Accueil > Attitude citoyenne > Quand les oreillers bio valorisent l’agriculture biologique

Quand les oreillers bio valorisent l’agriculture biologique

Les oreillers bio créés par les coproduits agricoles

L’agriculture permet l’alimentation et la fabrication d’oreillers bio.
Photo de David Becker

 

L’agriculture bio sert à nourrir

La vocation principale de l’agriculture consiste à nourrir les humains et les animaux. C’est en fait une discussion récente autour d’un verre qui m’a donné l’idée de cet article sur comment mieux dormir. Effectivement, mon interlocuteur avait entendu parler d’un oreiller bio en épeautre. Il me disait qu’il était dommage d’utiliser dans la literie des produits qui auraient pu permettre de nourrir des gens. Et ce, à plus forte raison, dans un monde où tout ce monde ne mange pas à sa faim. Voilà une remarque excellente et un grand principe du monde du bio. Par exemple la literie, utilise les parties de la plante qui ne peuvent pas être mangées, pour fabriquer des oreillers bio. Effectivement, l’idée consiste à laisser la graine, comme celle d’épeautre, pour faire du pain. Et de la balle, qui aurait été jetée, permet de faire des garnissages d’oreillers et ainsi donner un revenu complémentaire à l’agriculteur.

Valoriser les coproduits de l’agriculture bio.

En fait, il s’agit d’un véritable objectif de développement durable. Car, la démarche consiste à utiliser le maximum de la plante. Premièrement, cela a une vocation économique et sociale. Notamment en augmentant le revenu de l’agriculteur. Ensuite, cela permet de limiter l’impact environnemental et écologique. Puisqu’avec la même utilisation de la nature, on obtient plus de matière première. Mais aussi, on limite la production de déchets. Plus particulièrement, pour notre oreiller bio, la graine de millet ou d’épeautre sera mangée et la balle qui enveloppe la graine garnit notre oreiller bio. En fait, on valorise ce que l’on appelle un coproduit. C’est-à-dire, qu’il est créé au cours du même processus de fabrication que le produit principal (graine pour faire du pain) et le coproduit (balle pour faire un oreiller bio). Selon les définitions, le but est principalement la valorisation économique.

L’oreiller bio ne doit jamais utiliser de produits que l’on peut manger

J’insiste que la literie n’enlève le pain de la bouche de personne. Je sais, le jeu de mots est tiré par les cheveux. Mais cette pensée m’est venue en parlant de l’épeautre. Vous voyez le cheminement de ma pensée, ancien blé, farine, pain d’épeautre. Ceci dit, j’insiste particulièrement sur l’objectif nutritif de l’agriculture et plus particulièrement de l’agriculture bio. L’idée est de nourrir un maximum des gens. Mais également, qu’ils mangent sain. Car notre monde est très dichotomique. Avec d’une part, ceux qui souffrent de la faim et d’autre part, ceux qui souffrent de malbouffe.

Le confort de ces oreillers bio

Quels sont les coproduits de plantes utilisés dans la literie et l’oreiller bio. Finalement, ils sont nombreux et il est impossible d’en faire une liste exhaustive. Plus précisément, certains fabricants français d’oreillers bio appliquent une démarche développement durable complète. Par exemple, c’est le cas de Mille Oreillers. Tout d’abord, ils ont sélectionné des anciennes variétés de blés français. Je pense à l’épeautre bio. Un temps oublié, il a été relancé pour ses valeurs nutritives. Puis l’oreiller en épeautre maintient les cervicales du dormeur, tout en étant stable, avec une certaine souplesse. Enfin, le Sarrasin offre un soutien encore plus stable du fait de sa densité. Par ailleurs, pour fabriquer l’oreiller en millet, on sélectionne la coque. Les amateurs de l’oreiller millet aiment sa douceur, sa stabilité, mais aussi le glissement silencieux des balles. Personnellement, j’apprécie les odeurs dégagées, pour une fois que l’on ne sent pas le plastique.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks