Archive

Archives pour la catégorie ‘Autour du lit’

Christophe Gervais : le sommeil et la préparation du sportif

15/04/2019
Christophe Gervais

Christophe Gervais, journaliste et sportif

 

Se préparer pour la verticale de la Tour Eiffel

Dans le série, il faut être bien dans sa peau pour bien dormir, j’ai eu envie d’interroger Christophe Gervais. Car, il vient de faire la verticale de la Tour Eiffel et le marathon de Paris. Christophe est de ces sportifs qui courent pour le bien-être et pour le dépassement de soi. Son objectif était tout simplement de franchir un niveau dans sa passion. En fait, Christophe est journaliste à la Nouvelle République de l’Indre et il est passionné de course à pieds depuis l’âge de 16 ans. Pour l’avoir croisé de nombreuses fois ces dernières années (non pas en courant 😀), j’ai eu envie de lui faire parler de la préparation et du dépassement de soi. Un exercice auquel, il s’est livré avec beaucoup d’enthousiasme.

Les clés de la préparation sportive de Christophe Gervais

La verticale de la Tour Eiffel existe depuis 5 ans. Pour arriver au bout de ce challenge, il faut gravir rien que 1665 marches. Cela représente pour Christophe Gervais 3 mois de préparation physique et mentale. Il a notamment arpenté les escaliers du vieux Châteauroux et de la tour saint Cyran. Soit un total de 42640 marches gravies pendant sa période d’entrainement. De plus, je tiens à souligner que la performance réalisée par Christophe nécessite certes une préparation, mais aussi un suivi médical. Il a d’ailleurs commencé sa préparation sportive par un examen cardiaque approfondi dans un centre spécialisé de Limoges.

Le sommeil du sportif

Évidemment, vous me connaissez, je n’ai pas pu m’empêcher de lui parler de sommeil, de récupération et de gestion de l’effort. Ceci dit, il faut reconnaître que bien dormir permet de bien courir. Effectivement, Christophe Gervais a bien géré son sommeil en suivant ses besoins naturels, en allant au lit dès les premiers bâillements. Mais, je ne m’étalerai pas plus longtemps sur le sujet. Car le mieux reste de regarder la vidéo de l’interview de Christophe.

L’intégralité de l’interview de Christophe Gervais


Entretien réalisé pour Comment mieux dormir, le 26 mars 2019 dans nos locaux à Châteauroux. Merci Christophe ! Finalement, lors de l’épreuve, le 13 mars 2019, il a monté les 1665 marches de la Tour Eiffel en 16 minutes et 53 secondes. Bravo Christophe !

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Fin du changement d’heure, les français préfèrent l’heure d’été

11/03/2019
Fin du chagement d'heure

Fin de la consultation sur la fin du changement d’heure

 

Le plaisir de l’apéro privilégié à la qualité du sommeil ?

Comme vous en avez certainement entendu parlé, la consultation française sur la fin du changement d’heure vient de se terminer. Et visiblement, l’heure d’été a la préférence des Français. Si les choses en restent là, nous conserverons toute l’année l’heure d’été. En fait, à prime abord, on se dit que c’est une bonne nouvelle. Car cela laisse plus de temps pour être dehors en fin de journée. Nous avons tous en tête le plaisir du rosé bien frais au bord du barbecue (perso je déteste le rosé pamplemousse). Mais si on réfléchit un peu, la nouvelle ne semble pas si bonne. Car l’heure d’été représente un décalage de deux heures sur l’heure solaire. Quand on sait que pour bien dormir, il faut être calé sur le cycle naturel de la lumière, nous pouvons nourrir quelques inquiétudes.

Fin du changement d’heure : quel choix faire pour le sommeil ?

Le respect du rythme circadien (rythme biologique d’une durée de 24 heures, incluant le cycle de la lumière) est essentiel pour avoir un bon sommeil et pour mieux s’endormir. Effectivement, la baisse de luminosité en fin de journée, permet de préparer l’organisme au sommeil. J’insiste sur le fait que la gestion de la lumière est essentielle pour bien dormir. D’autant que l’heure d’été ne nous incite pas forcément en baisser de régime en fin de journée. En d’autres termes, comme notre organisme doit se caler sur la lumière, plus le soleil se couche tard plus on risque de se coucher tard. Et comme le matin le réveil reste implacable pour aller au travail à l’heure, le réveil sera difficile. Autre conséquence, le temps de sommeil risque d’être réduit.

Le sommeil c’est la santé.

Régulièrement sur le blog comment mieux dormir, nous vous rabâchons l’importance du bien dormir. Pour bien réfléchir avant de choisir l’heure après la fin du changement d’heure, il faut prendre un peu de recul. En fait, quand nous savons que le manque de sommeil nuit a la qualité de vie et par conséquent à la santé, nous pouvons être inquiets. La question consiste à savoir si le législateur choisira la volonté populaire ou l’intérêt général. Il faut avouer que tous comme nous sommes, nous avons toujours du mal à prendre de la hauteur. Parfois, l’humain choisi son plaisir instantané à son bien-être à long terme. Je n’ose même pas évoquer le problème de sommeil des enfants. Si le changement d’heure présentait de nombreux inconvénients sur notre récupération, dès que l’on analyse un peu les choses, l’heure d’hiver à la faveur. Ne dit-on pas que la nuit porte conseil ?

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Je dors mieux après un bon chocolat

07/01/2019
Le chocolat est un remède naturel

Retrouver le sommeil grâce au chocolat  –    Photo de Pablo Merchan Montes

 

Le chocolat Définition

A la base, il y a le cacaoyer. Cet arbre de petite ou moyenne taille dont on extrait les fèves que contient le fruit dite la cabosse plus précisément. Elle ont une forme allongée de diverses couleurs selon la maturité et dans chacune, nous trouvons en moyenne une vingtaine de fèves de cacao. Ces dernières sont mises à sécher avant de les décortiquer et les travailler au mélange avec des recettes diverses pour en obtenir une pâte. Notre blog a testé. Pour ma part, je dors mieux après un bon chocolat.

Le chocolat fait grossir

Eh bien non, la nature nous offre un délicieux mets qui ne nous rend pas plus gros. A condition de le consommer en quantité raisonnable et à teneur en cacao d’au moins 70%. il contient très peu de cholestérol ou de mauvaises graisses. Or, pour ravir nos papilles, le chocolat blanc par exemple et autres recettes aux sucres ajoutées, comme les pâtes à tartiner, font bel et bien prendre du poids et des formes. Plus précisément, pour réussir une pâte à tartiner succulente, pour 100g de cacao, il faut y ajouter autant de sucre et de beurre, sans oublier l’œuf entier. Donc, il suffit de bien choisir et d’opter pour l’art de déguster. Nous l’associons souvent aux plaisirs du goût à n’importe quel moment de la journée, qu’il soit en papillotes, au lait, glacé ou chaud, toutes les recettes nous conviennent et fort heureusement, peu y sont allergiques.

Le chocolat permet de se détendre et mieux s’endormir

Excellent pour le moral et la relaxation

Antidépresseur notoire grâce aux minéraux et antioxydants qu’il contient, le chocolat aide à mieux surmonter certains passages de la vie. Attention à ne pas en consommer en trop grande quantité au risque de se rendre malade. Toutefois, il demeure intéressant pour mieux vivre et être en bonne santé, sans médicaments. Je dors mieux après un bon chocolat car il réduit le stress. La phénylalatine ou acide aminé permet de libérer la dopamine pour atteindre le plaisir. Aussi, l’anandamide, autre composant agit sur la tranquillité voire la béatitude pour les plus ferrus. L’effet de relâchement musculaire se fait ressentir et permet de réduire les crampes pour une meilleure relaxation.

Bon pour la santé et contre le vieillissement

Stimulant de notre cerveau en cas de coup de barre, il stimule notre esprit, de façon plus pondérée. Non seulement, il nous apporte une plus grande vigilance d’où l’intérêt d’en consommer pour lutter contre la fatigue. Le gros avantage non négligeable est qu’il ne rend pas accro et on ne s’y accoutume pas.
Autre avantage pour les coquettes et coquets, ses anti-oxydants protègent le cœur. Les polyphénols aident à lutter contre le vieillissement ces cellules, de la peau et du cerveau. La mémoire fonctionne mieux et les articulations souffrent moins en vieillissant ou même après une séance de sport. Ceci, grâce à l’accroissement des bactéries anti-inflammatoires du microbiote des intestins.

Le chocolat a son mode d’emploi pour un effet efficace

Je dors mieux après un bon chocolat noir, à teneur en cacao excédant 70% comme je le précisais plus haut. J’en prends environ 2 carrés. Il est conseillé de le consommer plutôt au goûter pour bien repartir jusqu’au soir et issu de l’Agriculture bio car plus vitaminé et moins chargé en mauvais sucre.

Source : Le Particulier Santé

 

Les autres articles parus sur ce thème :

Autour du lit

Comment mieux dormir vous souhaite une bonne Année 2019

01/01/2019

Très bonne Année 2019

 

Que l’année 2019 éclaire la flamme de l’amour et de l’amitié

Christophe se joint à moi pour vous adresser tous nos vœux les plus sincères pour une très bonne année 2019. Avant tout, Santé et Bonne Humeur à Tous !! Que cette nouvelle année vous apporte le bonheur et qu’il rayonne dans votre cœur et celui de vos proches. C’est avec enthousiasme que nous vous souhaitons de partager tous vos meilleurs moments, de façon humaine, solidaire et éthique. Vous savez ô combien ces valeurs nous sont chères. Paix dans nos vies et dans celles de tous nos voisins.

Bien dormir en 2019 et à coup sûr

Une recette qui fonctionne à condition de l’employer au quotidien. D’abord, sourire beaucoup, quitte à s’entraîner devant le miroir car à force, on le fait par plaisir et naturel. Pour continuer, sortez et allez vers les autres, ne loupez aucun éclat de rires, montrez votre gentillesse et acceptez celle des autres. Là, vous entrez dans le domaine de l’affection, de la gaieté et du lâcher-prise. Votre enthousiasme se voit et va devenir communicatif. Vivez joyeusement ! vous côtoyer sera exceptionnel ! La tendance sera bienveillance et empathie réciproques.

En ce mois de janvier, notre blog fête ses 10 ans

Effectivement, en janvier 2009, nous lancions le premier article. Au fil des articles, nous avons abordé divers thèmes autour du sommeil mais aussi de la vie quotidienne, qu’il s’agisse d’alimentation, de sports, de faits de société et j’en passe. Du moment que tout le monde y trouve son intérêt et retrouve le sommeil. En effet, mettre le doigt sur une réponse à une question que l’on cherchait, permet de faire avancer et de se recentrer. A partir d’idées simples, on repart sur ses valeurs, on pense différemment et on se cultive tout en se reposant, ne serait-ce que quelques minutes. Le blog et son équipe sont heureux de partager tous ces moments avec vous.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Mes premiers cheveux blancs m’empêchent de dormir

29/10/2018
Le blanchissement des cheveux est naturel

Ne devenez pas insomniaque à cause de vos cheveux blancs.

 

Les premiers cheveux blancs apparaissent

La canitie est la survenue des cheveux blancs. En d’autres termes, l’état des cheveux qui blanchissent, consistant en la transformation du système pileux. Il s’agit d’un phénomène dit normal et naturel, survenant entre 17 et 50 ans. Même si, on associe souvent les cheveux blancs aux séniors. Or, il n’y a pas d’âge pour en avoir, certains en ont déjà à 20 ans, voire même avant, par hérédité. Nous constatons que la moyenne européenne de leur apparition se fait autour de 35 ans.

Explication de ce phénomène des cheveux blancs

La mélanine est le pigment donné à nos cheveux et à notre peau, produite  par les gènes et les mélanocytes des bulbes au niveau capillaire. Notre mélanine blanchit par l’action de l’eau oxygénée ou péroxyde d’hydrogène, ce phénomène naturelle qui s’extrait de la racine. Nous en produisons déjà alors même qu’on est encore tout petits. Puis, avec le temps, elle se répand en surface et éclaircit nos cheveux peu à peu.

Cas particuliers des cheveux blancs

Des pathologies accentuent la présence de cheveux blancs, par exemple l’hypothyroïdie, l’albinisme ou encore, les carences en vitamines B5, B8 et B10.

Les croyances urbaines

Nous entendons diverses informations sur nos cheveux, qu’ils soient raides, gras, crépus et j’en passe. Nous véhiculons entre nous des idées erronées de génération en génération. Par exemple, on nous dit qu’en en arrachant un, c’est bien connu qu’il y repoussera au moins 2 cheveux blancs. Or, c’est archi-faux ! la science n’a jamais avancé tel argument. Ceci dit, inutile de les retirer un à un ni de se faire souffrir, il ne s’agit pas de sourcils, alors piano piano. Autre exemple parmi les on-dit, un choc émotionnel ferait blanchir plus vite nos tifs adorés, or à nouveau la science n’a rien confirmé de pareil.

La tendance est d’assumer ses cheveux blancs à fond !

Contrairement aux idées préconçues, no stress ! les cheveux blancs sont beaux et n’ont rien à voir avec la vieillesse ni à une fin de vie qui approche. Vous pouvez dormir tranquilles. Vous êtes magnifiques et fashion, je veux dire à la mode. De toute façon, nous ne saurions y échapper car ce fonctionnement s’avère génétique et irréversible. Hommes et femmes confondus tendent à les mettre en avant aujourd’hui, ce qui leur donne un air plutôt matures et chics. D’autant qu’ils ont tout compris que les produits naturels pour les couvrir ne courent pas les rues. Ainsi ils vivent plus sainement qu’avec certaines colorations chimiques qui sauraient couvrir l’abominable cheveu blanc. 🙂

Que faire pour entretenir le blanchiment naturel de sa chevelure

Détendez-vous, rassurez-vous, le « silver hair » va à tout le monde. Un bon entretien régulier vous mettra en confiance, cela consiste en quelques habitudes et gestes simples.

  • Hydratez bien ses cheveux avec des soins naturels
  • On évite le jaunissement en adaptant sa bonne hygiène de vie, moins d’alcool, de médicaments, par exemple
  • Bien dormir et suffisamment dans une literie naturelle (là, il n’y a rien de scientifique, juste une conviction personnelle LOL) et à heures fixes
  • Optez pour une alimentation saine, sans carences en protéines pour éviter la chute des cheveux
  • Côté alimentation, privilégiez les poissons et viandes blanches riches en kératine et fruits et légumes bio riches en vitamines A, B, C, D et E
  • Réduisez la consommation de tabac car vous savez qu’il nuit à votre santé et accélère le vieillissement des cellules
  • Aérez-vous, sortez en forêt
  • Évitez les expositions prolongées au soleil particulièrement durant les pics de chaleur et pollution
  • Protégez-les avec les produits bio de façon régulière comme les huiles bio, vous ne dégraderez ainsi pas la Nature.

Comment faire pour réussir à s’assumer et passer le cap

Vous traversez une phase transitoire, un peu difficile pour certains. Alors, laissez-les pousser patiemment, avec beaucoup de détachement et conviction. Consultez votre coiffeur pour les meilleurs conseils, il saura couper peu à peu, si nécessaire. Peut-être même, choisirez-vous de pleine volonté, d’adopter un nouveau style. A condition de bien les entretenir car il s’agit de votre beauté, de votre bien-être et de votre regard porté sur vous-même. Plus vous dégagerez de bonnes ondes, plus l’entourage se montrera positif envers vous et vous vous plairez. Inutile de passer des nuits blanches à se morfondre, vivez et dormez le plus sereinement possible.

Source : Pause santé

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Que faites-vous au lit ?

10/09/2018
5 choses à faire dans un lit

Les multiples choses faites dans un lit.

 

Hormis dormir, que fait-on dans un lit ?

Il va de soi que la chambre et le lit ont pour vocation d’y dormir. Plus précisément, la chambre a été créée pour isoler les couples, à l’époque où plusieurs générations vivaient sous le même toit. Ceci dit, il n’est pas si simple que cela de se coucher et d’instantanément dormir. C’est pourquoi, nous mettons en place des rituels pour faire une transition vers le sommeil. Par exemple, la lecture ou les câlins permettent de se détendre pour mieux s’endormir.

Les 5 choses que l’on fait dans un lit :

 

1/ Lire :

Le lit est un lieu particulièrement adapté à la lecture. Tout d’abord, parce qu’il s’agit d’un endroit où l’on se sent bien et dans lequel on peut facilement s’abandonner à l’histoire. Par ailleurs, la lecture est une excellente solution pour se préparer au sommeil. Elle détend et elle permet de déconnecter des tracas de la journée. Par contre, évitez les tablettes, car la lumière bleue qu’elles contiennent est l’ennemie du sommeil. Elle s’apparente à la lumière du jour. Et c’est lasse de dire : « Moi le soir avant de m’endormir je lis ! »

2/ Regarder la TV :

Même si la télé est régulièrement citée comme pire ennemie du sommeil et du couple, de très nombreuses chambres en sont équipées. Tout d’abord sa lumière bleue, toujours elle, lutte contre l’endormissement. Ensuite, elle réduit la communication et l’intimité dans le couple. En fait, je n’ai pas envie de m’attarder sur ce sujet que nous avons déjà abordé ensemble.

3/ Écrire :

Je ne sais pas si c’est commun, mais une chose est sûre, c’est que l’écriture n’est pas forcément bonne pour préparer le cerveau au sommeil. Personnellement, je dois vous avouer que je m’y adonne régulièrement. Même si cela n’est pas la règle, bon nombre d’article de ce blog commentmieuxdormir.com, je les écris le soir avant de dormir.

4/ Manger :

Du traditionnel petit-dej au lit des amoureux au garde-manger de l’adolescent, certains d’entre nous aiment manger au lit. Ceci dit en toute partialité, pour moi qui n’aime pas ça, ce n’est pas un lieu adapté. Eh oui, les miettes dans les draps ça gratte. J’écarte tout de suite le cas de l’ado qui oublie la nourriture sous le lit pour le plus grand bonheur des fourmis. Par contre, dans le cadre de la parade nuptiale de la femme, cela peut devenir incontournable pour monsieur. Vous voyez ce que je veux dire, comme le massage quoi.

5/ Faire l’amour :

Je sais ce n’est pas facilement avouable, mais c’est dans un lit que nous faisons le plus souvent l’amour. Certes, cela va à l’encontre de bien des fantasmes, mais l’oreiller et le matelas restent ce qu’il y a de plus confortable. Et puis c’est dans la chambre où il y a le plus d’intimité.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Quel est votre pire tue-l’amour au lit ?

03/09/2018
le tue-l'amour

Illustration d’un tue-l’amour par La communauté Facebook idées de génies

 

Mon tue-l’amour du dimanche.

Prendre son temps le dimanche matin fait partie pour moi de ces petits bonheurs de la vie. Créer une rupture du rythme trépidant de la semaine. Pour ma part, j’aime, dans la matinée, me poser avec un café et prendre le temps de lire, de faire une revue de presse. En cette matinée d’été, je fais couler mon café dominical. Puis, en surfant sur internet, je tombe sur une photo de magnifiques chaussettes trouées pour illustrer une publication sur les tue-l’amour. Sur ce blog où nous sommes experts de tout ce qui se passe dans un lit, je me suis vu chargé d’une mission. Effectivement, il vous est peut-être déjà arrivé d’être stoppé dans votre élan par un couac soudain. Ceci dit, la notion de tue-l’amour est très subjective. Situation, vêtement ou bien encore expression corporelle, chacun a son petit truc très personnel qui casse l’excitation. Tout d’abord, permettez-moi de nous intéresser aux tue-l’amour. Également, regardons notamment ceux donnés spontanément par les fans de la communauté Facebook d’Idées génies.

 Qu’est-ce qu’un tue-l’amour ?

Comme définition du tue-l’amour, je dirais qu’il s’agit d’un désir inhibé, calmé voire refroidi par quelque chose. Ceci peut provenir entre autres, d’un vêtement ou d’un comportement qui inhibe ou calme le désir. En fait le tue-l’amour correspond à un anaphrodisiaque. Je ne sais pour vous, mais moi je viens d’apprendre un mot. Si je comprends bien ceci signifie le contraire de l’aphrodisiaque. Les tue-l’amour sont des situations ou des images qui nous déconnectent de nos pensées érotiques. Ils nous empêchent à un moment donné de sexualiser l’autre.

La notion de tue-l’amour est très personnelle.

Que l’on parle de tue-l’amour au lit, voilà ceux les plus cités sur la publication qui m’a inspiré. Je me suis même permis de sortir du lit pour enrichir avec ceux du quotidien. J’ai ajouté ceux trouvés dans des articles de journaux plus traditionnels :

1/ Les tenues vestimentaires :

  • Les vêtements négligés : le survêtement et les tenues trop décontractées symboliseraient le laisser-aller. Sur la liste le pantacourt ou les maillots de foot sont au palmarès. A bon entendeur !
  • Les chaussettes au lit, voire pire les chaussettes percées, pourtant c’est trop trop mimi quand on s’aime.
  • Le slip kangourou ou les sous-vêtements dépareillés, n’y voyez-là aucune vengeance personnelle.

2/ L’apparence corporelle :

  • La surdose de maquillage. Les hommes n’aiment pas forcément les pots de peinture. Quoiqu’ils apprécient quand même un peu…
  • L’excès de parfum : parfois, les fragrances ne correspondent pas à la personne et « virent ». Et pire s’il y en a trop, l’écœurement n’est pas loin. Et je ne vous dis pas sur une hygiène négligée, genre direct sur la transpiration. Eh non, le parfum ne couvre pas toutes les odeurs.
  • Les poils : sujet très drôle et moqueur sur les jambes des femmes ou dans le dos des hommes. Certains ne supportent pas les poils et en particulier, au niveau des parties génitales. Alors qu’à l’opposé, d’autres aiment particulièrement leur abondance. Allez comprendre !

3/ L’hygiène :

  • Les odeurs corporelles. Le manque d’hygiène casse l’excitation d’un grand nombre parmi nous. Par exemple, un ou une partenaire très sensuel, qui sent la sueur ou des pieds.
  • Les ongles sales : en fait, suis-je obligé de faire un commentaire ?
  • La mauvaise haleine : elle mérite un point à elle-seule car le baiser est quelque chose d’important dans l’amour. Bien que non forcément dûe à un problème d’hygiène, elle peut casser l’ambiance.
  • L’odeur de tabac : le fait de fumer a complètement changé de statut en quelques décennies. Nous sommes loin de l’image du cowboy sexy Marlboro. Et plus particulièrement si la personne sent le tabac froid.

4/ Le comportement :

  • L’égoïsme : le manque d’empathie est sans doute la clé d’un couple qui ne s’épanouira pas.
  • Rabaisser l’autre : il est préférable de valoriser l’être aimé ou désiré pour arriver à ses fins. Le bonheur de vivre en couple, c’est de choisir le bon moment avec les bons mots, finalement ?
  • L’avarice : beaucoup de femmes déclarent ne pas supporter les hommes qui ne sortent pas leur carte bancaire.
  • Le fan excessif de foot ou d’autre sport. Quel bonheur de se sentir délaissé car le match au menu a plus d’importance !
  • Manger la bouche ouverte. Le repas constitue souvent une mise à l’épreuve du couple mais les fins ne sont pas forcément dramatiques.
  • Les pets qui puent : remarquez même que sans puer, une flatulence sonore n’est pas du plus bel effet. Je mettrais dans la même catégorie le rot.

5/ Le quotidien du couple :

  • La routine : si les habitudes rassurent et créent des repères, le désir a besoin de surprises, de piments ?.
  • Les ronflements : ce trouble du sommeil met la vie nocturne du couple à l’épreuve. Mais pas que visiblement. En effet, le son et l’image vont de pair.
  • Une chambre bordélique : le bazar et les affaires de l’autre qui traînent sont souvent sources de conflits. Reconnaissons que le slip sale qui traîne n’est pas du meilleur effet. Un coup d’orteil dans une haltère non plus.
  • La brosse à dents : certaines personnes ne supportent pas de partager le quotidien de La personne désirée. Interdiction de ranger sa brosse dans le gobelet.
  • La télé dans la chambre : la série préférée fait partie des meilleures ennemies de l’excitation. Ceci dit, à une époque un certain samedi soir mensuel, qui ne connaissait pas ? …
  • Le téléphone : il isole des autres. Il peut même créer des doutes inutiles dans le couple. De plus, il donne l’impression d’ennui et peut titiller la jalousie.

Sources publication Facebook Idées de génie, Glamour Paris et Ouest France.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Des vacances écolos pour dormir tranquille

20/08/2018
Respecter la Nature pendant les vacances

Les vacances écolo pour un bon sommeil

 

Arriver à fermer l’œil pendant les vacances :

C’est l’heure de partir en congés, ah ! Le dépaysement et changements de panoramas sont au programme. Toutefois, les bonnes habitudes en respect de l’environnement doivent perdurer où que nous soyons et en toutes circonstances. Comme nous le défendons sur ce blog, inutile de salir ailleurs et perdre son bon sens une fois hors de ses terres. La Nature ici et ailleurs nécessite d’être chérie et protégée puisqu’elle était là avant nous. Elle nous a bercés. Mais pas seulement, puisque sa fragilité est en cause, nous lui devons en tant que responsables de ne pas l’abîmer ou la détruire. Nous pouvons cohabiter par exemple tout en jouant, mangeant, se déplaçant et j’en passe, sans pour autant polluer. Faut-il un quad pour effectuer 300 mètres jusqu’à la boulangerie ? Les aérosols sont-ils indispensables à la plage ? par exemple. Dans tous les cas, pour passer de bonnes vacances, bien dormir, bien manger, les applications diverses sur l’écologie existent et certaines valent le coup d’œil.

Les bonnes habitudes comme chez soi

Comme à la maison, les bons gestes doivent être appliqués même en dehors, loin ou pas de son sweet home. Qu’on dorme à la belle étoile ou sur un super matelas. Nous sommes une majorité à conserver notre souci instinctif et naturel de respecter la nature même en vacances. Les réflexes de trier et jeter ses déchets sont en question car malheureusement nombreux détritus ornent nos paysages. D’où une dégradation lente de certaines espèces qui mènent à l’extinction définitive.

La faune et la flore sont fragiles, il faut les protéger

Les fleurs et le flânage plaisent beaucoup, or il faut savoir que certaines espèces sont menacées et que cueillir fait d’abord faner mais aussi empêche le renouvellement de certaines plantes. Je vous invite à les prendre en photo, le portable n’étant pas interdit en promenade. Aussi, des sentiers sont prévus pour se promener, il est triste d’endommager le paysage en faisant du « hors piste ». Sachant que des animaux et des végétaux en voie d’extinction y vivent et en sont victimes. Par exemple, les nourrir avec du pain et autres petits gâteaux est inadéquat à leur alimentation et à leur survie même si nous avons l’intention de bien faire.

Le choix de notre consommation tout en restant connectés

Des sites et applications sont à votre disposition

Il est intéressant de se pencher sur notre bien-être et comment l’atteindre. Des outils sur smartphones existent pour vous accompagner, faciliter la vie et vous informer. J’ai choisi ces quelques exemples pour vous :

  • pour vos modes de déplacement, la fondation Goodplanet. Elle va vous permettre de mesurer le taux de carbone que vous générez à un moment donné et l’impact qu’il aura sur l’environnement. Autre moyen facile et simple, l’éco-conduite avec l’aide de l’application Geko ou sur geco-drive.fr, qui consiste à prendre tout d’abord conscience de son comportement au volant. Puis à changer ses habitudes, réduire sa consommation de carburant et l’émission de CO2 par extension.
  • L’application Plantnet va vous aider à reconnaître et identifier un végétal à partir d’une photo. Plus de 800 plantes y sont répertoriées, il ne reste qu’à photographier, c’est ludique, informatif et sympa non ?
  • Idem pour la faune marine avec BiodiverSea qui sait identifier jusqu’à 180 espèces de poissons. Elle vous aide à savoir quelles sont les espèces et vous donne des descriptions sur chacune.
  • Côté repas, pour vous nourrir correctement, Yeswegreen est à votre service. On vous propose des lieux et ateliers pour apprendre l’alimentation, sous toutes ses formes. Ensuite, vous saurez comment consommer local tels que sur les marchés ou jardins partagés.

L’alternative écolo a du bon sens

Même en vacances, notre mode de consommation doit rester le même. Ok pour les siestes, le farniente mais non au laisser-aller. Faire n’importe quoi, dénué de sens et d’éthique est irrationnel. Particulièrement sous l’excuse qu’on est bien et qu’on oublie par relâchement excessif parce que vacances obligent. Bien au contraire, c’est le moment de se reposer pour recharger les batteries et faire le plein de bonnes informations pour l’avenir. De s’informer un max pour échanger avec d’autres écolo. Et ainsi transmettre toutes les bonnes initiatives autour de soi, sa famille, ses amis et les collègues en rentrant.

Vivre en adéquation avec la Nature

L’été, le choix des produits de protection solaire biologiques, par exemple, a son importance. D’autant qu’ils sont moins nocifs. Mais aussi, les traces que nous laissons ne polluent ni l’eau ni l’air ni la terre. En bref, demeurons en adéquation avec l’environnement et non l’inverse. Autre exemple classique, il faut éviter absolument les répulsifs toxiques en tout genre. Pour repousser les moustiques, un voile moustiquaire au-dessus des lits fonctionne très bien pour la nuit. Et pour le jour, portez des huiles essentielles d’eucalyptus, de géranium ou de citronnelle. Croyez-moi, ces senteurs sont agréables et en même temps, repoussent miraculeusement les bestioles.

Les loisirs non polluants

Pour ne pas ajouter de dioxyde de carbone, n’hésitez pas à prendre vos bâtons de marche, bicyclettes ou encore partir à cheval. Il est certes sympathique d’aller s’éclater à moto, en quad et j’en passe, cependant il est triste de salir et de nuire par les bruits comme en ville. L’année 2017 a été couronnée « Année internationale du tourisme durable pour le développement ». La Bretagne pionnière en écologie a donné l’exemple à d’autres régions. C’est encourageant pour nos futurs paysages plus propres, d’autant que nous interagissons en tant qu’humains avec la Nature.

Sur ces bons conseils, je vous souhaite de passer les meilleures vacances qu’ils soient, en harmonie avec vous-mêmes et le beau monde qui vous entoure. Faîtes de beaux rêves !

 

Les autres articles parus sur ce thème :

Autour du lit

L’idée de prendre l’avion m’empêche de dormir

18/06/2018
L'avion est une phobie pour certains.

L’idée de prendre l’avion peut être mal vécue. Photo de Richard Gatley.

 

La peur de voyager en avion est insurmontable voire inenvisageable pour certains, or il suffit d’en parler, de la comprendre et de bien se détendre pour pouvoir fermer l’oeil.

 

A cause de l’anxiété et de la phobie, vous ne parvenez pas à dormir.

A l’approche des grands départs pour les vacances, vous ne pouvez pas trouver le sommeil, à l’idée de monter dans ce satané avion ! Sachez tout d’abord que pour surmonter votre mal-être, il existe des thérapies efficaces à ce jour, qui mettront fin à cette peur panique dont sont atteints près de 20 % de la population. Aussi et alors qu’il y a deux fois plus d’accidents mortels sur la route, nous imaginons périr dans un crash aérien à coup sûr. Ce n’est pas rationnel, pourtant tout part de là. En effet, la peur de prendre l’avion a ses origines, ses causes mais aussi ses solutions à travers des stages thérapeutiques.

L’origine de la peur en avion.

L’avion est dit anxiogène et comme je le disais, le cerveau associe l’acte de prendre l’avion à la mort certaine. Généralement, les personnes touchées sont soit anxieuses par nature parfois par transmission génétique, par exemple, un enfant qui a voyagé avec des parents phobiques qui n’ont su le rassurer à l’époque pourra reproduire cette phobie, soit en situation de surmenage et manquant de sommeil à la limite du burn-out. Aussi, les images véhiculées sur le thème de l’avion relèvent du cauchemar comme dans les films. Toutefois, indépendamment de leurs réactions naturelles, il faut préciser et souligner que les incidents sont négativement surmédiatisés par des informations qui manquent de justesse et que nous passons trop de temps à nous pencher sur les catastrophes que sur les bonnes nouvelles. Difficile de fermer l’oeil quand nous sommes ainsi trop négatifs alors qu’il faudrait ancrer des images positives et bienveillantes.

Mais, que se passe-t’il donc dans nos têtes ?

Les centres cérébraux touchant l’émotion, dont une zone dite l’amygdale, réagissent, ce qui rend la situation plus que stressante dans le ressenti de ces personnes. Ces dernières n’arrivent généralement jamais à se détendre, dorment mal et l’anxiété est alors généralisée alors trop tard, elles imaginent le pire. Aucune issue, il faut attendre d’arriver à bon port. Pour reconnaître les signes du mal-être en avion, il faut savoir que les symptômes se traduisent par le cœur qui s’emballe, la transpiration et les bouffées de chaleur qui sont fortes, aussi des tremblements, vertiges et coliques surgissent alors la panique s’installe littéralement. Par définition, la crise de panique est enclenchée par notre organisme en présence d’un danger, ce qui met en situation de handicap car le corps est tétanisé. Si cela vous arrive ou bien quelqu’un autour de vous, faites signe au personnel de bord qui est formé à ce genre de situation.

Comment dépasser sa peur de l’avion et en guérir?

Le cerveau doit être rassuré et doit bien enregistrer des images positives et que rien ne va se passer de terrible ; c’est-à-dire qu’il doit sentir la possibilité de pouvoir s’évacuer de la situation en prenant le contrôle sur celle-ci. Des centres spécialisés en traitement de la peur de l’avion, les CTPA, existent en France et vous aident à dépasser vos blocages émotionnels par des stages. D’abord, des spécialistes expliquent comment fonctionne un avion depuis sa technicité et ses fonctionnalités, en passant par le décollage et jusqu’à l’atterrissage. Ensuite, la relaxation a ses bienfaits et ses techniques également, puis en parallèle, nous sommes accompagnés dans la gestion de nos pensées négatives, ce qui consiste à déstructurer les convictions faussées et à les remplacer  ou les compléter par des informations justes, pour reprendre le contrôle de soi. Il s’agit donc d’effacer le négatif et d’apporter du positif. Pour certains, les stages n’ont pas d’effet et un traitement plus long sera nécessaire. Dans tous les cas, vous pouvez consulter peuravion.fr ou encore vous renseigner auprès de l’Association française de thérapie comportementale et cognitive, la TCC, sur aftcc.org

Les conseils pratiques pour bien voyager en avion.

Et maintenant, je vous présente les conseils de notre blog pour bien voyager en avion :

  • Pendant une turbulence, l’avion peut descendre un peu, soit de 20 centimètres maximum seulement, n’y voyez pas là une chute accidentelle mais une sensation,
  • L’orage n’est pas dangereux, les pilotes savent comment gérer même sans visibilité d’autant que la foudre ne touche pas l’avion car il n’est pas constitué de métal,
  • Une porte ne pourra pas s’ouvrir par accident car le vent la pousserait vers l’intérieur, oubliez donc cette avarie,
  • Un moteur en panne n’empêchera pas l’avion de voler car un seul moteur suffit, et un avion a une très grande capacité de planer.
  • Les nuages sont nombreux et on y voit rien, les pilotes connaissent leur carte du ciel même dans le brouillard,
  • Un voyage avec des enfants se prépare : vous voyagez avec vos enfants, eh bien rassurez-les, leurs sensations peuvent être agréables si vous leur expliquez que c’est comme dans un manège par exemple,
  • Apprenez à bien respirer tout comme nous le faisons pour réussir à bien dormir, par des inspirations et expirations contrôlées qui vous ramèneront contrôle de soi, sérénité et bien-être.

Vous voyez, prendre l’avion n’est pas une fatalité, c’est même plutôt agréable à bien y regarder, donc je vous conseille de profiter de ce temps de transport pour faire un petit roupillon afin de bien voyager et profiter ainsi de votre séjour, en pleine forme, dès votre arrivée.

Source Cerveau & Psycho

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

Autour du lit

Couple, comment se préparer pour faire chambre à part ?

04/06/2018
Le plaisir de retrouver l'autre après son sommeil

Faire chambre à part n’empêche pas de s’aimer.  Photo de Toa Heftiba.

 

C’est décidé, vous allez faire chambre à part, mais cela doit se préparer afin de ne pas mettre votre couple en danger.

 

Dormir séparés est tendance.

On a vite fait de penser que la chambre séparée est l’apanage des couples mâtures ou de se dire qu’il y a un problème dans le couple, voire même sur un point de vue purement intime. Beaucoup de gens pensent qu’un couple qui dort séparément a moins de rapports sexuels. Et bien ces a prioris sont désormais d’un autre temps, car faire chambre à part est tendance. De nombreux jeunes couples dorment chacun de leur côté et ce, pas seulement parce que l’autre ronfle. Selon le sociologue François de Singly, la tendance dans le couple est à l’individualisation de la vie privée « Les individus modernes veulent de plus en plus préserver leur identité personnelle sans renoncer à la compagnie ». On ne mange plus forcément ensemble, on veut regarder ce qui nous plaît à la télé, et on couche ensemble quand on a envie.

Le lit conjugal made in France.

Selon le sociologue Jean-Paul Kaufmann, 8% des couples français font chambre à part. Si, culturellement, les français sont attachés à la notion de lit conjugal, il semblerait que les américains aient beaucoup moins de mal à scinder la notion affective et sexuelle, du sommeil. Je reste prudent mais certaines études disent qu’outre-Atlantique, environ 50% des couples feraient chambre à part. Certes ce phénomène ne concerne pas encore la majorité des couples français mais l’on sent bien que la perception change a ce sujet dans notre pays.

Comment passer du lit conjugal aux chambres séparées ?

Comme nous en avons déjà parlé sur notre blog, dormir à deux n’est pas ce qu’il y a de mieux pour avoir un sommeil de qualité. Alors pour vous qui avez décidé de passer à l’acte du chacun chez soi, comment faire pour que cette étape du couple soit un succès et que chacun s’adapte à ce nouveau mode de vie. Il faut tout d’abord savoir pourquoi on veut le faire et ensuite bien en parler à deux afin que cela soit partagé et non subi. La communication et l’imagination sont les clés pour transformer cette étape de la vie à deux en opportunité et non en souffrance et en rupture.

  1. Bien définir les raisons de ce choix. J’insiste sur le fait que faire lit à part n’est pas sans risque pour le devenir du couple. Il ne faut surtout pas que l’un des deux se sente abandonné. Pour cela il est important de bien diagnostiquer quelle est la vraie raison de la séparation et de bien en parler. Dans le cas d’un couple qui n’irait pas bien, cela pourrait précipiter la chute (à moins que le but soit de s’écarter d’un conjoint que l’on ne supporte plus, mais là n’est pas notre sujet). Prenons le temps de voir quelles raisons peuvent nous motiver à faire chambre à part :
    • La qualité du sommeil : mon conjoint ronfle ou nous avons des rythmes trop décalés. Les troubles du sommeil de l’un suffisent pour poser problème. Mais on ne pense pas toujours assez aux décalages que peuvent avoir les deux dormeurs du couple. On pense bien sûr aux gens dont un travaille la nuit. Mais il peut aussi s’agir tout simplement d’un décalage des rythmes naturels, le mariage de couche tard et couche tôt. Quand le deuxième se couche, il peut réveiller son conjoint au sommeil léger.
    • L’éloignement professionnel : Il n’est pas rare qu’un membre du couple soit éloigné géographiquement pour des raisons professionnelles.
    • Pour pimenter la vie de couple : Pour certains, l’habitude est l’ennemie du couple, c’est pourquoi ils préfèrent jouer avec vie commune et manque, pour amplifier le plaisir et le désir de se retrouver. Pour eux, le concept de chambres séparées est positif pour préserver l’amour. On couche ensemble aussi souvent que l’on souhaite et on respecte la personnalité de chacun. Chacun a son univers dans lequel on invite l’autre. Sans compter que parfois quand on est malade, on préfère dormir seule. Certaines femmes aiment également être seule dans leur lit en période de règles.
    • Pour faire durer le couple : effectivement certains couples n’ont plus envie d’une certaine intimité mais souhaitent rester ensemble. Cela peut s’expliquer par des raisons sentimentales, de confort ou plus simplement pour les enfants et l’argent.
  2. Bien communiquer dans le couple : L’échange et le dialogue sont importants pour qu’il n’y ait pas d’incompréhension et non-dits. Le but est de préserver le couple. Il ne faut surtout pas que l’un des membres du couple se sente abandonné ou moins aimé comme je le disais précédemment. Il faut également reconnaître que plus le choix de dormir séparément est fait jeune plus les choses sont faciles à accepter.
  3. Réinventer la vie du couple : un conseil pratique est de définir ensemble quelques règles, le bisou du soir, le code pour le câlin. Certains se programment une nuit en commun à date fixe, alors que d’autres vont préférer l’imprévu. On ne dira jamais assez que l’important est de rester connectés ou à défaut de tout faire pour se reconnecter. Pour pousser plus loin, il est important de s’aménager sa chambre et pourquoi pas de la personnaliser. Chacun sa chambre, ne veut pas dire que l’un aura une chambre au rabais avec une literie fatiguée. Le but n’est pas qu’un des deux se sente déclassé. Il peut même être sympa de faire participer l’autre. En tout cas soignez votre déco et l’agencement de la chambre afin de vous sentir bien, sans oublier le confort clé d’un bon sommeil. Choisissez un matelas et la literie au confort qui vous convient.
  4. Multiplier les attentions.
    Il est également important de jouer avec les retrouvailles. Apporter un petit-déjeuner au lit peut être une belle attention. Glisser un rendez-vous coquin dans le creux de l’oreille de l’être aimé. Certains couples ont des rituels du soir. Le dernier qui se couche vient embrasser l’autre avant d’aller se coucher.

Ne pas hésiter à se faire aider.

Pour réussir cette nouvelle étape de la vie de couple, il peut être bon de se faire aider. Pour cela la première étape peut être d’en parler avec son médecin généraliste. Autre piste, consulter un psychothérapeute pour couple. Il ne faut pas culpabiliser d’avoir besoin d’aide, la seule chose qui pourrait être grave serait de ne pas agir alors que l’on souffre de la situation.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

Autour du lit