Archive

Archives de l'auteur

L’homéopathie et le sommeil font bon ménage

10/12/2018
Mieux dormir grâce à l'homéopathie

L’homéopathie et le sommeil sont en accord

Homéopathie, définition

Médecine parallèle et naturelle, l’homéopathie consiste à soigner divers maux par des traitements divers sous forme de granules ou liquides. Leur effet est, selon les pathologies, ressenti immédiatement ou à plus long terme. Apparue depuis environ 200 ans dans notre fonctionnement médical, l’enthousiasme d’y avoir recours se renforce. Notre blog comment mieux dormir s’est donc penché sur sa condition en terme de reconnaissance médicale. Tout en parlant de son histoire, mais aussi de la notion de recours à un médecine douce. Oui, l’homéopathie et le sommeil s’accordent.

1/ L’histoire de l’homéopathie

Cette médecine saine et non nocive est considérée comme une médecine pour les pauvres, l’homéopathie garde son humilité et sa transparence. A la base, le Docteur allemand Samuel Hahnemann a mis en avant son efficacité déjà au 18e siècle. Son objectif consistait à donner des soins et remèdes aux patients malades et à leur famille sans le sou. Au 19e siècle, l’homéopathie a fait ses preuves et réuni des adeptes. Lesquels ont répandu leurs savoirs jusqu’en Amérique. La médecine traditionnelle s’avérait inaccessible aux bourses les plus modestes. Même phénomène en Inde.

2/ Le recours à une médecine douce

D’après une étude Ipsos, près de 80 % des Français ont confiance en  l’homéopathie. Environ 6 personnes sur 10 l’utilisent à ce jour pour eux-mêmes et leur famille. Les nouveaux utilisateurs sont généralement conseillés par des proches par le bouche-à-oreille. D’autant qu’ils diminuent leur consommation médicamenteuse par manque de confiance en un système médical qu’ils trouvent expéditifs. Considérant qu’ils vont plus vite être remis sur pieds que véritablement guéris, alors la confiance envers les produits et laboratoires pharmaceutiques s’amenuise. Notamment en terme de dépression et troubles du sommeil, le sommeil et l’homéopathie se coordonnent sans effets néfastes.

L’homéopathie pour plus de bon sens

Évidemment, pour les cas urgents et sévères, nous  continuons d’utiliser les méthodes traditionnelles allopathiques. Cela va de soit. Or, nous savons tous que l’homéopathie fonctionne très bien pour des pathologies comme les rhumes, l’eczéma, les troubles du sommeil, digestifs et j’en passe. La chimie n’est pas nécessaire dans ces cas et inutile de donner somnifères sur somnifères à quelqu’un qui ne demande qu’à dormir. Il faut donc bien considérer cette alternative comme un complément qui convient à un état passager. Cela va dans le bon sens du patient pour son intérêt et sa santé. On ne conteste pas l’allopathie, ne contestons pas l’homéopathie. Il ne s’agit pas de choisir un camp mais de réaliser qu’on peut vivre sereinement et bien sans effets nocifs et secondaires. Inutile de pousser les débats à l’extrême.

Le selfcare

Cela consiste à s’automédiquer avec les conseils en pharmacie, plus particulièrement, afin de soigner des maux dits bénins. Attention, il y a des limites à cela. D’autres se lancent dans leur propre remèdes-maisons par des décoctions, cataplasmes pour divers maux dits ordinaires et bénins. Tout comme le sommeil et l’homéopathie et j’en passe.

L’homéopathie devient libre

Malgré les oppositions à l’usage de l’homéopathie, cette médecine est désormais populaire. Plus qu’une tendance, elle décoiffe les stratégies des industries pharmaceutiques instaurées depuis des années. On est libre d’y avoir recours. Les aficionados l’ont adoptée et, satisfaits, ils prouvent leur confiance en en parlant autour d’eux. Prescripteurs sans le savoir, ils indiquent clairement l’importance de la légitimité des traitements homéopathiques pour le mieux-être, jour et nuit.

La voix de la raison

C’est une véritable aubaine qui s’offre à nous, sachant qu’un patient qui suit bien son traitement se rendra chez son homéopathe moins souvent que chez un médecin classique, tout en ne consommant que très peu de traitements à effets et conséquences néfastes. D’où l’intérêt de ne pas la dérembourser parce qu’essayer l’homéopathie, c’est l’adopter. Fi ! les médisants et lobbyings. Sentez-vous libres de bien dormir, de bien être à moindre coût. Le sommeil et l’homéopathie sont au top pour remédier aux insomnies tout comme vous apporter sérénité et joie de vivre. 😉

Source : L’Usine Nouvelle

 

Les autres articles publiés sur ce thème :

Sommeil

Le café empêche l’endormissement

03/12/2018
Les effets du café sur le someil

Le café et le sommeil

 

Le café et le sommeil

Le café se consomme avant tout par plaisir, par besoin de réconfort, de convivialité mais aussi en tant que stimulant. Utilisé souvent pour rester éveillés, le café empêche l’endormissement. Notre blog s’est penché sur la question. Utile pendant le temps de travail ou du moins rester plus longtemps en veille. Il permet donc de prolonger la vigilance et retarde la sensation en terme de besoin de sommeil. Or, il n’apporte rien de plus pour aider à la mémorisation. Bien qu’il ait de nombreuses vertus thérapeutiques connues et reconnues. Surtout en terme de booster au réveil et à la stimulation, par exemple, après le déjeuner dite une phase descendante de vigilance. Il existe environ 73 sortes de café recensées et seulement 2 d’entre eux, se trouvent facilement sur le marché. Ce sont l’arabica et le robusta les cafés les plus notoires.

Les vertus du café

Quasiment 9 français sur 10 en consomment, tous les jours, en moyenne une tasse. Pour certains, à leur insu, l’acte de boire du café jusqu’à 6 tasses quotidiennes, leur évite certaines maladies et pathologies ou du moins, repousse l’échéance d’apparitions. Particulièrement efficace sur le cancer de la peau, il est également proactif sur de nombreux cancers, qu’il s’agisse de cancers du foie, du sein, et j’en passe. Son action est remarquable sur les troubles d’Alzheimer ou même encore de Parkinson. Pour l’heure, nous savons que la caféine nous maintient au niveau de la cognition mais rien n’est dit spécialement sur nos fonctions cognitives profondes. Aussi, les antioxydants contenus dans le café agissent contre les troubles cardiovasculaires. Aujourd’hui, nous savons que le cafestol, la molécule appartenant au café, retarde l’apparition du diabète de type 2. Toutefois, il faut veiller au surdosage car le café empêche l’endormissement.

Les effets indésirables du café sur le sommeil

D’abord, parlons des femmes enceintes, la consommation de caféine génère plus de fausses couches à partir de deux tasses par jour. Autant réduire la dose de caféine voire l’arrêter durant la grossesse. Sinon, la généralité dit que les personnes qui en boivent  de façon excessive, deviennent fatalement nerveuses. Puisque le café empêche l’endormissement, donc excite. Le déséquilibre des phases d’éveil et de sommeil font que les nerfs prennent le dessus. Alors, on se réconforte et on reprend une autre tasse.

D’où le cercle vicieux de l’addiction au café :

En effet, par manque, les tremblements, des douleurs à l’estomac et des coliques apparaissent. Puis,  leur comportement devient anxieux d’autant qu’elles dorment mal. La caféine finit aussi par leur générer des insomnies à répétition. Suite à la dépendance avérée, le sevrage s’impose bien qu’il est long et n’est pas sans conséquences. La surconsommation n’a donc rien d’anodin. J’entends par là que des maux de tête surviennent, ainsi que des phases de somnolence, trouble du sommeil, d’anxiété et un état nerveux remarquables. Il est important de savoir ne pas s’y accoutumer et se limiter en terme de quantité quotidienne.

Le thé dans tout ça ?

Pour ceux qui n’aiment pas le café, le thé prend le relais, au niveau du goût. Après l’eau, cette boisson est la plus consommée au niveau mondial. Il contient également la même molécule antioxydante. Il a l’avantage d’être moins concentré en théine, laquelle se propage via les tanins de façon lente, non agressive. Particulièrement, s’il on parle du thé vert. Trois tasses de thé quotidiennes permettent de limiter le cholestérol en faisant baisser les triglycérides et le mauvais cholestérol. Tout en faisant croître le taux de bon cholestérol. Les jambes lourdes sont soulagées par la consommation de thé vert, dont les antioxydants protègent les parois des veines. Il s’avère également un bon protecteur du foie pour les mêmes raisons tout comme il réduit de presque 20 % les tumeurs digestives. Cependant, bien que le thé soit bien ingéré par notre organisme, sa consommation excessive peut faire chuter le taux de fer du corps humain parce qu’il ne l’absorbe plus.

Sources : Le Particulier Santé, L’ EFSA

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

Dormir et se guérir naturellement grâce aux ventouses

26/11/2018
Les ventouses aident à s'endormir

Retrouver le sommeil avec la thérapie des ventouses

 

Le soin et le sommeil grâce aux ventouses

Autrefois, utilisées en médecine alternative, les ventouses proviennent d’une pratique ancestrale pour soigner, apaiser et guérir. Au fil du temps, la thérapie se propage depuis plus de 1500 ans avant Jésus Christ. Dès lors, on la pratiquait en Egypte mais aussi en Chine, pour prodiguer des soins. Le retour au naturel fuse et revient au galop ! même s’il n’y a pas de preuves scientifiques visibles pour le moment. Notre blog s’est donc penché sur la question. La cupping thérapie est l’appellation actuelle de la thérapie par l’application de ventouses sur le corps humain. Aujourd’hui, elles s’utilisent à nouveau, chaudes ou froides, selon le besoin, les pathologies et l’âge. La méthode plaît beaucoup de par ses vertus naturelles et son efficacité évidente. Nous allons pouvoir retrouver le sommeil grâce aux ventouses.

Comment et pour quoi fonctionnent les ventouses

Elles agissent en passant par la peau. Par action sur le derme, nos organes et les vaisseaux sanguins inhérents font diriger leurs actions vers les maux. En effet, on les utilise pour diverses raisons médicales qui permettent d’éviter les prises de médicaments. L’Organisation Mondiale de la Santé , l’OMS adhère à ces méthodes. Aussi, nous pouvons y avoir recours pour des raisons diverses qui nous permettront de beaucoup mieux dormir.

1/ En tant qu’antalgique :

Aux fins de calmer tout types de douleurs qu’elles soient ponctuelles, récurrentes, articulaires et j’en passe. Complémentaire en rhumatologie, elles offrent une nette amélioration des performances au niveau des articulations. D’ailleurs, l’usage des ventouses s’avèrent très prisées par les sportifs de haut niveau.

2/ Pour se redynamiser :

Le système immunitaire est stimulé en faisant accroître le volume des globules blancs. Donc, ceci permet d’activer la circulation sanguine et son oxygénation interne. Pour ceux qui se sentent fatigués et lourds, elles facilitent la digestion car elle améliore la sécrétion des sucs digestifs. Pour les femmes, qui, parfois subissent des troubles gynécologiques et plus précisément en terme de fécondité, le résultat à ce type de thérapie s’avère impressionnant.

3/ Afin de réguler l’humeur :

Elles ont une action régulatrice sur notre humeur, en activant positivement sur la dopamine qui influe. Bien heureusement, elles contribuent à notre bien-être et ce, aux fins de mieux dormir, entre autres, ainsi que retrouver le sommeil grâce aux ventouses, comme sur un bon matelas.

En bref, qu’il s’agisse d’hémorroïdes, d’énurésie, de stress, de fatigue, d’obésité ou autres, vous pouvez vous tourner vers ces méthodes modernisées. Il suffit de consulter un praticien du « cupping » ou ventouses qui vous recevra dans un premier temps pour échanger. Il fera un diagnostic très pointu sur votre état de santé, avant de procéder ou non à votre première séance.

Le déroulement d’une séance de cupping thérapie

Après votre premier entretien sur des questions médicales très poussées, le praticien procédera à la pose des ventouses. La séance dure environ vingt minutes et généralement, les ventouses se posent à chaud telles des sphères de verre, préchauffées par du coton d’alcool enflammé. Alors, la flamme permet de faire brûler l’oxygène qu’elles contiennent, puis on les applique sur votre corps. Les zones d’application choisies par le spécialiste dépendent des maux, sont vectrices jusqu’aux muscles et organes concernés. Le vide d’air aspire sur les parties dermiques touchées par les maux. Parfois, le ressenti s’annonce désagréable, des marques rouges apparaissent puis disparaissent en quelques jours. Dans certains cas, une séance d’acupuncture vient compléter et finaliser le travail effectué. Il suffit de s’y faire, l’alternative a l’intérêt de limiter la prise de médicaments voire d’éviter les éventuelles infiltrations thérapeutiques ou interventions, à terme. Des sportifs ont essayé et adopté la méthode.

Pour en savoir encore plus, renseignez-vous auprès de l’Association internationale des praticiens de médecine des ventouses. Bonnes séances, portez vous bien et retrouvez votre sommeil grâce aux ventouses. Faîtes de beaux rêves.

Source : Pause santé

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

L’hiver approche, pensez à la vitamine C

12/11/2018
Bien vivre le jour et la nuit grâce à la vitamine C

La vitamine C contribue à bien dormir.
Photo de Jasmin Schreiber

 

Le froid est là, pensons à la vitamine C

Je pense que nous avons fait le tour des publicités actuelles qui nous assaillent d’informations en boucle. Gentiment, on nous prévient de nos éventuels besoins contre les états grippaux et autres maux sympathiques qui nous guettent. Lesquels amènent peu à peu à la fatigue, en plus du manque de sommeil et de luminosité. Dans notre série d’articles sur l’arrivée de l’hiver, l’essentiel est bien d’y penser, de s’en prémunir. Ainsi, il faut renforcer notre organisme tout naturellement de vitamines et particulièrement la vitamine C. Idéalement, il faut en consommer tous les jours, depuis le petit-déjeuner en choisissant une alimentation riche de bonnes choses pour notre métabolisme. Afin de ne pas faire de bêtises, prenons le temps de rappeler ce qu’est la vitamine C. A quoi sert-elle et quelles sont les précautions à anticiper ?

La vitamine C, définition

Autrement dite, acide ascorbique non toxique, la vitamine C est une des vitamines vitales. Nous la stockons dans notre organisme car il l’élimine tout au long de la journée. D’où l’intérêt d’en consommer déjà au premier repas de la journée. Elle s’avère indispensable et essentielle comme boire de l’eau ou respirer. Alors en manquer de façon notable, peut gravement et sévèrement nuire à notre santé de façon dommageable. En fait, l’année passée, nous avons dénombré quelques cas de scorbut  Il s’agit d’une maladie due à une forte carence en vitamine C. Le scorbut peut entraîner des conséquences sérieuses ou graves, comme par exemple le déchaussement des dents.

A quoi sert la vitamine C ?

Besoin naturel, la vitamine C, nous sert à plein de choses. Elle nous permet par exemple, de mieux cicatriser en cas de blessure puisqu’elle nous renforce de l’intérieur un peu tous les jours. Elle aide le fer à mieux se fixer. Elle nous apporte une résistance naturelle. Elle aide les fumeurs car ils appauvrissent leur faible stock en vitamine C par le tabagisme. Alors pour ces derniers, il est préconisé d’en consommer encore plus régulièrement pour compenser. Finalement, il est préférable d’arrêter le tabac tout court. Par ailleurs, fumeurs ou non, saviez-vous qu’en en consommant suffisamment au quotidien, nous pouvons utiliser nos capacités intellectuelles de façon plus optimale.

La vitamine C n’est pas la panacée

Certes, elle présente beaucoup d’efficace pour notre bien-être au naturel. Elle participe à booster notre système immunitaire pour son rôle contre les infections et le vieillissement. Toutefois, elle ne vous soignera pas des états grippaux par exemple ni d’une fatigue passagère qui nécessite du repos. Finalement, tirer sur la corde et elle cèdera. Comme nous le faisons toujours sur comment mieux dormir, nous vous déconseillons l’excès et recommandons la prise naturelle.

Se procurer de la vitamine C naturellement

Tout simplement, je vous conseille de bien vous alimenter en consommant :

  • des fruits : en cette saison, je vous suggère particulièrement les ananas, coings, kiwis, noix, pamplemousse, raisins et particulièrement la goyave. Les fruits exotiques ont la réputation d’être riches en cette vitamine
  • des légumes :  assaisonnez d’ail autant que vous pouvez, votre maraîcher met à votre disposition carottes, choux-fleurs ou de Bruxelles, courges, salades diverses, navets, poireaux, potirons et pommes de terre (Miam, miam ! les bonnes soupes !!). Je vous suggère vivement d’ajouter du poivron un peu partout, il est bien connu pour contenir beaucoup de vitamines. Aussi, j’ajouterai que vous conservez plus de leurs bienfaits quand ils ne sont pas trop cuits, voire crus.
  • les abats de viandes : Le foie, les tripes, les rognons. Bref! bien relevés et pas trop cuits, il s’agit d’une merveille dans nos assiettes.

Nous couvrons nos besoins en vitamines, à condition de consommer deux fruits et deux légumes de cette liste non exhaustive. Par conséquent, il est donc inutile de courir après les poudres de Perlimpinpin et autres compléments alimentaires. Il suffit juste de composer vos menus de façon équilibrée et idéalement bio.

Bon appétit 😉

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

Tips et conseils pratiques

Mes premiers cheveux blancs m’empêchent de dormir

29/10/2018
Le blanchissement des cheveux est naturel

Ne devenez pas insomniaque à cause de vos cheveux blancs.

 

Les premiers cheveux blancs apparaissent

La canitie est la survenue des cheveux blancs. En d’autres termes, l’état des cheveux qui blanchissent, consistant en la transformation du système pileux. Il s’agit d’un phénomène dit normal et naturel, survenant entre 17 et 50 ans. Même si, on associe souvent les cheveux blancs aux séniors. Or, il n’y a pas d’âge pour en avoir, certains en ont déjà à 20 ans, voire même avant, par hérédité. Nous constatons que la moyenne européenne de leur apparition se fait autour de 35 ans.

Explication de ce phénomène des cheveux blancs

La mélanine est le pigment donné à nos cheveux et à notre peau, produite  par les gènes et les mélanocytes des bulbes au niveau capillaire. Notre mélanine blanchit par l’action de l’eau oxygénée ou péroxyde d’hydrogène, ce phénomène naturelle qui s’extrait de la racine. Nous en produisons déjà alors même qu’on est encore tout petits. Puis, avec le temps, elle se répand en surface et éclaircit nos cheveux peu à peu.

Cas particuliers des cheveux blancs

Des pathologies accentuent la présence de cheveux blancs, par exemple l’hypothyroïdie, l’albinisme ou encore, les carences en vitamines B5, B8 et B10.

Les croyances urbaines

Nous entendons diverses informations sur nos cheveux, qu’ils soient raides, gras, crépus et j’en passe. Nous véhiculons entre nous des idées erronées de génération en génération. Par exemple, on nous dit qu’en en arrachant un, c’est bien connu qu’il y repoussera au moins 2 cheveux blancs. Or, c’est archi-faux ! la science n’a jamais avancé tel argument. Ceci dit, inutile de les retirer un à un ni de se faire souffrir, il ne s’agit pas de sourcils, alors piano piano. Autre exemple parmi les on-dit, un choc émotionnel ferait blanchir plus vite nos tifs adorés, or à nouveau la science n’a rien confirmé de pareil.

La tendance est d’assumer ses cheveux blancs à fond !

Contrairement aux idées préconçues, no stress ! les cheveux blancs sont beaux et n’ont rien à voir avec la vieillesse ni à une fin de vie qui approche. Vous pouvez dormir tranquilles. Vous êtes magnifiques et fashion, je veux dire à la mode. De toute façon, nous ne saurions y échapper car ce fonctionnement s’avère génétique et irréversible. Hommes et femmes confondus tendent à les mettre en avant aujourd’hui, ce qui leur donne un air plutôt matures et chics. D’autant qu’ils ont tout compris que les produits naturels pour les couvrir ne courent pas les rues. Ainsi ils vivent plus sainement qu’avec certaines colorations chimiques qui sauraient couvrir l’abominable cheveu blanc. 🙂

Que faire pour entretenir le blanchiment naturel de sa chevelure

Détendez-vous, rassurez-vous, le « silver hair » va à tout le monde. Un bon entretien régulier vous mettra en confiance, cela consiste en quelques habitudes et gestes simples.

  • Hydratez bien ses cheveux avec des soins naturels
  • On évite le jaunissement en adaptant sa bonne hygiène de vie, moins d’alcool, de médicaments, par exemple
  • Bien dormir et suffisamment dans une literie naturelle (là, il n’y a rien de scientifique, juste une conviction personnelle LOL) et à heures fixes
  • Optez pour une alimentation saine, sans carences en protéines pour éviter la chute des cheveux
  • Côté alimentation, privilégiez les poissons et viandes blanches riches en kératine et fruits et légumes bio riches en vitamines A, B, C, D et E
  • Réduisez la consommation de tabac car vous savez qu’il nuit à votre santé et accélère le vieillissement des cellules
  • Aérez-vous, sortez en forêt
  • Évitez les expositions prolongées au soleil particulièrement durant les pics de chaleur et pollution
  • Protégez-les avec les produits bio de façon régulière comme les huiles bio, vous ne dégraderez ainsi pas la Nature.

Comment faire pour réussir à s’assumer et passer le cap

Vous traversez une phase transitoire, un peu difficile pour certains. Alors, laissez-les pousser patiemment, avec beaucoup de détachement et conviction. Consultez votre coiffeur pour les meilleurs conseils, il saura couper peu à peu, si nécessaire. Peut-être même, choisirez-vous de pleine volonté, d’adopter un nouveau style. A condition de bien les entretenir car il s’agit de votre beauté, de votre bien-être et de votre regard porté sur vous-même. Plus vous dégagerez de bonnes ondes, plus l’entourage se montrera positif envers vous et vous vous plairez. Inutile de passer des nuits blanches à se morfondre, vivez et dormez le plus sereinement possible.

Source : Pause santé

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

La cyrrhose n’est pas liée qu’à l’alcool

22/10/2018
L'excès de sucre suffit à avoir une cirrhose

La cirrhose n’est pas toujours alcoolique.
Photo de Susannah Burleson.

 

L’alimentation et le sucre peuvent provoquer la cirrhose.

D’emblée, la cirrhose du foie n’est pas toujours forcément liée à la consommation d’alcool. Vous et moi pourrions y être confrontés. Alors informons-nous avant de juger trop vite. Tout d’abord, une mauvaise alimentation et une consommation de sucre importante peuvent générer la maladie. A cela, nous ajoutons un manque d’activités physiques. De surcroît, la consommation des sodas des plus divers viennent irriter le foie autant que l’alcool. Par ailleurs, une étude scientifique récente révèle que l’abus de paracétamol est une cause probable de cirrhose. Alors prenons le temps de comprendre pour ne pas courir à notre perte avec nos habitudes nocives à la santé et ainsi finir, taxés de consommateurs d’alcool.

Pourquoi le foie développe une cirrhose ?

En fait, attaqué par un excès de certaines substances, le foie cherche à cicatriser. Par exemple, l’excès de sucre va se transformer en triglycérides ou graisses, nocives au fil du temps, lesquelles vont devenir inflammatoires au niveau du foie. C’est ce qu’on appelle la fibrose du foie, qui consiste en un excès de cicatrisations de ce dernier. En continuant de le mettre à dure épreuve, le foie va continuer de se défendre en durcissant progressivement. A terme, sous 15 ans en moyenne et ce, sans activités physiques, le trouble tend à muer en cirrhose. En effet, l’insuline secrétée va transformer le sucre en graisses, comme le précise le Professeur Silvain, chef du service d’hépato-gastro-entérologie au CHU de Poitiers.

La stéatose hépathique non alcoolique.

On l’appelle aussi stéatose hépathique non alcoolique, cette maladie du foie causée par le sucre. C’est la première cause de greffe de foie aux Etats-Unis. Là-bas, on l’appelle l’hépatite du « foie-gras » en raison de la présence importante de fructose. Pas très appétissant, n’est-ce pas ? Alors quels sont les points à surveiller pour limiter le risque de cirrhose :

Le fructose

Le fructose naturel des fruits consiste en un glucide bon et sain. Or, le plus courant est le fructose industriel, extrêmement mauvais pour l’organisme. En fait, on le trouve abondamment dans les sodas mais aussi les gâteaux et les pains industriels, que nous et nos enfants affectionnons tout particulièrement. Ce fructose contient du sirop de maïs qui dégrade lentement l’organisme et nos organes, dont le foie.

Le surpoids et l’obésité sont à surveiller

La surcharge pondérale est un indicateur et nécessite une certaine vigilance. Mais attention, le sujet concerne tout autant les personnes visiblement minces.

La prise de paracétamol

Très courant à travers le monde, le paracétamol s’utilise en tant qu’antipyrétique et antalgique, il s’obtient librement en pharmacie sans visite médicale. Or son usage en fait une des principales attaques ou hépatites au niveau de foie, s’avérant grave à la longue. Et plus la dose consommée augmente, plus la sévérité hépatique croît. Dit ordinaire en terme de traitement, il s’avère toxique pour la santé.

Le manque de sommeil

Plus vous dormirez peu, plus votre métabolisme va se fatiguer et ainsi ne plus vous défendre des agressions externes. Il faut absolument vous concentrer sur la détente, le bien-être et le repos pour mettre toutes vos chances de votre côté. S’il s’agit d’un simple problème de literie, je vous invite à choisir une literie naturelle bien confortable pour faire de beaux rêves. Si vous ressentez des troubles telles que les insomnies, je vous conseille d’en parler à votre médecin ou à votre homéopathe.

Nos conseils pour éviter la cirrhose :

1/ Éliminer l’alcool :

Évacuons tout de suite le risque lié à l’alcool. Car, il n’en reste pas moins une cause importante de cirrhose. Certaines études récentes disent même que le risque de cancer s’est considérablement accru en corrélant une prise moyenne d’un verre d’alcool par jour. Et de manière plus générale, le conseil consiste à rééquilibrer les repas. Par exemple, en respectant les proportions de féculents, de légumes,…

2/ Manger 5 fruits et légumes par jour :

Effectivement, il est préconisé de veiller à consommer une quantité suffisante de légumes, mais aussi de fruits. Pour être plus concrète, le sucre n’est pas un produit naturel dont nous avons besoin outre mesure. Génétiquement, nous n’y sommes pas disposés en terme de consommation, il s’agit là de physiologie. L’excès de sucre va se transformer en triglycérides ou graisses, nocives dans le temps et devenir inflammatoires sur le foie.

3/ Faire du sport :

Il est important d’exercer au moins une activité physique, l’idéal est de faire du sport. Pour d’autres, s’adonner à des loisirs et marcher pour aller au travail vont dans la bonne voie et symbolisent déjà de très bonnes évolutions positives.

4/ Faire attention à l’automédication de paracétamol :

Certes, nous avons banalisé le paracétamol tant par le produit en lui-même que par la consommation intempestive à la moindre douleur. En vous automédiquant, vous risquez de prendre une molécule indésirable et de ne plus savoir à quel dosage vous vous l’auto-administrez. D’où les risques de surdosage que connaissent bien les services des pompiers et des urgences.

5/ Dormir suffisamment :

L’excès de fatigue peut nous faire ressentir des envies de manger, des fringales particulièrement orientées vers sur le sucre. Aussi, respecter son corps et son organisme consiste à dormir au moins 6 heures par jour et de s’accorder entre 5 et 15 minutes de sieste réparatrice après le déjeuner. En dormant assez, les phases des repas quotidiens vont reprendre un ordre naturel pour vos hygiène alimentaire et physique. Il s’agit-là de reprendre la main sur sa propre vie et de se faire du bien. Notre blog et toute son équipe tient à votre bien-être.

En bref, une bonne hygiène de vie et une alimentation équilibrée vont vous permettre de bien vivre. Mais également, de bien transmettre vos habitudes au cercle familial et de bien vieillir. De plus, reconnaissons que changer nos habitudes n’est pas toujours si simple que cela. C’est pourquoi, je vous recommande de consulter son médecin, voire un nutritionniste en cas de besoin.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Santé & mal de dos

La sylvothérapie aide à bien dormir

08/10/2018
Renouer avec la Nature pour une bonne santé

Le contact des arbres nous fait du bien.

 

En quoi consiste la sylvothérapie ?

La sylvothérapie, du latin silva signifiant bois et forêt, est une thérapie verte. Grâce à celle-ci, nous pouvons retrouver bien-être et sérénité aux contacts des arbres. Aussi, on se rend en forêt aussi bien pour quelques heures que plusieurs jours. En cure, en soin ou à titre préventif, le contact avec les arbres réduit la déprime, le stress, la colère, de nombreuses pathologies telle que l’arthrose ou encore les troubles du sommeil. Car la sylvothérapie aide à bien dormir. Il s’agit d’une véritable communion avec la Nature. A raison de deux heures hebdomadaires, en toute saison, les effets s’avèrent spectaculaires sur le bien-être.

Ce qu’il se passe en forêt

Clairement, les études démontrent une forte et solide sociabilité entre les arbres. Entre eux, les arbres ont une connexion filamenteuse comme une araignée tisse sa toile. Une forte solidarité se forme entre eux comme s’il y avait un lien tant familial, amical qu’amoureux. Tout ceci se passe sous terre. C’est pourquoi, s’introduire dans cette nature majestueuse est une chance, une opportunité de faire partie de la Nature tel qu’à l’origine.

Les effets remarquables sur l’humain

La forêt stimule les lymphocytes NK natural killers qui sont des globules blancs pouvant éradiquer le cancer. Cela provient de l’air qu’on y respire dont les ions sont dits négatifs mais finalement aux effets positifs sur la santé. Car, les arbres génèrent des phytoncides, ou molécules volatiles pour communiquer et se protéger mutuellement des maladies. Ce qui tonifie et décongestionne mais aussi accroît l’hormone du bonheur, dont je vous ai déjà parlé à travers ce blog, qui s’appelle la sérotonine. Par extension, ceci réduit notre taux de cortisol donc notre stress redescend et ainsi, nous permet de mieux récupérer. A savoir que les arbres à aiguilles comme les sapins par exemple, stimulent et défatiguent. Quant à eux, les arbres feuillus aident à gagner en qualité de sommeil. Alors, il suffit de tendre lentement les bras vers eux et de vous laisser aller comme sur un matelas magique.

Qui peut en tirer bénéfices ?

Tout le monde, sans exception, a l’opportunité de profiter des bienfaits et vertus de la promenade en forêt. Inutile de marcher beaucoup, l’immersion et le lâcher-prise suffisent à notre bon vouloir. En groupe, certains aficionados prennent le temps, cherchent à ressentir, à rêver et échangent avant de quitter les lieux sur leur expérience. A chacun son approche, nul diplôme n’est nécessaire. Or, il est important d’être en tenue adéquate de détente et de saison.

L’histoire de la sylvothérapie

Déjà en France, il y a 200 ans environ, des immersions ou bains de forêt de la région d’Arcachon permettaient aux tuberculeux et asthmatiques d’améliorer leur état de santé, tant physiquement que moralement. Puis, au 20e siècle Georges Plaisance soutient les apports bénéfiques des forêts. Auteur convaincu, il écrit « Forêt et santé : guide pratique de la sylvothérapie » qui paraît en 1985. Au Japon, la culture veut qu’ils croient fermement aux pouvoirs des forêts. Il y a environ 15 ans, le professeur et bioligiste Qing Li démontre que l’arbre a un impact positif intense sur le métabolisme humain. D’où la création de nombreux centres de shinrin yoku dits bains de forêts au Japon. Les bois et forêts recouvrent quasiment de 70% du pays nippon. Ces centres n’existent pas encore en France.

Pour ceux qui n’auraient pas la possibilité de se rendre en forêt, alors partir se balader dans un parc ou un champ fait également beaucoup de bien. Allez, sortez vous faire du bien, communiquez avec la Nature. Emportez avec vous le livre « La vie secrète des arbres » de Peter Wohlleben, vous en saurez plus tout en profitant de l’harmonie verte qui vous entoure. Véritablement, la sylvothérapie aide à bien dormir.

Source : Bio Contact

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Santé & mal de dos

La mauvaise haleine de mon conjoint m’empêche de dormir   

24/09/2018
Avant de dormir, l'hygiène buccale est très importante

Avoir bonne haleine nécessite une bonne hygiène buccale.

 

D’où vient la mauvaise haleine ?

Généralement, la mauvaise haleine ou halitose, provient le plus souvent de maux de dents non soignés ou de problèmes liés aux manques d’hygiène bucco-dentaires. Très souvent, le tartre et la plaque dentaire se fixent entre les dents et carrément dans la poche parodontale, c’est-à-dire sous la gencive. Ensuite, les bactéries naturelles de la bouche interviennent et forment des CSV ou composés sulfurés volatils qui sentent particulièrement mauvais. Mais aussi, d’autres causes existent comme les troubles digestifs, sinusites répétées, traitements médicaux asséchant la bouche et j’en passe.

Comment remédier à la mauvaise haleine ?

Avant tout, sachez que la plupart des bactéries s’accumulent au niveau de la langue et dégagent une odeur nauséabonde. Un bon nettoyage régulier de la langue est nécessaire, de l’arrière vers l’avant, avec une brosse de préférence spécifique à la langue car une brosse à dents classique peut léser et faire saigner, à moins qu’il s’agisse d’une brosse bi-fonction, c’est-à-dire qu’au bout de la tige il y a dos à dos brosse à dents et à langue. Vous pouvez également vous munir, particulièrement le soir, de brossettes interdentaires, fil dentaire car la nuit les bactéries stagnent et se déposent plus facilement. De façon quotidienne, le dentifrice au fluor est préconisé.

Comment surmonter l’haleine désagréable ?

Difficile de dormir avec son bien-aimé quand il sent fort de la bouche et d’agir sans le vexer, aux fins de mieux dormir. Certains disent « je me tourne, nez contre le matelas pour l’éviter, il sent trop mauvais du bec ! ».  A travers ce blog, je me permets de vous dire de prendre rendez-vous chez le dentiste pour un contrôle et invitez votre adoré à en faire autant, voire même à vous accompagner. Hop ! un petit détartrage et vous coulerez tous les deux des jours heureux. De plus, s’il y a carie ou inflammation des gencives, le spécialiste des dents le remarquera.
A la maison, jetez-vous aux bains, aux bains de bouche ! antiseptiques, à effet de longue durée, environ 12 heures, et ce de façon ludique. En quelque sorte, pour instaurer désormais de bonnes habitudes; toutefois, il s’agit d’une cure et non d’un traitement quotidien annuel au risque de perturber la flore buccale et donc d’empirer la situation à plus long terme.

Comment passer de bonnes nuits sans mauvaise haleine

•    Evitez de cuisiner ou de consommer certains condiments tels que l’oignon, l’ail, les épices et piments car ils aggravent l’odeur,
•    Réduisez la consommation de café, alcool et tabac après 16h,
•    Des sprays, chewing-gums et pastilles fonctionnent momentanément, profitez-en à ces moments-là en attendant de régler le problème définitivement,
•    Tout bêtement, hydratez-vous suffisamment toute la journée car la bouche sèche génère de mauvaises odeurs, fixez-vous un litre minimum d’eau plate voire pétillante, par jour.

Rassurez-vous, des traitements orthodontiques existent pour les cas plus pointus. En effet, les dents ont également besoin d’alignement et d’espaces pour être soignables et correctement lavables. Je sais que c’est peu aisé de supporter l’autre la nuit, or il nous reste la bienveillance et la patience avant de décider éventuellement de faire chambre à part. 😉

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

Tips et conseils pratiques

La rentrée approche, je n’arrive plus à fermer l’oeil

27/08/2018
Bien dormir à la rentrée.

Accueillir positivement la rentrée pour trouver le sommeil. Photo d’Alex Blajan.

 

La fin de l’été et la rentrée ne signifient pas calamité

Ouf ! les températures baissent, un peu trop me direz-vous ! Les vacances ensoleillées et les grasses matinées sont passées. Au revoir coquillages et crustacés ! La rentrée est presque là, synonyme de fin d’été et de vacances. Certes, c’est le retour dans notre dimension 3.0, c’est parti ! Tout doit loger dans les cases de l’organisation. La phase d’organisation maximale bat son plein. J’entends par là planifier les garderies, cours particuliers, les loisirs, plannings scolaires et parascolaires et j’en oublie. Ce qui signifie paperasses, coups de fil, prises d’information, rendez-vous avec les profs, et j’en passe. L’exercice long et laborieux est enfin clos. On ne laisse rien au hasard, on cale tout dans les cases et voilà !! Mais, et le sommeil dans tout ça ? Il s’agit-là de reprendre le rythme et de se réhabituer à dormir correctement. Plutôt que de se lamenter et de stresser à n’en plus dormir ni à fermer l’œil, je vous invite à faire Carpe Diem. Il faut vivre au présent, profiter de chaque instant et le vivre pleinement.

La rentrée a aussi ses bons côtés

La rentrée est omniprésente

Certes, la rentrée, de par son omniprésence tant elle nécessite une organisation prenante et chronophage, a repris ses marques. Et nous aussi, enfin tant bien que mal, difficile de se reposer et de réussir à fermer l’œil. Alors, maintenant, profitons des bons moments ensoleillés qu’il reste à venir et de ce que nous réserve l’automne qui s’annonce.

Retour aux liens sociaux

Il est grand temps de lancer les invitations aux barbecues et planchas, de recevoir famille, voisins et amis. Et pour quoi faire ? parler de ses vacances, mais aussi de tout et de rien. Pour se retrouver tout simplement et s’assurer que tout est en ordre dans nos vies car on a besoin d’être tranquillisés pour ressentir qu’on existe encore. Parce que quand une personne est absente, à l’idée du retour suite à la séparation, elle craint d’avoir été oubliée et mise de côté. Par conséquent, nous pourrons mieux dormir à l’idée que nos amis et relations nous ont bien reconnu. Allez faire la fête et amusez-vous. Sympa les retrouvailles de rentrée non ?

Comment retrouver le sommeil à la rentrée ?

Justement, retournons aux bonnes habitudes et à la réorganisation du sommeil pour soi et sa famille. Nous savons via des études que nous manquons de sommeil et nos enfants aussi. D’où la discipline du soir qui s’impose concernant le coucher. Extinction des écrans tous confondus avant 20 h, sous peine de sanction quant à l’ordre de passage dans la salle de bains. Nous allons respecter les horaires du coucher entre 19h45 et 21h30, c’est selon. Assurons-nous aussi que la literie de chacun est confortable pour repartir du bon pied. Bien dormir est crucial dès la rentrée. Faîtes des siestes, même flash ou de navigateur, nous en parlons souvent à travers notre blog. N’oubliez pas que faire la sieste vous apporte des moments de récupération tonifiants, ce qui est pris est pris. Le soir, ne luttez pas, si vous bâillez, relâchez-vous un max et allez fermer l’œil.

Comment bien dormir à nouveau ?

Pour ceux qui ont oublié pendant les vacances comment bien dormir, je vais vous rafraîchir la mémoire en quelques bonnes idées. C’est à travers ces conseils pratiques que vous allez pouvoir fermer l’œil à nouveau. D’emblée, les grasses matinées sont autorisées le week-end, à vous de vous organiser.
Pour retrouver plus facilement le sommeil, après 16 h, évitez les excitants notoires comme les café, tabac et alcool. Repoussez vos apéros entre amis au week-end par exemple,
• Continuez de vous réunir en famille et entre amis comme pendant les vacances. Partez ensemble arpenter les sentiers pour vous aérer. D’une part, l’oxygénation du cerveau favorise l’endormissement et d’autre part, les liens sociaux sont essentiels pour le bien-être. Ce qui se répercute sur le bien dormir.
Aérez votre chambre au moins 20 minutes par jour, ainsi vous renouvellerez l’air au quotidien pour mieux vous y reposer le soir venu.

Eh oui ! vivement l’été prochain !

Bientôt les vacances scolaires d’automne, à vos agendas pour programmer plein d’activités sympathiques. Allez, sur ces palabres, je vous souhaite une bonne rentrée. 😉

 

Les autres articles parus sur ce thème :

Sommeil

Des vacances écolos pour dormir tranquille

20/08/2018
Respecter la Nature pendant les vacances

Les vacances écolo pour un bon sommeil

 

Arriver à fermer l’œil pendant les vacances :

C’est l’heure de partir en congés, ah ! Le dépaysement et changements de panoramas sont au programme. Toutefois, les bonnes habitudes en respect de l’environnement doivent perdurer où que nous soyons et en toutes circonstances. Comme nous le défendons sur ce blog, inutile de salir ailleurs et perdre son bon sens une fois hors de ses terres. La Nature ici et ailleurs nécessite d’être chérie et protégée puisqu’elle était là avant nous. Elle nous a bercés. Mais pas seulement, puisque sa fragilité est en cause, nous lui devons en tant que responsables de ne pas l’abîmer ou la détruire. Nous pouvons cohabiter par exemple tout en jouant, mangeant, se déplaçant et j’en passe, sans pour autant polluer. Faut-il un quad pour effectuer 300 mètres jusqu’à la boulangerie ? Les aérosols sont-ils indispensables à la plage ? par exemple. Dans tous les cas, pour passer de bonnes vacances, bien dormir, bien manger, les applications diverses sur l’écologie existent et certaines valent le coup d’œil.

Les bonnes habitudes comme chez soi

Comme à la maison, les bons gestes doivent être appliqués même en dehors, loin ou pas de son sweet home. Qu’on dorme à la belle étoile ou sur un super matelas. Nous sommes une majorité à conserver notre souci instinctif et naturel de respecter la nature même en vacances. Les réflexes de trier et jeter ses déchets sont en question car malheureusement nombreux détritus ornent nos paysages. D’où une dégradation lente de certaines espèces qui mènent à l’extinction définitive.

La faune et la flore sont fragiles, il faut les protéger

Les fleurs et le flânage plaisent beaucoup, or il faut savoir que certaines espèces sont menacées et que cueillir fait d’abord faner mais aussi empêche le renouvellement de certaines plantes. Je vous invite à les prendre en photo, le portable n’étant pas interdit en promenade. Aussi, des sentiers sont prévus pour se promener, il est triste d’endommager le paysage en faisant du « hors piste ». Sachant que des animaux et des végétaux en voie d’extinction y vivent et en sont victimes. Par exemple, les nourrir avec du pain et autres petits gâteaux est inadéquat à leur alimentation et à leur survie même si nous avons l’intention de bien faire.

Le choix de notre consommation tout en restant connectés

Des sites et applications sont à votre disposition

Il est intéressant de se pencher sur notre bien-être et comment l’atteindre. Des outils sur smartphones existent pour vous accompagner, faciliter la vie et vous informer. J’ai choisi ces quelques exemples pour vous :

  • pour vos modes de déplacement, la fondation Goodplanet. Elle va vous permettre de mesurer le taux de carbone que vous générez à un moment donné et l’impact qu’il aura sur l’environnement. Autre moyen facile et simple, l’éco-conduite avec l’aide de l’application Geko ou sur geco-drive.fr, qui consiste à prendre tout d’abord conscience de son comportement au volant. Puis à changer ses habitudes, réduire sa consommation de carburant et l’émission de CO2 par extension.
  • L’application Plantnet va vous aider à reconnaître et identifier un végétal à partir d’une photo. Plus de 800 plantes y sont répertoriées, il ne reste qu’à photographier, c’est ludique, informatif et sympa non ?
  • Idem pour la faune marine avec BiodiverSea qui sait identifier jusqu’à 180 espèces de poissons. Elle vous aide à savoir quelles sont les espèces et vous donne des descriptions sur chacune.
  • Côté repas, pour vous nourrir correctement, Yeswegreen est à votre service. On vous propose des lieux et ateliers pour apprendre l’alimentation, sous toutes ses formes. Ensuite, vous saurez comment consommer local tels que sur les marchés ou jardins partagés.

L’alternative écolo a du bon sens

Même en vacances, notre mode de consommation doit rester le même. Ok pour les siestes, le farniente mais non au laisser-aller. Faire n’importe quoi, dénué de sens et d’éthique est irrationnel. Particulièrement sous l’excuse qu’on est bien et qu’on oublie par relâchement excessif parce que vacances obligent. Bien au contraire, c’est le moment de se reposer pour recharger les batteries et faire le plein de bonnes informations pour l’avenir. De s’informer un max pour échanger avec d’autres écolo. Et ainsi transmettre toutes les bonnes initiatives autour de soi, sa famille, ses amis et les collègues en rentrant.

Vivre en adéquation avec la Nature

L’été, le choix des produits de protection solaire biologiques, par exemple, a son importance. D’autant qu’ils sont moins nocifs. Mais aussi, les traces que nous laissons ne polluent ni l’eau ni l’air ni la terre. En bref, demeurons en adéquation avec l’environnement et non l’inverse. Autre exemple classique, il faut éviter absolument les répulsifs toxiques en tout genre. Pour repousser les moustiques, un voile moustiquaire au-dessus des lits fonctionne très bien pour la nuit. Et pour le jour, portez des huiles essentielles d’eucalyptus, de géranium ou de citronnelle. Croyez-moi, ces senteurs sont agréables et en même temps, repoussent miraculeusement les bestioles.

Les loisirs non polluants

Pour ne pas ajouter de dioxyde de carbone, n’hésitez pas à prendre vos bâtons de marche, bicyclettes ou encore partir à cheval. Il est certes sympathique d’aller s’éclater à moto, en quad et j’en passe, cependant il est triste de salir et de nuire par les bruits comme en ville. L’année 2017 a été couronnée « Année internationale du tourisme durable pour le développement ». La Bretagne pionnière en écologie a donné l’exemple à d’autres régions. C’est encourageant pour nos futurs paysages plus propres, d’autant que nous interagissons en tant qu’humains avec la Nature.

Sur ces bons conseils, je vous souhaite de passer les meilleures vacances qu’ils soient, en harmonie avec vous-mêmes et le beau monde qui vous entoure. Faîtes de beaux rêves !

 

Les autres articles parus sur ce thème :

Autour du lit