Archive

Archives pour la catégorie ‘Attitude citoyenne’

Où jeter son matelas usagé ?

03/11/2019
jeter son matelas usagé

Ne pas jeter son matelas usagé dans la nature

 

Non aux décharges sauvages

Il va soi qu’il ne faut pas le jeter dans la nature. Même si cela semble être une évidence, cela arrive encore trop souvent. Comme par exemple sur la photo ci-dessus prise près de Châteauroux. De plus, il faut souligner que généralement les matières qui composent un matelas sont recyclables. Notamment certains polyuréthanes sont transformés en France en isolant pour l’habitat. Par ailleurs, il faut savoir que les déchèteries municipales acceptent volontiers les literies. D’autant plus que désormais de nombreuses d’entre elles sont équipées de bennes éco mobilier. Plus précisément, elles sont financées par l’écoparticipation (éco taxe) prélevée lors de l’achat d’un matelas neuf. De plus, elle favorise le recyclage des matières du matelas. Mais, il existe également d’autres moyens de jeter son matelas usagé. Par ailleurs, si il n’est pas trop usagé, il peut-être réutilisé dans une chambre d’amis ou donné (attention à l’hygiène).

jeter son matelas usagé

Benne écomobilier à la déchetterie de Déols dans l’Indre.

 

Les différents moyens de jeter son matelas usagé :

 

1/ Le déposer à la déchèterie municipale :

Chaque ville ou communauté urbaine en possède une. Comme nous le disions ci-dessus de plus en plus, elles ont une benne dédiée au mobilier. Elle assurent un taux de recyclage plus important que dans les déchèteries qui n’en sont pas encore équipées.

2/ Le faire enlever par les livreurs du matelas neuf :

Les vendeurs de matelas peuvent généralement vous débarrasser de l’ancien lors de la livraison de votre nouvelle literie. Généralement, vous ferons payer un supplément.

3/ Faire débarrasser le matelas par une association :

Dans certaines régions, des associations caritatives viennent récupérer les literies. Ce qui évite de jeter son matelas usagé. Plus précisément, je pense à Emmaüs ou au Secours Populaire par exemple. Appelez votre antenne locale, pour savoir si ils proposent ce service.

4/ Faites appel aux montres :

Non, il ne s’agit d’un héro de nos cauchemars. Généralement, les municipalités organisent plusieurs fois par an un ramassage des objets encombrants. Pour cela le mieux est d’appeler votre mairie pour savoir comment cela fonctionne.

Jeter son matelas ou le recycler dans l’art contemporain ?

Pour terminer sur une note plus légère et souriante, voici quelques photos du Palais de Tokyo à Paris. Elles nous ont été envoyées par un ami et fidèle lecteur du blog comment mieux dormir. Le palais de Tokyo est un haut lieu de l’art contemporain à Paris. Il se situe à quelques pas du Trocadéro. Sincèrement, je ne sais pas qui est l’artiste, et si il s’agit de upcycling, mais j’aime particulièrement son travail. Au lieu de jeter son matelas usagé,  voilàpeut-être une autre manière de redonner une seconde vie à sa literie.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Le portefolio des photos de l’exposition du Palais de Tokyo :

jeter son matelas usagé

Matelas exposé au Palais de Tokyo à Paris.

 

 

Attitude citoyenne

7 gestes à faire pour réduire notre consommation de plastique

28/07/2019
Réduire le plastique

Bon nombre de nos déchets plastiques polluent les océans.

 

Le plastique n’est plus aussi fantastique

Depuis quelques mois, il est particulièrement difficile de ne pas tomber régulièrement sur un article ou un reportage sur la pollution due aux plastiques. Notamment sur l’impact que cela occasionne sur nos mers et nos océans. Sans compter que bien souvent la durée de vie des produits qu’ils composent, à l’instar des bâtonnets pour oreilles, est extrêmement courte. Bonjour, l’impact écologique. C’est pourquoi, sur comment mieux dormir, nous avons voulu lister des gestes simples à appliquer au quotidien.

On ne peut plus ignorer qu’il faut réduire le plastique

A cela s’ajoute, des données médicales qui affirment que les bouteilles transmettent des particules de plastique à l’eau. Et par conséquent, nous ingurgitons à notre insu du plastique. Et cela ne se vérifie malheureusement pas qu’avec l’eau. Il s’agit du pareil au même pour les boite en plastique que nous utilisons pour mettre nos aliments au frais. Selon un rapport commandé par le WWF à l’université Australienne de Newcastle, un humain ingérerait jusqu’à 5 grammes de plastique par semaine. Plus concrètement cela représente le poids d’une carte de crédit. Imaginez, chaque semaine nous mangeons notre carte bleue.

7 conseils pratiques pour réduire le plastique dans notre vie quotidienne :

 

1/ Passer à l’eau du robinet et aux bouteilles en verre

Certes nous trouverons des exceptions ou la qualité de l’eau du robinet n’est pas là. Mais extrêmement souvent, c’est heureusement le cas. Effectivement, nous ne pouvons que conseiller de passer à la bouteille en verre pour ceux qui mettent l’eau au frais. Ainsi, on peut adopter la gourde en inox pour gérer l’eau au travail.

2/ Bannir les boites en plastique

Le conseil dit de bannir les boites en plastique et les films alimentaires. La chaleur et le froid amplifient les méfaits. C’est à dire qu’il faut utiliser des récipients en verre ou en inox. Pour couvrir les aliments le mieux consiste à utiliser un torchon propre.

3/ Ne plus utiliser de spatules en plastique

Les spatules, louches ou autres moules en plastique ont fait leur apparition dans nos cuisines. Au contact de la chaleur, la toxicité de la matière est accrue. C’est pourquoi, il est important de revenir au métal, et idéalement à l’inox.

4/ Employer des sacs réutilisables

Ce point semble désormais encré dans nos vies. Mais je pense bon de le rappeler tout de même. Pour faire nos courses ou transporter des choses mieux vaut utiliser des sacs à usages multiples. De plus que maintenant certains sont très beaux.

5/ Privilégier la vraie vaisselle

Au travail par exemple, les gobelets jetables font légion. Alors, une tasse, un verre ou bien encore une assiette classiques et réutilisables représentent une vraie économie. J’entends par là aussi bien financière qu’écologique.

6/ Au restaurant manger sur place, évitez la livraison et les plats à emporter

Effectivement, en mangeant sur place les vrais restaurants emploient de la vaisselle réutilisable. A contrario, nous générons une quantité impressionnante de boites, gobelets et autres emballages et sur emballages.

7/ Refuser les pailles

Systématiquement quand on commande une eau gazeuse ou un soda dans un bar, il y a une paille. Premièrement, la plupart d’entre nous ne l’utilisent même pas. Deuxièmement, que dit de nous adultes, ce comportement qui consiste a toujours boire avec une baille. Une nostalgie de notre enfance peut-être ?

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

Comment rendre la transition énergétique accessible à tous ?

14/07/2019
Voiture électrique

Une Twingo Transition One à Paris et au Château de Valençay

 

Comment assurer la transition énergétique.

Je voulais souligner une excellente initiative en matière de voiture électrique made in région Centre. En fait, une initiative qui risque de rendre accessible au plus grand nombre la transition énergétique. Alors, que nous sortons à peine de la contestation des gilets jaune due initialement à l’augmentation des prix du carburant. Effectivement, je comprends parfaitement que l’augmentation soudaine du pétrole impacte immédiat sur le pouvoir d’achat de nombre de ménages français. D’autant, que la conjoncture internationale qui explique cette flambée du cour du pétrole, risque de se prolonger. Ceci dit le problème de fond, n’est-il pas un problème de dépendance au pétrole et de transition de notre mobilité. Toujours est-il qu’à une époque où les solutions applicables et abordables à tous n’existent pas encore, je trouve l’idée de Transition one particulièrement intéressante.

La voiture électrique pour tous ?

Personnellement, en attendant l’évolution de notre mobilité, je ne crois pas au tout électrique. Car, je ne crois surtout pas à la possibilité de remplacer le pétrole, énergie unique et peu chère (quoique cela change LOL) par une énergie unique. Aymeric Libeau, quand à lui défend l’idée qu’il faut des solutions de transition énergétique afin d’amortir le choc. Avec Transition One, il a créé une solution pour convertir votre voiture de manière très simple. Pour aller plus loin, cette startup se base sur une distance quotidienne parcourue de 100 km. Ce qui intègre bon nombre de gens qui se rendent au travail. Le principe est de contenir dans l’espace du moteur d’une voiture classique le dispositif électrique. A terme pour environ 5000€, vous pourrez passer à l’énergie électrique. Reconnaissez qu’un tel budget, ça change le problème et permet un accès au plus grand nombre.

Une twingo électrique avec 100 km d’autonomie.

Plus la voiture est petite plus l’autonomie sera évidente. D’où, l’intérêt de prendre des voitures du gabarit d’une Twingo pour trouver le compromis idéal (mais également, Peugeot 107, Fiat 500, Wolgswagen Polo,…). A termes des solutions existeront pour les gabarit situées dessus (Renault Clio, Peugeot 207,…). En fait, plutôt que de refuser le changer, qui est inéluctable, le mieux est de trouver la solution de transition énergétique. Car on peut penser que c’est la mobilité toute entière qui va être modifiée. Le tout voiture est probablement derrière nous.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

Quand les oreillers bio valorisent l’agriculture biologique

15/10/2018
Les oreillers bio créés par les coproduits agricoles

L’agriculture permet l’alimentation et la fabrication d’oreillers bio.
Photo de David Becker

 

L’agriculture bio sert à nourrir

La vocation principale de l’agriculture consiste à nourrir les humains et les animaux. En fait, une discussion récente autour d’un verre m’a donné l’idée de cet article sur comment mieux dormir. Effectivement, mon interlocuteur avait entendu parler d’un oreiller bio en épeautre. Il me disait qu’il était dommage d’utiliser dans la literie des produits qui auraient pu permettre de nourrir des gens. Et ce, à plus forte raison, dans un monde où tout ce monde ne mange pas à sa faim. Voilà une remarque excellente et un grand principe du monde du bio. Par exemple la literie, utilise les parties de la plante qui ne peuvent pas être mangées, pour fabriquer des oreillers bio. Effectivement, l’idée consiste à laisser la graine, comme celle d’épeautre, pour faire du pain. Et de la balle, qu’on jète, permet de faire des garnissages d’oreillers et ainsi donner un revenu complémentaire à l’agriculteur.

Valoriser les coproduits de l’agriculture bio.

En fait, il s’agit d’un véritable objectif de développement durable. Car, la démarche consiste à utiliser le maximum de la plante. Premièrement, cela a une vocation économique et sociale. Notamment en augmentant le revenu de l’agriculteur. Ensuite, cela permet de limiter l’impact environnemental et écologique. Puisqu’avec la même utilisation de la nature, on obtient plus de matière première. Mais aussi, on limite la production de déchets. Plus particulièrement, pour notre oreiller bio, la graine de millet ou d’épeautre sera mangée et la balle qui enveloppe la graine garnit notre oreiller bio. En fait, on valorise ce que l’on appelle un coproduit. C’est-à-dire, qu’il est créé au cours du même processus de fabrication que le produit principal (graine pour faire du pain) et le coproduit (balle pour faire un oreiller bio). Selon les définitions, le but est principalement la valorisation économique.

L’oreiller bio ne doit jamais utiliser de produits que l’on peut manger

J’insiste que la literie n’enlève le pain de la bouche de personne. Je sais, le jeu de mots est tiré par les cheveux. Mais cette pensée m’est venue en parlant de l’épeautre. Vous voyez le cheminement de ma pensée, ancien blé, farine, pain d’épeautre. Ceci dit, j’insiste particulièrement sur l’objectif nutritif de l’agriculture et plus particulièrement de l’agriculture bio. L’idée est de nourrir un maximum des gens. Mais également, qu’ils mangent sain. Car notre monde est très dichotomique. Avec d’une part, ceux qui souffrent de la faim et d’autre part, ceux qui souffrent de malbouffe.

Le confort de ces oreillers bio

Quels sont les coproduits de plantes utilisés dans la literie et l’oreiller bio. Finalement, ils sont nombreux et il est impossible d’en faire une liste exhaustive. Plus précisément, certains fabricants français d’oreillers bio appliquent une démarche développement durable complète. Par exemple, c’est le cas de Mille Oreillers. Tout d’abord, ils ont sélectionné des anciennes variétés de blés français. Je pense à l’épeautre bio. Un temps oublié, il a été relancé pour ses valeurs nutritives. Puis l’oreiller en épeautre maintient les cervicales du dormeur, tout en étant stable, avec une certaine souplesse. Enfin, le Sarrasin offre un soutien encore plus stable du fait de sa densité. Par ailleurs, pour fabriquer l’oreiller en millet, on sélectionne la coque. Les amateurs de l’oreiller millet aiment sa douceur, sa stabilité, mais aussi le glissement silencieux des balles. Personnellement, j’apprécie les odeurs dégagées, pour une fois que l’on ne sent pas le plastique.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

La méditation à l’école, ça marche !

17/09/2018
A l'école primaire, se démocratise la méditation

La méditation de pleine conscience devient une discipline scolaire.

 

Pourquoi cette méthode de méditation ?

Plus précisément, il s’agit de la méditation de pleine conscience, activité cérébrale et psychique très tendance, qui peu à peu s instaure à l’école. Cette méthode permet de réussir à se concentrer et rester attentif. Telle une action commune qui tend désormais, à appartenir à l’hygiène de vie comme bien dormir par exemple. On commence à appliquer cette technique parce qu’on a noté que de plus en plus souvent, l’enfant manque d’attention et de concentration. Aussi, il ne parvient pas à résoudre des problèmes simples tout seul, ces problèmes de société sont très actuels. Cette méthode de méditation rend à nouveau possible l’insurmontable aptitude à être disponible psychiquement à un moment donné. D’autant qu’une fois à la maison, l’enfant peut recourir lui-même à la méthode et méditer pour mieux se concentrer. Parents ! Comme je le dis souvent à travers ce blog, ne baissez pas les bras. Par expérience, je puis vous en assurer, les enfants l’ont essayée et adoptée. Ça marche très bien ! De plus, votre enfant dort mieux.

Comment se pratique cette méditation ?

Pour exemple, l’école Saint-Charles à Charly a lancé l’expérimentation avec des élèves de 8  à 10 ans. A raison de 45 minutes par semaine, on les a initiés à la méditation de pleine conscience.
Déborah d’Hostingue, psychologue et membre de l’association Enfance et attention, entraîne les jeunes à la pratique de l’attention consciente. Elle part du principe que la concentration se cultive, tout comme l’art de bien respirer qui vont de pair. Au moment où la respiration prend le dessus, au calme, les enfants réalisent que ce qu’ils pensent est présentement là. Ils ont leurs pensées en leur propre possession, sinon c’est la fuite et la fusion toute la journée. Et au fil des séances, ils apprennent à écouter leur corps, leurs sensations par exemple et partent plus loin dans leur réflexion personnelle. Côté matériel, une tenue décontractée et un tapis ou coussin de méditation suffisent.

Les résultats à ce jour.

Il en résulte que les classes concernées sont aujourd’hui plus calmes. Peu importe que certains n’aient pas été réceptifs à ces périodes d’initiation-là. Ce qui compte, c’est ce qu’ils en feront. Eh oui ! environ 75% des parents annoncent que leurs enfants ont développé de nouvelles aptitudes et  connaissances. Quant aux enseignants, environ 9 sur 10 parlent d’une nette amélioration du travail de groupe.

Grâce à la méditation, l’enfant a moins de stress et plus de concentration

Le climat est bon. L’enfant se sent mieux grâce à cette nouvelle discipline dans son planning. La pratique leur permet de mémoriser plus aisément, de lier leurs pensées à l’instant présent afin de s’approprier ces moments. Ceci nécessite donc d’aller puiser dans ses compétences intérieures, dont tout enfant est doté. D’autant que les exercices de respiration peuvent être effectués à la maison, pour retrouver les bienfaits de la méditation pendant quelques minutes. Cette pratique est naturelle, chacun peut l’utiliser au quotidien, en cherchant à faire le vide et non à réfléchir. En plus d’une bonne literie, je vous conseille la méthode « Tout est juste là » de Jeanne Siaud Sacchin ou encore de consulter le site de l’association Enfance et Attention.

Sources : « Calme et attentif comme une Grenouille » de Eline Snel et Famille et Education

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

Et si l’on réduisait encore plus nos déchets !

17/05/2018
La réduction de nos déchets est tendance en terme d'éco-responsabilité..

La tendance est au Zéro déchet.  Photo de Jakub Jacobsky

 

En réapprenant à consommer correctement, nous pourrions participer activement au développement durable.

 

Acheter et consommer va avec le vivre ensemble.

Nous savons bien qu’il faut trier ses déchets selon leur nature, dans les bacs à recyclables pour les secs, les sacs recyclables allant en bacs ou au compost pour les humides. Certains vont recycler au maximum les emballages pour les réutiliser lors d’envois de colis ou en contenants pour d’autres recyclables ou bien encore retirer des épluchures tous leurs bénéfices avant de finir au compost, comme par exemple se faire un masque avec la peau d’avocat ou encore cirer les chaussures avec la peau de banane retournée. Nous en avons déjà parlé dans notre blog au sujet de l’utilisation des épluchures. Or pourrions-nous imaginer que le «zéro déchet » soit possible ? presque selon Bea Johnson, écrivaine du fameux best seller « Zéro déchet » et à l’effigie du  mouvement international Zero waste. Cette éco-citoyenne convaincue raisonne en terme d’économie et de confort minimaliste dans son foyer, laquelle est critiquée pour la comparaison faite avec sa vie dans « la petite maison dans la prairie».

Réduire ses déchets à néant, une utopie ?

Les tas de poubelles que nous pouvons constater tant dans nos rues qu’à la télévision, font que ces ordures ne peuvent que nous inciter à faire de notre mieux pour mieux consommer ou pour les réduire, en tous cas. Les ressources de notre planète s’épuisent alors qu’il en faut pour produire et continuer de consommer. Voici quelques chiffres qui devraient nous parler : un français génère environ 277 kg d’ordures ménagères par an. S’il on ajoute ceux des industriels tous confondus, il s’agit de 345 millions de tonnes, soit finalement 5 tonnes de déchets par personne. Nous dramatisons quant à cette remise en question puisque c’est un sujet sensible et grave pour notre génération mais aussi pour celles à venir. Difficile de fermer l’œil.

Le tri est une démarche personnelle.

D’après une étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, pour certains, faire un tri soigné est naturel alors que pour d’autres, il est perçu comme une corvée. Un guide «Famille presque zéro déchet Ze guide » de Bénédicte Moret et Jérémie Pichon nous apporte ses idées éclairées, pour aider les foyers à comprendre ce qui ne va pas, les informer et visant à réviser leurs comportements au quotidien.

Un coût des ordures ménagères en augmentation.

Si nos poubelles nous coûtent, c’est tout simplement pour nous inciter à les réduire et à bien les trier, ce que l’on jette peut resservir à quelqu’un dans le besoin, il faut alors penser aux recycleries et magasins de revente dits « en vrac ». pour en savoir plus, je vous propose de consulter les sites suivants : famillezerodechet.com , zerowastehome.com/#fr de Bea Johnson ou encore zerodechet-france.com

Les conseils de notre blog en matière de consommer mieux :

Je vous apporte quelques conseils et idées pour vous aider à réduire vos déchets :

  • Pour ce qui est de l’alimentation :

Utilisez des boîtes hermétiques, bocaux pour conserver
Prenez des sacs de tissus pour aller faire vos commissions
Achetez vos produits au niveau local et en vrac pour éviter les emballages inutiles ou bien dans des contenants réutilisables.

  • En terme d’hygiène et beauté :

Misez sur des contenants réutilisables, comme les flacons ou bidons
Pensez aux produits d’entretien non toxiques tels que le bicarbonate de soude, le vinaigre blanc
Remplacez les essuie-tout par des éponges naturelles et les mouchoirs en papier par des tissus lavables.

  • Pour vos enfants, des jouets de seconde main ou durables :

Pensez aux vaisselles à laver et réutilisables, des gourdes pour vos pique-niques, quatre-heures ou anniversaires.

Ma liste n’est pas exhaustive, d’autres conseils peuvent vous permettre de réduire encore plus vos déchets et d’effectuer des économies faramineuses, que vous pourriez utiliser pour partir en vacances, par exemple ou encore vous offrir une nouvelle literie pour mieux dormir. 😉  Je vous invite à vous informer sur le site ademe.fr

Sources : Tribune Santé et Youtube

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

La maison passive pas si passive

10/05/2018
Maison passive rime avec écologie et économie

La maison passive respecte l’Homme et la Nature

 

Et si la maison passive n’était pas une utopie et nous permette de vivre de façon écologique tout en économisant de l’énergie et de l’argent.

 

Une maison passive, qu’est-ce donc ?

C’est une maison qui permet de concilier écologie, bien-être et économie, tel un élément de développement durable. Cet habitat possède aux isolations renforcées dont l’isolant est posé à l’extérieur et dont l’épaisseur varie selon la région de votre sweet home, donc plus épais au Nord qu’au Sud. Aussi, elle est étanche à l’air, c’est-à-dire qu’il n’y a quasiment pas d’infiltrations d’où un gain en confort. En été, pour éviter d’avoir trop chaud, on installe sur les fenêtres des brise-soleil orientables comme des stores plus technologiquement pensés. Enfin, les baies vitrées sont installées plein Sud pour un apport solaire dit passif, qui va permettre de chauffer naturellement l’ensemble de l’habitat. D’où une économie considérable en énergie. Au revoir pompes à chaleur, chaudières et les coûts inhérents à leur entretien respectif et à la prévision budgétaire douloureuse de leur renouvellement.

Elle repose sur la conception bioclimatique.

La construction d’une maison passive repose sur le principe du climat, de l’isolation et de l’étanchéité ainsi que sur une ventilation mécanique contrôlée, plus connue sous l’acronyme de VMC. Elle est complétée dans les régions plus chaudes de France par un puits canadien ou puits provençal pour utiliser l’énergie du sol, envoyant alors cet air naturel préchauffé en hiver grâce à un système de canalisations ou autres tuyaux enfouis à environ 1,50 mètre de profondeur. A savoir qu’en hiver, le sol à cette profondeur est plus chaud que la te mpérature extérieure, l’air préchauffe durant son passage dans les tuyaux avant d’être expulsé dans la maison. Ce type d’énergie s’effectue naturellement alors par échange thermique des tubes d’air enterrés dans le sol. A l’inverse, en été, le sol est plus frais que la température extérieure alors il est appelé puits provençal, en utilisant la fraîcheur du sol pour tempérer l’air du logement. Ce système est plus sain qu’un système de climatisation et presque aussi efficace.

Rénover passif est-ce possible ?

Les travaux de rénovation sont très lourds et coûteux à ce jour, mais c’est possible. D’abord, il y a à faire établir le diagnostic technique de votre habitation et de son environnement parce que les deux sont interdépendants. Ensuite, la majorité des surfaces vitrées doit être orientée au Sud pour optimiser en apport solaire dit passif tant pour profiter de la chaleur que de la luminosité. Aussi et a contrario, il faut penser à vous munir de protections solaires pour éviter la surchauffe estivale. Quelle que soit la saison, afin de limiter toute déperdition d’air chaud ou frais, il vous faut une maison fortement étanche et non mitoyenne à une autre, car c’est encore plus compliqué de faire coïncider les systèmes à mettre en place et pire si l’entente avec le voisinage est peu cordiale. Donc, une rénovation est possible comme je le disais mais ne s’improvise pas.

Le calcul financier est à faire.

De manière générale, l’investissement initial sera plus coûteux pour économiser au quotidien. En quelques sortes, il s’agit de choisir entre payer moins au départ, mais plus au quotidien, notamment en consommables, ou au contraire payer plus à l’achat et moins chaque jour. Le choix n’est pas si simple qu’il n’y paraît. En effet, les économies réalisées ne suffisent pas, il faut trouver l’équilibre avec le coût investi. Aussi, certains ont trouvé des solutions tel que miser sur le poêle à bois moins cher que le fioul. D’autres solutions existent pour vivre plus sainement et économiser, notre blog commentmieuxdormir vous invite à vous renseigner auprès d’Effinergie par exemple. A ce jour, 2000 bâtiments labellisés PassivHaus ont été construits sur le sol français.

Il est rassurant de constater que la notion de développement durable s’applique, ici en terme de bien vivre avec la Nature tout en pensant aux générations de demain et que des solutions simples et saines sont possibles tout en effectuant des économies.

Source Association La Maison Passive.

Schéma maison Passive

Source PassivHaus

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

Nos épluchures sont une mine d’or !

12/04/2018
l'art de réutiliser les épluchures

Que faire des épluchures de légumes et de fruits ?

 

Découvrez des idées malines pour recycler les épluchures de fruits et légumes.

 

79 kg de déchets alimentaires par personne et par an.

Dans un foyer français, nous mettons à la poubelle environ 5,2 millions de tonnes de déchets alimentaires. Ce qui représente en moyenne 79 kg par personne et par an. Ces chiffres ne tiennent pas compte des déchets générés par la distribution et la restauration). Si l’on additionne le tout, cela porte le chiffre à 9 millions de tonnes, selon le site zero-gachis.com (soit environ 137 kg par personne). Alors quand Sandrine est arrivée au bureau avec le livre de Marie Cochard « Les épluchures, tout ce que vous pouvez en faire », elle a rencontré un franc succès au bureau et cela a fini par un article sur notre blog. Si Sandrine a tout de suite percuté sur la peau de banane retournée pour faire briller ses chaussures, j’ai quant à moi flashé sur les ships de patates. Alors faisons un tour d’horizon des initiatives que l’on a bien aimé à la rédaction.

4 idées originales pour recycler ses épluchures bio :

Il va de soi que j’ai marqué épluchures bio, car si les fruits et les légumes sont issus de l’agriculture biologique, le résultat n’en sera que plus sain. Vous ne me ferez pas manger des pluches gavées de pesticides, et je pense que l’on est tous d’accord que les pesticides sur la peau, ce n’est pas plus jouissif.

  1. Les manger : perso j’ai un coup de cœur pour les épluchures de pommes de terre frites (une tige de persil jetée dans l’huile de friture). J’ai testé et ça fait son effet auprès des amis avec une bonne bouteille de vin nature (sans soufre). Mais encore plus malin, la peau de banane placée dans une cocotte attendrira la viande, alors que les queues de fraises pourront être recyclées en une succulente gelée.
  2. En faire un produit de beauté : même si l’image des épluchures d’avocat pour démaquiller ou de peau de banane pour lutter contre les rides, peut faire rire, en tout cas cela fonctionne. Mais cela me semble, au combien, plus sympa que ces produits communément utilisés et qui contiennent des substances dangereuses et régulièrement issues d’animaux.
  3. Pour cultiver son jardin écologique : passé le remplacement du paillage des massifs par des coquilles d’huîtres pilées et l’utilisation de coquilles d’œufs comme pots à semis, j’ai préféré celles que l’on replante. Je ne citerai que le que le bulbe de fenouil qui remis dans l’eau repartira pour une nouvelle vie. Sans compter que de nombreux légumes, comme les restes d’épinards par exemple sont d’excellents engrais.
  4. Pour se soigner : je passe toutes les infusions possibles, comme celle d’écorces de citron qui favorise le sommeil, pour vous parler directement au jus de fanes de carottes pour lutter contre la fatigue. On peut également fabriquer soi-même une bouillotte ou un oreiller avec des noyaux de cerises.

 

Un livre sur les épluchures

Le livre sur les Épluchures de Marie Cochard.

Pour conclure, j’insisterai sur deux points, tout d’abord privilégiez les fruits et légumes bio et ensuite courez chez votre libraire ou à la bibliothèque préférée pour vous procurer ce livre plein d’idées malines qui changeront peut-être votre manière de consommer.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

Manquons-nous d’empathie ?

25/01/2018
L'être humain est empathique par nature.

L’empathie ou l’aptitude à se mettre à la place de l’autre.

 

Etre empathique est à la portée de tous, mais nous y sommes sensibles peu ou prou. Preuve de bienveillance, elle a pour effet une meilleure compréhension de l’autre.

 

Parlons un peu de psychologie.

Depuis notre naissance, sachez que nous en sommes tous dotés naturellement de cette fameuse empathie, vous savez ce truc qui consiste à se mettre à la place de l’autre pour mieux le comprendre et le soutenir. Ensuite, en grandissant, nous développons cette aptitude émotionnelle envers l’autre ou pas.

L’éducation y est pour quelque chose.

Nos parents n’ont peut-être pas forcément démontré des comportements en ce sens et nous n’y sommes pas forcément déterminés même si certains d’entre nous y sont plus facilement disposés et particulièrement, ceux qui ont pu et su évoluer dans un contexte familial « aimant », d’après Jacques Lecomte, Docteur en psychologie.

Comprendre ainsi le comportement des autres.

Il est plus facile d’appréhender et de renverser une situation désagréable générée par quelqu’un si nous cherchons à réfléchir aux raisons de ses actions, comme si nous voulions nous positionner pour nous mettre partiellement à sa place afin d’apporter au moins un début de solution. Apaiser les maux. De par nos propres expériences douloureuses, nous avons plus ou moins souffert, été en colère pendant un temps. Cette force nous permet ultérieurement, avec du recul, de mieux capter ce que l’autre peut ressentir puisque nous l’avons vécu, probablement sous une autre forme, mais nous avons bien traversé des phases communes.

La fin des conflits.

Il est préconisé en cas de litige de s’efforcer à questionner l’autre par de simples interrogations du type « que voulais-tu dire ? ». En effet, l’interprétation que nous pouvons avoir en premier lieu peut être complètement différente de la signification des mots et des actes de notre interlocuteur. Il est donc plus simple de prendre du recul et ne pas traiter de façon brute l’information qui nous parvient.

L’action est positive et bienveillante.

Même si nous ne sommes pas en mesure d’accepter, nous pouvons au moins utiliser l’outil empathie pour comprendre. Il ne s’agit pas de faire éponge, attention à ne pas transférer le mal-être sur soi car il n’est pas le nôtre et cela ne rendrait finalement service à personne. Il est question d’apaisement et de soulagement avec rationalité et altruisme. Je vous conseille donc d’écouter activement l’autre, c’est devenu très important dans notre ère où nous sommes dépassés par l’excès de communication passive et son manque de justifications.

Parlons peu mais bien.

Source : La bonté humaine, Jacques Lecomte.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne

Qu’est ce que la pédagogie Montessori ?

11/01/2018
Maria Montessori

Qu’est-ce que l’éducation Montessori

 

Tendance ou véritable évolution de notre éducation, la pédagogie de Maria Montessori fait de plus en plus d’adeptes. Prenons le temps de la définir pour mieux comprendre ce que c’est.

 

Connaissons-nous bien la pédagogie Montessori ?

Cette méthode pédagogique alternative et tendance nourrit beaucoup de propos, mais pour beaucoup d’entre nous, difficile de savoir très concrètement la pédagogie Montessori. En quoi consiste-t’elle ? Quels sont les risques d’abus ?

Pédagogie Montessori – définition.

Maria Montessori, médecin italienne devenue pédagogue, a créé en 1907 une méthode d’éducation alternative basée sur l’éducation sensorielle et kinesthésique de l’enfant. Souvent considérée aujourd’hui comme une méthode élitiste, effectivement ces écoles restent chères, elle est née de l’étude d’enfants de milieux sociaux et culturels très défavorisés et en difficultés d’apprentissage. Selon Maria Montessori « L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir. » L’idée est de favoriser la confiance en soi, l’autonomie, tout en permettant à l’enfant d’évoluer à son propre rythme et en toute liberté.

Montessori pour tous.

Alors si je comprends bien le principe, l’objectif de cette pédagogie est de découvrir les lois du développement naturel de l’enfant. L’idée est de comprendre la spécificité de l’enfant et d’adapter l’enseignement à son besoin et non d’appliquer une méthode d’enseignement unique correspondant à la moyenne des enfants. Dans une école Montessori, l’enfant expérimente par lui-même en se trompant, en recommençant. Il fabrique, découpe, goûte, peint En fait, il fait davantage qu’il n’apprend à faire. Contrairement à se que l(on pourrait penser par manque d’information, ils ne s’agit pas de les laisser faire tout ce qu’ils veulent. Respecter ses sensation et son développement, n’exclu pas des règles strictes. L’enfant choisi ses activités, et il doit ranger le matériel utilisé. Il y a beaucoup de travail sur le comportement.

Plus de 20 000 écoles Montessori dans le monde.

Les écoles dites Montessori et régies par l’association « Écoles Montessori France », sont loin d’être anecdotiques. Il s’en cré de nombreuses chaque année en France. Encore coûteuses car il s’agit généralement d’établissements privés hors contrat qui ne sont pas de subventionnés. Les choses commencent à changer. Selon le Huffington Post, de plus en plus d’enseignants du premier degré tentent de mettre en place à leur échelle des ateliers Montessori dans leurs classes.

Jouets Montessori et matelas Montessori.

Force est de reconnaître que Montessori fait vendre. Mais rappelons qu’il ne s’agit pas d’une marque déposée. On pourrait considérer qu’il s’agit d’un « label » non réglementé. Comme vous savez sur Comment mieux dormir on considère label, quelque chose qui répond à des règles précises. N’importe qui peut donc apposer l’appellation « Montessori » sur un produit à vendre. Alors gardez toujours votre esprit critique avant d’acheter. Précisons qu’il existe cependant bien un agrément donné par l’AMI (l’Association Montessori Internationale), que l’on trouve sur certains jouets.

Le Topponcino.

Inspiré de la pédagogie inventée par Maria Montessori, le topponcino est un matelas transitionnel, à mi chemin entre le matelas bébé et le doudou. Sa forme ovoïde symbolise la limite du ventre de la mère et donc rassurera bébé en toute situation. Positionne entre le matelas et l’enfant, il restera sous lui quand un de ses parents le prendra dans ses bras, le positionnera sur la table à langer ou dans la poussette par exemple. Le topponcino n’a pas été inventé par Maria Montessori, mais il est librement basé sur sa pédagogie.

 

Photo de Maria Montessori

Maria Montessori

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Attitude citoyenne