Archive

Archives pour la catégorie ‘Autour du lit’

Je réorganise ma chambre pour mieux dormir

30/04/2018
Une meilleure qualité de sommeil dans une chambre rangée.

Une chambre ordonnée permet de bien dormir. Photo de Mister M.

 

Un sommeil de qualité passe par le choix de rendre sa chambre et l’environnement qui va avec, agréables.

 

La chambre est un espace de bien-être harmonieux.

C’est la pièce qui doit être la plus reposante possible pour en retirer un maximum les bienfaits du sommeil, tel un havre de paix, un refuge pour se ressourcer. Tout détail est important tels que les couleurs, la température, le choix des ampoules, la qualité de la literie, naturelle de préférence, des matières douces, un surmatelas et j’en passe. Inutile d’y installer des luminaires de forte intensité, au contraire misez sur l’ambiance tamisée afin de transmettre à votre cerveau qu’il n’est plus dans l’action diurne. Cette information signifie que le calme intérieur est présentement revenu. Ensuite, il est généralement préconisé de dormir dans le noir, pour encore mieux réussir sa nuit, or, certains dorment volets ouverts et se reposent très bien; dans ce cas, quelques rideaux feront l’affaire. Les enfants, eux, réclament parfois qu’une lumière reste allumée car ils sont anxieux. Accordez-leur une lumière de type veilleuse pour un bon compromis.

Votre literie est un outil de détente.

Changée idéalement tous les dix ans, votre literie, j’entends matelas et sommier, doivent vous être agréables et sources de plaisir. Le corps doit pouvoir se relâcher complètement. N’hésitez pas à investir car bien dormir évite de nombreux maux, à terme bien plus coûteux en tous sens. Pour ceux qui cherchent encore leur oreiller, sachez que pour bien le choisir, celui-ci doit épouser avant tout votre nuque, tout en la soutenant.

Les couleurs de votre pièce.

Nous sommes très réceptifs aux couleurs de façon générale. Comme nous le rappelons régulièrement sur notre blog, les couleurs froides aident à mieux dormir, comme le bleu ou vert, alors que les couleurs chaudes sont plus excitantes, comme le rouge par exemple qui est réputé aphrodisiaque et stimulant. Alors pour sortir de la sempiternelle chambre aux couleurs génériques, j’ai osé de nombreuses touches de noir, couleur reposante traditionnelle, aussi élégante et non déprimante pour autant. Rien à voir avec la chambre de la veuve inconsolable Louise de Lorraine au Château de Chenonceau. Aussi, ces teintes symbolisant la nuit et calmant l’excitation, peuvent être combinées. Le rose aide à lutter contre le stress, le rouge par petite touche est dit aphrodisiaque. Finalement, vous avez un large choix.

Pas de bruits dans la chambre.

Il est au combien inconfortable de supporter le bruit alors qu’il est souhaitable de se reposer. D’autant que le bruit est numéro 1 parmi les raisons de sommeil léger. Le double vitrage est conseillé; toutefois, parmi nous, il y a des personnes pour lesquelles le silence est insupportable et anxiogène, alors le bruit va les bercer. Si les voisins mitoyens sont d’un naturel bruyant, soyez astucieux et disposez du côté du mur vos meubles encombrants, lesquels feront une meilleure isolation.
Aérer la chambre tous les jours pendant minimum 30 minutes. C’est important car le cerveau a besoin d’oxygène pendant l’activité du sommeil. Faire le ménage et dépoussiérer régulièrement y contribuent aussi, tout comme changer votre linge de lit.

Une table de nuit pratique.

A votre chevet, cette petite table doit être zen et comporter l’essentiel, c’est-à-dire une lampe douce, un réveil, un carnet pour noter tout ce qui vous passe par la tête, un livre. Surtout pas de pollution magnétique tels que télévision, ordinateur, téléphone, réveil électrique et autres sources d’ondes même faibles qui pourraient perturber votre sommeil en bloquant chez certains la sécrétion de mélatonine. Eh oui, une table de nuit ne s’improvise pas !

La température de la pièce.

Idéalement, nous préconisons 15 à 17°C, jusqu’à 18°C. maximum, d’autant qu’une température élevée est propice au développement des acariens. L’équilibre de température d’un corps chaud et d’une pièce plus fraîche vous réussiront et cela n’en sera que mieux régénérateur. Ainsi vous allez moins transpirer.  Autre outil pour bien dormir : un humidificateur d’air est agréable quand l’air est sec, pour faire simple un verre d’eau posé sur le radiateur fera l’affaire.

En bref, les conseils du blog commentmieuxdormir, à retenir pour mieux dormir dans sa chambre :

  • évitez les couleurs chaudes car trop toniques tel que le rouge, elles excitent et stimulent alors qu’il faut être calme ou bien utilisez les, par touches ci et là,
  • faîtes respirer votre corps avec des matières naturelles pour votre linge de lit tels que le coton, le percale, le lin ou encore la laine bio,
  • désencombrez la disposition de votre chambre en évitant la surcharge par des meubles imposants et le désordre,
  • Soignez votre literie en vérifiant la qualité du matelas par exemple, en le tournant,face hiver, durant la saison automne-hiver puis au printemps, d’un demi-tour en face été.

Sur ces bons conseils, je vous souhaite de passer de bonnes nuits. 😉

Et comme disait Pierre Dac, « J’échangerais un matelas de plumes contre un sommeil de plomb » 😉

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

Autour du lit

Avoir du mal à se lever est signe d’intelligence ?

19/04/2018
Les clichés exploités par la presse

Se lever tard a t il une signification ?

 

Une certaine presse nous accroche avec des idées reçues, mais pourquoi lisons-nous ce genre d’articles ?

 

Des affirmations qui m’empêchent de dormir.

Les femmes aux fesses généreuses sont plus intelligentes. Les hommes chauves sont plus attirants. Les femmes qui ont du mal à se lever sont plus intelligentes. Vous savez, c’est avec ce type d’accroche percutantes que l’on essaie de nous attirer sur un article publié sur de célèbres réseaux sociaux. Les 3 affirmations ci-dessus viennent de magazines féminins, mais je suis sûr que l’on peut trouver leurs pendants dans les univers masculins. « Les hommes qui ont une grosse voiture plaisent plus, c’est prouvé ». Je ne suis pas certains de la haute teneur scientifique de ce point, mais je m’interroge surtout sur les gens qui décident d’employer leur temps à faire ces statistiques. Je me marre en imaginant qu’un matin en conférence de rédaction un type sort : « je propose que cette semaine on fasse un article sur : les femmes avec un généreux postérieur sont plus intelligentes ». Sa collègue piquée par sa bêtise « et si on faisait un article sur : les hommes avec un micro-pénis ont les idées les plus surprenantes ». J’en entends se dire, « Ah ça se passe comme ça chez comment mieux dormir ? »

Pourquoi ces thèmes ont-ils du succès ?

Pour commencer nous sommes tous d’accord sur le fait que ces accroches ont surtout comme objectif d’augmenter le nombre de clics. Mais pourquoi cela marche-t-il ? Car il faut quand même reconnaître que si cela est si fréquent dans une certaine presse, c’est bien que cela fonctionne. Allez soyons honnête nous avons tous un jour cliqué sur un titre qui nous a interpellé et dont nous ne sommes pas très fiers. Première raison qu’il ne faut pas exclure, est l’effet de surprise face à la grosseur du truc. Mais je me dis surtout que cela semble nous donner une raison de fuir certains complexes. Par exemple pour « Les hommes qui ont du ventre sont plus rassurants ». J’imagine que ça donne un prétexte à papa de se rassurer et d’éviter de se dire : « je mange trop de gras, je ne me bouge pas assez et l’andropause me titille ». Notez que j’ai la délicatesse de prendre un exemple masculin. Ceci dit, cela n’est pas toujours négatif, cela peut aider à sortir de certains clichés médiatiques, une belle femme est une femme très très maigre, un bel homme est forcément grand.

L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt.

Pour revenir à un de nos thèmes favoris : le sommeil. L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt et les femmes qui se lèvent tard sont plus intelligentes. Pour répondre à ces deux points une chose est certaine, il faut arrêter de culpabiliser sur le fait d’avoir besoin de sommeil et de penser que dormir est du temps perdu. Une certitude, bien dormir nous permet d’être bien, d’être en bonne santé, d’être plus performants et donc de stimuler notre intelligence. Il est important de respecter notre temps de sommeil et notre rythme chrono biologique. Il n’est pas anormal d’avoir besoin de huit heures de sommeil par nuit. Cela ne veut pas dire que nous sommes des faignants. Mieux même, de nombreuses personnes ayant réussi, ne sont pas des insomniaques et commencent à l’affirmer. Si vous ne l’avez pas lu, je vous recommande notre article sur la révolution du sommeil, un mouvement qui tend à réhabiliter le sommeil et la sieste.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Plus de télé dans ma chambre

09/04/2018
Mieux dormir sans télévision

Ras le bol de la télévision dans ma chambre !

 

Quel ravissement que de s’endormir, bercée par la télévision qui me regarde … quand votre moitié vous réveille par un « t’as vu ! »

 

La télévision n’est pas une alliée.

Je la croyais telle une maman présente près de mon chevet pour me raconter des histoires, n’importe lesquelles d’ailleurs tout m’allait puisque je m’endormais très paisiblement et que rien n’avait plus d’importance. Dis-je d’un ton amorphe ! En fait, elle va ruiner mon couple cette g… !

Je m’endors auprès de mon doudou que j’aime.

Je m’endors, à demain… Toutefois, Monsieur doudou me réveille en me disant « tu as entendu ce qu’il a dit ! ». Non pas vraiment puisque je viens de dire que je m’endormais profondément. « Ah dommage, eh bien tu dors déjà ? » . Visiblement, mais parti comme ça, je vais ravaler mon filet de bave et je vais bientôt partir dans le salon s’il n’a de cesse de me déranger, sans compter le nombre de fois qu’il zappe.

La télévision me dérange.

Il faut définitivement que je parvienne à déloger l’écran de notre chambre et là, je vais devoir négocier longtemps, très longtemps. Pourtant je suis pour la paix de mon ménage mais trop c’est trop ! Il faut que je fasse preuve de bienveillance malgré tout. Voici mes arguments.

C’est elle ou moi.

L’attention avec un grand A est le sujet au cœur du problème en fait. Car la mienne est captée alors que je ne le souhaite pas, celle de mon homme adoré l’est bel et bien. Ce bruit de fond me paraît tellement plus important que moi, pesant, désagréable… je dois trouver une solution et mettre fin à ce ménage à trois.

Les ondes me perturbent.

Je me sens polluée par les changements de luminosité, de tons de voix et je sens que je suis réduite à ne plus décider de ma liberté de vouloir dormir sans l’écran-télé allumé et d’ailleurs sans écran-télé du tout car je considère que sa place est dans le salon.

Je veux communiquer.

Plus de routine du silence ou presque, non je résiste et je veux qu’on me parle. Je ne veux pas communiquer autour de ce que l’appareil nous raconte mais échanger humainement sur tout et rien et même lire si je veux. Donc, c’est décidé elle quitte la chambre.

Il faut sauver ma libido.

Très déterminée, ce matin-même, Madame Télé quitte notre chambre. Ce magnifique écran haute définition va aller remplacer l’ancienne dans le salon. Super ! celle du salon va aller chez une copine qui en cherchait une énième.  Pour ma part, je vais me faire pardonner dès ce soir avec un « Chéri, je n’ai pas très chaud, tu viens te coucher !».

Et le tour est joué, je souhaite bonne chance à toutes mes consoeurs qui connaîtraient la même situation aussi perturbante que vitale pour notre couple. Je vous invite à nous retrouver sur notre blog comment mieux dormir pour partager.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Au lit, l’homme est-il une femme comme les autres ?

02/04/2018
L'homme a peur de la panne sexuelle

L’homme et la femme ont des points communs telle que la sensibilité. Photo de Isabell Winter

 

Certains soirs, alors que Madame attend en fameuse « tenue léopard », Monsieur a sorti le pyjama deux pièces et les chaussettes !

 

Ce soir votre homme vous dit non !

Panique à bord, Monsieur refuse de faire l’amour ce soir. Mais pourquoi donc ? Puisque cette réplique « non pas ce soir ! » nous est dédiée à nous, les femmes. Alors comme ça, notre animal d’homme se refuse à nous, qui sommes si sexuellement compliquées et bien moins mécaniques. Huumm ! Le doute s’installe. Les scenarii abondent dans nos cerveaux.

Il doit être prêt à tout moment.

Réputé pour son désir vaillant et quasi spontané, l’homme connaît également des passages difficiles et usants sur les plans phsychique et physique. Il a besoin d’être compris lui aussi, sans pour autant lui octroyer des relations passionnelles avec une autre femme qui l’aurait dévoré juste avant de rentrer.

La panne sexuelle.

Tous les hommes en ont peur, or elle les touche tous, et encore plus avec le temps qui passe. Dans le doute et la crainte, ils évitent le rapport de préférence plutôt que de se sentir émasculés, remettant alors en cause leur virilité. Rien à voir avec l’amour qu’ils peuvent nous porter. Inutile donc de faire monter la tension entre nous.

La crise de l’âge.

L’homme aussi prend conscience de son corps et de sa force avec le vieillissement ; de plus, les soucis, le stress et j’en passe, font que la libido est touchée tout comme la nôtre. Voici mes conseils qui consistent avant tout à rester positives et agir avec une attitude aimante qui l’empêche de déprimer.

Rassurer son homme.

En fait, cela consiste juste à lui demander si se blottir contre lui juste pour un câlin ne le dérange pas, ainsi il sera plus détendu. Le toucher furtif et habile pour les plus gourmandes peut aboutir et se concrétiser car il aime être stimulé et caressé, tout simplement plutôt qu’être considéré comme un objet sexuel.

Se poser les bonnes questions.

Avant d’aborder le sujet sur ce qu’il ne va pas ou plus entre nous, il est préconisé de bien choisir ses mots et le ton. Soyez constructifs à deux et en finissez-en avec les reproches de vieux couples, échangez calmement et faîtes des efforts de part et d’autre.

Les conseils du blog comment mieux dormir :

  • Etre motrice d’envies pour le rebooster au quotidien
  • Lui communiquer sa joie de vivre et sa bonne humeur
  • L’écouter lui est libérateur
  • Lancer des idées fédératrices de projets ensemble
  • Réduire le temps passé devant nos écrans de portable, de télé et parler
  • Alléger les emplois du temps pour passer plus de temps ensemble

Tout finira par rentrer dans l’ordre, petit à petit. La libido deviendra contagieuse entre vous, super ! Finie la grève du sexe grâce aux « mots qui soignent les maux ». Jacques Salomé ;).  Bien vieillir ensemble mérite bien quelques efforts des deux camps.

 

Les articles déjà parus sur lr même thème :

Autour du lit

Pour que la mauvaise foi ne nous empêche pas de dormir.

29/03/2018
La mauvaise foi au quotidien

Déceler la mauvaise foi est chose difficile. Photo de Ali Marel.

 

Difficile de pouvoir communiquer correctement et intelligiblement avec une personne de mauvaise foi car la vérité est faussée, ce qui dégrade la qualité de l’échange interpersonnel.

 

La mauvaise foi et ses travers.

Nous avons tous été confrontés au moins une fois à cette situation, où l’autre prétend que nous avons tort, par exemple il soutient nous avoir prévenu par un SMS pour nous annoncer son retard alors que nous attendions, sans nouvelles.

La mauvaise foi déstabilise.

En effet, l’autre ne veut pas reconnaître ses torts malgré les faits évidents et nous nous retrouvons irrités avec le sentiment d’avoir été dupés. Nous pouvons même être amenés à douter de nous-mêmes voire à culpabiliser.

Contraire à la bonne foi et à la loyauté.

En conséquence, après réflexion et recul, nous remettons en question la confiance que nous pourrions porter à cette personne, jugée finalement irrespectueuse. Comme l’exprime Hervé Magnin, thérapeute comportementaliste, l’autre utilise la mauvaise foi comme mode de communication pour cacher sa véritable intention pour mieux atteindre son objectif personnel.

La mauvaise foi consiste à mentir ?

oui le mensonge est utilisé mais pas forcément. C’est-à-dire que le non-dit peut suffire car il consiste à cacher une vérité. L’outil très utilisé et efficace pour y parvenir est très souvent la flatterie. Sa manipulation consciente est dite intentionnelle.

Peut-on déceler la mauvaise foi ?

il faut d’abord comprendre que la vérité est biaisée par les intentions cachées du beau parleur. Généralement, il soigne son image. Vous pouvez utiliser la technique implacable de la naïveté, autrement dit, vous pouvez agir faussement en naïfs tout en restant diplomates et surtout en gardant votre sang-froid. Vous allez mieux observer, distinguer le vrai du faux et les objectifs de votre interlocuteur.  Le diagnostic sera plus juste.

Nos conseils pour déceler la mauvaise foi :

  • bien écouter sagement sans riposter puis faire reformuler posément,
  • comparer avec la reformulation,
  • faire preuve de discernement à tout égard.

Rassurez-vous sur ce blog nous ne sommes pas des spécialistes de la mauvaise foi, mais nous souhaitons qu’après cette épreuve, vous allez pouvoir détecter les incohérences entre les faits et les prétextes aux objections. L’imprécision dont vous faites part peut le réduire au silence voire au contraire, à du chantage ou à des attaques pour vous dissuader de son incrédibilité.

Quoi qu’il en soit, de façon générale, restez sincères et intègres au quotidien et avec tout le monde. Même les personnes de mauvaise foi savent reconnaître et respecter les valeurs. Restez vous-mêmes !

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

L’éducation bienveillante au service du bonheur de la famille.

22/03/2018
Nos enfants ont besoin de bienveillance.

L’éducation bienveillante est nécessaire dans notre société.

 

Les enfants danois sont les plus heureux en Europe. Le mode d’éducation se base sur la bienveillance, ce qui consiste en une très large remise en cause des modèles d’éducation.

 

Et si on pensait à l’éducation de nos enfants avec décontraction ?

Avez-vous déjà pensé à l’éducation de vos enfants avec décontraction, sans conflits ni cris ? Impossible ou presque me direz-vous. Et pourtant au Danemark, ce phénomène existe ; oui, les enfants danois bénéficient de ce bonheur. Il s’agit en fait de la technique dite « parentalité positive ».

Pourquoi être parent est si dur ?

Les parents ont besoin de nouveaux repères générationnels car les-leurs ne sont plus en adéquation avec ceux de leur progéniture. En effet, nous avons peut-être manqué en tant qu’enfants de souplesse dans les réponses que nous apportaient nos parents et nous reproduisons le schéma.

En quoi consiste l’éducation bienveillante ?

La bienveillance,  celle-ci optimiserait le développement du cerveau. On se reporte alors à un respect mutuel sans pour autant devenir des parents laxistes et tout permettre à nos enfants chéris. Ecouter activement nos bambins et savoir leur expliquer pourquoi on leur dit non. Cela demande un travail personnel sur la patience et une démarche active.

Comprendre et aider nos enfants.

Il faut d’abord savoir que nos enfants subissent, eux-aussi, des situations stressantes qui les énervent. Inutile d’entrer dans le conflit, même si nous nous emportons tous à un moment donné, il suffit parfois simplement de couper court et de les prendre dans les bras, leur faire un gros câlin, ce qui leur permettra de se relâcher et d’exprimer ce qui les peine.

Dépasser leurs défis.

Nos enfants nous mettent en situation frontale et nous finissons souvent en position de négociations à leur avantage pour avoir la paix. Bien sûr, aucune violence verbale n’est acceptée dans cet échange. En réalité, il est question de leur expliquer qu’ils sont des êtres intelligents, qu’on a confiance en eux et qu’ils valent bien plus que leurs défis inutiles. Aussi, faut-il les encourager à cesser de se comporter mal et à échanger sur les raisons de leurs actions physiques ou verbales.

Etre parents est un métier qui s’acquiert à force d’expériences et d’épanouissement personnel. Soyez patients, l’orage finit toujours par passer.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

La rancune tue lentement

05/03/2018
La rancune est une souffrance.

La rancune est une souffrance pour soi-même et pour les autres.

 

La rancune est considérée comme un poison tenace dans le temps. Elle est la résultante de douleurs et émotions intérieures mal vécues et interprétées négativement.

 

Nous sommes inégaux face à la rancune.

Diamétralement inégaux, nous pouvons tout aussi bien laisser glisser, surmonter et oublier une situation désagréable d’une part, ou d’autre part, au contraire nous pouvons rester solidement scotchés sur nos positions et ne pas digérer. Comme si la colère s’était figée, la tension étant palpable et permanente, l’émotion négative va demeurer tenace dans le temps.
Elle est en définitive, juste la résultante de douleurs et émotions intérieures mal gérées puis interprétées négativement.

Un manque d’épanouissement.

Nous ne tendons pas vers le développement personnel en restant rancuniers alors ne nous attendons pas à des merveilles du côté de notre épanouissement. La Dr Stéphanie Hahusseau, psychiatre et spécialiste en émotions, affirme que nos pensées, nos émotions et même notre corps tout entier sont empoisonnés par ce sentiment continuel. Parfois même, nous allons jusqu’à contaminer notre entourage. Alors attention !

Nos pensées sont nuisibles.

En résultantes, nos pensées finissent par être néfastes parce que nous ne les exprimons pas. C’est d’autant plus difficile de vivre avec quand il est trop tard car l’autre est déjà parti, loin voire pour toujours. Difficile aussi de se gérer et contrôler ses propres émotions quand nous prenons conscience que la vraisemblance n’était pas la vérité et qu’une fois revisités, finalement des faits, actions et paroles ne méritaient peut-être pas une stagnation négative éternelle.

La rancune n’est pas une force.

La rancune nous laisse penser que celui qui crie le plus fort a raison. Au contraire, la rancune est une faiblesse car il s’agit d’une colère que nous n’avons su évacuer depuis tout petit. Par épuisement naturel, il est plus facile de céder à la basique rancune que de chercher à se dépasser.

Ruminer est usant.

Le fait de ressasser les mêmes théories, de raconter la même histoire sans qu’aucune variante vienne égayer voire illuminer et éclairer vers un chemin d’accalmie, génère à l’usure un manque d’intérêt de l’entourage voire même une mise à distance. Nuisible pour lui-même et pour les autres donc le rancunier est alors classé dangereux et non fréquentable.

Nos conseils Commentmieuxdormir pour vous aider :

  • écrivez ou notez pour vous débarrasser de ce qui vous pèse,
  • pas à pas, pensez à la réparation et à la démarche pour y arriver,
  • consulter un psychologue pour avoir un avis extérieur neuf,
  • marcher et prendre l’air régulièrement c’est bon pour la tête.

Nous avons tous besoin d’être aimés, d’être entendus mais pour recevoir il faut comprendre que savoir donner est important, donc d’aimer et écouter les autres en échange. Laissez la rancune derrière vous, elle est faible et vous êtes forts ! Épanouissez-vous, faites table rase et repartez sur de bonnes bases.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

Autour du lit

Le silence est une nécessité

05/02/2018
Le silence est une nécessité.

Le silence est-il encore possible ?

 

Le silence si nécessaire à notre bien-être, semble avoir disparu et nous semblons le fuir par peur.

 

Faites du bruit !

Etant moi-même, une citadine bavarde, tant sur le Net avec le blog comment mieux dormir que dans la vie quotidienne, je m’interroge sur le silence et l’inquiétude qu’il peut provoquer. En effet, dans une journée, je comptabilise le flux des appels téléphoniques, les mails, les informations sur les réseaux sociaux, à la télévision et au poste de radio. C’est fou ! ça ne s’arrête jamais, alors est-ce que le silence est normal ?

A quoi sert le silence ?

Eh bien, à « retrouver son équilibre intérieur » selon le Professeur Le Breton, auteur « Du silence ». C’est le silence qui nous permet d’écouter, de reprendre son souffle avant de répondre, c’est donc un temps de notre attention que nous octroyons à l’autre. Car nous le savons tous, le temps nous échappe. Il est difficile d’être silencieux. De nos jours, nous avons le devoir de parler pour paraître positifs et proactifs. On attend de nous des réponses à tout et à rien et nous échangeons ainsi même si parfois, un temps de répit dans la communication serait faste à plus de recul et de réflexion. Aussi, les gens qui ne s’expriment pas sont rapidement laissés pour compte, rangés dans une case parmi les gens réfléchis ou posés ou encore, angoissants.

Les bienfaits du silence.

Pourtant, être silencieux démontre que nous n’avons pas besoin d’être rassurés par le bruit. Au contraire, nous avançons mieux car nous nous recentrons sur nous-mêmes. Nous apprécions mieux une situation ou même un lieu et ce, naturellement et sans appel à aucune croyance. Nous pouvons ainsi mieux développer notre fort intérieur et l’écouter, ce qui correspond à l’inaudible pour les autres. Or, je m’écoute, alors je pense, donc je suis et j’existe.

Faire accepter le silence aux autres.

S’affirmer en tant que tel n’est pas si compliqué. En fait, il faut comprendre que l’autre est déstabilisé, il s’interroge sur le pourquoi et peut être stressé par un échange bref voire inexistant. Ce qui le renvoie à lui-même. Simplement et avec assertivité, il est nécessaire de faire comprendre à l’autre qu’il n’est pas rejeté, qu’il existe aussi mais que nous n’avons pas réponse spontanée à tout, tout le temps.

Il est donc bien normal de se taire sinon on va finir par parler en dormant, ou bien « parler pour ne rien dire » de Raymond Devos. 😉

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

 

La vidéo de L’INA du sketch « parler pour ne rien dire » de Raymond Devos.

 

Autour du lit

Comment vivre avec un radin ?

15/01/2018
la vie de couple au quotidien du radin

Quel bonheur de vivre avec un radin !

 

Nous savons bien qu’on ne compte pas quand il s’agit d’amour, or la gestion de l’argent dans le couple est importante. Qu’en advient-il lorsque l’autre se comporte de façon répétitive, comme un écureuil économe au point de refuser un achat-plaisir ou une sortie.

 

La prise de conscience de l’avarice.

D’abord, c’est difficile d’accepter que l’autre est radin. Il est particulièrement désagréable de se rendre finalement compte que successivement, les actions de son conjoint tendant à décortiquer les notes au restaurant, à diviser les factures diverses deviennent agaçantes à la longue. Nous pensons vivre avec un économe, plein de bon sens quant à la gestion des finances. Puis nous nous apercevons qu’il s’agit plutôt d’avarice qui devient grinçante. Soyez tranquilles, notre blog est là pour vous aider.

L’avarice est une pathologie.

Il s’agit d’user de prudence avec l’avare. Il n’est pas rare qu’il demande un ticket à la boulangère et pour tous autres achats courants. Toute dépense est considérée comme un péché voire comme un danger, selon la psychanalyste Marie-Claude François-Laugier. Alors, tout achat lui paraît sans intérêt sauf l’achat utile absolu, qu’il considère entrer dans un usage d’obligations et de gestion personnelle, comme un agenda par exemple. Il ne faut donc pas s’attendre à ce qu’il fasse plaisir et encore moins des cadeaux.

Pour le radin offrir est une angoisse.

En effet, il s’agit d’une situation d’insécurité qui génère un manque et une peur de s’auto-suffire. En ne dépensant pas, il a ainsi le sentiment de s’octroyer un certain pouvoir. A savoir que généralement, le public concerné est masculin.

Les conséquences du radinisme sur le couple.

Lourdes sont les conséquences allant même jusqu’au conflit et au divorce. Le partage est inenvisageable ou peu, la construction du couple également. Malheureusement, certaines femmes se trouvent coincées par une situation financière dans laquelle elles se sont engagées et ne peuvent franchir le pas de la séparation par manque d’indépendance. C’est l’enfer de l’enfermement qui devient alors un dilemme pour elles.

La situation connaît-elle des solutions ?

Des solutions, pas vraiment selon la psychanalyste. Il faut engager la discussion sur le sujet de l’argent avant la vie en commun. Avant de passer à l’acte, il serait intéressant de projeter un achat à deux. Cette action devrait lui démontrer qu’il y a un enjeu de bien-être plus fort que celui du mal-être qui pourrait le ronger. Là, s’il réagit positivement, il devrait comprendre peu à peu que des achats simples ne le mettent absolument pas en danger mais lui apportent du bonheur, ainsi qu’à son entourage.

Nos conseils pour éveiller le radin :

  • échanger sur sa vision de l’avenir et ses ambitions,
  • oser fermement lui parler de son comportement, avec bienveillance,
  • le remercier des moindres gestes ou attention qu’il porte,
  • lui expliquer qu’un petit cadeau donne un sourire gratuit et sincère en échange,
  • lui proposer une sortie au moins une fois par mois pour s’accorder du plaisir à deux ou en famille.

Toutefois, le meilleur conseil est de conserver son autonomie financière si vous vous engagez bel et bien avec cette personne. Elle permettra d’éviter bien des conflits de couple.

Des radins qui s’assument.

Avec désarroi, peut-on dire que l’argent pourrait faire leur bonheur ? Quoi qu’il en soit, sachez que des radins s’assument à travers des sites tels que www.radins.com et n’hésitent pas à clamer leurs bons plans et à les conseiller naturellement aux autres. A leur décharge, n’oubliez pas qu’il y a des dépensiers qui ne savent se raisonner et mettent également leur vie de famille en péril. Pour vous aider, je vous invite à consulter « L’argent dans le couple et la Famille » de Marie-Claude François-Laugier.

 

Les articles déjà parus sur ce thème :

Autour du lit

Bonne année 2018 !

01/01/2018
Le bain de Noël

Photo de Timothy Meinberg : les plaisirs de la baignade de Noël

 

Que doit-on faire le 1er janvier 2018 ?

 

Souhaiter une bonne année.

Sur le blog comment mieux dormir nous n’allons pas faire preuve d’originalité en vous souhaitant tous nos meilleurs vœux en cette nouvelle année, santé, bonheur et donc de bien dormir.

Autour du lit