Archive

Archives de l'auteur

Quand les oreillers bio valorisent l’agriculture biologique

15/10/2018
Les oreillers bio créés par les coproduits agricoles

L’agriculture permet l’alimentation et la fabrication d’oreillers bio.
Photo de David Becker

 

L’agriculture bio sert à nourrir

La vocation principale de l’agriculture consiste à nourrir les humains et les animaux. C’est en fait une discussion récente autour d’un verre qui m’a donné l’idée de cet article sur comment mieux dormir. Effectivement, mon interlocuteur avait entendu parler d’un oreiller bio en épeautre. Il me disait qu’il était dommage d’utiliser dans la literie des produits qui auraient pu permettre de nourrir des gens. Et ce, à plus forte raison, dans un monde où tout ce monde ne mange pas à sa faim. Voilà une remarque excellente et un grand principe du monde du bio. Par exemple la literie, utilise les parties de la plante qui ne peuvent pas être mangées, pour fabriquer des oreillers bio. Effectivement, l’idée consiste à laisser la graine, comme celle d’épeautre, pour faire du pain. Et de la balle, qui aurait été jetée, permet de faire des garnissages d’oreillers et ainsi donner un revenu complémentaire à l’agriculteur.

Valoriser les coproduits de l’agriculture bio.

En fait, il s’agit d’un véritable objectif de développement durable. Car, la démarche consiste à utiliser le maximum de la plante. Premièrement, cela a une vocation économique et sociale. Notamment en augmentant le revenu de l’agriculteur. Ensuite, cela permet de limiter l’impact environnemental et écologique. Puisqu’avec la même utilisation de la nature, on obtient plus de matière première. Mais aussi, on limite la production de déchets. Plus particulièrement, pour notre oreiller bio, la graine de millet ou d’épeautre sera mangée et la balle qui enveloppe la graine garnit notre oreiller bio. En fait, on valorise ce que l’on appelle un coproduit. C’est-à-dire, qu’il est créé au cours du même processus de fabrication que le produit principal (graine pour faire du pain) et le coproduit (balle pour faire un oreiller bio). Selon les définitions, le but est principalement la valorisation économique.

L’oreiller bio ne doit jamais utiliser de produits que l’on peut manger

J’insiste que la literie n’enlève le pain de la bouche de personne. Je sais, le jeu de mots est tiré par les cheveux. Mais cette pensée m’est venue en parlant de l’épeautre. Vous voyez le cheminement de ma pensée, ancien blé, farine, pain d’épeautre. Ceci dit, j’insiste particulièrement sur l’objectif nutritif de l’agriculture et plus particulièrement de l’agriculture bio. L’idée est de nourrir un maximum des gens. Mais également, qu’ils mangent sain. Car notre monde est très dichotomique. Avec d’une part, ceux qui souffrent de la faim et d’autre part, ceux qui souffrent de malbouffe.

Le confort de ces oreillers bio

Quels sont les coproduits de plantes utilisés dans la literie et l’oreiller bio. Finalement, ils sont nombreux et il est impossible d’en faire une liste exhaustive. Plus précisément, certains fabricants français d’oreillers bio appliquent une démarche développement durable complète. Par exemple, c’est le cas de Mille Oreillers. Tout d’abord, ils ont sélectionné des anciennes variétés de blés français. Je pense à l’épeautre bio. Un temps oublié, il a été relancé pour ses valeurs nutritives. Puis l’oreiller en épeautre maintient les cervicales du dormeur, tout en étant stable, avec une certaine souplesse. Enfin, le Sarrasin offre un soutien encore plus stable du fait de sa densité. Par ailleurs, pour fabriquer l’oreiller en millet, on sélectionne la coque. Les amateurs de l’oreiller millet aiment sa douceur, sa stabilité, mais aussi le glissement silencieux des balles. Personnellement, j’apprécie les odeurs dégagées, pour une fois que l’on ne sent pas le plastique.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

L’enquête de santé sur France 5 : Troubles du sommeil, la fin du cauchemar ?

30/09/2018
Nous manquons de sommeil

L’enquête de santé concerne notre sommeil en particulier, par Marina Carrère-d’Encausse et Michel Cymes (photo France 5 de l’Émission de santé )

 

L’enquête de santé du 2 octobre 2018 sur France 5

La célèbre Émission de santé de France 5, l’enquête de santé, s’occupera de notre sommeil le 2 octobre 2018. En fait, ils consacreront la soirée au thème « Les Troubles du sommeil : la fin du cauchemar ? » Tout d’abord, l’émission de Marina Carrère-d’Encausse diffusera un documentaire réalisé par Claire Chognot et Marc Aderghal « À la recherche du sommeil perdu ». Ensuite, ils proposeront un débat animé par Marina et Philippe Charlier.  Ils auront pour invités les plus grands spécialistes du sommeil. Effectivement, le sommeil est également une spécialité médicale, car il influe sur notre santé. Trop de gens souffrent du sommeil.

La liste des invités de l’émission :

  • Dr Claude GRONFIER, neurobiologiste et spécialiste des rythmes biologiques à l’Inserm à Lyon.
  • Dr Laurène LECLAIR-VISONNEAU, neurologue au CHU de Nantes.
  • Dr Nicolas JUENET, psychiatre, médecin du sommeil.
  • Dr Marc REY, neurologue, responsable du centre du sommeil à l’hôpital de la Timone à Marseille.

Les français dorment de moins en moins.

Les chiffres sont proprement impressionnants, en 50 ans nous avons perdu en moyenne 1 heure et demie de sommeil. Nos rythmes de vie, la surexposition à la lumière des écrans et de nos villes, expliquent cette réduction drastique de notre temps de récupération. Comme nous vous l’expliquons à longueur d’année sur le blog comment mieux dormir, le sommeil c’est la santé. Or selon l’enquête de de santé « Un Français sur trois est malade du sommeil. Insomnie chronique, apnée du sommeil, somnolence excessive… Les mauvais dormeurs mettent leur santé en danger. »

Les conséquences du manque de sommeil.

En fait, au-delà des gênes quotidiennes que sont les états de fatigues, les conséquences peuvent être bien plus graves. Tout d’abord, on pense aux conséquences de la somnolence au volant (première cause d’accident mortel sur autoroute). Mais dormir moins de 6 heures par nuit expose à de graves problèmes de santé. Tout d’abord, il y a un risque plus élevé d’accidents cardiovasculaires. Mais également, il augmente le risque d’hypertension artérielle, d’obésité et de diabète de type 2.

Le sommeil est devenu un enjeu de santé publique.

L’émission de France 5 analyse ce problème qui est devenu un vrai enjeu de santé publique. Quels en sont les causes, et quels sont les solutions ?

Alors notez bien le rendez-vous :

  • Emission : L’enquête de santé
  • Présentateurs : Michel Cymes et Marina Carrère-d’Encausse
  • Thème : Les Troubles du sommeil : la fin du cauchemar ?
  • Diffuseur : France 5
  • Date de diffusion : 2 octobre 2018 à 20h50

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

La méditation à l’école, ça marche !

17/09/2018
A l'école primaire, se démocratise la méditation

La méditation de pleine conscience devient une discipline scolaire.

 

Pourquoi cette méthode de méditation ?

Plus précisément, il s’agit de la méditation de pleine conscience, activité cérébrale et psychique très tendance, qui peu à peu s instaure à l’école. Cette méthode permet de réussir à se concentrer et rester attentif. Telle une action commune qui tend désormais, à appartenir à l’hygiène de vie comme bien dormir par exemple. On commence à appliquer cette technique parce qu’on a noté que de plus en plus souvent, l’enfant manque d’attention et de concentration. Aussi, il ne parvient pas à résoudre des problèmes simples tout seul, ces problèmes de société sont très actuels. Cette méthode de méditation rend à nouveau possible l’insurmontable aptitude à être disponible psychiquement à un moment donné. D’autant qu’une fois à la maison, l’enfant peut recourir lui-même à la méthode et méditer pour mieux se concentrer. Parents ! Comme je le dis souvent à travers ce blog, ne baissez pas les bras. Par expérience, je puis vous en assurer, les enfants l’ont essayée et adoptée. Ça marche très bien ! De plus, votre enfant dort mieux.

Comment se pratique cette méditation ?

Pour exemple, l’école Saint-Charles à Charly a lancé l’expérimentation avec des élèves de 8  à 10 ans. A raison de 45 minutes par semaine, on les a initiés à la méditation de pleine conscience.
Déborah d’Hostingue, psychologue et membre de l’association Enfance et attention, entraîne les jeunes à la pratique de l’attention consciente. Elle part du principe que la concentration se cultive, tout comme l’art de bien respirer qui vont de pair. Au moment où la respiration prend le dessus, au calme, les enfants réalisent que ce qu’ils pensent est présentement là. Ils ont leurs pensées en leur propre possession, sinon c’est la fuite et la fusion toute la journée. Et au fil des séances, ils apprennent à écouter leur corps, leurs sensations par exemple et partent plus loin dans leur réflexion personnelle.

Les résultats à ce jour.

Il en résulte que les classes concernées sont aujourd’hui plus calmes. Peu importe que certains n’aient pas été réceptifs à ces périodes d’initiation-là. Ce qui compte, c’est ce qu’ils en feront. Eh oui ! environ 75% des parents annoncent que leurs enfants ont développé de nouvelles aptitudes et  connaissances. Quant aux enseignants, environ 9 sur 10 parlent d’une nette amélioration du travail de groupe.

Grâce à la méditation, l’enfant a moins de stress et plus de concentration

Le climat est bon. L’enfant se sent mieux grâce à cette nouvelle discipline dans son planning. La pratique leur permet de mémoriser plus aisément, de lier leurs pensées à l’instant présent afin de s’approprier ces moments. Ceci nécessite donc d’aller puiser dans ses compétences intérieures, dont tout enfant est doté. D’autant que les exercices de respiration peuvent être effectués à la maison, pour retrouver les bienfaits de la méditation pendant quelques minutes. Cette pratique est naturelle, chacun peut l’utiliser au quotidien, en cherchant à faire le vide et non à réfléchir. En plus d’une bonne literie, je vous conseille la méthode « Tout est juste là » de Jeanne Siaud Sacchin ou encore de consulter le site de l’association Enfance et Attention.

Sources : « Calme et attentif comme une Grenouille » de Eline Snel et Famille et Education

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

Que faites-vous au lit ?

10/09/2018
5 choses à faire dans un lit

Les multiples choses faites dans un lit.

 

Hormis dormir, que fait-on dans un lit ?

Il va de soi que la chambre et le lit ont pour vocation d’y dormir. Plus précisément, la chambre a été créée pour isoler les couples, à l’époque où plusieurs générations vivaient sous le même toit. Ceci dit, il n’est pas si simple que cela de se coucher et d’instantanément dormir. C’est pourquoi, nous mettons en place des rituels pour faire une transition vers le sommeil. Par exemple, la lecture ou les câlins permettent de se détendre pour mieux s’endormir.

Les 5 choses que l’on fait dans un lit :

 

1/ Lire :

Le lit est un lieu particulièrement adapté à la lecture. Tout d’abord, parce qu’il s’agit d’un endroit où l’on se sent bien et dans lequel on peut facilement s’abandonner à l’histoire. Par ailleurs, la lecture est une excellente solution pour se préparer au sommeil. Elle détend et elle permet de déconnecter des tracas de la journée. Par contre, évitez les tablettes, car la lumière bleue qu’elles contiennent est l’ennemie du sommeil. Elle s’apparente à la lumière du jour. Et c’est lasse de dire : « Moi le soir avant de m’endormir je lis ! »

2/ Regarder la TV :

Même si la télé est régulièrement citée comme pire ennemie du sommeil et du couple, de très nombreuses chambres en sont équipées. Tout d’abord sa lumière bleue, toujours elle, lutte contre l’endormissement. Ensuite, elle réduit la communication et l’intimité dans le couple. En fait, je n’ai pas envie de m’attarder sur ce sujet que nous avons déjà abordé ensemble.

3/ Écrire :

Je ne sais pas si c’est commun, mais une chose est sûre, c’est que l’écriture n’est pas forcément bonne pour préparer le cerveau au sommeil. Personnellement, je dois vous avouer que je m’y adonne régulièrement. Même si cela n’est pas la règle, bon nombre d’article de ce blog commentmieuxdormir.com, je les écris le soir avant de dormir.

4/ Manger :

Du traditionnel petit-dej au lit des amoureux au garde-manger de l’adolescent, certains d’entre nous aiment manger au lit. Ceci dit en toute partialité, pour moi qui n’aime pas ça, ce n’est pas un lieu adapté. Eh oui, les miettes dans les draps ça gratte. J’écarte tout de suite le cas de l’ado qui oublie la nourriture sous le lit pour le plus grand bonheur des fourmis. Par contre, dans le cadre de la parade nuptiale de la femme, cela peut devenir incontournable pour monsieur. Vous voyez ce que je veux dire, comme le massage quoi.

5/ Faire l’amour :

Je sais ce n’est pas facilement avouable, mais c’est dans un lit que nous faisons le plus souvent l’amour. Certes, cela va à l’encontre de bien des fantasmes, mais l’oreiller et le matelas restent ce qu’il y a de plus confortable. Et puis c’est dans la chambre où il y a le plus d’intimité.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Quel est votre pire tue-l’amour au lit ?

03/09/2018
le tue-l'amour

Illustration d’un tue-l’amour par La communauté Facebook idées de génies

 

Mon tue-l’amour du dimanche.

Prendre son temps le dimanche matin fait partie pour moi de ces petits bonheurs de la vie. Créer une rupture du rythme trépidant de la semaine. Pour ma part, j’aime, dans la matinée, me poser avec un café et prendre le temps de lire, de faire une revue de presse. En cette matinée d’été, je fais couler mon café dominical. Puis, en surfant sur internet, je tombe sur une photo de magnifiques chaussettes trouées pour illustrer une publication sur les tue-l’amour. Sur ce blog où nous sommes experts de tout ce qui se passe dans un lit, je me suis vu chargé d’une mission. Effectivement, il vous est peut-être déjà arrivé d’être stoppé dans votre élan par un couac soudain. Ceci dit, la notion de tue-l’amour est très subjective. Situation, vêtement ou bien encore expression corporelle, chacun a son petit truc très personnel qui casse l’excitation. Tout d’abord, permettez-moi de nous intéresser aux tue-l’amour. Également, regardons notamment ceux donnés spontanément par les fans de la communauté Facebook d’Idées génies.

 Qu’est-ce qu’un tue-l’amour ?

Comme définition du tue-l’amour, je dirais qu’il s’agit d’un désir inhibé, calmé voire refroidi par quelque chose. Ceci peut provenir entre autres, d’un vêtement ou d’un comportement qui inhibe ou calme le désir. En fait le tue-l’amour correspond à un anaphrodisiaque. Je ne sais pour vous, mais moi je viens d’apprendre un mot. Si je comprends bien ceci signifie le contraire de l’aphrodisiaque. Les tue-l’amour sont des situations ou des images qui nous déconnectent de nos pensées érotiques. Ils nous empêchent à un moment donné de sexualiser l’autre.

La notion de tue-l’amour est très personnelle.

Que l’on parle de tue-l’amour au lit, voilà ceux les plus cités sur la publication qui m’a inspiré. Je me suis même permis de sortir du lit pour enrichir avec ceux du quotidien. J’ai ajouté ceux trouvés dans des articles de journaux plus traditionnels :

1/ Les tenues vestimentaires :

  • Les vêtements négligés : le survêtement et les tenues trop décontractées symboliseraient le laisser-aller. Sur la liste le pantacourt ou les maillots de foot sont au palmarès. A bon entendeur !
  • Les chaussettes au lit, voire pire les chaussettes percées, pourtant c’est trop trop mimi quand on s’aime.
  • Le slip kangourou ou les sous-vêtements dépareillés, n’y voyez-là aucune vengeance personnelle.

2/ L’apparence corporelle :

  • La surdose de maquillage. Les hommes n’aiment pas forcément les pots de peinture. Quoiqu’ils apprécient quand même un peu…
  • L’excès de parfum : parfois, les fragrances ne correspondent pas à la personne et « virent ». Et pire s’il y en a trop, l’écœurement n’est pas loin. Et je ne vous dis pas sur une hygiène négligée, genre direct sur la transpiration. Eh non, le parfum ne couvre pas toutes les odeurs.
  • Les poils : sujet très drôle et moqueur sur les jambes des femmes ou dans le dos des hommes. Certains ne supportent pas les poils et en particulier, au niveau des parties génitales. Alors qu’à l’opposé, d’autres aiment particulièrement leur abondance. Allez comprendre !

3/ L’hygiène :

  • Les odeurs corporelles. Le manque d’hygiène casse l’excitation d’un grand nombre parmi nous. Par exemple, un ou une partenaire très sensuel, qui sent la sueur ou des pieds.
  • Les ongles sales : en fait, suis-je obligé de faire un commentaire ?
  • La mauvaise haleine : elle mérite un point à elle-seule car le baiser est quelque chose d’important dans l’amour. Bien que non forcément dûe à un problème d’hygiène, elle peut casser l’ambiance.
  • L’odeur de tabac : le fait de fumer a complètement changé de statut en quelques décennies. Nous sommes loin de l’image du cowboy sexy Marlboro. Et plus particulièrement si la personne sent le tabac froid.

4/ Le comportement :

  • L’égoïsme : le manque d’empathie est sans doute la clé d’un couple qui ne s’épanouira pas.
  • Rabaisser l’autre : il est préférable de valoriser l’être aimé ou désiré pour arriver à ses fins. Le bonheur de vivre en couple, c’est de choisir le bon moment avec les bons mots, finalement ?
  • L’avarice : beaucoup de femmes déclarent ne pas supporter les hommes qui ne sortent pas leur carte bancaire.
  • Le fan excessif de foot ou d’autre sport. Quel bonheur de se sentir délaissé car le match au menu a plus d’importance !
  • Manger la bouche ouverte. Le repas constitue souvent une mise à l’épreuve du couple mais les fins ne sont pas forcément dramatiques.
  • Les pets qui puent : remarquez même que sans puer, une flatulence sonore n’est pas du plus bel effet. Je mettrais dans la même catégorie le rot.

5/ Le quotidien du couple :

  • La routine : si les habitudes rassurent et créent des repères, le désir a besoin de surprises, de piments ?.
  • Les ronflements : ce trouble du sommeil met la vie nocturne du couple à l’épreuve. Mais pas que visiblement. En effet, le son et l’image vont de pair.
  • Une chambre bordélique : le bazar et les affaires de l’autre qui traînent sont souvent sources de conflits. Reconnaissons que le slip sale qui traîne n’est pas du meilleur effet. Un coup d’orteil dans une haltère non plus.
  • La brosse à dents : certaines personnes ne supportent pas de partager le quotidien de La personne désirée. Interdiction de ranger sa brosse dans le gobelet.
  • La télé dans la chambre : la série préférée fait partie des meilleures ennemies de l’excitation. Ceci dit, à une époque un certain samedi soir mensuel, qui ne connaissait pas ? …
  • Le téléphone : il isole des autres. Il peut même créer des doutes inutiles dans le couple. De plus, il donne l’impression d’ennui et peut titiller la jalousie.

Sources publication Facebook Idées de génie, Glamour Paris et Ouest France.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Chambre et literie : comment mieux dormir en été ?

21/06/2018
Bien dormir l'été nécessite l'entretien de la chambre

Une bonne nuit passe par l’hygiène de la chambre.

 

Avec l’arrivée de l’été et de la chaleur, quelles précautions prendre pour mieux dormir ?

 

Préparer la chambre pour l’été.

L’été est là et la chaleur ne va plus tarder, même si cette année elle se fait un peu mériter. Avec l’arrivée du soleil, il faut donc préparer sa chambre pour mieux dormir et parer les variations de températures et l’excès de chaleur. Faire le point et adapter également l’ensemble de la literie est indispensable à notre bien-être. Un bon ménage de printemps, passer sur la face été si cela n’est pas encore fait, puis sortir le linge de lit et la couette été.

Bien aérer la chambre et la literie.

La première chose à réaliser est de bien aérer la chambre et la literie. Notamment, pour cela bien défaire la literie, mettre à l’air la couette et les oreillers, mais aussi soulever le matelas et aspirer l’ensemble. Je vous recommande de relire l’article de notre blog sur le ménage de printemps.

Passer le matelas sur la face été.

Seconde étape, retournez le matelas et ce, surtout s’il possède une face été différenciée. Généralement, les matelas sont composés d’une face hiver en laine par exemple et d’une face été avec des matières plus fraîches comme le lin ou le coton. Pour mémoire, la distinction des faces est marquée sur les étiquettes des matelas fabriqués en France.

Mettre des draps en lin et coton bio.

Le linge de lit naturel est plus régulant et plus agréable, pour aller plus loin, nous savons tous que le coton est bon pour l’été de par ses propriétés régulantes. Mais n’oublions pas que le lin lui aussi présente les mêmes avantages, tout en étant plus écologique et cultivé par les agriculteurs français. Bien q’un peu plus chers, les draps en lin bio sont particulièrement agréables et confortables.

Préparer la couette été.

Pour garder le côté douillet du lit, tout en n’ayant pas trop chaud : la couette été est la solution. Il s’agit d’une couette plus légère. Préparez-la et mettez-la sur votre lit en fonction de la météo, qui cette année, selon les régions, nous fait mériter la chaleur. Vous m’accuserez probablement de radoter, mais encore une fois les matières naturelles seront plus isolantes et régulantes une qualité tout aussi valable pour la couette été.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

Couple, comment se préparer pour faire chambre à part ?

04/06/2018
Le plaisir de retrouver l'autre après son sommeil

Faire chambre à part n’empêche pas de s’aimer.  Photo de Toa Heftiba.

 

C’est décidé, vous allez faire chambre à part, mais cela doit se préparer afin de ne pas mettre votre couple en danger.

 

Dormir séparés est tendance.

On a vite fait de penser que la chambre séparée est l’apanage des couples mâtures ou de se dire qu’il y a un problème dans le couple, voire même sur un point de vue purement intime. Beaucoup de gens pensent qu’un couple qui dort séparément a moins de rapports sexuels. Et bien ces a prioris sont désormais d’un autre temps, car faire chambre à part est tendance. De nombreux jeunes couples dorment chacun de leur côté et ce, pas seulement parce que l’autre ronfle. Selon le sociologue François de Singly, la tendance dans le couple est à l’individualisation de la vie privée « Les individus modernes veulent de plus en plus préserver leur identité personnelle sans renoncer à la compagnie ». On ne mange plus forcément ensemble, on veut regarder ce qui nous plaît à la télé, et on couche ensemble quand on a envie.

Le lit conjugal made in France.

Selon le sociologue Jean-Paul Kaufmann, 8% des couples français font chambre à part. Si, culturellement, les français sont attachés à la notion de lit conjugal, il semblerait que les américains aient beaucoup moins de mal à scinder la notion affective et sexuelle, du sommeil. Je reste prudent mais certaines études disent qu’outre-Atlantique, environ 50% des couples feraient chambre à part. Certes ce phénomène ne concerne pas encore la majorité des couples français mais l’on sent bien que la perception change a ce sujet dans notre pays.

Comment passer du lit conjugal aux chambres séparées ?

Comme nous en avons déjà parlé sur notre blog, dormir à deux n’est pas ce qu’il y a de mieux pour avoir un sommeil de qualité. Alors pour vous qui avez décidé de passer à l’acte du chacun chez soi, comment faire pour que cette étape du couple soit un succès et que chacun s’adapte à ce nouveau mode de vie. Il faut tout d’abord savoir pourquoi on veut le faire et ensuite bien en parler à deux afin que cela soit partagé et non subi. La communication et l’imagination sont les clés pour transformer cette étape de la vie à deux en opportunité et non en souffrance et en rupture.

  1. Bien définir les raisons de ce choix. J’insiste sur le fait que faire lit à part n’est pas sans risque pour le devenir du couple. Il ne faut surtout pas que l’un des deux se sente abandonné. Pour cela il est important de bien diagnostiquer quelle est la vraie raison de la séparation et de bien en parler. Dans le cas d’un couple qui n’irait pas bien, cela pourrait précipiter la chute (à moins que le but soit de s’écarter d’un conjoint que l’on ne supporte plus, mais là n’est pas notre sujet). Prenons le temps de voir quelles raisons peuvent nous motiver à faire chambre à part :
    • La qualité du sommeil : mon conjoint ronfle ou nous avons des rythmes trop décalés. Les troubles du sommeil de l’un suffisent pour poser problème. Mais on ne pense pas toujours assez aux décalages que peuvent avoir les deux dormeurs du couple. On pense bien sûr aux gens dont un travaille la nuit. Mais il peut aussi s’agir tout simplement d’un décalage des rythmes naturels, le mariage de couche tard et couche tôt. Quand le deuxième se couche, il peut réveiller son conjoint au sommeil léger.
    • L’éloignement professionnel : Il n’est pas rare qu’un membre du couple soit éloigné géographiquement pour des raisons professionnelles.
    • Pour pimenter la vie de couple : Pour certains, l’habitude est l’ennemie du couple, c’est pourquoi ils préfèrent jouer avec vie commune et manque, pour amplifier le plaisir et le désir de se retrouver. Pour eux, le concept de chambres séparées est positif pour préserver l’amour. On couche ensemble aussi souvent que l’on souhaite et on respecte la personnalité de chacun. Chacun a son univers dans lequel on invite l’autre. Sans compter que parfois quand on est malade, on préfère dormir seule. Certaines femmes aiment également être seule dans leur lit en période de règles.
    • Pour faire durer le couple : effectivement certains couples n’ont plus envie d’une certaine intimité mais souhaitent rester ensemble. Cela peut s’expliquer par des raisons sentimentales, de confort ou plus simplement pour les enfants et l’argent.
  2. Bien communiquer dans le couple : L’échange et le dialogue sont importants pour qu’il n’y ait pas d’incompréhension et non-dits. Le but est de préserver le couple. Il ne faut surtout pas que l’un des membres du couple se sente abandonné ou moins aimé comme je le disais précédemment. Il faut également reconnaître que plus le choix de dormir séparément est fait jeune plus les choses sont faciles à accepter.
  3. Réinventer la vie du couple : un conseil pratique est de définir ensemble quelques règles, le bisou du soir, le code pour le câlin. Certains se programment une nuit en commun à date fixe, alors que d’autres vont préférer l’imprévu. On ne dira jamais assez que l’important est de rester connectés ou à défaut de tout faire pour se reconnecter. Pour pousser plus loin, il est important de s’aménager sa chambre et pourquoi pas de la personnaliser. Chacun sa chambre, ne veut pas dire que l’un aura une chambre au rabais avec une literie fatiguée. Le but n’est pas qu’un des deux se sente déclassé. Il peut même être sympa de faire participer l’autre. En tout cas soignez votre déco et l’agencement de la chambre afin de vous sentir bien, sans oublier le confort clé d’un bon sommeil. Choisissez un matelas et la literie au confort qui vous convient.
  4. Multiplier les attentions.
    Il est également important de jouer avec les retrouvailles. Apporter un petit-déjeuner au lit peut être une belle attention. Glisser un rendez-vous coquin dans le creux de l’oreille de l’être aimé. Certains couples ont des rituels du soir. Le dernier qui se couche vient embrasser l’autre avant d’aller se coucher.

Ne pas hésiter à se faire aider.

Pour réussir cette nouvelle étape de la vie de couple, il peut être bon de se faire aider. Pour cela la première étape peut être d’en parler avec son médecin généraliste. Autre piste, consulter un psychothérapeute pour couple. Il ne faut pas culpabiliser d’avoir besoin d’aide, la seule chose qui pourrait être grave serait de ne pas agir alors que l’on souffre de la situation.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

Autour du lit

Les bienfaits du verre d’eau au réveil

21/05/2018
Boire de l'eau au réveil pour une bonne santé

Le verre d’eau du matin nous fait grand bien.

 

Pourquoi boire un verre d’eau au réveil ? Parce que cela permet d’hydrater le corps qui a perdu de l’eau au cours du sommeil.

 

La technique du verre d’eau à jeun.

Boire de l’eau à jeun au réveil est bon pour la santé, voilà la découverte de ce jour. Je me réveille et après avoir un peu traînaillé sous la couette, je me lève rituellement à moins qu’il s’agisse tout simplement d’une envie de faire pipi. Ne vous offusquez pas car je crois que nous sommes nombreux à commencer par la pause technique. Et bien visiblement, je me trompe, la première chose à faire est de boire un verre (ou plusieurs) pour se réhydrater, mais aussi pour de nombreuses autres raisons comme le bien être de mon cerveau et pour le prévenir de kilos en trop. Remarquez, je suis aussi preneur si ça permet d’aider à en perdre un peu.

5 bonnes raisons de boire une verre d’eau le matin.

Les bienfaits sont nombreux, nous avons fait un focus sur cinq aspects qui nous semblent plus essentiels. Notons qu’idéalement le verre d’eau doit être tiède et bu le matin dès le lever alors que l’on est encore à jeun.

  • 1/ Réhydrater le corps :

Au cours du sommeil le corps perd de l’eau, notamment par la transpiration. Souvenez-vous que j’ai déjà dit cela sur Comment Mieux Dormir, quand on vous a parlé de l’importance d’aérer un matelas chaque jour. Le verre d’eau à jeun au réveil permet de compenser cela. Et boire de l’eau est utile même si l’on n’a pas la sensation de bouche sèche. Avouons que ce point est évident, pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt ?

  • 2/ Diminuer l’acidité de l’estomac :

L’eau permet de diminuer le taux d’acidité de l’estomac et ce, surtout quand on a fait un repas lourd la veille.

  • 3/ Éliminer les toxines :

Pendant le sommeil, notre organisme n’est pas inactif, notamment il s’active pour éliminer des toxines, pour aller plus loin il se renouvelle et les hormones s’activent. Par exemple, des chercheurs américains pensent que pendant le repos, le cerveau se débarrasserait des toxines produites pendant les phases d’éveil.

  • 4/ Réguler le poids corporel :

L’eau bue à jeun permet également d’activer le métabolisme, ce qui permet en particulier de brûler des calories. L’eau procure une sensation de satiété ce qui permettra de moins manger. Consommer de l’eau dès le lever permettra donc de mieux réguler son poids et participera aux efforts faits par ceux d’entre nous qui souhaitent perdre leurs kilos en trop.

  • 5/ Faciliter le transit intestinal :

Notre bon verre d’eau permettra de favoriser le transit intestinal en étant régulièrement un bon remède contre la constipation. Il permettra également pour ceux qui ne souffrent pas de ce problème de s’assurer d’aller aux toilettex avant de partir travailler, une chose importante quand on ne peut rentrer chez soi à midi et qu’on se sente moins à l’aise quand il s’agit de se soulager à l’extérieur.

Sources Le Figaro Santé et le site Améliore ta santé.

 

Les articles déjà parus sur le thème :

Sommeil

Sommeil comment lutter contre les bouffées de chaleur de la ménopause et de l’andropause ?

07/05/2018
Bouffées de chaleur ménopause andropause

Comment lutter contre les bouffées de chaleur ?

 

Le corps humain vit des évolutions régulières, comme la ménopause et l’andropause qui ont parfois des effets sur le sommeil.

 

Les hommes et les femmes sont-ils égaux ?

Si pour les femmes, la ménopause est marquée par la fin des capacités de reproduction, ce qui n’est pas le cas de l’homme à l’andropause. Il y a cependant des signes similaires pour les deux, comme la baisse de tonicité, les changements d’humeur, le développement de graisses abdominales et l’apparition de bouffées de chaleur. Le but n’est pas d’être exhaustif sur les différences et les points communs, mais de s’attarder sur les conséquences des bouffées de chaleur sur la qualité de notre sommeil.

Conseils pour mieux dormir.

La variation de température soudaine que représente la bouffée de chaleur, réveille la personne. Pendant les périodes de crise, le sommeil est souvent fragmenté.

  1. prendre une douche froide avant de se coucher : ou à défaut une douche tiède. L’idée est d’abaisser la température corporelle pour mieux s’endormir et réduire le risque de survenue des bouffées.
  2. se passer le visage à l’eau froide lors des bouffées de chaleur : quand celle-ci réveille, se lever et se passer les mains trempées dans l’eau froide sur le visage. L’idéal étant bien sûr de prendre une douche froide à nouveau.
  3. dormir nu : une bonne chose est de pouvoir se découvrir et se redécouvrir facilement. Pour ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas dormir nues (ou nus n’oublions pas ces messieurs), le mieux est de choisir des pyjamas ou autres chemises de nuit et nuisettes en matières naturelles comme le coton ou le lin, des matières très régulantes.
  4. choisir une literie naturelle : autre point pour bien réguler la chaleur et ne pas l’amplifier, choisir des draps naturels là encore en coton et lin, des couettes été plus légères et des matelas naturels :
    • Quelle couette choisir : les matières naturelles étant thermiquement plus isolantes et respirantes, les cotons, lins et laine (à condition de prendre une couette été),
    • Quel matelas choisir : de nombreuses matières synthétiques amplifient les phénomènes de température, on a encore plus froid quand il fait froid et vice-versa. Ce qui n’arrange pas notre problème. C’est pourquoi non seulement il faut choisir du naturel et privilégier les faces été de type coton et/ou lin. Un matelas vegane par exemple, en latex naturel, coton et lin est une excellente idée.
  5. utiliser un pyjama connecté pour réguler la température corporelle : visiblement cela n’existe pas et je ne sais pas si cela est réaliste, mais je me dis qu’à l’heure des matelas connectés, ne pourrions-nous pas compléter avec un pyjama. Le principe étant que le matelas détecte la survenue de la bouffée et que suffisamment en amont elle actionne le pyjama pour refroidir le corps du dormeur. Peut-être même que le pyjama ménopause ou andropause pourrait également servir aux frileux. Chers adeptes de Startup weekend, voilà une idée à défendre.

A ne jamais oublier.

La ménopause et l’andropause ne sont pas des maladies, juste des phénomènes naturels. Il n’y a malheureusement pas de solution miracle pour traiter les symptômes désagréables, mais un ensemble de petites choses à faire pour atténuer les effets. Surtout n’oubliez jamais que le meilleur conseil sera de consulter votre généraliste et votre gynécologue ou urologue selon les cas. Ne prenez rien sans leur en parler.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Sommeil

Avoir du mal à se lever est signe d’intelligence ?

19/04/2018
Les clichés exploités par la presse

Se lever tard a t il une signification ?

 

Une certaine presse nous accroche avec des idées reçues, mais pourquoi lisons-nous ce genre d’articles ?

 

Des affirmations qui m’empêchent de dormir.

Les femmes aux fesses généreuses sont plus intelligentes. Les hommes chauves sont plus attirants. Les femmes qui ont du mal à se lever sont plus intelligentes. Vous savez, c’est avec ce type d’accroche percutantes que l’on essaie de nous attirer sur un article publié sur de célèbres réseaux sociaux. Les 3 affirmations ci-dessus viennent de magazines féminins, mais je suis sûr que l’on peut trouver leurs pendants dans les univers masculins. « Les hommes qui ont une grosse voiture plaisent plus, c’est prouvé ». Je ne suis pas certains de la haute teneur scientifique de ce point, mais je m’interroge surtout sur les gens qui décident d’employer leur temps à faire ces statistiques. Je me marre en imaginant qu’un matin en conférence de rédaction un type sort : « je propose que cette semaine on fasse un article sur : les femmes avec un généreux postérieur sont plus intelligentes ». Sa collègue piquée par sa bêtise « et si on faisait un article sur : les hommes avec un micro-pénis ont les idées les plus surprenantes ». J’en entends se dire, « Ah ça se passe comme ça chez comment mieux dormir ? »

Pourquoi ces thèmes ont-ils du succès ?

Pour commencer nous sommes tous d’accord sur le fait que ces accroches ont surtout comme objectif d’augmenter le nombre de clics. Mais pourquoi cela marche-t-il ? Car il faut quand même reconnaître que si cela est si fréquent dans une certaine presse, c’est bien que cela fonctionne. Allez soyons honnête nous avons tous un jour cliqué sur un titre qui nous a interpellé et dont nous ne sommes pas très fiers. Première raison qu’il ne faut pas exclure, est l’effet de surprise face à la grosseur du truc. Mais je me dis surtout que cela semble nous donner une raison de fuir certains complexes. Par exemple pour « Les hommes qui ont du ventre sont plus rassurants ». J’imagine que ça donne un prétexte à papa de se rassurer et d’éviter de se dire : « je mange trop de gras, je ne me bouge pas assez et l’andropause me titille ». Notez que j’ai la délicatesse de prendre un exemple masculin. Ceci dit, cela n’est pas toujours négatif, cela peut aider à sortir de certains clichés médiatiques, une belle femme est une femme très très maigre, un bel homme est forcément grand.

L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt.

Pour revenir à un de nos thèmes favoris : le sommeil. L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt et les femmes qui se lèvent tard sont plus intelligentes. Pour répondre à ces deux points une chose est certaine, il faut arrêter de culpabiliser sur le fait d’avoir besoin de sommeil et de penser que dormir est du temps perdu. Une certitude, bien dormir nous permet d’être bien, d’être en bonne santé, d’être plus performants et donc de stimuler notre intelligence. Il est important de respecter notre temps de sommeil et notre rythme chrono biologique. Il n’est pas anormal d’avoir besoin de huit heures de sommeil par nuit. Cela ne veut pas dire que nous sommes des faignants. Mieux même, de nombreuses personnes ayant réussi, ne sont pas des insomniaques et commencent à l’affirmer. Si vous ne l’avez pas lu, je vous recommande notre article sur la révolution du sommeil, un mouvement qui tend à réhabiliter le sommeil et la sieste.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit