .

Le choix de cette thématique s’appuie sur un constat plutôt triste : un français sur cinq a tendance à somnoler dans la journée et cette somnolence est la première cause d’accidents mortels sur autoroute*.

L’INSV pointe du doigt les causes les plus fréquentes de la diminution du temps de sommeil :

– l’augmentation du temps de transport pour se rendre sur son lieu de travail

– l’impact des horaires décalés et du travail de nuit

– l’utilisation tardive des nouvelles technologies (Internet, téléphonie mobile, …)

Mais la somnolence peut aussi être le reflet de pathologies comme le syndrome d’apnée du sommeil ou des insomnies.

Cette opération a plutôt été bien relayée par les médias. Voici les articles que nous avons le plus appréciés :

France Soir a livré 10 conseils pour bien dormir : « … évacuez le stress avant de vous coucher, adoptez des horaires réguliers, adaptez le repas du soir, entretenez votre literie, bannissez l’électronique de la chambre, … ». Nous ne revenons pas sur ces bonnes pratiques, nous avons déjà souvent traité ces sujets sur ce blog.

L’Express a insisté sur les bienfaits de la sieste si l’on respecte certaines conditions : « Elle doit être courte (pas plus de 20 minutes, faute de quoi elle repousse l’heure du coucher durant la nuit), se dérouler dans le calme et l’obscurité, et en début d’après-midi plutôt qu’après 17h ».

Le Parisien a proposé un article structuré autour d’un vrai-faux : « Dormir peu entraîner des risques pour la santé ? Avoir un ordinateur dans la chambre n’a aucune incidence sur le sommeil ? Il existe des recettes pour bien dormir ? … »

Le Point a développé la thématique des aspects pathologiques avec le syndrome des jambes sans repos, l’apnée du sommeil ou encore la narcolepsie.

Libération a envoyé un journaliste dans un hôpital afin d’être le cobaye sujet d’une étude visant à trouver des remèdes à la somnolence. Il décrit dans cet article le déroulement de son expérience.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de notre revue de presse spéciale 11ème journée nationale du sommeil en cliquant sur le visuel ci-dessous :

Les articles de presse qui traitent de la 11ème journée du sommeil

Les articles de presse qui traitent de la 11ème journée du sommeil

Enfin, pour finir, voici une vidéo diffusée sur BFM-TV :

Vous pouvez retrouver cette vidéo et bien d’autres encore traitant du sommeil, sur notre chaîne Sommeil TV.

Notre chaîne sur Youtube avec des reportages sur le sommeil

Notre chaîne sur Youtube avec des reportages sur le sommeil

*Enquête Institut national du sommeil et de la vigilance/MGEN, réalisée par BVA auprès de 1012 personnes en 2011

Evénements , ,

La journée du sommeil !

19/03/2010

En ce 19 mars 2010, n’oubliez pas cet événement organisé par l’INSV.

Bonne journée et pourquoi pas bon sommeil !

Evénements , ,

Pourquoi une journée du sommeil ?

14/03/2010

affiche de la journée du sommeil 2010

10e journée du sommeil : le 19 mars 2010

Pour répondre à cette question, nous passons la parole à l’INSV (Institut National du Sommeil et de la Vigilance), organisateur de l’événement :

« A 75 ans, nous aurons dormi… 25 ans ! soit un tiers de notre vie. Les conséquences de la privation chronique de sommeil peuvent être nombreuses sur la santé : prise de poids, diabète, augmentation de la douleur, dépression, aggravation des troubles respiratoires et cardiovasculaires, endormissements au volant ou au travail, baisses de performance, difficultés relationnelles…

Et pourtant nous malmenons notre sommeil, unique moyen de récupérer nos capacités physiques et psychiques.

Avec la JOURNEE DU SOMMEIL®, l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance, s’est donné un triple objectif :

  • Sensibiliser le public.
  • Favoriser le dépistage et rappeler que des structures de soins existent lorsque le sommeil devient pathologique.
  • Poursuivre la reconnaissance engagée des troubles du sommeil comme élément de santé publique.

A cette occasion, des centres du sommeil ou structures spécialisées ouvrent leurs portes, avec la participation d’associations de malades et d’éducation pour la santé, pour accueillir, informer et sensibiliser le public sur les troubles et l’hygiène du sommeil. »

Consultez le site de l’INSV

Evénements , ,