Archive

Articles taggués ‘recycler’

Que faire de mon ancienne literie ?

24/08/2009

Votre matelas a dix ans, quinze ans, peut-être beaucoup plus. Si vous ne savez plus, c’est qu’il est vraiment temps d’en changer. Je sais, après toutes ces années vous vous y êtes attachés, mais il va falloir être courageux, le mal de dos qui ponctue chacun de vos réveil, est le signal du changement. Mais comment s’en débarrasser ?

La déchetterie ou le centre de tri :
Les déposer ou les faire déposer dans la déchetterie de son lieu d’habitation. Il s’agit de la solution la plus classique et la plus efficace. C’est également la méthode qui laisse le plus d’espoir de recyclage. Ceci dit, il n’est quasiment pas pratiqué. Tout d’abord, car le tri n’est pas suffisamment sélectif. Les matelas sont trop souvent expédiés avec les plastiques sans aucune distinction des matelas ressorts, latex ou autres mousses. Il reste donc du travail à faire.

Recyc-matelas :
Recyc-matelas est une entreprise québécoise qui a pour créneau le recyclage des matelas et sommiers usagés. Cette initiative est à soutenir car jusqu’à  présent il n’existait pour ainsi dire pas de politique de gestion écologique de ces matières. Pour quelques dollars les québécois peuvent éviter l’enfouissement des matelas encore principalement pratiqué en France. Grâce à Recyc-matelas la totalité des composantes des matelas et sommiers peut être récupérée (ressorts métalliques, mousses, bois, tissus,…). On ne peut que déplorer qu’un tel service ne soit pas encore disponible en France.  

Le jeter dans la nature :
Cette solution vous surprend probablement, du moins je l’espère. Trop longtemps pratiquée, les gens n’hésitaient pas à déposer vieux matelas et autres détritus dans des décharges sauvages.  A prime abord, ces agissements nous font bondir, mais il ne faut surtout pas oublier qu’il n’est encore pas rare de trouver aux abords des routes des emballages de fast food, des sacs de supermarchés ou autres canettes de boisson. L’apparition du biodégradable ne doit être un prétexte à la déresponsabilisation.

Le donner à la famille :
Le don à la famille ou aux amis, est très pratiqué. I ne faut surtout pas oublier qu’un matelas est un objet très intime ; Quand il est usé, même s’il parait propre, l’int »rieur recèle plein de secrets. Alors attention de ne pas faire un cadeau empoisonné qui pourrait surtout faire le bonheur des dermatos. Le don est donc à proscrire.

Le revendre :
Il n’y a pas de marché de l’occasion, pour les raisons évoquées dans le paragraphe précédent. Il existe des matelas neufs à bas prix, qui faute d’être d’une qualité extraordinaire garantissent une hygiène parfaite. Le matelas d’occasion quand à loi ne garanti ni le confort, ni l’hygiène.

Literie , , ,