Comment mieux dormir le blog des dormeurs engagés

L’idée de prendre l’avion m’empêche de dormir

18/06/2018
L'avion est une phobie pour certains.

L’idée de prendre l’avion peut être mal vécue. Photo de Richard Gatley.

 

La peur de voyager en avion est insurmontable voire inenvisageable pour certains, or il suffit d’en parler, de la comprendre et de bien se détendre pour pouvoir fermer l’oeil.

 

A cause de l’anxiété et de la phobie, vous ne parvenez pas à dormir.

A l’approche des grands départs pour les vacances, vous ne pouvez pas trouver le sommeil, à l’idée de monter dans ce satané avion ! Sachez tout d’abord que pour surmonter votre mal-être, il existe des thérapies efficaces à ce jour, qui mettront fin à cette peur panique dont sont atteints près de 20 % de la population. Aussi et alors qu’il y a deux fois plus d’accidents mortels sur la route, nous imaginons périr dans un crash aérien à coup sûr. Ce n’est pas rationnel, pourtant tout part de là. En effet, la peur de prendre l’avion a ses origines, ses causes mais aussi ses solutions à travers des stages thérapeutiques.

L’origine de la peur en avion.

L’avion est dit anxiogène et comme je le disais, le cerveau associe l’acte de prendre l’avion à la mort certaine. Généralement, les personnes touchées sont soit anxieuses par nature parfois par transmission génétique, par exemple, un enfant qui a voyagé avec des parents phobiques qui n’ont su le rassurer à l’époque pourra reproduire cette phobie, soit en situation de surmenage et manquant de sommeil à la limite du burn-out. Aussi, les images véhiculées sur le thème de l’avion relèvent du cauchemar comme dans les films. Toutefois, indépendamment de leurs réactions naturelles, il faut préciser et souligner que les incidents sont négativement surmédiatisés par des informations qui manquent de justesse et que nous passons trop de temps à nous pencher sur les catastrophes que sur les bonnes nouvelles. Difficile de fermer l’oeil quand nous sommes ainsi trop négatifs alors qu’il faudrait ancrer des images positives et bienveillantes.

Mais, que se passe-t’il donc dans nos têtes ?

Les centres cérébraux touchant l’émotion, dont une zone dite l’amygdale, réagissent, ce qui rend la situation plus que stressante dans le ressenti de ces personnes. Ces dernières n’arrivent généralement jamais à se détendre, dorment mal et l’anxiété est alors généralisée alors trop tard, elles imaginent le pire. Aucune issue, il faut attendre d’arriver à bon port. Pour reconnaître les signes du mal-être en avion, il faut savoir que les symptômes se traduisent par le cœur qui s’emballe, la transpiration et les bouffées de chaleur qui sont fortes, aussi des tremblements, vertiges et coliques surgissent alors la panique s’installe littéralement. Par définition, la crise de panique est enclenchée par notre organisme en présence d’un danger, ce qui met en situation de handicap car le corps est tétanisé. Si cela vous arrive ou bien quelqu’un autour de vous, faites signe au personnel de bord qui est formé à ce genre de situation.

Comment dépasser sa peur de l’avion et en guérir?

Le cerveau doit être rassuré et doit bien enregistrer des images positives et que rien ne va se passer de terrible ; c’est-à-dire qu’il doit sentir la possibilité de pouvoir s’évacuer de la situation en prenant le contrôle sur celle-ci. Des centres spécialisés en traitement de la peur de l’avion, les CTPA, existent en France et vous aident à dépasser vos blocages émotionnels par des stages. D’abord, des spécialistes expliquent comment fonctionne un avion depuis sa technicité et ses fonctionnalités, en passant par le décollage et jusqu’à l’atterrissage. Ensuite, la relaxation a ses bienfaits et ses techniques également, puis en parallèle, nous sommes accompagnés dans la gestion de nos pensées négatives, ce qui consiste à déstructurer les convictions faussées et à les remplacer  ou les compléter par des informations justes, pour reprendre le contrôle de soi. Il s’agit donc d’effacer le négatif et d’apporter du positif. Pour certains, les stages n’ont pas d’effet et un traitement plus long sera nécessaire. Dans tous les cas, vous pouvez consulter peuravion.fr ou encore vous renseigner auprès de l’Association française de thérapie comportementale et cognitive, la TCC, sur aftcc.org

Les conseils pratiques pour bien voyager en avion.

Et maintenant, je vous présente les conseils de notre blog pour bien voyager en avion :

  • Pendant une turbulence, l’avion peut descendre un peu, soit de 20 centimètres maximum seulement, n’y voyez pas là une chute accidentelle mais une sensation,
  • L’orage n’est pas dangereux, les pilotes savent comment gérer même sans visibilité d’autant que la foudre ne touche pas l’avion car il n’est pas constitué de métal,
  • Une porte ne pourra pas s’ouvrir par accident car le vent la pousserait vers l’intérieur, oubliez donc cette avarie,
  • Un moteur en panne n’empêchera pas l’avion de voler car un seul moteur suffit, et un avion a une très grande capacité de planer.
  • Les nuages sont nombreux et on y voit rien, les pilotes connaissent leur carte du ciel même dans le brouillard,
  • Un voyage avec des enfants se prépare : vous voyagez avec vos enfants, eh bien rassurez-les, leurs sensations peuvent être agréables si vous leur expliquez que c’est comme dans un manège par exemple,
  • Apprenez à bien respirer tout comme nous le faisons pour réussir à bien dormir, par des inspirations et expirations contrôlées qui vous ramèneront contrôle de soi, sérénité et bien-être.

Vous voyez, prendre l’avion n’est pas une fatalité, c’est même plutôt agréable à bien y regarder, donc je vous conseille de profiter de ce temps de transport pour faire un petit roupillon afin de bien voyager et profiter ainsi de votre séjour, en pleine forme, dès votre arrivée.

Source Cerveau & Psycho

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

Autour du lit

J’adore dormir mais je vis en désynchronisation

14/06/2018
Suivre son horloge interne.

Vivre en synchronisation avec soi-même devient difficile. Photo de Aziz Acharki

 

Le sommeil fait partie des plaisirs mais je ne m’accorde pas de temps et je vis comme déphasée, en décalage avec mes réelles sensations.

 

Définition de la désynchronisation.

Il s’agit d’une science des horloges de toutes les cellules du corps, lesquelles doivent être synchronisées afin de respecter au mieux notre horloge biologique qui est ce rythme à suivre pour bien vivre et bien dormir. Or, le rythme de vie avec des emplois du temps surchargés, responsabilités professionnelles et familiales nous empêchent de vivre pleinement et de les suivre correctement. La perturbation des rythmes biologiques et naturelles de l’organisme impacte sur le sommeil et sur notre santé.

Notre corps entier vit un rythme circadien.

Nous vivons sur un cycle dit circadien, soit 24 heures, basiquement réglé par le noyau suprachiasmatique, zone cérébrale qui se situe dans le cerveau. Or, nous ne les vivons pas de la même manière, des choses qui paraissent anodines de la vie quotidienne en sont la cause comme le stress, les lumières artificielles, le manque d’activités physiques et de sommeil, nous entraînent vers un déphasage de notre horloge interne. Alors l’appétit est bouleversé, l’heure de coucher est aléatoire et puis, nous passons trop de temps devant les portables, ordinateurs et téléviseurs. Le temps et la qualité de sommeil sont altérés. D’où la perpétuelle fatigue, voire la dépression par exemple qui peuvent en découler à terme.

Comment retrouver son rythme dans notre environnement?

Pour nous synchroniser à nouveau avec notre rythme circadien, commençons par nous déconnecter des écrans, nous concentrer sur nous-mêmes et revenir à l’essentiel par la méditation ou une activité physique ou encore un loisir qui reprend le dessus sur nos mauvaises habitudes. Il faut se fixer des règles de vie quant aux heures de coucher et au lever, et ce, chaque jour, ainsi que s’alimenter correctement, particulièrement avec des glucides lents et des vitamines dans un premier temps. Je reconnais que c’est particulièrement difficile pour ceux qui travaillent la nuit ou voyagent beaucoup et loin, lesquelles peinent à  récupérer pas complètement bien car leurs cycles naturels sont perturbés.

Les conseils pratiques pour resynchroniser notre rythme circadien et mieux dormir :

Je vous invite à suivre les conseils concrets de notre blog pour résoudre ce problème et par conséquent mieux vivre et trouver le sommeil.

  • Se fixant des heures de coucher et de lever : Le tout premier conseil pour retrouver le sommeil, est de retrouver une régularité en vous fixant des heures de coucher et de lever. Les troubles du sommeil vont se rétablir peu à peu, ayez confiance,
  • Limiter le temps passé devant les écrans et prenez un maximum de lumière naturelle
  • Sortez, voyez du monde, ayez des liens sociaux hors médias, choisissez une activité qui vous passionne, le dessin, la natation, la marche nordique,
  • Prenez soin de vous : Au lever, prenez votre temps quitte à mettre le réveil dix minutes plus tôt, étirez-vous, prenez-soin de vous,
  • Prenez un bon petit déjeuner : alimentez-vous correctement par un petit déjeuner constitué de sucres lents, produits laitiers et vitamines pour tenir jusqu’au déjeuner.

Sur ces bons conseils, il est à la portée de tous de prendre conscience des maux qui nous guettent et d’anticiper afin de reprendre le dessus et le contrôle sur sa vie et ainsi retrouver le sommeil.

Source : Cerveau et Psycho

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

Sommeil

Pourquoi dormir sans slip ?

11/06/2018
Quand nudité rime avec bien-être.

Dormir nu permet une meilleure détente. Photo de Marvin Meyer.

 

N’y voyez rien de déplacé, il s’agit juste d’une envie de confort et de bien-être en dormant nu ou semi-nu pour une meilleure qualité de sommeil.

 

Le retour des sans culottes ?

Allez on fait brûler nos soutiens-gorge ! ? Ben voyons tant qu’on y est !!! Je vous explique : il s’agit avant tout d’un besoin d’hygiène et de santé, mais cela est aussi un art de vivre comme une sorte de libération de la femme et de l’homme, un retour à l’envie de dormir simplement et voire même, à la sexualité et encore même la procréation.

Le slip : une question d’hygiène.

Pour mieux dormir, indépendamment de l’efficacité d’une douche fraîche qui aide à se détendre car elle fait baisser la température corporelle pour mieux s’endormir, aussi elle nettoie certes, puisque l’hygiène corporelle a son importance tout comme le linge dans lequel on se glisse dans son lit, de façon confortable, pour réussir une bonne nuit de sommeil. Selon les médecins, le port prolongé de la culotte, favorise la prolifération des bactéries car les sous-vêtements en synthétique augmentent la chaleur de la vulve et retiennent l’humidité. Cela favorise le développement de micro-organismes comme des champignons et opter pour une culotte en pur coton va générer des sécheresses vaginales.

L’élastique de la culotte me gêne, bref je veux me sentir libre !

Garder son sous-vêtement au lit, mis à part le frottement du textile qui est insupportable selon la matière et autres prétextes provenant de mon for intérieur; dans certains cas, l’élastique de la ceinture peut gêner et gâcher l’endormissement. D’autant quand certains modèles olé olé viennent se loger dans la raie des fesses et fortement irriter l’entrejambe. J’ai besoin de ce sentiment de liberté, nue et non opprimée, c’est à dire libre de mes mouvements.

Le slip et la fertilité des hommes.

Messieurs, vous doutiez-vous que le slip influe sur votre fertilité ? Les testicules étant un peu trop maintenues, elles rentrent vers l’intérieur et remontent dans le canal inguinal, aussi à cause du slip elles ne peuvent réguler leur température à souhait. Ce phénomène peut être cause de non fertilité chez les hommes voire de stérilité, car les spermatozoïdes manquent alors de vigueur de par une chaleur corporelle élevée. Pour les couples qui envisagent d’avoir un enfant, dormir sans slip permet d’être plus au frais, de laisser les organes du bas-ventre libres et ainsi d’optimiser la capacité reproductrice avec un sperme dit alors de qualité. Certaines dames apprécieront aussi de sentir leur homme tout chaud de façon plus sensuelle.

Comment mieux dormir sans culotte ?

Dormir sans culotte ou complètement nu ne s’improvise pas, comme nous vous en avons déjà parlé à travers notre blog. Pour se sentir plus à l’aise et pousser plus loin les bienfaits de dormir sans slip, voici quelques les conseils pratiques :

  • Laver régulièrement ses draps : Il faut bien songer à changer ses draps et linge de lit afin d’avoir une meilleure sensation de fraîcheur et surtout une hygiène en continu dans son lit,
  • Prenez une douche fraîche, ou tiède pour les moins téméraires, pour mieux vous endormir car faire baisser la chaleur corporelle permet l’endormissement plus facilement, aussi conservez une température entre 16 et 18° C dans la chambre pour favoriser le sommeil mais également, pour éviter le développement des acariens,
  • Faites attention à l’épilation excessive : pour bien dormir nu, il est recommandé d’éviter les épilations intégrales, dans le sens où les poils font barrière aux microbes et évitent certaines infections. Et oui, si dame nature nous a doté de poils, c’est qu’ils nous sont utiles.

En conclusion, dormir sans culotte et dormir nu est bon pour la santé car cela apporte qualité de vie, tant pour la santé sexuelle que pour le temps de sommeil nécessaire et suffisant pour redynamiser le métabolisme.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Santé & mal de dos

Les troubles alimentaires perturbent le sommeil

07/06/2018
Se nourrir et bien dormir se complètent.

Les jeunes filles sont plus sensibles face à l’alimentation.  Photo de Alex Iby .

 

Aujourd’hui, en France, nous sommes plus d’un million à souffrir de troubles de l’alimentation et donc du manque de sommeil.

 

Qu’est-ce qu’un trouble alimentaire ?

Les troubles d’ordre alimentaire se traduisent par des conduites dangereuses envers la nourriture, devenues courantes telles que la boulimie qui consiste à se nourrir excessivement ou encore son contraire, l’anorexie qui vise à ne pas s’alimenter du tout, par exemple. Il s’agit d’un problème psychique où nos émotions prennent le dessus. En effet, ces troubles alimentaires adviennent le plus souvent pour des raisons émotionnelles dont nous n’avons pas conscience ou bien plus le contrôle. Parfois, il s’agit même d’un mal-être encore plus profond qui se traduit par l’ingestion d’une alimentation en grande quantité, par des vomissements provoqués ou même pire, par le refus de manger.

Nos rapports avec l’alimentation.

Nous sommes amenés, en situation de troubles, à consommer trop, voire frénétiquement ou au contraire, marginalement c’est à dire très peu ou pas du tout. Ces comportements s’installent particulièrement lorsque le terrain psychologique y est disposé. Manger trop ou pas assez détruit le moral, perturbe nos nuits et dérègle peu à peu le fonctionnement de notre métabolisme, jusqu’à se trouver décalé puis déphasé des cycles de repos et d’alimentation, ce qui va nous faire vivre une désynchronisation globale car tous nos organes ont leur horloge biologique.

La population la plus concernée aux troubles alimentaires.

D’après Catherine Dijuste, psychopraticienne spécialisée dans la prise en charge des troubles des conduites alimentaires (TCA), les jeunes filles sont les plus touchées, particulièrement celles qui sont sensibles, intelligentes et perfectionnistes. Elle explique que la personne qui va se sous-nourrir va avoir la sensation de contrôle sur son corps et sur ses émotions; or, ses problèmes vont alors rejoindre la préoccupation de l’alimentation à laquelle la personne va tout ramener par projection. La boulimique, quant à elle, en cherchant à réguler son poids, va vouloir se restreindre et au contraire, elle va perdre le contrôle quand la sensation de faim apparaîtra. En conséquence, dans les deux cas, le plaisir du goût va disparaître et ni l’une ni l’autre ne prendra de plaisir à manger tant qu’elles n’auront décidé de mettre fin à leur calvaire alimentaire en se réhabituant à une alimentation équilibrée et variée. Il s’agit-là d’une démarche personnelle qui paraît anodine mais pourtant si douloureuse car il faut tout remettre en question et tout rétablir peu à peu, sans compter la fatigue qui s’est installée.

Les solutions médicales.

Il n’existe pas vraiment de traitement. La médecine va plutôt apporter une aide psychologique pour ne pas finir en dépression profonde car il s’agit de situations psychologiquement dures à surmonter, à terme et la somnolence n’aide pas à bien décider. Il est alors largement temps de rétablir une relation saine avec son corps et l’image de soi. Comme l’explique le Docteur Gérard Apfeldorfer, notre façon de manger nous enseigne  » sur notre relation avec notre corps « . En écoutant notre faim et notre satiété, nous agissons avec bienveillance envers nous-mêmes, nous dormons mieux et récupérons d’une fatigue infligée qui s’est accumulée.

L’image de soi.

Le rapport au corps est souvent déphasé ou déréglé par rapport à la réalité, en fonction des tendances sociales de minceur extrême, de contrôle de l’image de soi que nous souhaitons afficher par effet de similitude avec les images véhiculées tant par la télévision que par les médias sociaux et j’en passe. Nuit et jour, il s’agit d’un cauchemar obsessionnel que traversent durement, tant les patients que leur entourage.

Les conseils pratiques de notre blog pour lutter contre les troubles alimentaires et vous détendre :

  • Consulter un médecin : La première étape sera certainement de consulter son médecin généraliste, de s’informer auprès d’un nutritionniste et d’échanger avec un tiers comme un psychologue. Il faut souligner que le suivi médical est primordial.
  • Se réapproprier le plaisir de manger de tout, il est nécessaire de dédiaboliser la nourriture et de l’apprécier d’abord pour ses apports bénéfiques puis par goût et plaisir au fil des repas,
  • Travailler les émotions et la conscience de soi : des séances de yoga, de relaxation ou encore de taî chi peuvent être de bons moyens pour reprendre le contrôle de sa vie, de se relaxer et retrouver le sommeil.

Le but étant de se réconcilier avec la nourriture et de reprendre de bonnes habitudes alimentaires, il faut alors ramener le fait de se nourrir comme étant normal, agréable et non une contrainte. La guérison s’effectue avec temps, repos et patience.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Santé & mal de dos

Couple, comment se préparer pour faire chambre à part ?

04/06/2018
Le plaisir de retrouver l'autre après son sommeil

Faire chambre à part n’empêche pas de s’aimer.  Photo de Toa Heftiba.

 

C’est décidé, vous allez faire chambre à part, mais cela doit se préparer afin de ne pas mettre votre couple en danger.

 

Dormir séparés est tendance.

On a vite fait de penser que la chambre séparée est l’apanage des couples mâtures ou de se dire qu’il y a un problème dans le couple, voire même sur un point de vue purement intime. Beaucoup de gens pensent qu’un couple qui dort séparément a moins de rapports sexuels. Et bien ces a prioris sont désormais d’un autre temps, car faire chambre à part est tendance. De nombreux jeunes couples dorment chacun de leur côté et ce, pas seulement parce que l’autre ronfle. Selon le sociologue François de Singly, la tendance dans le couple est à l’individualisation de la vie privée « Les individus modernes veulent de plus en plus préserver leur identité personnelle sans renoncer à la compagnie ». On ne mange plus forcément ensemble, on veut regarder ce qui nous plaît à la télé, et on couche ensemble quand on a envie.

Le lit conjugal made in France.

Selon le sociologue Jean-Paul Kaufmann, 8% des couples français font chambre à part. Si, culturellement, les français sont attachés à la notion de lit conjugal, il semblerait que les américains aient beaucoup moins de mal à scinder la notion affective et sexuelle, du sommeil. Je reste prudent mais certaines études disent qu’outre-Atlantique, environ 50% des couples feraient chambre à part. Certes ce phénomène ne concerne pas encore la majorité des couples français mais l’on sent bien que la perception change a ce sujet dans notre pays.

Comment passer du lit conjugal aux chambres séparées ?

Comme nous en avons déjà parlé sur notre blog, dormir à deux n’est pas ce qu’il y a de mieux pour avoir un sommeil de qualité. Alors pour vous qui avez décidé de passer à l’acte du chacun chez soi, comment faire pour que cette étape du couple soit un succès et que chacun s’adapte à ce nouveau mode de vie. Il faut tout d’abord savoir pourquoi on veut le faire et ensuite bien en parler à deux afin que cela soit partagé et non subi. La communication et l’imagination sont les clés pour transformer cette étape de la vie à deux en opportunité et non en souffrance et en rupture.

  1. Bien définir les raisons de ce choix. J’insiste sur le fait que faire lit à part n’est pas sans risque pour le devenir du couple. Il ne faut surtout pas que l’un des deux se sente abandonné. Pour cela il est important de bien diagnostiquer quelle est la vraie raison de la séparation et de bien en parler. Dans le cas d’un couple qui n’irait pas bien, cela pourrait précipiter la chute (à moins que le but soit de s’écarter d’un conjoint que l’on ne supporte plus, mais là n’est pas notre sujet). Prenons le temps de voir quelles raisons peuvent nous motiver à faire chambre à part :
    • La qualité du sommeil : mon conjoint ronfle ou nous avons des rythmes trop décalés. Les troubles du sommeil de l’un suffisent pour poser problème. Mais on ne pense pas toujours assez aux décalages que peuvent avoir les deux dormeurs du couple. On pense bien sûr aux gens dont un travaille la nuit. Mais il peut aussi s’agir tout simplement d’un décalage des rythmes naturels, le mariage de couche tard et couche tôt. Quand le deuxième se couche, il peut réveiller son conjoint au sommeil léger.
    • L’éloignement professionnel : Il n’est pas rare qu’un membre du couple soit éloigné géographiquement pour des raisons professionnelles.
    • Pour pimenter la vie de couple : Pour certains, l’habitude est l’ennemie du couple, c’est pourquoi ils préfèrent jouer avec vie commune et manque, pour amplifier le plaisir et le désir de se retrouver. Pour eux, le concept de chambres séparées est positif pour préserver l’amour. On couche ensemble aussi souvent que l’on souhaite et on respecte la personnalité de chacun. Chacun a son univers dans lequel on invite l’autre. Sans compter que parfois quand on est malade, on préfère dormir seule. Certaines femmes aiment également être seule dans leur lit en période de règles.
    • Pour faire durer le couple : effectivement certains couples n’ont plus envie d’une certaine intimité mais souhaitent rester ensemble. Cela peut s’expliquer par des raisons sentimentales, de confort ou plus simplement pour les enfants et l’argent.
  2. Bien communiquer dans le couple : L’échange et le dialogue sont importants pour qu’il n’y ait pas d’incompréhension et non-dits. Le but est de préserver le couple. Il ne faut surtout pas que l’un des membres du couple se sente abandonné ou moins aimé comme je le disais précédemment. Il faut également reconnaître que plus le choix de dormir séparément est fait jeune plus les choses sont faciles à accepter.
  3. Réinventer la vie du couple : un conseil pratique est de définir ensemble quelques règles, le bisou du soir, le code pour le câlin. Certains se programment une nuit en commun à date fixe, alors que d’autres vont préférer l’imprévu. On ne dira jamais assez que l’important est de rester connectés ou à défaut de tout faire pour se reconnecter. Pour pousser plus loin, il est important de s’aménager sa chambre et pourquoi pas de la personnaliser. Chacun sa chambre, ne veut pas dire que l’un aura une chambre au rabais avec une literie fatiguée. Le but n’est pas qu’un des deux se sente déclassé. Il peut même être sympa de faire participer l’autre. En tout cas soignez votre déco et l’agencement de la chambre afin de vous sentir bien, sans oublier le confort clé d’un bon sommeil. Choisissez un matelas et la literie au confort qui vous convient.
  4. Multiplier les attentions.
    Il est également important de jouer avec les retrouvailles. Apporter un petit-déjeuner au lit peut être une belle attention. Glisser un rendez-vous coquin dans le creux de l’oreille de l’être aimé. Certains couples ont des rituels du soir. Le dernier qui se couche vient embrasser l’autre avant d’aller se coucher.

Ne pas hésiter à se faire aider.

Pour réussir cette nouvelle étape de la vie de couple, il peut être bon de se faire aider. Pour cela la première étape peut être d’en parler avec son médecin généraliste. Autre piste, consulter un psychothérapeute pour couple. Il ne faut pas culpabiliser d’avoir besoin d’aide, la seule chose qui pourrait être grave serait de ne pas agir alors que l’on souffre de la situation.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

Autour du lit

Pourquoi bien dormir fait maigrir ?

31/05/2018
Dormir et maigrir naturellement.

Bien dormir permet de maigrir naturellement.  Photo de Benjamin Combs.

 

Bonne nouvelle ! vous pouvez perdre du poids en dormant ! Il est temps de vous réconcilier avec votre lit et de dormir plus.

 

Un bon sommeil fait maigrir.

En effet, il est primordial de bien manger et bien dormir pour bien vivre sa journée et dormir harmonieusement, comme je le dis souvent à travers notre blog. Plus nous nous reposons de façon qualitative, plus notre appétit est en phase avec nos réels besoins. Cependant, lorsque nous sommes en période de fatigue, nous ressentons un déphasage en nous, notre horloge interne s’alarme. Alors nos comportements se modifient et en terme d’appétit, notre faim est amplifiée quantitativement, nos choix alimentaires sont irrationnels et de ces phénomènes part le dérèglement de nos horloges internes que possèdent tous nos organes, ainsi nous mangeons ce qui se présente et en quantité déraisonnable, d’où la prise de poids parce que nous avons confondu besoin de sommeil et besoin de manger.

Pourquoi je grossis ?

J’ai l’impression d’avoir faim et de ne pas être rassasiée. En effet, ce qui arrive est que l’organisme fatigué, demande plus d’énergie qu’il y ait satiété ou non après le repas. J’ai donc l’impression d’avoir besoin de m’alimenter, or ce n’est pas le cas car il s’agit d’une sensation exprimée par l’envie réelle de se reposer et non de manger. La ghréline nous joue alors des tours, cette hormone digestive qui nous stimule à l’envie de manger encore et qui est sécrétée par manque de repos lorsque le métabolisme est affaibli alors que l’hormone de satiété, la leptine, est réduite et ce, paradoxalement. De plus, l’effet de sudation est accentué du fait de mal respirer lorsque nous prenons du poids, le sommeil tend à être de qualité médiocre; de surcroît, dormez dans un linge de lit frais et propre, une chambre aérée tous les jours afin d’oxygéner au mieux vos cellules cérébrales.

Respecter son métabolisme pour avoir la ligne.

Basiquement, l’organisme utilise les calories pour fonctionner et faire fonctionner tous nos membres et organes. Pendant que nous dormons, la nuit, nos horloges internes se régulent correctement dès lors que nous dormons suffisamment et que le sommeil est de qualité. Sinon, l’organisme va chercher à économiser ses calories par gestion de l’effort et de la fatigue alors que nous allons lui en apporter plus donc moins d’activités et plus de consommations amènent à la prise de poids. Il faut résister aux fringales et au junk food ! Apprendre à gérer ses envies irrationnelles d’alimentation calorique et inutile à notre fonctionnement naturel ! Pourquoi ne pas compenser par des fruits de saison dans un premier temps ? Et rétablir les bonnes habitudes alimentaires progressivement pour ne pas tomber dans le phénomène yoyo du poids en trop, en moins puis en trop. Il s’agit de choisir des aliments peu caloriques, riches en minéraux et vitamines et en glucides lents pour tenir.

Pratiquer activités sportives et loisirs à volonté.

En complémentarité d’une alimentation de qualité, bougez ! Mettez-vous au sport, aux activités physiques comme le yoga par exemple, inutile de vous crever à un footing si vous n’aimez pas ça. En revanche, sortez ! prenez la lumière naturelle, intéressez-vous aux loisirs locaux, vivez et créez-vous des liens sociaux hors numérique, des études prouvent le lien d’avoir des rapports sociaux et bien-être. Ceci va de paire avec l’hygiène de vie, en plus de manger équilibré et de bouger fréquemment, faisons-nous beaux ou belles, soyons tendres envers nous-mêmes et réinstaurons la bienveillance dans chacun de nos actes pour donner un sens à tout.

Vous allez vous aimer c’est certain, alors sachez aussi que pendant notre sommeil, nos cellules se renouvellent et surtout si nous dormons bien et de façon suffisante, ce qui est plus efficace et naturel que la dernière crème industrielle innovante vue à la télé.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

Bien dormir et bien manger aident à réussir un examen.

28/05/2018
Bien dormir est un des critères de réussite

Bien dormir pour réussir ses examens.   Photo de Manny Pantoja

 

Pour bien préparer un examen, le sommeil et l’alimentation sont des éléments indispensables à la réussite.

 

Réussir ses exams par des règles simples.

La réussite aux épreuves passe par des révisions, certes, mais aussi par une bonne préparation en dormant suffisamment et en s’alimentant correctement avant et tout au long des examens. L’alimentation que vous apportez à votre métabolisme pour bien étudier a son importance tout comme le temps que vous consacrez à votre sommeil. Si ces deux conditions sont respectées, vous mettrez à profit tout votre préparation à votre travail durant les examens. En effet, bien s’alimenter et bien dormir se complètent.

Bien manger pour avoir plus d’énergie.

Durant les sessions d’examen, plus de 20% de ce que nous consommons sont utilisés par notre cerveau par besoin en énergie. C’est pourquoi, pour garder la forme, il faut une alimentation assez variée et équilibrée alors, hors de question de sauter l’un des trois repas quotidiens sous prétexte de gagner du temps. Pensez aussi à bien vous hydrater en buvant régulièrement de l’eau, idéalement un litre minimum par 24 heures. Au dîner, privilégiez les sucres lents comme les pâtes, pommes de terre, pour un repas léger mais suffisant. Mangez dans une ambiance calme et reposante, quitte à vous isoler un peu pour vous détendre et vous recentrer sur vous-mêmes. L’alimentation va vous permettre d’éviter les carences, d’avoir une meilleure concentration et augmenter l’attention grâce aux apports en protéines comme le jambon, la volaille, les produits laitiers ou encore les œufs. Les Oméga 3 contenus dans les poissons gras aident à favoriser l’activité cérébrale. Les vitamines sont essentielles comme la vitamine C qui est évidemment nécessaire ; nous la trouvons entre autres dans les agrumes, kiwis et j’en passe. Les minéraux comme le fer permettent d’oxygéner le cerveau tout comme l’eau minérale.

Bien dormir pour être plus performant.

Juste avant, je parlais  à travers cet article de blog, de bien manger alors sachez que pour bien dormir, il y a aussi des aliments comme la pomme, la banane et le miel qui sont vos alliés pour bien trouver le sommeil. Et plus généralement, afin de bien récupérer, allez vous coucher dès que vous le sentez car en écoutant votre corps, vous lui apportez ce dont il a besoin en terme de récupération et de dynamisme durant les révisions. Aussi, je le répète, il est primordial de respecter votre besoin en sommeil pour être en pleine forme et bien mémoriser, vos horloges internes étant alors bien calées, vous serez en pleine capacité de vos moyens. Pour ceux qui ont passé une mauvaise nuit ou qui ressentent l’envie de fermer les yeux en journée, pensez à faire des petites siestes même de quelques minutes seulement. A bon entendeur, réduire votre temps de sommeil pour rattraper votre retard de révisions est juste une mauvaise idée.

L’alimentation et le sommeil sont complémentaires.

Comme je le disais juste auparavant, manger et dormir sont nécessaires pour bien réviser et se préparer aux examens. J’insiste même que les deux vont de pair et ne pourraient être dissociés. Inutile décaler votre coucher pour réviser plus si vous sentez l’envie de dormir, vous n’allez pas retenir correctement. Aussi, je le répète à nouveau, le sommeil permet d’être en bonne santé et les fonctions cérébrales sont alors optimales. Alors après 16 heures, sont proscrits tous excitants notoires tels que le café, le thé, l’alcool. Si vous êtes tendus, des tisanes de camomille par exemple, avec une bonne cuillère de miel bio vont vous apaiser naturellement. Il faut cependant éviter les tentations à base de matières trop grasses et sucrées superflues dont l’apport en calories est élevé et quasi inutile à l’organisme, lequel va les stocker et vous allez mal dormir.

Le jour de l’examen.

En clair vous avez besoin de carburant pour tenir. Pour résumer, les glucides lents vont nourrir le cerveau alors le riz, le pain vont vous apporter de quoi tenir plus longtemps, reconsidérez donc ces énergies pour alimenter vos organes et votre cerveau. Pour ceux qui sont atteints d’angoisses, le riz et les pâtes vont vous aider à vous calmer. Pour réduire le stress, le magnésium contenu dans les bananes, le chocolat et eaux minérales par exemple, aide à vous détendre et lutter contre le phénomène de stress. Sortez prendre l’air dès que vous en avez l’occasion car la lumière naturelle est faste au bon fonctionnement du métabolisme, même s’il pleut.

Je vous souhaite bon courage pour plancher et une belle réussite dans vos projets.

 

Les articles déjà parus sur thème :

 

Sommeil

Le Qi Gong m’apporte l’harmonie intérieure

24/05/2018
Le Qi Gong aide à se détendre.

Le Qi Gong est une méthode apportant bien-être pour le corps et l’esprit.

Vous faire connaître le Qi Gong, cette gymnastique chinoise qui vise à atteindre une harmonie spirituelle et corporelle.

 

C’est pour m’assouplir que j’ai fait du Qi Gong.

C’est en recherchant une technique pour m’assouplir que j’ai découvert le Qi Gong. Pour mieux comprendre cette technique chinoise, je me suis documentée et j’ai eu envie de partager ces recherches avec vous. Avant de passer à l’acte, rien de mieux que définir et comprendre cette activité terrestre, tout en portant un regard en rapport à la science.

Le Qi Gong Définition.

Il se prononce « chi kong » et pour être précise QI signifie « énergie » et GONG, « travail ». Cette gymnastique chinoise travaille le flux énergétique pour atteindre une harmonie spirituelle et corporelle. Le Qi Gong, c’est le travail du souffle qui va chercher nos énergies et les faire circuler avec harmonie dans notre corps mais aussi notre esprit donc, de façon complémentaire. Les mouvements sont lents, les postures statiques et tout s’enchaîne dans le calme et très très posément. Ainsi, l’assouplissement du squelette et des muscles va être en marche. Tout, dans cette discipline, est destiné à mieux capter l’énergie vitale dans l’air ou dans la nourriture et ce quelque soit le type d’exercice : mouvements, massages, mouvements ou exercices respiratoires.

Le regard de la science à l’égard du Qi Gong

Les personnes hypertendues se décontractent grâce à la méthode; aussi l’Académie de médecine s’est penchée sur cette activité et a découvert que l’être humain retrouve par la suite, un meilleur équilibre et réduit par lui-même ses douleurs. Par exemple, l’arthrose qui s’installe au niveau des cervicales devient moins douloureuse grâce à la répétition lente des mouvements méticuleux de cette technique.

Le Qi Gong est un outil pour atteindre l’harmonie.

Cette technique aide à lier bien-être et philosophie en agissant indirectement sur le cerveau. Il permet d’atteindre un relâchement dit profond sans forcer et ce, tout en douceur. Il est considéré comme un art de vivre car, la délicatesse et la tendresse que nous avons envers nous-même et que nous appliquons à notre propre rythme, nous permet d’évoluer dans l’atmosphère dont nous sommes devenus centraux. Pendant ce temps-là, nous pensons plus à ce que nous faisons maintenant, au présent et avec bienveillance. Notre instinct est plus fort que l’intellect, il prend donc le dessus alors notre mental est notre meilleur ami. Il s’agit-là d’une démarche de pleine conscience sur nos sensations et sur l’espace que nous occupons, ici et maintenant.

Où et comment pratiquer le Qi Gong ?

Je vous suggère de retrouver gratuitement les rendez-vous des groupes dans les parcs ou encore de consulter et vous informer sur le site de France qigong.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Tips et conseils pratiques

Les bienfaits du verre d’eau au réveil

21/05/2018
Boire de l'eau au réveil pour une bonne santé

Le verre d’eau du matin nous fait grand bien.

 

Pourquoi boire un verre d’eau au réveil ? Parce que cela permet d’hydrater le corps qui a perdu de l’eau au cours du sommeil.

 

La technique du verre d’eau à jeun.

Boire de l’eau à jeun au réveil est bon pour la santé, voilà la découverte de ce jour. Je me réveille et après avoir un peu traînaillé sous la couette, je me lève rituellement à moins qu’il s’agisse tout simplement d’une envie de faire pipi. Ne vous offusquez pas car je crois que nous sommes nombreux à commencer par la pause technique. Et bien visiblement, je me trompe, la première chose à faire est de boire un verre (ou plusieurs) pour se réhydrater, mais aussi pour de nombreuses autres raisons comme le bien être de mon cerveau et pour le prévenir de kilos en trop. Remarquez, je suis aussi preneur si ça permet d’aider à en perdre un peu.

5 bonnes raisons de boire une verre d’eau le matin.

Les bienfaits sont nombreux, nous avons fait un focus sur cinq aspects qui nous semblent plus essentiels. Notons qu’idéalement le verre d’eau doit être tiède et bu le matin dès le lever alors que l’on est encore à jeun.

  • 1/ Réhydrater le corps :

Au cours du sommeil le corps perd de l’eau, notamment par la transpiration. Souvenez-vous que j’ai déjà dit cela sur Comment Mieux Dormir, quand on vous a parlé de l’importance d’aérer un matelas chaque jour. Le verre d’eau à jeun au réveil permet de compenser cela. Et boire de l’eau est utile même si l’on n’a pas la sensation de bouche sèche. Avouons que ce point est évident, pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt ?

  • 2/ Diminuer l’acidité de l’estomac :

L’eau permet de diminuer le taux d’acidité de l’estomac et ce, surtout quand on a fait un repas lourd la veille.

  • 3/ Éliminer les toxines :

Pendant le sommeil, notre organisme n’est pas inactif, notamment il s’active pour éliminer des toxines, pour aller plus loin il se renouvelle et les hormones s’activent. Par exemple, des chercheurs américains pensent que pendant le repos, le cerveau se débarrasserait des toxines produites pendant les phases d’éveil.

  • 4/ Réguler le poids corporel :

L’eau bue à jeun permet également d’activer le métabolisme, ce qui permet en particulier de brûler des calories. L’eau procure une sensation de satiété ce qui permettra de moins manger. Consommer de l’eau dès le lever permettra donc de mieux réguler son poids et participera aux efforts faits par ceux d’entre nous qui souhaitent perdre leurs kilos en trop.

  • 5/ Faciliter le transit intestinal :

Notre bon verre d’eau permettra de favoriser le transit intestinal en étant régulièrement un bon remède contre la constipation. Il permettra également pour ceux qui ne souffrent pas de ce problème de s’assurer d’aller aux toilettex avant de partir travailler, une chose importante quand on ne peut rentrer chez soi à midi et qu’on se sente moins à l’aise quand il s’agit de se soulager à l’extérieur.

Sources Le Figaro Santé et le site Améliore ta santé.

 

Les articles déjà parus sur le thème :

Sommeil

Et si l’on réduisait encore plus nos déchets !

17/05/2018
La réduction de nos déchets est tendance en terme d'éco-responsabilité..

La tendance est au Zéro déchet.  Photo de Jakub Jacobsky

 

En réapprenant à consommer correctement, nous pourrions participer activement au développement durable.

 

Acheter et consommer va avec le vivre ensemble.

Nous savons bien qu’il faut trier ses déchets selon leur nature, dans les bacs à recyclables pour les secs, les sacs recyclables allant en bacs ou au compost pour les humides. Certains vont recycler au maximum les emballages pour les réutiliser lors d’envois de colis ou en contenants pour d’autres recyclables ou bien encore retirer des épluchures tous leurs bénéfices avant de finir au compost, comme par exemple se faire un masque avec la peau d’avocat ou encore cirer les chaussures avec la peau de banane retournée. Nous en avons déjà parlé dans notre blog au sujet de l’utilisation des épluchures. Or pourrions-nous imaginer que le «zéro déchet » soit possible ? presque selon Bea Johnson, écrivaine du fameux best seller « Zéro déchet » et à l’effigie du  mouvement international Zero waste. Cette éco-citoyenne convaincue raisonne en terme d’économie et de confort minimaliste dans son foyer, laquelle est critiquée pour la comparaison faite avec sa vie dans « la petite maison dans la prairie».

Réduire ses déchets à néant, une utopie ?

Les tas de poubelles que nous pouvons constater tant dans nos rues qu’à la télévision, font que ces ordures ne peuvent que nous inciter à faire de notre mieux pour mieux consommer ou pour les réduire, en tous cas. Les ressources de notre planète s’épuisent alors qu’il en faut pour produire et continuer de consommer. Voici quelques chiffres qui devraient nous parler : un français génère environ 277 kg d’ordures ménagères par an. S’il on ajoute ceux des industriels tous confondus, il s’agit de 345 millions de tonnes, soit finalement 5 tonnes de déchets par personne. Nous dramatisons quant à cette remise en question puisque c’est un sujet sensible et grave pour notre génération mais aussi pour celles à venir. Difficile de fermer l’œil.

Le tri est une démarche personnelle.

D’après une étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, pour certains, faire un tri soigné est naturel alors que pour d’autres, il est perçu comme une corvée. Un guide «Famille presque zéro déchet Ze guide » de Bénédicte Moret et Jérémie Pichon nous apporte ses idées éclairées, pour aider les foyers à comprendre ce qui ne va pas, les informer et visant à réviser leurs comportements au quotidien.

Un coût des ordures ménagères en augmentation.

Si nos poubelles nous coûtent, c’est tout simplement pour nous inciter à les réduire et à bien les trier, ce que l’on jette peut resservir à quelqu’un dans le besoin, il faut alors penser aux recycleries et magasins de revente dits « en vrac ». pour en savoir plus, je vous propose de consulter les sites suivants : famillezerodechet.com , zerowastehome.com/#fr de Bea Johnson ou encore zerodechet-france.com

Les conseils de notre blog en matière de consommer mieux :

Je vous apporte quelques conseils et idées pour vous aider à réduire vos déchets :

  • Pour ce qui est de l’alimentation :

Utilisez des boîtes hermétiques, bocaux pour conserver
Prenez des sacs de tissus pour aller faire vos commissions
Achetez vos produits au niveau local et en vrac pour éviter les emballages inutiles ou bien dans des contenants réutilisables.

  • En terme d’hygiène et beauté :

Misez sur des contenants réutilisables, comme les flacons ou bidons
Pensez aux produits d’entretien non toxiques tels que le bicarbonate de soude, le vinaigre blanc
Remplacez les essuie-tout par des éponges naturelles et les mouchoirs en papier par des tissus lavables.

  • Pour vos enfants, des jouets de seconde main ou durables :

Pensez aux vaisselles à laver et réutilisables, des gourdes pour vos pique-niques, quatre-heures ou anniversaires.

Ma liste n’est pas exhaustive, d’autres conseils peuvent vous permettre de réduire encore plus vos déchets et d’effectuer des économies faramineuses, que vous pourriez utiliser pour partir en vacances, par exemple ou encore vous offrir une nouvelle literie pour mieux dormir. 😉  Je vous invite à vous informer sur le site ademe.fr

Sources : Tribune Santé et Youtube

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne