Archive

Articles taggués ‘sommeil enfant’

Comment aider son enfant à se coucher ?

21/09/2017
Comment mieux endormir un enfant

Conseils pratiques pour coucher un enfant.

 

Pour que dormir devienne un plaisir.
Il y a quelques jours, nous vous parlions de l’étude sur le sommeil des enfants, réalisée par 3 chercheurs de l’Université d’Orléans et de Tours, qui concluaient à une perte sensible du temps de sommeil de nos enfants avec des conséquences notables sur leur comportement et leur apprentissage. Comme notre but n’est pas d’être anxiogène, mais de vous expliquer concrètement comment mieux dormir, voici quelques tips pour mieux appréhender vos soirées.

4 conseils pratiques pour aider son enfant à mieux dormir.
Comme vous le savez, dormir cela s’apprend et à plus forte raison quand il s’agit d’un enfant. C’est pourquoi il faut respecter quelques règles pour notamment rassurer un enfant qui peut vivre le fait d’aller comme une séparation de ses parents.

  • Ne pas servir de dîner trop lourd : plus le processus de digestion sera important plus le sommeil sera difficile. C’est pourquoi, il faudra privilégier un repas plus léger à base de glucides et de protéines. Les lourdeurs d’estomac rendraient l’endormissement plus compliqué et pourraient provoquer des réveils au cours de la nuit. Il faut également éviter les excitants comme les sodas.
  • Mettre en place des rituels : les enfants ont besoin d’être rassurés, car le moment d’aller dormir marque pour l’enfant la séparation d’avec ses parents. Une excellente méthode est de mettre en place des rituels, « ces habitudes qui sont reproduites chaque soir au moment du coucher, dans un ordre immuable » souligne la journaliste. A chacun ses habitudes, mais par exemple, on peut enchaîner chaque soir à heures fixes, la toilette, le bisou à toute la famille, la petite histoire et le câlin au lit. La transition est bien là et le calme s’instaure progressivement.
  • Bannir les écrans dans la chambre : je ne me lasserai jamais de vous répéter que les écrans (télévision, téléphone, tablette) émettent une lumière qui s’apparente à celle du jour et qui a tendance à repousser le sommeil. Ajoutons à cela que certains programmes violents, pourront perturber l’enfant, voire provoquer des cauchemars. Parfois même, certains enfants déploient une imagination sans limites pour rester éveillés, la télé servant de prétexte à certains petits malins.
  • Ne pas trop chauffer la chambre : pour un bon sommeil, la température de la chambre doit être entre 16 et 18 degrés Celcius. Il vaut mieux une chambre plus fraîche et mieux couvrir son enfant.

Source Le Parisien du 15 septembre 2017.

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil , , ,

Nos enfants ne dorment plus assez !

18/09/2017
Etude sur le sommeil des enfants

Article paru dans Le Parisien le 15 septembre 2017

 

Une étude démontre que nos enfants manquent de sommeil.
Une étude universitaire, relayée par le journal le Parisien daté du 15 octobre 2017, met en avant que les écoliers français manquent de sommeil et pire, que leur temps de sommeil se réduit de plus en plus depuis quelques décennies. Par exemple, en 30 ans un enfant a perdu en moyenne 40 minutes de sommeil. Ce qui n’est pas sans conséquences sur le comportement à l’école et sur l’apprentissage. Pourquoi les enfants dorment de moins en moins ? combien de temps devraient-ils dormir et quelles sont les conséquences à l’école ? Voilà quelques questions qui nous intéressent tout particulièrement.

Pourquoi les enfants dorment de moins en moins ?
Pour compléter, ajoutons qu’en un siècle, en France, les moins de 18 ans ont perdu 1 heure de récupération et qu’un enfant en âge d’aller en maternelle a perdu entre 15 et 20 minutes de sommeil en 15 ans. Cette perte de récupération, s’explique par différents facteurs :

  • La méconnaissance du temps de sommeil dont ont besoin nos enfants. Nos trois chercheurs ont constaté une différence allant de 30 à 50 minutes entre le besoin réel des enfants et le temps estimé par les parents.
  • Les rythmes de travail des adultes qui bousculent les dîners et les activités en famille,
  • L’omniprésence des écrans qui, du fait de la lumière bleue (apparentée à la lumière du jour) repousse le sommeil. Non seulement les tablettes et la télé sont très présents dans la vie des enfants, 19% des écoliers de grande section de maternelle ont un ordinateur ou une télévision dans leur chambre.

Combien de temps doit dormir un enfant ?
Il s’agit bien sûr d’une moyenne, mais un enfant selon son âge a un besoin minimum de récupération qui évolue en grandissant :

  • à 5 ans, un enfant doit dormir 11h30,
  • à 8 ans, il a besoin de 10h30,
  • à 10 ans, le sommeil doit-être de 10h en moyenne.

Quelles sont les conséquences du manque de sommeil sur l’école ?
Les enseignants constatent, que cette perte de sommeil, a des conséquences sur l’apprentissage. Ils sont de plus en plus en présence d’enfants qui ont des difficultés de concentration. Et pire que cela, d’autres sont victimes de changements de comportement, qui se matérialisent selon les cas par une certaine apathie ou par une agitation à l’extrême.

Source le parisien/Aujourd’hui en France, basé sur une étude de Christine Moutier, Nadine Le Floch et Réné Clarisse, chercheurs à l’université d’Orléans et Tours à la demande du ministère de l’éducation nationale.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil , , , , ,

Sommeil de votre enfant, débarrassez-vous de votre culpabilité !

15/05/2017
éducation des enfants comment déculpabiliser

L’éducation des parents

 

Ne pas écouter les propos culpabilisant.
Le mois dernier, je vous ai parlé d’Anne Bacus, docteur en psychologie et psychothérapeute, dans l’article sur le sommeil des enfants. Et bien rebelote, car j’ai eu envie de partager le chapitre sur la culpabilité des parents. Il est vrai qu’il est naturel de culpabiliser du fait que son enfant ait du mal à dormir. Pêle-mêle, les parents les plus gentils ont plus tendance à se sentir coupables, car ils ne veulent surtout pas contrarier. Ajoutons à cela que des langues bien pendues et peu habituées à réfléchir avant de parler se chargent d’en remettre une couche. Rien de mieux pour des parents inquiets et en manque de sommeil de s’entendre dire « si c’était moi ça ne se passerait pas comme ça ».

Comment mettre fin à la culpabilité ?
Le principe de base des conseils de la thérapeute est de passer à l’action pour lutter contre la culpabilité. « Voyez si les bonnes raisons que vous avez d’intervenir pour que votre enfant dorme mieux pèsent plus lourd que votre culpabilité. » Il faut être confiant dans ce que l’on met en place, face au petit monstre, la bonne attitude est de montrer de la conviction, plus nous montrons de l’assurance, moins la culpabilité aura de prise sur nous. Je vous entends déjà dire que c’est bien tout cela, mais que changer d’attitude n’est pas si simple. Effectivement, il faudrait bien des articles, pour répondre à toutes les questions de parents, mais l’idée de ce jour est déjà de sensibiliser à ce problème. La prise de conscience est la première étape avant l’action. Entre autre, je ne peux que vous recommander les ouvrages d’Anne Bacus. Pour asséner le coup de grâce une dernière citation : « ne pas enseigner à son enfant à bien dormir c’est le laisser se faire du tort. »

Source Anne Bacus dans son livre « 100 façons de faire dormir son enfant » aux éditions Marabout.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil , ,

Anne Bacus : « Pour bien dormir un enfant a besoin de règles. »

17/04/2017
pour bien dormir un enfant a besoin de règles.

Les conseils pratiques d’Anne Bacus.

 

Les règles pour que le sommeil des enfants ne soient pas le cauchemar des parents.
Quand le bonheur d’être parent est là, il est souvent modéré par les insomnies provoquées par les enfants. Nombreux sont les parents à avoir un autre regard sur le sommeil. Pour être le plus juste, avouons que c’est les mères qui souffrent le plus de ce mal. Elles sont en général les premières à bondir du lit en cas de pleures. À tel point que le manque de récupération tourne souvent à la souffrance pour les mamans voir à la pathologie. Bon nombre de femmes ne dormiront plus jamais pareil. Anne Bacus, docteur en psychologie et psychothérapeute, parmi ses 100 conseils sommeil pour les enfants, recommande de leurs donner des règles.

Quelles règles appliquer pour que notre enfant dorme mieux ?
« Pour le sommeil, comme pour beaucoup d’autres comportements de sa vie, l’enfant a besoin de savoir clairement ce que vous attendez de lui « affirme la thérapeute. Les règles doivent basées sur 4 principes pour fonctionner :

1/ des règles claires :
Bien que cela semble évident, les règles doivent être comprises et clairement exprimées. Voici quelques exemples concrets :

  • « On se lave les dents avant d’aller se coucher. »
  • « On éteint la lumière à huit heures. »

2/ des règles stables :
Un enfant aura le plus grand mal à comprendre les règles qui changent à tout bout de champ. Il faut donc s’y tenir, car pou l’enfant un changement est interprété comme un opportunité de défier les règles. Si il n’a pas le droit de rejoindre ses parents dans leur lit, pour être respecter cette règle devra être appliquée sans exception chaque jour. Sinon c’est mort, c’est là où les choses en sont pas si simples, n’est ce pas ?

3/ des règles flexibles :
La stabilité ne veux pas dire forcément être rigide. Par exemple dans le cas de la règles, « chacun doit dormir dans son lit », l’exception peut être la nuit où un orage éclate. Il faut bien l’expliquer pour que l’enfant comprenne le caractère exceptionnel.

4/ des règles raisonnables et sensées :
Il faut que les règles ne fixent pas la barre trop haute et quelles soient comprises par le petit. Le conseil … Voilà quelques exemple d’explication :

  • « Maman ne reviendra pas te voir dans ton lit, elle doit se reposer maintenant. »
  • « Rendors-toi : c’est encore la nuit et le nuit, on dort. »

Source le livre « 100 façons de faire dormir son enfant. » d’Anne Bacus aux éditions Marabout.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil , , ,

Dark Vador, une bonne excuse pour ne pas dormir.

18/12/2015
Quand dark Vador devient une excuse pour ne pas dormir

Pire excuse d’un enfant pour ne pas dormir.

 

Papa, j’ai une bonne excuse pour ne pas dormir.
Dans notre série #BonneHumeur, cette semaine, nous vous proposons une nouvelle excuse d’un petit garçon pour ne pas dormir. Un vrai moment de complicité entre un papa et son fils.

« Papa, je dormirais bien, mais j’ai peur que Dark vador vienne ! »

 

pire excuse d'enfant pour ne pas dormir star wars

Une bonne excuse pour ne pas dormir.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

Sommeil , , , , ,