Accueil > Sommeil > Le café empêche l’endormissement

Le café empêche l’endormissement

Les effets du café sur le someil

Le café et le sommeil

 

Le café et le sommeil

Le café se consomme avant tout par plaisir, par besoin de réconfort, de convivialité mais aussi en tant que stimulant. Utilisé souvent pour rester éveillés, le café empêche l’endormissement. Notre blog s’est penché sur la question. Utile pendant le temps de travail ou du moins rester plus longtemps en veille. Il permet donc de prolonger la vigilance et retarde la sensation en terme de besoin de sommeil. Or, il n’apporte rien de plus pour aider à la mémorisation. Bien qu’il ait de nombreuses vertus thérapeutiques connues et reconnues. Surtout en terme de booster au réveil et à la stimulation, par exemple, après le déjeuner dite une phase descendante de vigilance. Il existe environ 73 sortes de café recensées et seulement 2 d’entre eux, se trouvent facilement sur le marché. Ce sont l’arabica et le robusta les cafés les plus notoires.

Les vertus du café

Quasiment 9 français sur 10 en consomment, tous les jours, en moyenne une tasse. Pour certains, à leur insu, l’acte de boire du café jusqu’à 6 tasses quotidiennes, leur évite certaines maladies et pathologies ou du moins, repousse l’échéance d’apparitions. Particulièrement efficace sur le cancer de la peau, il est également proactif sur de nombreux cancers, qu’il s’agisse de cancers du foie, du sein, et j’en passe. Son action est remarquable sur les troubles d’Alzheimer ou même encore de Parkinson. Pour l’heure, nous savons que la caféine nous maintient au niveau de la cognition mais rien n’est dit spécialement sur nos fonctions cognitives profondes. Aussi, les antioxydants contenus dans le café agissent contre les troubles cardiovasculaires. Aujourd’hui, nous savons que le cafestol, la molécule appartenant au café, retarde l’apparition du diabète de type 2. Toutefois, il faut veiller au surdosage car le café empêche l’endormissement.

Les effets indésirables du café sur le sommeil

D’abord, parlons des femmes enceintes, la consommation de caféine génère plus de fausses couches à partir de deux tasses par jour. Autant réduire la dose de caféine voire l’arrêter durant la grossesse. Sinon, la généralité dit que les personnes qui en boivent  de façon excessive, deviennent fatalement nerveuses. Puisque le café empêche l’endormissement, donc excite. Le déséquilibre des phases d’éveil et de sommeil font que les nerfs prennent le dessus. Alors, on se réconforte et on reprend une autre tasse.

D’où le cercle vicieux de l’addiction au café :

En effet, par manque, les tremblements, des douleurs à l’estomac et des coliques apparaissent. Puis,  leur comportement devient anxieux d’autant qu’elles dorment mal. La caféine finit aussi par leur générer des insomnies à répétition. Suite à la dépendance avérée, le sevrage s’impose bien qu’il est long et n’est pas sans conséquences. La surconsommation n’a donc rien d’anodin. J’entends par là que des maux de tête surviennent, ainsi que des phases de somnolence, trouble du sommeil, d’anxiété et un état nerveux remarquables. Il est important de savoir ne pas s’y accoutumer et se limiter en terme de quantité quotidienne.

Le thé dans tout ça ?

Pour ceux qui n’aiment pas le café, le thé prend le relais, au niveau du goût. Après l’eau, cette boisson est la plus consommée au niveau mondial. Il contient également la même molécule antioxydante. Il a l’avantage d’être moins concentré en théine, laquelle se propage via les tanins de façon lente, non agressive. Particulièrement, s’il on parle du thé vert. Trois tasses de thé quotidiennes permettent de limiter le cholestérol en faisant baisser les triglycérides et le mauvais cholestérol. Tout en faisant croître le taux de bon cholestérol. Les jambes lourdes sont soulagées par la consommation de thé vert, dont les antioxydants protègent les parois des veines. Il s’avère également un bon protecteur du foie pour les mêmes raisons tout comme il réduit de presque 20 % les tumeurs digestives. Cependant, bien que le thé soit bien ingéré par notre organisme, sa consommation excessive peut faire chuter le taux de fer du corps humain parce qu’il ne l’absorbe plus.

Sources : Le Particulier Santé, L’ EFSA

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks