Accueil > Sommeil > Les dangers de la privation de sommeil au volant.

Les dangers de la privation de sommeil au volant.

Jean-François Lemoine - FRANCE INFO

Jean-François Lemoine - FRANCE INFO

Jean-François Lemoine, le spécialiste de la médecine sur FRANCE INFO, attire notre attention sur les effets du manque de sommeil au volant. Effectivement, après une dernière journée de travail, on a hâte de sauter dans la voiture pour se rendre au plus vite sur son lieu de weekend ou de vacances. Et c’est là que commencent les problèmes :

« Au volant : la privation de sommeil a des effets tout aussi nocifs que la consommation d’alcool. » souligne Jean-François Lemoine :

  • 17 heures de vielle (une journée de travail + le trajet) équivaut à 0,5 g d’alcool dans le sang,
  • 24 heures de vielle équivaut à 1 g d’alcool dans le sang.

Quelques chiffres pour bien comprendre :

  • 1 conducteur sur 2 se prive de sommeil avant de partir en vacances,
  • La somnolence est la troisième cause d’accident juste derrière la vitesse (1) et l’alcool (2),
  • En France, la somnolence est la cause de 30% des accidents sur autoroute et 20% sur les routes,
  • Dormir moins de 5 heures multiplie par 3 le risque d’accident,
  • Conduire entre 2h et 5h du matin multiplie par plus de 5 le risque d’accident.

Pour en savoir plus, écoutez la rubrique diffusée sur FRANCE INFO le 03 août 2010 : cliquez ici !

Réfléchissez avant de prendre le volant et BONNES VACANCES !

Sommeil

  1. Michael
    | #1

    Boire ou conduire, il faut choisir, alors là je ne sais plus quoi choisir !!!!

  2. | #2

    Bonjour,

    Il y a l’alcool, la drogue et les médicaments, la vitesse bien sûr. Mais il est vrai que le manque de sommeil est un véritable fléau pour la société.

    Et spécialement au volant. Il est presque criminel de prendre le volant en étant en gros manque de sommeil.

    Jean-François Lemoine l’a d’ailleurs très bien expliqué dans son article.

    Christian

  3. Christophe
    | #3

    Bonjour Christian,

    Merci de votre commentaire. Il y a effectivement des maux que l’on identifie sans aucune difficulté, alors que d’autres plus insidieux sont complètements ignorés.

    Christophe (cmd)