Accueil > Autour du lit > Qui n’a pas rêvé de vivre au lit ?

Qui n’a pas rêvé de vivre au lit ?

vivre au lit

Film Alexandre le Bienheureux d’Yves Robert

 

Vivre au lit comme Philippe Noiret.

Les moins jeunes d’entre nous se souviennent certainement du film Alexandre le Bienheureux d’Yves Robert. Rappelez vous Philippe Noiret ne quittait plus son lit, juste son chien assurait le contact avec l’extérieur. Un savant jeux de cordages et de poulies lui permettait de faire descendre le saucisson ou la bouteille de vin par exemple. Alors, je ne sais pas si Yves Robert était un précurseur de la tendance Hygge dont nous vous parlions, il a déjà quelques temps sur comment mieux dormir. Vous savez cette tendance venue du Danemark, qui consiste à préférer rester sous la couette. Plus précisément, il s’agit d’aimer rester chez soi, préférer le pyjama pilou pilou. En quelques sortes, aimer vivre au lit. Mais si Alexandre Le Bienheureux ne voulait plus voir personne, les hygges ne rechignent pas forcément à recevoir chez eux.

Le bonheur est sous la couette.

Ne dit-on pas que le bonheur est sous la couette ? J’imagine déjà les pensées de certains. Mais pour commencer un des plaisirs de vivre au lit est de se détendre. Et plus précisément de se déconnecter de l’extérieur, du monde stressant et des soucis quotidiens. D’où le fantasme de vivre au lit, et de tomber amoureux de son matelas. Ceci dit, on imagine bien le poids de la solitude. Mais là encore, il ne s’agit que d’une vision contemporaine. Effectivement, bien longtemps nos rois recevaient dans leur chambre. Et au XVIII ème siècle les bourgeois s’inspirant des rois se sont mis à recevoir également dans leur chambre. Précisons bande de petits coquins que l’idée n’était pas forcément de finir sous la couette avec les invités.

Ils ont fait l’expérience de vivre au lit.

Nous avons tous l’image de l’adolescent qui fait tout allongé sur son lit. Ainsi, cela va de ses devoirs, à jouer avec sa console préférée, en passant par manger un hamburger. Reconnaissons qu’il n’a pas trop le choix, aux vues de la grandeur des chambres actuelles. Mais par exemple, Yannick Haenel revendiquant dans Charlie Hebdo en juillet 2019, d’avoir la passion de vivre au lit. Même si, il revendique de ne pas être paresseux, il aime lire, écrire sur son matelas. Finalement, il affirme : « On me demande où je pars en vacances cet été : figurez-vous que je ne pars ni en juillet ni en août – comme toujours, et plus que jamais, je reste au lit. »

Vivre au lit pendant un an.

Par ailleurs, une londonienne c’est inspirée du roman de Sue Townsend, « La Femme qui décida de passer une année au lit » paru aux Éditions 10/18. Effectivement, Eva notre Londonienne, découverte dans Le Figaro Madame, est restée carrément sous la couette pendant une année complète. Après avoir été une maman épanouie de deux jumeaux, elle a profité de leur départ de la maison familiale pour l’université, pour vivre au lit pendant un an. Visiblement, cela a été plus motivé par le goût de la transgression et de créer un effet de rupture avec sa vie de maman, que par une dépression.

Au lit on lit aussi.

Enfin, on ne peut pas parler de vivre au lit, sans parler de lecture. En fait, nous sommes nombreux, à utiliser notre matelas préféré comme écrin pour nous envoler vers de belles histoires. Plus particulièrement, il faut reconnaître que le lit est particulièrement confortable quand on lit. De plus, il faut reconnaître que lire au coucher, nous aide à mieux nous endormir, contrairement à madame télé. Et pourquoi pas commencer par lire le livre de Sue Townsend.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks