Accueil > Attitude citoyenne > La folle rumeur sur le Black Friday

La folle rumeur sur le Black Friday

Black Friday

Une rumeur persistante sur le Black Friday

 

La sale rumeur sur le Black Friday.

Actuellement le combat de l’information fait rage. Pour nous qui nous promenons beaucoup sur internet et les réseaux sociaux les fake news et les rumeurs relayées sont légion. Et le Black Friday n’y échappe pas. Certes cette opération commerciale venue d’Amérique déchaîne les passions. Mais ce n’est pas une raison pour se laisser aller à n’importe quels délires et manipulations. Personnellement, j’ai clairement pris position contre cette opération commerciale violente. C’est pourquoi, j’ai reçu le message suivant : « Vous oubliez de dire ce qu’était, à l’origine, le black friday …. au USA, c’était le jour de vente des esclaves noirs , à bas prix … Ils étaient soldés, enchaînés par des anneaux de fer au cou et aux poignets … tous les esclaves les plus douloureux, les plus vieux les plus souffrants et donc les moins performants. » Après recherches, il s’agit d’une rumeur qui refait régulièrement surface.

Rétablissons la vérité sur l’origine du Black Friday.

C’est au vingtième siècle que l’ont voit apparaître la notion de Black Friday. Plus précisément dans les années 50 et probablement au début des années 60 dans la forme actuelle. En fait, il nous vient des États-Unis et se déroule le lendemain du repas de Thanksgiving. Il marque le début de la période des achats de fin d’année. Mais c’est dans les années 2010 et avec e-commerce qu’il apparaît en France. Pour revenir à notre rumeur sur la vente des esclaves, rappelons que l’abolition de l’esclavage date du 18 décembre 1865 par le treizième amendement à la Constitution des États-Unis. Donc il n’y a aucun lien entre le commerce des esclavages et le vendredi noir puisque que près d’un siècle les séparent.

Prudence et honnêteté intellectuelle.

La crédulité et l’impulsivité peuvent nous laissez allez à quelques facilités face aux nombreuses brèves et informations dont nous sommes confrontés chaque jour. Alors quelques précautions élémentaires peuvent nous éviter de tomber dans le panneau. Comme nous aimons à le répéter sur Comment mieux dormir, une personne avertie en vaut deux. Un basique est de toujours regarder d’où vient l’information et de ne pas se contenter de 140 caractères par exemple.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks