Accueil > Attitude citoyenne > Humeur et éconologie !

Humeur et éconologie !

Quand on parle d’environnement, d’écologie ou de développement durable, on est souvent confronté à des points de vue manichéens. D’un coté le point radical des anti-écolos, qui prennent les protecteurs de l’environnement pour de doux illuminés rétrogrades et de l’autre des défenseurs de leur liberté de consommer, comme si il s’agissait de la liberté ultime.

Mon point de vue n’est pas de stigmatiser tout les avis radicaux et parfois manichéens. Il est évident que l’on ne peut pas revenir à l’âge de pierre. De toute façon, ce n’est pas nécessaire pour sauver la planète.

Cependant, il faut bien comprendre qu’effectivement être responsable et écolo peut malmener notre porte monnaie. Mais attention, la notion d’éconologie existe bel et bien ; néologisme barbare, qui allie économie et écologie. De nombreux gestes ne coutent rien ou pas plus cher (tri-sélectif par exemple). Ils peuvent aussi faire faire des économies (fermer le robinet, ne pas consommer de la viande en excès.

Nous ne sommes pas contre le marketing qui vise à produire les besoins normaux du consommateur. Par contre, nous condamnons le marketing qui consiste à créer des besoins chez les consommateurs, afin d’écouler des surproductions délirantes.

L’économie sert l’homme quand elle est réelle et réellement raisonnée. Mais quand elle devient virtuelle dopée par de l’argent qui l’est tout autant, l’homme détruit la nature et par voir de conséquence se détruit lui-même.

La notion d’éconologie est de plus en plus réelle, dopée par la crise, elle devient une véritable nécessité vitale.

Attitude citoyenne

  1. Arma
    | #1

    Je partage votre point de vue et sincèrement évitons les clichés. En regardant l’émission de Guillaume Durand difusée sur france2 dimanche 17 mai dernier, j’ai vu un avocat et un médecin, qui nous abreuvaient de clichés, afin de traiter les défenseurs du développement durable et du bio, d’affreux combattants liberticides. Le combat n’est pas gagné !!!!!

  2. webmaster
    | #2

    Il est vrai que face à la nécessité de se préoccuper de la nature, nous ne sommes pas à l’abri de voir des opportunistes (qui exploitent le filon) et des gens pour qui le moindre changement est anxiogène et qui s’érigent en fervents défenseurs des libertés (si l’on peut considérer que ne pas respecter les autres soit une liberté).