Comment mieux dormir le blog des dormeurs engagés

L’hiver approche, pensez à la vitamine C

12/11/2018
Bien vivre le jour et la nuit grâce à la vitamine C

La vitamine C contribue à bien dormir.
Photo de Jasmin Schreiber

 

Le froid est là, pensons à la vitamine C

Je pense que nous avons fait le tour des publicités actuelles qui nous assaillent d’informations en boucle. Gentiment, on nous prévient de nos éventuels besoins contre les états grippaux et autres maux sympathiques qui nous guettent. Lesquels amènent peu à peu à la fatigue, en plus du manque de sommeil et de luminosité. Dans notre série d’articles sur l’arrivée de l’hiver, l’essentiel est bien d’y penser, de s’en prémunir. Ainsi, il faut renforcer notre organisme tout naturellement de vitamines et particulièrement la vitamine C. Idéalement, il faut en consommer tous les jours, depuis le petit-déjeuner en choisissant une alimentation riche de bonnes choses pour notre métabolisme. Afin de ne pas faire de bêtises, prenons le temps de rappeler ce qu’est la vitamine C. A quoi sert-elle et quelles sont les précautions à anticiper ?

La vitamine C, définition

Autrement dite, acide ascorbique non toxique, la vitamine C est une des vitamines vitales. Nous la stockons dans notre organisme car il l’élimine tout au long de la journée. D’où l’intérêt d’en consommer déjà au premier repas de la journée. Elle s’avère indispensable et essentielle comme boire de l’eau ou respirer. Alors en manquer de façon notable, peut gravement et sévèrement nuire à notre santé de façon dommageable. En fait, l’année passée, nous avons dénombré quelques cas de scorbut  Il s’agit d’une maladie due à une forte carence en vitamine C. Le scorbut peut entraîner des conséquences sérieuses ou graves, comme par exemple le déchaussement des dents.

A quoi sert la vitamine C ?

Besoin naturel, la vitamine C, nous sert à plein de choses. Elle nous permet par exemple, de mieux cicatriser en cas de blessure puisqu’elle nous renforce de l’intérieur un peu tous les jours. Elle aide le fer à mieux se fixer. Elle nous apporte une résistance naturelle. Elle aide les fumeurs car ils appauvrissent leur faible stock en vitamine C par le tabagisme. Alors pour ces derniers, il est préconisé d’en consommer encore plus régulièrement pour compenser. Finalement, il est préférable d’arrêter le tabac tout court. Par ailleurs, fumeurs ou non, saviez-vous qu’en en consommant suffisamment au quotidien, nous pouvons utiliser nos capacités intellectuelles de façon plus optimale.

La vitamine C n’est pas la panacée

Certes, elle présente beaucoup d’efficace pour notre bien-être au naturel. Elle participe à booster notre système immunitaire pour son rôle contre les infections et le vieillissement. Toutefois, elle ne vous soignera pas des états grippaux par exemple ni d’une fatigue passagère qui nécessite du repos. Finalement, tirer sur la corde et elle cèdera. Comme nous le faisons toujours sur comment mieux dormir, nous vous déconseillons l’excès et recommandons la prise naturelle.

Se procurer de la vitamine C naturellement

Tout simplement, je vous conseille de bien vous alimenter en consommant :

  • des fruits : en cette saison, je vous suggère particulièrement les ananas, coings, kiwis, noix, pamplemousse, raisins et particulièrement la goyave. Les fruits exotiques ont la réputation d’être riches en cette vitamine
  • des légumes :  assaisonnez d’ail autant que vous pouvez, votre maraîcher met à votre disposition carottes, choux-fleurs ou de Bruxelles, courges, salades diverses, navets, poireaux, potirons et pommes de terre (Miam, miam ! les bonnes soupes !!). Je vous suggère vivement d’ajouter du poivron un peu partout, il est bien connu pour contenir beaucoup de vitamines. Aussi, j’ajouterai que vous conservez plus de leurs bienfaits quand ils ne sont pas trop cuits, voire crus.
  • les abats de viandes : Le foie, les tripes, les rognons. Bref! bien relevés et pas trop cuits, il s’agit d’une merveille dans nos assiettes.

Nous couvrons nos besoins en vitamines, à condition de consommer deux fruits et deux légumes de cette liste non exhaustive. Par conséquent, il est donc inutile de courir après les poudres de Perlimpinpin et autres compléments alimentaires. Il suffit juste de composer vos menus de façon équilibrée et idéalement bio.

Bon appétit 😉

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

Tips et conseils pratiques

Pourquoi le sauna aide à mieux dormir ?

04/11/2018
conseil pratique pour mieux dormir : le sauna

Le sauna aide à mieux dormir.

 

Le sauna aide à mieux dormir

Je viens de lire que le sauna présente de nombreux bienfaits pour le sommeil. A l’heure où les premiers froids pointent leur nez, voilà une bonne pratique pour se réchauffer. Pour ma part, c’est en vacances en Tchéquie que j’ai découvert cette pratique inscrite dans la traduction locale. Effectivement, cet art de vivre, venu du Nord, se pratique également beaucoup en Europe centrale. En fait, il faut passer les problèmes de la pudeur d’entrer nu dans ce local exigu avec des inconnus et l’épreuve du choc de la douche froide. Mais après quelle plénitude quand on se retrouve allongé. On ressent une véritable sensation de légèreté et de bien-être. Alors je suis heureux de découvrir que le sauna permet de mieux dormir. Mais pourquoi est-il bon pour le sommeil ? Et comment allier le bien-être à l’efficacité.

Le sauna réduit le stress et améliore le sommeil profond.

Il va de soi que le sauna détend. En fait, il suffit d’avoir essayé pour le comprendre. Il s’agit d’un espace isolé de toute sollicitation (pas de portable), au calme où la chaleur améliore la circulation sanguine et favorise la libération d’endorphines. Ce qui permet la détente et par voie de conséquence d’évacuer le stress. Et pour aller encore plus loin, certaines études tendent à montrer que le sommeil est plus profond. En fait, les endorphines sont des molécules synthétisées par différentes zones du cerveau. Elles provoquent lors de leur libération un effet calmant, voire sédatif. Pour certaines personnes, les endorphines peuvent même donner envie de dormir. De plus, lorsque la température du corps augmente en fin de soirée, il semble qu’elle tombera au coucher. C’est ce qui expliquerait qu’après un sauna de nombreuses personnes ont le sentiment d’avoir un sommeil plus profond. Et oui, le sauna pour mieux dormir, ça marche.

Un sauna doit-il se prendre nu ?

En France, où le sauna ne fait pas partie de la tradition, il est généralement pris en maillot de bain. Ceci dit, il est conseillé de le prendre entièrement nu, pour une meilleure régulation de la température corporelle. Le tissu des maillots de bains contient souvent des matières synthétiques qui rendent la séance inconfortable en amplifiant la sensation de chaleur. La transpiration sert à refroidir le corps. Or, le tissu la gêne et ce, plus particulièrement sur des zones essentielles, comme la poitrine pour les femmes et les parties génitales pour les hommes. Par ailleurs, le textile garde l’humidité, laquelle crée un effet de macération peu hygiénique. Souvent, l’idéal est d’utiliser une petite serviette pour s’asseoir sur le bois du sauna et ne pas se brûler. Et puis, pourquoi avoir des entraves alors que l’idée du sauna est de se détendre.

Se coucher après le sauna.

Comme je le disais précédemment quelle sensation extraordinaire, une fois allongé, après la séance de sauna et la douche froide enchaînées. Alors pour optimiser les bienfaits du sauna pour mieux dormir, voici quelques conseils de bons sens. Après les trois étapes du sauna et la douche froide, il faut bien se sécher. Puis tout simplement se glisser sous la couette, se glisser dans les bras de Morphée. Effectivement, pour ceux qui ont la chance de posséder une cabine de sauna, il suffit de rejoindre sa literie. Selon vos habitudes, soit vous mettez votre pyjama préféré, soit vous restez du plus simple appareil dans vos draps. Et ce, à plus forte raison s’ils sont agréables et naturels. Il ne me reste plus qu’à vous chuchoter : « Bonne nuit ! »

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

Mes premiers cheveux blancs m’empêchent de dormir

29/10/2018
Le blanchissement des cheveux est naturel

Ne devenez pas insomniaque à cause de vos cheveux blancs.

 

Les premiers cheveux blancs apparaissent

La canitie est la survenue des cheveux blancs. En d’autres termes, l’état des cheveux qui blanchissent, consistant en la transformation du système pileux. Il s’agit d’un phénomène dit normal et naturel, survenant entre 17 et 50 ans. Même si, on associe souvent les cheveux blancs aux séniors. Or, il n’y a pas d’âge pour en avoir, certains en ont déjà à 20 ans, voire même avant, par hérédité. Nous constatons que la moyenne européenne de leur apparition se fait autour de 35 ans.

Explication de ce phénomène des cheveux blancs

La mélanine est le pigment donné à nos cheveux et à notre peau, produite  par les gènes et les mélanocytes des bulbes au niveau capillaire. Notre mélanine blanchit par l’action de l’eau oxygénée ou péroxyde d’hydrogène, ce phénomène naturelle qui s’extrait de la racine. Nous en produisons déjà alors même qu’on est encore tout petits. Puis, avec le temps, elle se répand en surface et éclaircit nos cheveux peu à peu.

Cas particuliers des cheveux blancs

Des pathologies accentuent la présence de cheveux blancs, par exemple l’hypothyroïdie, l’albinisme ou encore, les carences en vitamines B5, B8 et B10.

Les croyances urbaines

Nous entendons diverses informations sur nos cheveux, qu’ils soient raides, gras, crépus et j’en passe. Nous véhiculons entre nous des idées erronées de génération en génération. Par exemple, on nous dit qu’en en arrachant un, c’est bien connu qu’il y repoussera au moins 2 cheveux blancs. Or, c’est archi-faux ! la science n’a jamais avancé tel argument. Ceci dit, inutile de les retirer un à un ni de se faire souffrir, il ne s’agit pas de sourcils, alors piano piano. Autre exemple parmi les on-dit, un choc émotionnel ferait blanchir plus vite nos tifs adorés, or à nouveau la science n’a rien confirmé de pareil.

La tendance est d’assumer ses cheveux blancs à fond !

Contrairement aux idées préconçues, no stress ! les cheveux blancs sont beaux et n’ont rien à voir avec la vieillesse ni à une fin de vie qui approche. Vous pouvez dormir tranquilles. Vous êtes magnifiques et fashion, je veux dire à la mode. De toute façon, nous ne saurions y échapper car ce fonctionnement s’avère génétique et irréversible. Hommes et femmes confondus tendent à les mettre en avant aujourd’hui, ce qui leur donne un air plutôt matures et chics. D’autant qu’ils ont tout compris que les produits naturels pour les couvrir ne courent pas les rues. Ainsi ils vivent plus sainement qu’avec certaines colorations chimiques qui sauraient couvrir l’abominable cheveu blanc. 🙂

Que faire pour entretenir le blanchiment naturel de sa chevelure

Détendez-vous, rassurez-vous, le « silver hair » va à tout le monde. Un bon entretien régulier vous mettra en confiance, cela consiste en quelques habitudes et gestes simples.

  • Hydratez bien ses cheveux avec des soins naturels
  • On évite le jaunissement en adaptant sa bonne hygiène de vie, moins d’alcool, de médicaments, par exemple
  • Bien dormir et suffisamment dans une literie naturelle (là, il n’y a rien de scientifique, juste une conviction personnelle LOL) et à heures fixes
  • Optez pour une alimentation saine, sans carences en protéines pour éviter la chute des cheveux
  • Côté alimentation, privilégiez les poissons et viandes blanches riches en kératine et fruits et légumes bio riches en vitamines A, B, C, D et E
  • Réduisez la consommation de tabac car vous savez qu’il nuit à votre santé et accélère le vieillissement des cellules
  • Aérez-vous, sortez en forêt
  • Évitez les expositions prolongées au soleil particulièrement durant les pics de chaleur et pollution
  • Protégez-les avec les produits bio de façon régulière comme les huiles bio, vous ne dégraderez ainsi pas la Nature.

Comment faire pour réussir à s’assumer et passer le cap

Vous traversez une phase transitoire, un peu difficile pour certains. Alors, laissez-les pousser patiemment, avec beaucoup de détachement et conviction. Consultez votre coiffeur pour les meilleurs conseils, il saura couper peu à peu, si nécessaire. Peut-être même, choisirez-vous de pleine volonté, d’adopter un nouveau style. A condition de bien les entretenir car il s’agit de votre beauté, de votre bien-être et de votre regard porté sur vous-même. Plus vous dégagerez de bonnes ondes, plus l’entourage se montrera positif envers vous et vous vous plairez. Inutile de passer des nuits blanches à se morfondre, vivez et dormez le plus sereinement possible.

Source : Pause santé

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

La cyrrhose n’est pas liée qu’à l’alcool

22/10/2018
L'excès de sucre suffit à avoir une cirrhose

La cirrhose n’est pas toujours alcoolique.
Photo de Susannah Burleson.

 

L’alimentation et le sucre peuvent provoquer la cirrhose.

D’emblée, la cirrhose du foie n’est pas toujours forcément liée à la consommation d’alcool. Vous et moi pourrions y être confrontés. Alors informons-nous avant de juger trop vite. Tout d’abord, une mauvaise alimentation et une consommation de sucre importante peuvent générer la maladie. A cela, nous ajoutons un manque d’activités physiques. De surcroît, la consommation des sodas des plus divers viennent irriter le foie autant que l’alcool. Par ailleurs, une étude scientifique récente révèle que l’abus de paracétamol est une cause probable de cirrhose. Alors prenons le temps de comprendre pour ne pas courir à notre perte avec nos habitudes nocives à la santé et ainsi finir, taxés de consommateurs d’alcool.

Pourquoi le foie développe une cirrhose ?

En fait, attaqué par un excès de certaines substances, le foie cherche à cicatriser. Par exemple, l’excès de sucre va se transformer en triglycérides ou graisses, nocives au fil du temps, lesquelles vont devenir inflammatoires au niveau du foie. C’est ce qu’on appelle la fibrose du foie, qui consiste en un excès de cicatrisations de ce dernier. En continuant de le mettre à dure épreuve, le foie va continuer de se défendre en durcissant progressivement. A terme, sous 15 ans en moyenne et ce, sans activités physiques, le trouble tend à muer en cirrhose. En effet, l’insuline secrétée va transformer le sucre en graisses, comme le précise le Professeur Silvain, chef du service d’hépato-gastro-entérologie au CHU de Poitiers.

La stéatose hépathique non alcoolique.

On l’appelle aussi stéatose hépathique non alcoolique, cette maladie du foie causée par le sucre. C’est la première cause de greffe de foie aux Etats-Unis. Là-bas, on l’appelle l’hépatite du « foie-gras » en raison de la présence importante de fructose. Pas très appétissant, n’est-ce pas ? Alors quels sont les points à surveiller pour limiter le risque de cirrhose :

Le fructose

Le fructose naturel des fruits consiste en un glucide bon et sain. Or, le plus courant est le fructose industriel, extrêmement mauvais pour l’organisme. En fait, on le trouve abondamment dans les sodas mais aussi les gâteaux et les pains industriels, que nous et nos enfants affectionnons tout particulièrement. Ce fructose contient du sirop de maïs qui dégrade lentement l’organisme et nos organes, dont le foie.

Le surpoids et l’obésité sont à surveiller

La surcharge pondérale est un indicateur et nécessite une certaine vigilance. Mais attention, le sujet concerne tout autant les personnes visiblement minces.

La prise de paracétamol

Très courant à travers le monde, le paracétamol s’utilise en tant qu’antipyrétique et antalgique, il s’obtient librement en pharmacie sans visite médicale. Or son usage en fait une des principales attaques ou hépatites au niveau de foie, s’avérant grave à la longue. Et plus la dose consommée augmente, plus la sévérité hépatique croît. Dit ordinaire en terme de traitement, il s’avère toxique pour la santé.

Le manque de sommeil

Plus vous dormirez peu, plus votre métabolisme va se fatiguer et ainsi ne plus vous défendre des agressions externes. Il faut absolument vous concentrer sur la détente, le bien-être et le repos pour mettre toutes vos chances de votre côté. S’il s’agit d’un simple problème de literie, je vous invite à choisir une literie naturelle bien confortable pour faire de beaux rêves. Si vous ressentez des troubles telles que les insomnies, je vous conseille d’en parler à votre médecin ou à votre homéopathe.

Nos conseils pour éviter la cirrhose :

1/ Éliminer l’alcool :

Évacuons tout de suite le risque lié à l’alcool. Car, il n’en reste pas moins une cause importante de cirrhose. Certaines études récentes disent même que le risque de cancer s’est considérablement accru en corrélant une prise moyenne d’un verre d’alcool par jour. Et de manière plus générale, le conseil consiste à rééquilibrer les repas. Par exemple, en respectant les proportions de féculents, de légumes,…

2/ Manger 5 fruits et légumes par jour :

Effectivement, il est préconisé de veiller à consommer une quantité suffisante de légumes, mais aussi de fruits. Pour être plus concrète, le sucre n’est pas un produit naturel dont nous avons besoin outre mesure. Génétiquement, nous n’y sommes pas disposés en terme de consommation, il s’agit là de physiologie. L’excès de sucre va se transformer en triglycérides ou graisses, nocives dans le temps et devenir inflammatoires sur le foie.

3/ Faire du sport :

Il est important d’exercer au moins une activité physique, l’idéal est de faire du sport. Pour d’autres, s’adonner à des loisirs et marcher pour aller au travail vont dans la bonne voie et symbolisent déjà de très bonnes évolutions positives.

4/ Faire attention à l’automédication de paracétamol :

Certes, nous avons banalisé le paracétamol tant par le produit en lui-même que par la consommation intempestive à la moindre douleur. En vous automédiquant, vous risquez de prendre une molécule indésirable et de ne plus savoir à quel dosage vous vous l’auto-administrez. D’où les risques de surdosage que connaissent bien les services des pompiers et des urgences.

5/ Dormir suffisamment :

L’excès de fatigue peut nous faire ressentir des envies de manger, des fringales particulièrement orientées vers sur le sucre. Aussi, respecter son corps et son organisme consiste à dormir au moins 6 heures par jour et de s’accorder entre 5 et 15 minutes de sieste réparatrice après le déjeuner. En dormant assez, les phases des repas quotidiens vont reprendre un ordre naturel pour vos hygiène alimentaire et physique. Il s’agit-là de reprendre la main sur sa propre vie et de se faire du bien. Notre blog et toute son équipe tient à votre bien-être.

En bref, une bonne hygiène de vie et une alimentation équilibrée vont vous permettre de bien vivre. Mais également, de bien transmettre vos habitudes au cercle familial et de bien vieillir. De plus, reconnaissons que changer nos habitudes n’est pas toujours si simple que cela. C’est pourquoi, je vous recommande de consulter son médecin, voire un nutritionniste en cas de besoin.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Santé & mal de dos

Quand les oreillers bio valorisent l’agriculture biologique

15/10/2018
Les oreillers bio créés par les coproduits agricoles

L’agriculture permet l’alimentation et la fabrication d’oreillers bio.
Photo de David Becker

 

L’agriculture bio sert à nourrir

La vocation principale de l’agriculture consiste à nourrir les humains et les animaux. C’est en fait une discussion récente autour d’un verre qui m’a donné l’idée de cet article sur comment mieux dormir. Effectivement, mon interlocuteur avait entendu parler d’un oreiller bio en épeautre. Il me disait qu’il était dommage d’utiliser dans la literie des produits qui auraient pu permettre de nourrir des gens. Et ce, à plus forte raison, dans un monde où tout ce monde ne mange pas à sa faim. Voilà une remarque excellente et un grand principe du monde du bio. Par exemple la literie, utilise les parties de la plante qui ne peuvent pas être mangées, pour fabriquer des oreillers bio. Effectivement, l’idée consiste à laisser la graine, comme celle d’épeautre, pour faire du pain. Et de la balle, qui aurait été jetée, permet de faire des garnissages d’oreillers et ainsi donner un revenu complémentaire à l’agriculteur.

Valoriser les coproduits de l’agriculture bio.

En fait, il s’agit d’un véritable objectif de développement durable. Car, la démarche consiste à utiliser le maximum de la plante. Premièrement, cela a une vocation économique et sociale. Notamment en augmentant le revenu de l’agriculteur. Ensuite, cela permet de limiter l’impact environnemental et écologique. Puisqu’avec la même utilisation de la nature, on obtient plus de matière première. Mais aussi, on limite la production de déchets. Plus particulièrement, pour notre oreiller bio, la graine de millet ou d’épeautre sera mangée et la balle qui enveloppe la graine garnit notre oreiller bio. En fait, on valorise ce que l’on appelle un coproduit. C’est-à-dire, qu’il est créé au cours du même processus de fabrication que le produit principal (graine pour faire du pain) et le coproduit (balle pour faire un oreiller bio). Selon les définitions, le but est principalement la valorisation économique.

L’oreiller bio ne doit jamais utiliser de produits que l’on peut manger

J’insiste que la literie n’enlève le pain de la bouche de personne. Je sais, le jeu de mots est tiré par les cheveux. Mais cette pensée m’est venue en parlant de l’épeautre. Vous voyez le cheminement de ma pensée, ancien blé, farine, pain d’épeautre. Ceci dit, j’insiste particulièrement sur l’objectif nutritif de l’agriculture et plus particulièrement de l’agriculture bio. L’idée est de nourrir un maximum des gens. Mais également, qu’ils mangent sain. Car notre monde est très dichotomique. Avec d’une part, ceux qui souffrent de la faim et d’autre part, ceux qui souffrent de malbouffe.

Le confort de ces oreillers bio

Quels sont les coproduits de plantes utilisés dans la literie et l’oreiller bio. Finalement, ils sont nombreux et il est impossible d’en faire une liste exhaustive. Plus précisément, certains fabricants français d’oreillers bio appliquent une démarche développement durable complète. Par exemple, c’est le cas de Mille Oreillers. Tout d’abord, ils ont sélectionné des anciennes variétés de blés français. Je pense à l’épeautre bio. Un temps oublié, il a été relancé pour ses valeurs nutritives. Puis l’oreiller en épeautre maintient les cervicales du dormeur, tout en étant stable, avec une certaine souplesse. Enfin, le Sarrasin offre un soutien encore plus stable du fait de sa densité. Par ailleurs, pour fabriquer l’oreiller en millet, on sélectionne la coque. Les amateurs de l’oreiller millet aiment sa douceur, sa stabilité, mais aussi le glissement silencieux des balles. Personnellement, j’apprécie les odeurs dégagées, pour une fois que l’on ne sent pas le plastique.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

La sylvothérapie aide à bien dormir

08/10/2018
Renouer avec la Nature pour une bonne santé

Le contact des arbres nous fait du bien.

 

En quoi consiste la sylvothérapie ?

La sylvothérapie, du latin silva signifiant bois et forêt, est une thérapie verte. Grâce à celle-ci, nous pouvons retrouver bien-être et sérénité aux contacts des arbres. Aussi, on se rend en forêt aussi bien pour quelques heures que plusieurs jours. En cure, en soin ou à titre préventif, le contact avec les arbres réduit la déprime, le stress, la colère, de nombreuses pathologies telle que l’arthrose ou encore les troubles du sommeil. Car la sylvothérapie aide à bien dormir. Il s’agit d’une véritable communion avec la Nature. A raison de deux heures hebdomadaires, en toute saison, les effets s’avèrent spectaculaires sur le bien-être.

Ce qu’il se passe en forêt

Clairement, les études démontrent une forte et solide sociabilité entre les arbres. Entre eux, les arbres ont une connexion filamenteuse comme une araignée tisse sa toile. Une forte solidarité se forme entre eux comme s’il y avait un lien tant familial, amical qu’amoureux. Tout ceci se passe sous terre. C’est pourquoi, s’introduire dans cette nature majestueuse est une chance, une opportunité de faire partie de la Nature tel qu’à l’origine.

Les effets remarquables sur l’humain

La forêt stimule les lymphocytes NK natural killers qui sont des globules blancs pouvant éradiquer le cancer. Cela provient de l’air qu’on y respire dont les ions sont dits négatifs mais finalement aux effets positifs sur la santé. Car, les arbres génèrent des phytoncides, ou molécules volatiles pour communiquer et se protéger mutuellement des maladies. Ce qui tonifie et décongestionne mais aussi accroît l’hormone du bonheur, dont je vous ai déjà parlé à travers ce blog, qui s’appelle la sérotonine. Par extension, ceci réduit notre taux de cortisol donc notre stress redescend et ainsi, nous permet de mieux récupérer. A savoir que les arbres à aiguilles comme les sapins par exemple, stimulent et défatiguent. Quant à eux, les arbres feuillus aident à gagner en qualité de sommeil. Alors, il suffit de tendre lentement les bras vers eux et de vous laisser aller comme sur un matelas magique.

Qui peut en tirer bénéfices ?

Tout le monde, sans exception, a l’opportunité de profiter des bienfaits et vertus de la promenade en forêt. Inutile de marcher beaucoup, l’immersion et le lâcher-prise suffisent à notre bon vouloir. En groupe, certains aficionados prennent le temps, cherchent à ressentir, à rêver et échangent avant de quitter les lieux sur leur expérience. A chacun son approche, nul diplôme n’est nécessaire. Or, il est important d’être en tenue adéquate de détente et de saison.

L’histoire de la sylvothérapie

Déjà en France, il y a 200 ans environ, des immersions ou bains de forêt de la région d’Arcachon permettaient aux tuberculeux et asthmatiques d’améliorer leur état de santé, tant physiquement que moralement. Puis, au 20e siècle Georges Plaisance soutient les apports bénéfiques des forêts. Auteur convaincu, il écrit « Forêt et santé : guide pratique de la sylvothérapie » qui paraît en 1985. Au Japon, la culture veut qu’ils croient fermement aux pouvoirs des forêts. Il y a environ 15 ans, le professeur et bioligiste Qing Li démontre que l’arbre a un impact positif intense sur le métabolisme humain. D’où la création de nombreux centres de shinrin yoku dits bains de forêts au Japon. Les bois et forêts recouvrent quasiment de 70% du pays nippon. Ces centres n’existent pas encore en France.

Pour ceux qui n’auraient pas la possibilité de se rendre en forêt, alors partir se balader dans un parc ou un champ fait également beaucoup de bien. Allez, sortez vous faire du bien, communiquez avec la Nature. Emportez avec vous le livre « La vie secrète des arbres » de Peter Wohlleben, vous en saurez plus tout en profitant de l’harmonie verte qui vous entoure. Véritablement, la sylvothérapie aide à bien dormir.

Source : Bio Contact

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Santé & mal de dos

L’enquête de santé sur France 5 : Troubles du sommeil, la fin du cauchemar ?

30/09/2018
Nous manquons de sommeil

L’enquête de santé concerne notre sommeil en particulier, par Marina Carrère-d’Encausse et Michel Cymes (photo France 5 de l’Émission de santé )

 

L’enquête de santé du 2 octobre 2018 sur France 5

La célèbre Émission de santé de France 5, l’enquête de santé, s’occupera de notre sommeil le 2 octobre 2018. En fait, ils consacreront la soirée au thème « Les Troubles du sommeil : la fin du cauchemar ? » Tout d’abord, l’émission de Marina Carrère-d’Encausse diffusera un documentaire réalisé par Claire Chognot et Marc Aderghal « À la recherche du sommeil perdu ». Ensuite, ils proposeront un débat animé par Marina et Philippe Charlier.  Ils auront pour invités les plus grands spécialistes du sommeil. Effectivement, le sommeil est également une spécialité médicale, car il influe sur notre santé. Trop de gens souffrent du sommeil.

La liste des invités de l’émission :

  • Dr Claude GRONFIER, neurobiologiste et spécialiste des rythmes biologiques à l’Inserm à Lyon.
  • Dr Laurène LECLAIR-VISONNEAU, neurologue au CHU de Nantes.
  • Dr Nicolas JUENET, psychiatre, médecin du sommeil.
  • Dr Marc REY, neurologue, responsable du centre du sommeil à l’hôpital de la Timone à Marseille.

Les français dorment de moins en moins.

Les chiffres sont proprement impressionnants, en 50 ans nous avons perdu en moyenne 1 heure et demie de sommeil. Nos rythmes de vie, la surexposition à la lumière des écrans et de nos villes, expliquent cette réduction drastique de notre temps de récupération. Comme nous vous l’expliquons à longueur d’année sur le blog comment mieux dormir, le sommeil c’est la santé. Or selon l’enquête de de santé « Un Français sur trois est malade du sommeil. Insomnie chronique, apnée du sommeil, somnolence excessive… Les mauvais dormeurs mettent leur santé en danger. »

Les conséquences du manque de sommeil.

En fait, au-delà des gênes quotidiennes que sont les états de fatigues, les conséquences peuvent être bien plus graves. Tout d’abord, on pense aux conséquences de la somnolence au volant (première cause d’accident mortel sur autoroute). Mais dormir moins de 6 heures par nuit expose à de graves problèmes de santé. Tout d’abord, il y a un risque plus élevé d’accidents cardiovasculaires. Mais également, il augmente le risque d’hypertension artérielle, d’obésité et de diabète de type 2.

Le sommeil est devenu un enjeu de santé publique.

L’émission de France 5 analyse ce problème qui est devenu un vrai enjeu de santé publique. Quels en sont les causes, et quels sont les solutions ?

Alors notez bien le rendez-vous :

  • Emission : L’enquête de santé
  • Présentateurs : Michel Cymes et Marina Carrère-d’Encausse
  • Thème : Les Troubles du sommeil : la fin du cauchemar ?
  • Diffuseur : France 5
  • Date de diffusion : 2 octobre 2018 à 20h50

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

La mauvaise haleine de mon conjoint m’empêche de dormir   

24/09/2018
Avant de dormir, l'hygiène buccale est très importante

Avoir bonne haleine nécessite une bonne hygiène buccale.

 

D’où vient la mauvaise haleine ?

Généralement, la mauvaise haleine ou halitose, provient le plus souvent de maux de dents non soignés ou de problèmes liés aux manques d’hygiène bucco-dentaires. Très souvent, le tartre et la plaque dentaire se fixent entre les dents et carrément dans la poche parodontale, c’est-à-dire sous la gencive. Ensuite, les bactéries naturelles de la bouche interviennent et forment des CSV ou composés sulfurés volatils qui sentent particulièrement mauvais. Mais aussi, d’autres causes existent comme les troubles digestifs, sinusites répétées, traitements médicaux asséchant la bouche et j’en passe.

Comment remédier à la mauvaise haleine ?

Avant tout, sachez que la plupart des bactéries s’accumulent au niveau de la langue et dégagent une odeur nauséabonde. Un bon nettoyage régulier de la langue est nécessaire, de l’arrière vers l’avant, avec une brosse de préférence spécifique à la langue car une brosse à dents classique peut léser et faire saigner, à moins qu’il s’agisse d’une brosse bi-fonction, c’est-à-dire qu’au bout de la tige il y a dos à dos brosse à dents et à langue. Vous pouvez également vous munir, particulièrement le soir, de brossettes interdentaires, fil dentaire car la nuit les bactéries stagnent et se déposent plus facilement. De façon quotidienne, le dentifrice au fluor est préconisé.

Comment surmonter l’haleine désagréable ?

Difficile de dormir avec son bien-aimé quand il sent fort de la bouche et d’agir sans le vexer, aux fins de mieux dormir. Certains disent « je me tourne, nez contre le matelas pour l’éviter, il sent trop mauvais du bec ! ».  A travers ce blog, je me permets de vous dire de prendre rendez-vous chez le dentiste pour un contrôle et invitez votre adoré à en faire autant, voire même à vous accompagner. Hop ! un petit détartrage et vous coulerez tous les deux des jours heureux. De plus, s’il y a carie ou inflammation des gencives, le spécialiste des dents le remarquera.
A la maison, jetez-vous aux bains, aux bains de bouche ! antiseptiques, à effet de longue durée, environ 12 heures, et ce de façon ludique. En quelque sorte, pour instaurer désormais de bonnes habitudes; toutefois, il s’agit d’une cure et non d’un traitement quotidien annuel au risque de perturber la flore buccale et donc d’empirer la situation à plus long terme.

Comment passer de bonnes nuits sans mauvaise haleine

•    Evitez de cuisiner ou de consommer certains condiments tels que l’oignon, l’ail, les épices et piments car ils aggravent l’odeur,
•    Réduisez la consommation de café, alcool et tabac après 16h,
•    Des sprays, chewing-gums et pastilles fonctionnent momentanément, profitez-en à ces moments-là en attendant de régler le problème définitivement,
•    Tout bêtement, hydratez-vous suffisamment toute la journée car la bouche sèche génère de mauvaises odeurs, fixez-vous un litre minimum d’eau plate voire pétillante, par jour.

Rassurez-vous, des traitements orthodontiques existent pour les cas plus pointus. En effet, les dents ont également besoin d’alignement et d’espaces pour être soignables et correctement lavables. Je sais que c’est peu aisé de supporter l’autre la nuit, or il nous reste la bienveillance et la patience avant de décider éventuellement de faire chambre à part. 😉

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

Tips et conseils pratiques

La méditation à l’école, ça marche !

17/09/2018
A l'école primaire, se démocratise la méditation

La méditation de pleine conscience devient une discipline scolaire.

 

Pourquoi cette méthode de méditation ?

Plus précisément, il s’agit de la méditation de pleine conscience, activité cérébrale et psychique très tendance, qui peu à peu s instaure à l’école. Cette méthode permet de réussir à se concentrer et rester attentif. Telle une action commune qui tend désormais, à appartenir à l’hygiène de vie comme bien dormir par exemple. On commence à appliquer cette technique parce qu’on a noté que de plus en plus souvent, l’enfant manque d’attention et de concentration. Aussi, il ne parvient pas à résoudre des problèmes simples tout seul, ces problèmes de société sont très actuels. Cette méthode de méditation rend à nouveau possible l’insurmontable aptitude à être disponible psychiquement à un moment donné. D’autant qu’une fois à la maison, l’enfant peut recourir lui-même à la méthode et méditer pour mieux se concentrer. Parents ! Comme je le dis souvent à travers ce blog, ne baissez pas les bras. Par expérience, je puis vous en assurer, les enfants l’ont essayée et adoptée. Ça marche très bien ! De plus, votre enfant dort mieux.

Comment se pratique cette méditation ?

Pour exemple, l’école Saint-Charles à Charly a lancé l’expérimentation avec des élèves de 8  à 10 ans. A raison de 45 minutes par semaine, on les a initiés à la méditation de pleine conscience.
Déborah d’Hostingue, psychologue et membre de l’association Enfance et attention, entraîne les jeunes à la pratique de l’attention consciente. Elle part du principe que la concentration se cultive, tout comme l’art de bien respirer qui vont de pair. Au moment où la respiration prend le dessus, au calme, les enfants réalisent que ce qu’ils pensent est présentement là. Ils ont leurs pensées en leur propre possession, sinon c’est la fuite et la fusion toute la journée. Et au fil des séances, ils apprennent à écouter leur corps, leurs sensations par exemple et partent plus loin dans leur réflexion personnelle.

Les résultats à ce jour.

Il en résulte que les classes concernées sont aujourd’hui plus calmes. Peu importe que certains n’aient pas été réceptifs à ces périodes d’initiation-là. Ce qui compte, c’est ce qu’ils en feront. Eh oui ! environ 75% des parents annoncent que leurs enfants ont développé de nouvelles aptitudes et  connaissances. Quant aux enseignants, environ 9 sur 10 parlent d’une nette amélioration du travail de groupe.

Grâce à la méditation, l’enfant a moins de stress et plus de concentration

Le climat est bon. L’enfant se sent mieux grâce à cette nouvelle discipline dans son planning. La pratique leur permet de mémoriser plus aisément, de lier leurs pensées à l’instant présent afin de s’approprier ces moments. Ceci nécessite donc d’aller puiser dans ses compétences intérieures, dont tout enfant est doté. D’autant que les exercices de respiration peuvent être effectués à la maison, pour retrouver les bienfaits de la méditation pendant quelques minutes. Cette pratique est naturelle, chacun peut l’utiliser au quotidien, en cherchant à faire le vide et non à réfléchir. En plus d’une bonne literie, je vous conseille la méthode « Tout est juste là » de Jeanne Siaud Sacchin ou encore de consulter le site de l’association Enfance et Attention.

Sources : « Calme et attentif comme une Grenouille » de Eline Snel et Famille et Education

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

Que faites-vous au lit ?

10/09/2018
5 choses à faire dans un lit

Les multiples choses faites dans un lit.

 

Hormis dormir, que fait-on dans un lit ?

Il va de soi que la chambre et le lit ont pour vocation d’y dormir. Plus précisément, la chambre a été créée pour isoler les couples, à l’époque où plusieurs générations vivaient sous le même toit. Ceci dit, il n’est pas si simple que cela de se coucher et d’instantanément dormir. C’est pourquoi, nous mettons en place des rituels pour faire une transition vers le sommeil. Par exemple, la lecture ou les câlins permettent de se détendre pour mieux s’endormir.

Les 5 choses que l’on fait dans un lit :

 

1/ Lire :

Le lit est un lieu particulièrement adapté à la lecture. Tout d’abord, parce qu’il s’agit d’un endroit où l’on se sent bien et dans lequel on peut facilement s’abandonner à l’histoire. Par ailleurs, la lecture est une excellente solution pour se préparer au sommeil. Elle détend et elle permet de déconnecter des tracas de la journée. Par contre, évitez les tablettes, car la lumière bleue qu’elles contiennent est l’ennemie du sommeil. Elle s’apparente à la lumière du jour. Et c’est lasse de dire : « Moi le soir avant de m’endormir je lis ! »

2/ Regarder la TV :

Même si la télé est régulièrement citée comme pire ennemie du sommeil et du couple, de très nombreuses chambres en sont équipées. Tout d’abord sa lumière bleue, toujours elle, lutte contre l’endormissement. Ensuite, elle réduit la communication et l’intimité dans le couple. En fait, je n’ai pas envie de m’attarder sur ce sujet que nous avons déjà abordé ensemble.

3/ Écrire :

Je ne sais pas si c’est commun, mais une chose est sûre, c’est que l’écriture n’est pas forcément bonne pour préparer le cerveau au sommeil. Personnellement, je dois vous avouer que je m’y adonne régulièrement. Même si cela n’est pas la règle, bon nombre d’article de ce blog commentmieuxdormir.com, je les écris le soir avant de dormir.

4/ Manger :

Du traditionnel petit-dej au lit des amoureux au garde-manger de l’adolescent, certains d’entre nous aiment manger au lit. Ceci dit en toute partialité, pour moi qui n’aime pas ça, ce n’est pas un lieu adapté. Eh oui, les miettes dans les draps ça gratte. J’écarte tout de suite le cas de l’ado qui oublie la nourriture sous le lit pour le plus grand bonheur des fourmis. Par contre, dans le cadre de la parade nuptiale de la femme, cela peut devenir incontournable pour monsieur. Vous voyez ce que je veux dire, comme le massage quoi.

5/ Faire l’amour :

Je sais ce n’est pas facilement avouable, mais c’est dans un lit que nous faisons le plus souvent l’amour. Certes, cela va à l’encontre de bien des fantasmes, mais l’oreiller et le matelas restent ce qu’il y a de plus confortable. Et puis c’est dans la chambre où il y a le plus d’intimité.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit